overjoyed ☾ boonae (flashback)



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LATATA IS IN DA PLACE, c'est les bonnes vibes qui te guettent ! <3 Mois de Mai, et on peint du bonheur everywhere.
Go go PAR ICI, BAE
Johnny Hallyday kifferait (a) Go te cramer les miches avec le premier évent catastrophe de HM, c'est ICI


Partagez | 
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 101

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6629

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Sam 8 Avr 2017 - 18:36



oh i feel overjoyed when you listen to my words
Quelques barrettes glissées dans ses cheveux, eux-mêmes attachés en arrière pour ne pas le déranger – un pinceau mélangeur entre les doigts, un second entre les dents et les sourcils froncés par la concentration. Il te dévore du regard, peut-être ; inspiré pour un futur portrait, il détaille la façon qu'a le soleil d'éclairer ton visage par la fenêtre. Et si son expression peut mettre mal à l'aise, il n'y a dedans que la passion d'un artiste prêt à faire parler son talent, la délicatesse d'un peu d'aquarelle éclatée sur une toile vierge ou sur la cuisse d'une demoiselle.

Il te regarde et il a l'impression de se noyer, il a le goût de l'eau salée derrière les dents – l'inspiration coule entre ses doigts et son âme s'étale d'abord sur ton bras, il retient son souffle en y déposant le premier trait, dessine la mer en pensant au ciel. Quelques vagues s'y perdent et lui imagine le soleil ; l'océan qui brille sous sa pression, l'herbe qui brûle sous sa chaleur. Il pourrait y penser pendant des heures, se rappeler l'odeur des fleurs avant que leur pollen ne l'empoisonne – comme il pourrait compter les cils de chacune de tes paupières et les redessiner un par un sur un bout de papier plus blanc que la neige qui le repousse.

Il te regarde et un sourire fend son visage parce qu'il peut pas s'en empêcher ; t'es pas à l'aise, il le sent dans la raideur de tes épaules dans les saccades de ta respiration et la fuite perpétuelle de tes jolis yeux trop grands pour passer inaperçus. Il te trouve belle, c'est vrai, mais comme une œuvre. Et c'est rare pour lui qu'il n'y est rien derrière les séances de peinture, qu'il ne s'attarde pas sur la tiédeur de la peau et la sensation douce du sang qui coule dans les veines, comme l'adrénaline quand il glisse deux ou trois pilules sous sa langue.

Il te regarde et il hésite à rompre le silence, la quiétude de votre entrevue qui lui arracherait presque un nouveau sourire, s'il ne tentait pas de terminer l'essai à la naissance de ton épaule. Sauf qu'il en a besoin, parce que derrière ces tentatives se trouve un objectif bien plus complexe, une réalisation à laquelle il ne s'est jamais essayé avant : réussir un paysage réaliste sur la peau humaine. En l'occurrence, c'était là la préparation d'un cadeau pour le président des starchild, et son fidèle camarade, julian.

Il te regarde et se racle la gorge, légèrement, pour que l'atmosphère n'éclate pas sous la pression de ses mots. « tu sais, mon objectif c'est le dos plus que le bras. » clin d'oeil taquin – même pour rire, il ne peut s'empêcher d'être ce petit con malicieux, qui chuchote des cochonneries alors qu'il ne les pense qu'à moitié. « plus sérieusement, je comprends que tu sois pas à l'aise et je sais que je pourrais demander à quelqu'un d'autre. »

Il te regarde et il réfléchit, conscient de la difficulté de la chose. Peut-être qu'un représentant de la gente masculine serait non seulement plus enclin à retirer son t-shirt devant boo mais, en plus de ça, lui offrirait une première tentative plus proche du présent qu'il cherche à préparer – en soi, les dos d'hommes et de femmes ne sont guère différents, si ce n'est dans la musculature. « mais j'ai envie d'essayer sur toi. »

Quelques barrettes glissées dans ses cheveux et le dernier coup de pinceau de son minuscule paysage marin est tracé sur ta peau, dans le sourire triomphant du gamin qui réussit son premier dessin.
+ tagsinae la moche
+ notessteelblue
BY MITZI



◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 26 AVATAR : kim taeyeon (snsd). POINTS : 33

NOUS A REJOINT LE : 20/09/2016

MESSAGES : 3293

❀ FLOWERS IN HER HAIR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t430-yeon-sin-ae-yeonae#6571

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Sam 13 Mai 2017 - 15:35



for now let's get away in this silent poetry
Le soleil de saison demeurait, doux mais ferme, et les rayons de l’astre culminant qui parvenaient à passer la barrière qu’était la fenêtre de l’atelier, réchauffaient peu à peu la peau de son faciès de porcelaine. Ils venaient se loger dans son cou, sur sa chevelure de tournesol, illuminaient ses yeux d’une lueur soudaine.  Elle était là, la petite coréenne, à la débouchure d’une quiétude aussi réconfortante qu’apaisante. Dans une sérénité diablement étonnante, mais indéniablement rassurante. Ce n’était pas nouveau et pourtant, c’était tout comme. Toujours, il lui demandait de changer de position. Car lui, il ne peignait jamais la même chose.

Plusieurs fois, elle s’était surprise à aimer la sensation que lui procurait les poils des pinceaux sur sa peau satinée, c’était plaisant, quelque chose d’à la fois doux et agréable. Elle aurait très bien pu s’endormir, dans une naïveté la plus totale. Mais Boo, en s’exprimant, lui fît comprendre que ce n’était guère le moment de somnoler.

Nuance de considération dans les yeux, Sin Ae écoutait ses paroles avec une once de satisfaction qu’elle feignait un peu. La pudeur de son âme restait vivante, qu’il le veuille ou non. Elle écarquilla les yeux en ordonnant à ses timides yeux de le regarder. « Moi j’aime bien quand tu peins sur mes bras. C’est apaisant. » Une façon pour la tendre fleur d’écarter le sujet, même si elle allait peut-être devoir s’avouer prochainement vaincue. Et l’ingénue avait une tendre impression, un étrange sentiment lorsqu’elle sentait la peinture s’étaler sur sa peau délicate, comme si elle flottait, par moments. Mais cette peinture, elle la préférait sur ses parties du corps visibles, plutôt que sur le reste. « Est-ce que… je devrais enlever mon tee-shirt ? » Ne préférait-il pas laisser parler son imagination sur les jambes de son aînée, plutôt ? Elle n’aurait pas besoin de se découvrir devant lui. Sin Ae n’aimant le faire devant personne, à dire vrai. elle était quelqu’un de trop retenu pour cela.  « Boo… dis-moi, pourquoi est-ce que t’aimes peindre sur moi ? » Elle n’attendait pas de réponse spécifique ou précise, mais elle s’était toujours posé la question, au fond d’elle. La petite blonde n’était pas le plus beau des tableaux. Mais il continuait de l’appeler dès que le garçon avait besoin d’elle et Sin Ae ne refusait jamais. Est-ce que son caractère doux et indéniablement timide en était la cause ? « Comme tu dis, il y a d’autres personnes avec qui tu pourrais le faire, non ? Alors pourquoi moi, plus que les autres ? » Elle sentait les dernières courbes se former sur sa peau délicate, signe que le rendu final allait d’un moment à l’autre se manifester. Jusque-là, elle n’avait pas osé déposer ses pupilles hésitantes sur le paysage peint par Boo, préférant de loin garder le mystère de ses coups de pinceaux pour la toute fin. Ce n’est que lorsqu’il lui fît comprendre que son œuvre était terminée, que la fille Yeon s’autorisa à regarder le résultat, les yeux remplis d’allégresse. « Oh daebak, Boo-ya, c’est vraiment beau ! » Et sin ae, elle avait toujours admiré les artistes, les personnes qui parvenaient à transmettre les émotions par les dessins, qui traduisaient leurs pensées les plus secrètes à l’aide de leurs mains, et dans le cas de Boo In Ok, au travers de sa palette infinie.
+ tagboo le bouseux
+ notes
BY MITZI



◊◊◊



maux doux

charles baudelaire en tremble © aubrée la mieux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 101

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6629

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Sam 27 Mai 2017 - 12:15



oh i feel overjoyed when you listen to my words
« moi j'aime bien quand tu peins sur mes bras. C'est apaisant. » bien sûr— ç'aurait été trop simple pour lui, si t'avais accepté en un instant. Et son sourire (rictus) s'élargit à cette pensée, il en conclue que ce qui le pousse à insister, c'est ta propension à t'y opposer. « est-ce que… je devrais enlever mon tee-shirt ? » « tu peux porter un crop top, à la limite. Ça suffirait. » habitué à la délicate timidité des demoiselles (voire même des damoiseaux, parfois) qu'il utilise, il a souvent dû se confronter aux refus catégoriques et se contenter d'un morceau de peau, maigre pitance pour l'artiste écervelé qu'il a toujours été.

« boo… dis-moi, pourquoi est-ce que t'aimes peindre sur moi ? » une question intéressante qu'on lui pose souvent — si tant est qu'il clame aimer le faire. S'il apprécie la plupart des peaux, toiles vierges à ses yeux, il y en a bien sûr certaines qui attirent plus l'oeil que d'autres. Qu'elles brillent ou qu'elles soient douces, exemptes des imperfections communes à l'individu lambda ; ou encore qu'elles aient l'odeur des fleurs qu'il rêvait et rêvent encore de cultiver. « parce que ta peau est douce. Et tu sens la forêt. » quelqu'un de non averti aurait pu y voir une insulte — peut-être son imagination qui lui joue des tours, soit dit en passant — en estimant que les forêts ne sentent que la mort et l'animal. Boo, lui, y sent l'été, le printemps, l'automne et l'hiver à la fois ; il y distingue les fleurs sauvages et l'herbe fraîche et ça réveille un bon million de souvenirs un peu enfouis, un peu troubles.

« tu te poses trop de questions, sinae. » énième clin d'oeil dans toute sa suprématie de gamin insouciant, il savoure sa capacité congénitale à ne jamais se questionner sur la vie (ou, du moins, pas tant qu'il a envie de sourire) et assène une pichenette légère sur ton front sans défense. Son squelette d'oeuvre enfin terminé, il s'écarte d'un pas et demi pour l'observer — note les défauts en se promettant de les corriger à l'avenir et, non sans orgueil, profite du compliment en tirant une révérence toute moyenâgeuse. « à votre service, mademoiselle. »

il a l'oeil qui brille et le rictus arrogant en se redressant, non sans sentir deux ou trois barrettes geindre sous le poids de sa masse capillaire ; mais peu lui importe, puisque l'objectif initial se présente à lui dans sa forme la plus primaire. Muse que tu es pour lui, l'inspiration fait se dresser les poils de sa nuque et gratte sous sa peau lorsqu'il songe à ce qu'il pourrait dessiner sur la tienne. « est-ce qu'on peut essayer aujourd'hui ? » l'espoir qui scintille dans son regard — il y croit cette fois, il a préparé son speech et compte bien le déballer ici et maintenant. « avant de refuser, laisse-moi t'expliquer. »

tout en parlant, il nettoie les quelques traces de peinture sur ses doigts, s'essuie sur son tablier déjà éclaboussé d'une infinité de couleurs et s'accroupit en face de toi, les mains sur tes genoux pour ne pas tomber ridiculement en arrière. « c'est pas pour rien que je t'ai demandé à toi de m'aider. J'ai plus d'inspiration quand c'est avec toi, tu comprends ? T'es un peu ma muse, mais t'inquiète pas c'est pas pour ça que j'vais tenter quoi que ce soit. » toujours le sourire aux lèvres, il ravale un soupir implorant et te fixe, sans gêne, de ses grands yeux noirs. « j'ai besoin de m'entraîner à peindre les étoiles. C'est pour deux de mes amis, et je peux pas me permettre d'échouer sur eux. »

lèvre inférieure mordue — cette fois c'est une once d'inquiétude qui déforme ses traits, l'espace d'un instant. C'est un cadeau qu'il veut rendre parfait et, pour l'une des premières fois de sa vie, il craint l'échec et la déception. Mais son sourire revient vite et il tapote l'une de tes cuisses du bout des doigts, sans perdre sa prestance de roi autoproclamé. « c'est toi qui voit, si le crop top te va, y en a dans l'armoire au fond de la salle. Sinon c'est pas grave, je peux me contenter de tes jambes. »
+ tagsinae la moche
+ notessteelblue
BY MITZI



◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 26 AVATAR : kim taeyeon (snsd). POINTS : 33

NOUS A REJOINT LE : 20/09/2016

MESSAGES : 3293

❀ FLOWERS IN HER HAIR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t430-yeon-sin-ae-yeonae#6571

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Ven 30 Juin 2017 - 23:31



for now let's get away in this silent poetry
Ce dont sin ae était certaine, c’est qu’elle ne voulait pas l’empêcher de travailler et de faire la chose qui rythmait une partie de la vie du garçon, voire même la totalité. C’était son échappatoire à lui, incontestablement. Sin Ae l’avait compris la première fois qu’elle avait eu une réelle discussion avec lui, d’ailleurs c’était lorsqu’elle avait mis les pieds dans cet atelier. Même si l’ingénue n’y connaissait pas grand-chose à l’art, tout ce qu’elle avait dessiné jusque-là étant des formes relativement abstraites, la douce fleur avait deviné au premier coup de pinceau du garçon que la peinture était une chose qui le passionnait grandement et qu’il laissait parler ses sentiments et sa profonde imagination au travers de ses œuvres, qu’elles soient grandes ou petites. Car l’Art ne se mesurait certainement pas à la taille. alors, le laisser seul, si elle refusait ce qu’il proposait, Sin Ae pensait réellement que ça revenait à interdire à Boo la chose qu’il aimait le plus faire. et pour elle, c’était inconcevable. « un crop top ? » tant qu’elle n’avait pas à tout enlever, cela lui conviendrait très bien. c’était une alternative à laquelle elle n’avait résolument pas pensé. il avait vraiment réponse à tout, ce curieux dongsaeng.

elle lui offrit un sourire sincère lorsqu’il répondît à sa question. une forêt ? une réponse qui plaisait plutôt bien à la demoiselle, elle avait toujours aimé l’odeur des pins et l’ambiance mystérieuse des bois. « j’aime bien les forêts, ça me rappelle mon enfance, un petit peu. » moue adorable s’affichant sur le faciès de la tendre, elle le regardait tranquillement terminer son tableau éphémère, en balançant ses pieds dans l’air, comme une gamine de six ans.

« sérieux, ah non boo-ya... ! » la native de séoul secoua vivement la tête à la remarque du jeune homme, sur le fait qu’elle ouvrait un peu trop sa bouche. sin ae aurait pu se contrarier seulement, à voir l’attitude qu’il avait à son égard, la coréenne se doutait qu’il plaisantait. elle rigola légèrement suite à sa courbette aussi embarrassante que mignonne. Il était terriblement étonnant.

Courte mais intense réflexion, sin ae savait que si elle acceptait la proposition du jeune artiste, cela en vaudrait la peine. « là, tout de suite maintenant ? » un constat certain, boo ne souhaitait pas perdre de temps. puis il vînt s’accroupir, et ce fut le début des tourments pour la blonde. il était là, devant elle, à moitié à genoux. et sin ae de son côté, elle ne pouvait qu’écarquiller ses pupilles inquisitrices face à lui. il savait comment s’y prendre pour la faire flancher, le petit malin qu’il était. pourtant, elle avait sa réponse en tête depuis un petit moment.

« c’est pour noël c’est ça ? tu veux leur montrer ce que tu as fait sur moi, comme une sorte de cadeau ? » est-ce qu’elle pouvait vraiment refuser quelque chose à son cadet ? dans ses souvenirs, elle n’avait jamais décliné une seule de ses propositions. Et puis, la fille yeon n’en était peut-être pas capable, en fin de compte. « ok je veux bien, ça a l’air d’être important pour toi. » la sagesse avait accepté. « mais seulement avec le crop top. allez, pousse-toi tu gênes le passage. » l’étudiante en histoire passa joyeusement l’une de ses mains dans les cheveux de boo, une manière pour cette dernière de le décoiffer et le poussa gentiment de son chemin, afin qu’elle puisse accéder à l’armoire qui contenait l’habit dont elle avait besoin. elle l’avait trouvé sans grande difficulté. « ton crop top il ressemble étrangement à un haut de bikini boo-ya ! » de toute manière, la muse n’avait pas le choix à présent. c’était toujours mieux que rien. (et dans le cas de sin ae, l’expression prenait véritablement tout son sens.) elle observa un instant son interlocuteur en se rapprochant un peu de lui, mine interrogatrice. « attends deux secondes… comment ça se fait que t’as un crop top dans ton armoire… c’est pour tes autres modèles ? t’as l’habitude de peindre sur le dos des filles toi ? »
+ tagboo le bouseux
+ notes
BY MITZI



◊◊◊



maux doux

charles baudelaire en tremble © aubrée la mieux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 101

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6629

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Jeu 10 Aoû 2017 - 17:59



oh i feel overjoyed when you listen to my words
Boo est le genre d'homme – ou de garçon, dirons-nous, trop puéril qu'il est pour être assimilé à un adulte – qui vit dans l'instant présent, sans rancoeur du passé et inquiétude du futur. Le genre de garçon qui fait quelque chose lorsqu'il a envie de la faire, le genre qui fonctionne essentiellement à l'instinct ; instinct qui l'a conduit jusqu'à des situations délicates, desquelles il a pourtant su se sortir sans trop d'encombres. Quelques baisers échangés avec des présupposés amis, quelques autres amitiés détruites au profit d'amours infantiles – et, finalement, simplement détruites sans qu'il n'ait l'audace de se battre pour les conserver.

Boo est un impulsif, à agir avant de réfléchir – il veut, il fait. « là, tout de suite maintenant ? » sourire carnassier, il met en place son stratagème vicieux et roucoule quelques explications candides pour te faire plier à sa volonté. Instinctif, mais pas stupide pour autant, il est prêt à obtenir ce qu'il désire. « c'est pour noël c'est ça ? Tu veux leur montrer ce que tu as fait sur moi, comme une sorte de cadeau ? » un léger rire fait vibrer sa gorge, ses pouces dessinent quelques cercles sur tes genoux. « pas exactement. Je m'entraîne sur toi, pour le refaire sur eux – si tu veux tout savoir, ils auront un bon pour un rendez-vous avec moi, le temps que je leur peigne le paysage sur le dos. » le ton rêveur, il imagine déjà la mise en scène. « mais.. j'ai peur de pas réussir, si j'y vais directement sur eux. » et vient là la nuance qui fait de boo, ce qu'il est ; il ne s'inquiète de rien dès lors que ça ne concerne que sa petite personne, l'effroi s'impose à lui comme une vérité gnomique lorsqu'il s'agit de son entourage le plus proche.

« ok je veux bien, ça a l'air d'être important pour toi. » sourire triomphant, il se redresse d'un coup sec et t'adresse une légère révérence – homme d'honneur et de bonnes manières, il sait comment remercier les bonnes âmes qui lui offrent leurs faveurs. S'écartant de ton chemin sous la poussée de tes doigts de fée, les barrettes cédant inéluctablement sous le poids de sa masse capillaire, il éclate de rire à ta remarque et ronronne de contentement, vicieux. « mais non, t'es juste trop prude sinae, kekeke. » ses yeux brillent, sourire presque exagéré sur ses lèvres fines. Il espère que la question ne tombera pas mais, hélas, il a fallu que tu y réfléchisses – la source du crop top, hein ?

Il soupire et passe à son tour une main dans sa tignasse à moitié emmêlée, l'air résigné d'un coupable pris sur le fait. « non, ou alors c'est sur leur dos nu. Je suis quelqu'un de très persuasif, tu sais..? » nouveau rire, son expression change légèrement et passe de sereinement heureux à ce demi-sourire séducteur – aucune arrière-pensée là-dedans, ou du moins aucune qui te concerne directement. « tu vois sinae, j'ai une espèce de rituel qui me lie à cet atelier, et qui fait que je le considère mien. » mouvement d'ensemble pour englober toute la salle dans ses bras de géant, le fantôme ricane. « chaque personne que j'ai emmené ici laisse un morceau d'elle avec moi, tu vois ? » on pourrait penser l'artiste attaché à l'idée de poser sa marque sur tous ses amis, mais la vérité est toute autre. Il glisse jusqu'à toi, sa main passe gaiement sur ta joue et ses doigts s'agrippent à ton menton – il redresse ton visage pour que tu le regardes, sans se départir de son rictus. « sauf qu'il ne s'agit pas toujours de venir pour peindre. »

soufflé sur le ton des confidences, avant qu'il ne s'éclipse pour fouiller dans l'armoire, guilleret ; il en ressort un soutien-gorge, et le bas assorti. « ça, par exemple, appartient à quelqu'un que tu connais très bien... » votre chère présidente, à l'époque où elle s'offrait régulièrement à celui qui pouvait se clamer être son petit-ami. il range les vêtements dans un des tiroirs barricadés de signes danger en riant tranquillement. « t'inquiète pas, je me souviens du ou de la propriétaire de chaque fringue laissée. Et je peux t'assurer que ce t-shirt n'a rien subi. » Ramenant les mèches brouillant sa vue en arrière, il tente une dernière fois de les dompter avec deux ou trois barrettes – on lui a souvent conseillé de les couper mais, à son humble avis, il était bien mieux lorsqu'il avait des cheveux.

De nouveau sur son piédestal d'artiste exacerbé, pinceau entre les lèvres, il marmonne. « allez, viens. Promis, je te ferai rien de bizarre. » clin d'oeil autrement plus lubrique que sa promesse – pourtant il ne t'a jamais réellement vu de cette manière que les chrétiens réprouvent, crois-le bien. Trop douce, peut-être même trop pure pour qu'il se permette de te souiller ; probablement par peur de ne plus être capable de puiser son inspiration en toi, s'il s'y glissait lui-même. « tu sais, après réflexion, il y a peut-être une autre raison qui me pousse à avoir envie de peindre sur toi. » tout en parlant, mordillant le bois de son pinceau déjà maintes fois mis à mal par les crocs du fantôme, il s'offre quelques instants pour préparer quelques mélanges, attraper des armes plus épaisses et imaginer, serein, le paysage qu'il s'apprêtait à créer sur ta peau d'albâtre. « est-ce que tu mérites de le savoir, cela dit ? » et, quelque part, derrière toi, il autorise son sourire à s'attrister à l'abri des regards, l'espace d'un instant.
+ tagsinae la moche
+ notessteelblue
BY MITZI


je change l'img après bsx


◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 26 AVATAR : kim taeyeon (snsd). POINTS : 33

NOUS A REJOINT LE : 20/09/2016

MESSAGES : 3293

❀ FLOWERS IN HER HAIR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t430-yeon-sin-ae-yeonae#6571

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Sam 23 Sep 2017 - 15:03



for now let's get away in this silent poetry
Elle l’aimait bien Boo. Elle l’adorait quand il lui proposait de venir voir ses nouvelles œuvres, Sin Ae l’aimait davantage lorsqu’il lui demandait la permission de peindre sur elle. La brunette n’y connaissait pas grand-chose à l’art, (ou alors, elle préférait l’art des mots et de la parole), mais grâce à lui, elle pouvait désormais avoir le mérite de dire qu’elle connaissait au moins un artiste peintre, et qu’il se trouvait être l’une de ses plus belles rencontres. Ce garçon si unique en son genre.

« c’est plutôt cool je trouve. » et elle était contente l’aînée, de se dire qu’elle était la première à en profiter, la seule pour l’instant, à connaître les intentions créatives du grand garçon. Après ce qu’il avait gentiment fait sur son bras, la belle n’avait qu’une hâte qui lui trottait gaiement à l’esprit, que son compagnon de discussion commence son travail innovant sur sa peau délicate, et qu’elle puisse s’interroger sur la nature de sa peinture, sentir l'univers s’esquisser, les étoiles s’ébaucher, toute la création d’In Ok se concrétiser.

« wooo, tu te calme. » avait bientôt lancé sin ae, alors qu’il venait de lui sortir ce qu’elle n’avait pas eu envie d’entendre, et dont la brune n’aimait pas être affublée. Prude, ce n’était pas un beau mot, elle ne l’était pas. (Fin pas trop quoi ?) Pudique, un peu plus, pour le coup. Et il la connaissait bien à présent, Sin Ae n’était pas la muse la plus facile à persuader, même si on la contrait avec des opinions valables. Le seul garçon qui la verrait en sous-vêtements ou totalement nue serait son petit-ami. Si elle parvenait à entamer une relation sérieuse, et fallait-il encore que cela se fasse. En fait, elle préférait manifester une sorte de sagesse certaine, être réservée, plutôt que le contraire. « si tu m’avais demandé de venir en maillot de bain, je l’aurais fait. et ça aurait aussi été plus facile pour toi. » Mais tout était déjà fait, à présent. La demoiselle n’avait pas envie de se déplacer à nouveau, ils allaient faire avec. Du moins, Boo devait assurer, elle ne doutait pas de lui et de son esprit débordant d’imagination.

Ceci expliquait cela, mais pour le dos nu, malheureusement pour lui, il s’était trompé en choisissant la candide personne que demeurait Sin Ae. Et cette demoiselle au teint de porcelaine, elle soupirait un peu, s’en voulait presque de pas pouvoir lui accorder ce qu’il demandait, de le gêner dans sa discipline artistique, lui qui n’avait rien fait de mal, seulement demandé à Sin Ae de bien vouloir lui servir de modèle.

Et alors qu’il passait la main sur son visage (culotté le gars), Sin Ae, elle écarquillait un instant les yeux, surprise par le geste d’In Ok. « tu sais boo, tu fais ce que tu veux dans l’atelier, comme tu l’as dit, c’est le tien après tout. » Il ne ferait rien d’autre que peindre sur elle, et Sin Ae ne le craignait aucunement, elle resterait persuadée qu’il n’en profiterait pas autrement qu’en dessinant son paysage inédit. La coréenne lui accordait une confiance assez inouïe.

La situation devenait relativement étonnante. Elle le regardait subitement, mi amusée, mi subjuguée par ce qu’elle voyait. Lui qui riait facétieusement, les sous-vêtements pendant dans l’une de ses mains. Sin Ae aurait pu sortir à son cadet un tas de remontrances, que le faire dans un atelier c’était pas super romantique comme image, mais rien ne s’échappa de ses lèvres rosées, seulement l’ébauche d’un pouffement. En toute honnêteté, elle n’était pas si étonnée que ça, Boo passait une bonne partie de ses journées ici, il avait le droit de s’amuser, de la façon dont il voulait. Le garçon était grand, après tout, ce dernier pouvait continuer sa collection s’il en avait envie, l’ingénue n’en aurait à vrai dire, strictement rien à faire. « je me fiche de savoir avec qui tu… à qui appartiennent tous les vêtements et sous-vêtements que tu gardes. » Ses affaires demeuraient ses affaires. Passons. Mais elle n’était néanmoins pas née de la dernière pluie, Sin Ae n’ignorait pas toutes les choses qui s’étaient passées, et qui se passaient entre lui et leur présidente, Soo Yun. Curieusement, s’il les gardait, c’est qu’il avait l’air de tenir un minimum à elle, non ?

Bientôt, elle retourna derrière l’armoire, furtivement, pour pouvoir enfiler le crop top qui avait causé tant de révélations, et se changea aussi vite qu’elle le pût, enlevant son tee-shirt pour le remplacer par le vêtement de ses convoitises. Sin Ae était revenue vers Boo aussi vite qu’elle était partie, écoutant les paroles de ce dernier d’une oreille attentive. « entendu. allez, au lieu de parler, peins sur mon dos, montre-moi tes talents d’artiste, et laisse ton pinceau voguer. Juste ça kekeke » Égayée, la fille Yeon s’installa doucement sur le tabouret qu’il avait prévu pour elle, tout en souriant gracieusement. « dis-moi tout, je t’écoute. » l’ingénue n’osait pas se retourner, de peur de le faire rater son premier coup de pinceau, mais sin ae restait cependant perplexe quant aux pensées du plus jeune. elle n’avait rien fait de mal, alors, il pouvait tout lui dire.
+ tagboo le bouseux
+ noteshonteux, dsl
BY MITZI



◊◊◊



maux doux

charles baudelaire en tremble © aubrée la mieux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 101

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6629

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Sam 21 Oct 2017 - 21:16



oh i feel overjoyed when you listen to my words
L’envie de fumer caresse son esprit, laissant un arrière-goût amer sur sa langue – trop pendue, puisqu’il joue avec le feu. Boo est un artiste qu’on pourrait qualifier d’énigmatique, en termes de source ; capable d’imiter l’impressionnisme comme le surréalisme, insensible à l’art contemporain et coincé dans un espace-temps esthétique qui n’appartient qu’à lui, il n’a jamais réussi à se créer une identité artistique – et c’est cette attitude qui en fait son identité. Fantôme jusque dans les coups de pinceau qu’il assène, c’est généralement lorsqu’on ne sait pas à qui appartient un croquis qu’on devine qu’il est à inok.

« entendu. Allez, au lieu de parler, peins sur mon dos, montre-moi tes talents d’artiste, et laisse ton pinceau voguer. Juste ça kekeke » l’esquisse d’un sourire illumine ses traits, les soubresauts de ses épaules illustrant l’espèce de rire qu’il étouffait par politesse taquine. « sinae, t’as jamais paru aussi vieille qu’en cet instant précis. » carnassier, il te mordille à coups de pique en mélangeant quelques couleurs, créant sa palette au gré de ses envies farfelues. « dis-moi tout, je t’écoute. »

C’est là que ça devient plus délicat, naturellement ; il prend le temps de réfléchir, les poils maltraitant la peinture avec une pointe de nervosité. Faut qu’il trouve les bons mots, ceux qui le feront pas passer pour un psychopathe potentiellement névrosé – faut qu’il trouve comment exprimer ce qu’il ressent avec des mots plutôt que des coups de crayons embrouillés et ça, boo il sait pas faire. Quand c’est pas pour des piques ou des sous-entendus de bourrin, y a plus des masses de talent. « c’est un peu compliqué. »

L’intro est foirée, il couvre ton dos d’une couche de bleu nuit en brouillant les bords, polygone à quatre côtés (irréguliers, malgré ses soins – il préfère prendre le plus de surface possible) sur lequel il se prépare déjà à coucher ses souvenirs d’un soir d’été. « quand j’étais petit, j’avais une amie. Elle s’appelait zoé. » légère pause, sa langue passe discrètement sur ses lèvres lorsqu’il peint la lune, pleine, dans le coin supérieur de son ciel. Il laisse échapper un petit soupir frustré, incapable de trouver les mots exacts à vociférer. « elle était petite, et super teigneuse. » et belle, grands dieux qu’elle était belle ; assez pour qu’il se souvienne de ses traits, après tant d’années. « elle avait aussi la peau douce, et elle sentait la forêt. » elle avait ce même parfum de fougères sauvages, dégageait la même impression de fraîcheur et de tout ce que la nature avait fait de plus doux – avec juste cette pointe de sauvagerie, le seul éclat qu’il ne parvenait pas à déceler dans tes tendresses.

« c’est sur elle que j’ai fait mes premiers dessins. » zoé l’avait initié à plus de choses qu’il ne l’admettrait (n’aurait besoin de le dire) et il se demande souvent, dans ces moments éclatés où il repense à la belle aux cheveux d’or, ce qu’il serait devenu s’il n’avait pas rencontré cette enfant-sauvage. « tu lui ressembles beaucoup. Physiquement. » les mêmes sourires mutins, la même façon de s’agiter – la différence majeure, dirait-il, réside dans l’excès de maternité qu’il assimile à ton attitude, la plupart du temps. « et, aussi gênant que ça puisse paraître, je pense qu’elle serait devenue comme ça, si elle avait grandi. » et c’est sûrement là que réside la plus grande de vos différences. Zoé n’aimait pas la vie qu’elle vivait, rêvait d’un monde meilleur qui l’accueillerait les bras grands ouverts. Alors elle aussi, elle a ouvert les bras ; juste avant de se laisser tomber. Boo se plaît à la fantasmer capable de voler, toujours vivante et juste… ailleurs – préfère penser ça, jusqu’à ce qu’il foule la terre du cimetière, où les restes de sa muse originelle pourriront à jamais.

Un soupir caresse ton dos lorsqu’il s’y penche, son pinceau faisant éclore un millier d’étoiles pour tenir compagnie à la lune. Sourire sur le bord de ses lèvres, le regard imprégné d’un mélange déroutant de tristesse et de concentration. « j’ai mis du temps, avant de mettre le doigt sur cette… réalité. » sur ce qui l’attirait chez toi, ce qui inspirait l’artiste et le poussait à vouloir étaler ses dessins sur ta peau. « si tu veux partir en courant parce que t’as peur, je garde ton t-shirt. » malicieux, il insiste volontairement sur tes côtes – en un geste curieux, se demandant ingénument si tu étais chatouilleuse. « est-ce que ça te dérange, si je fume ? » le désir pressant d’en griller une, quitte à devoir s’écarter et ouvrir les fenêtres pour les cinq décennies à venir.
+ tagsinae la moche
+ notessteelblue + tg
BY MITZI



◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 26 AVATAR : kim taeyeon (snsd). POINTS : 33

NOUS A REJOINT LE : 20/09/2016

MESSAGES : 3293

❀ FLOWERS IN HER HAIR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t430-yeon-sin-ae-yeonae#6571

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Dim 25 Fév 2018 - 8:03



for now let's get away in this silent poetry
De ses yeux ravis, pupilles brillantes, sa bonne humeur semblait tout simplement indestructible. En vérité, on pouvait relever une impatience certaine chez elle, il fallait uniquement savoir comment y parvenir, et comment lire en elle. ce n’était pourtant pas bien compliqué, sin ae était comme un roman ouvert, ses émotions se trouvaient si visibles qu’on pouvait deviner en un rien de temps l’humeur qui l’enveloppait. Son faciès lui, il respirait la joie. et s’il y avait des ombres fugaces sur le doux visage de la fille yeon, elles étaient seulement provoquées par les reflets des rayons naturels, rayons agréables qui se déversaient progressivement sur le sol de l’atelier.

« boo-ya, t’as drôlement de la chance que je t’aime bien, sinon je serai déjà partie. » soupçon d’espièglerie qu’on ne lui connaissait probablement pas, voire très peu, l’ingénue au grand cœur était pourtant sérieuse. Et elle détestait quand on lui rappelait à quel point elle dépassait de quelques bonnes années la moyenne d’âge de son entourage bien-aimé. « tu peins maintenant ? » et elle souriait tendrement, souriait secrètement, dans le dos de son ami, tandis que lui, s’attelait déjà à faire vivre son nuancier de couleurs infinies, les mêmes teintes merveilleuses qui s’épandraient paisiblement sur sa peau délicate.

« dis-moi tout, je t’écoute. » la fille-fleur le sentît, qu’elle avait probablement touché un point sensible. Alors elle restait pour le moment stoïque, s’interrogant furtivement. Avait-elle bien fait de lui demander d’expliquer la raison de ce changement d’attitude ?

Au premier coup de pinceau, elle manqua de sursauter. Au deuxième, ses poils se hissèrent un instant, car elle trouvait la peinture excessivement froide. Au troisième coup, elle se laissa faire, préférant demeurer spectatrice, plutôt que de s’y mêler. Ils s’enchaînaient promptement, presque avec rudesse. c’était un peu comme une mélodie de Beethoven, brute dès le départ, pour un final d’une beauté géante, d’un terminus inégal. « zoé… c’est un joli prénom. » les lettres du patronyme de l’inconnue flottaient doucereusement sur ses lèvres rougies, puis dans l’air piquant. Pourtant, maintenant qu’il avait entamé la conversation, Sin Ae souhaitait en savoir plus. trop curieuse peut-être, mais si cette demoiselle lui ressemblait tant, elle ne pouvait sincèrement pas taire les bribes de souvenirs que boo était en train de lui raconter.

« si tu m’en parle, ça veut dire que tu devais sans doute beaucoup l’aimer, cette zoé ? » elle n’avait pu s’y résoudre, la tendre coréenne posait souvent des questions inutiles, pourtant celle-ci, elle ne sonnait guère comme telle. L’envie profonde de connaître un nouvel aspect de la vie de son ami, voilà quelle était la source première de sa motivation assurée. « dis-moi, il s’est passé quelque chose ? qu’est-ce qu'elle est devenue cette zoé ? » un amour passager qui avait donné naissance à des émois, une idylle romantique mais affreusement éphémère ? sin ae entendait la mélancolie qui faisait vibrer sa voix, elle distinguait que les traits de peintures étaient devenus davantage berceurs.

Il la titillait, avec le même pinceau qui esquissait des merveilles et pourtant, la douce inconnue dont lui avait parlé Boo ne sortait pas de l’esprit encombré de l’aînée. « non, non et non ! je ne vois même pas pourquoi tu te pose la question, j’ai pas envie de partir ! » ses dires sonnaient comme de l’énervement et pourtant, elle ne l’était pas, énervée. « moi j’aime bien quand tu parles de toi, et de tes souvenirs, j’apprends à mieux te connaître comme ça. » vrai. Tout ce qu’il y avait de plus sincère. pourtant, il y avait aussi l'audace de lui tenir tête. « non, tu ne garderas pas mon tee-shirt parce que je vais rester ici, et tu vas terminer ce que tu as commencé. » le tableau ? son histoire ? nul ne le savait. « boo-ya, c’est vraiment indispensable ? » et la jolie rose se retournait pour lui faire face, enfin.
+ tagboo le bouseux
+ noteshonteux, dsl
BY MITZI


[/i]

◊◊◊



maux doux

charles baudelaire en tremble © aubrée la mieux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 101

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6629

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     Lun 26 Mar 2018 - 18:05



oh i feel overjoyed when you listen to my words
Et dans les confins de ses facéties hérétiques, la vérité se fait lame aux crocs acérées, tranchant à travers la chair tendre de ses illusions immatures. L’enfant s’était fourvoyé jusqu’à t’en inventer déesse, descendue sur Terre dans l’unique but de satisfaire ses extravagances artistiques ; pourtant le voilà en ce jour si orthodoxe, caressant une réalité à l’arrière-goût aigre-doux de traumatisme lointain. Ta présence se fait baume sur les plaies béantes de ses amours révolues, embrassant la fièvre de ses peurs voraces – Inok te décoche un sourire à la manière d’une flèche enflammée, la passion débordant d’entre ses dents éclatantes.

« Si tu m’en parles, ça veut dire que tu devais sans doute beaucoup l’aimer, cette Zoé ? » Les détroits veineux courant dans les lignes rugueuses de son visage se vident de leur vaisseaux, la tragédie se glissant sous sa peau pour mieux nécroser les abords de son cœur encore trop bouleversé ; si les années et les mers le séparent de l’accident, c’est bien ce même accident qui s’est agrippé à son âme comme à un radeau en plein océan furieux, le courroux de sa culpabilité éclatant dans les creux de sa cage thoracique.

Il ne répond d’abord rien, focalisant les lambeaux de son attention déjà dispersée sur les motifs hasardeux fleurissant le long de ton épiderme crémeux – sa main a l’insolence de trembler dans sa quête, bousillant quelque étoile qu’il cherchait à imprimer entre deux grains de beauté charmants. « Dis-moi, il s’est passé quelque chose ? Qu’est-ce qu’lle est devenue cette Zoé ? » Crocs serrés dans l’espoir que rien ne filtre, le roi a pourtant revêtu sa cape de guerre ; bataille qu’il mène contre l’essence même de son déni, refusant d’assimiler la gangrène de son quotidien à de douces boucles tantôt roses, tantôt blondes – souvent brunes. A un parfum boisé, parsemé de la même odeur rance de tabac froid qui s’accroche à ses vêtements, miroir de ses souvenirs drapant les épaules du fantôme d’un poids impossible à supporter trop longtemps.

Ses questions s’enchaînent sans qu’il ne daigne t’offrir la moindre réponse, changeant de sujet sans une once de délicatesse ; tu embrasses son myocarde avec pour seule arme ton innocente honnêteté, te frayant un chemin hasardeux dans sa conscience peut-être sans même t’en rendre compte. « Boo-ya, c’est vraiment indispensable ? » L’envie d’acquiescer brûle ses poumons et le prend à la gorge comme des senteurs d’ammoniac – pourtant il se contente d’un rire bref, cédant trop facilement à tes caprices d’amie inquiète. Tant pis, il fera la course contre le cancer après ton départ.

Pourtant, sa carapace se fend lorsqu’il desserre la ligne blanchie de ses lèvres gercées, tentant un énième rictus indéchiffrable. « Zoé était… mon premier amour, je crois. J’aurais du mal à le dire, chaque fois que je me suis senti amoureux c’était différent. » Et avec elle c’était un sentiment destructeur, dévorant ses tissus avec l’avarice d’un prédateur mort de faim – avec elle il était constamment au bord du gouffre, à attendre qu’elle daigne l’honorer de sa présence surréelle. Son poignet se fige, ses pensées se bousculent au bord de sa bouche trop bavarde et, à la manière d’un alcoolique aux limites scandaleusement dépassée, il vomit tout ce qui peine à cicatriser dans son être, comblant le silence si lourdement léger de ses lamentations honteuses. « Elle s’est suicidée. Elle m’avait dit qu’elle voulait être heureuse, partir. C’était le tableau facile – moi j’étais prêt à l’emmener, à prendre le premier train pour qu’on découvre le monde. Elle, elle a préféré passer dessous. »

La descente est raide, l’air du passé siffle dans ses oreilles quand son rire sans joie effleure les tiennes ; il a la présence d’esprit de plonger son pinceau dans un verre d’eau troublée par la peinture, et de prendre une profonde inspiration – la risette qui agite la courbe de ses lippes se fait triste grimace sur son faciès blafard, en balafrant la lisière sans parvenir à éclater dans ses yeux glacés. « On m’a déjà dit cent fois que c’était pas ma faute, probablement pour me rassurer, et peut-être parce que c’est vrai. Mais je le saurai jamais. » La fin est un murmure fantomatique, soufflé comme la buée dans une salle de bain trop étroite – ce sont ses côtes qui lui paraissent serrées en cet instant précis, compressées par la pression inexorable de sa responsabilité dans la mort de la belle Zoé Byrne.

« Tout ça pour dire, tu lui ressembles. Pas au niveau du caractère, elle était plus… Sombre. » Derrière chacun de ses sourires couvait la solitude si profonde, sans pour autant qu’elle permette à Boo de gravir les marches de l’escalier de sa confiance ; et le voici, à en rire doucement, à imaginer comment aurait été leur vie, s’il l’avait sauvée. « Je crois que je vais pas réussir à peindre. » Penaud, il laisse son index courir le long de ta colonne vertébrale, espérant en retirer quelque frisson de surprise. « Désolé, les aléas des mood swings. »
+ tagsinae la moche
+ notessteelblue + tg
BY MITZI



◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: overjoyed ☾ boonae (flashback)     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
overjoyed ☾ boonae (flashback)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: