1234
-- just a little bit (suho)

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
Le deal à ne pas rater :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD 4Go – 64Go
127.92 €
Voir le deal

 :: seoul :: Gangnam
Partagez

 -- just a little bit (suho)


Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyMer 12 Oct - 22:43
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Éclat de rire qui fuse dans cet appartement qui est trop souvent silencieux au quotidien. Il faut dire que tu n’es pas fréquemment là Aran – quasi jamais en dehors de la nuit car bien trop souvent t’es en déplacement ou à l’agence pour suivre avec rigueur un planning déjà tout préparé pour toi. Mais depuis hier c’est un moment hors du temps qui se joue dans ce tout petit logement. Suho est là, campe dans ta petite bulle et profite de chaque instant de ces vingt-quatre heures de répit en ta compagnie. C’est surement la première et dernière fois de l’année que vos plannings sont si harmonieux.

Comme si une force au-dessus de vous savait que vous aviez besoin de ça.

Qu’il était grand temps de vous récompensez pour la rigueur et la sagesse des dernières semaines passés. Car vous avez tenu votre engagement tout le long du mois passé – difficilement certes mais vous n’avez pas dépassé les limites malgré l’envie de succomber à chaque instant, d’envoyer valser les principes que vous vous êtes promis de respecter car le manque se faisait trop ressentir par moment, que t’aurais aimer profiter de la présence de Suho chaque jour, à chaque instant – comme tout jeune couple connaissant ses premiers moments, rien de bien hallucinant en réalité. Mais là au moins, avec cette journée de quartier libre vous êtes dans les clous bien que la discrétion soit toujours de rigueur. C’est pour ça que l’un comme l’autre vous n’avez prévenu personne dans votre entourage de ce jour coupé du monde, avait passé toute la journée dans ton appartement à vous reposer quand vous ne passiez pas votre temps à vous embrasser. Et t’es toujours sous le choc que l’un comme l’autre vous n’ayez pas reçu un appel vous ramenant à la réalité, vous forçant à déjà mettre fin à ce temps de répit pourtant si mérité.

Car ça fait bien trop longtemps que vous n’avez pas gouté à un week-end.

Et voilà que vous l’avez votre chance, tu viens ainsi entrelacer tes jambes aux siennes, pose ta tête contre son torse à découvert, sa peau encore légèrement moite de ce moment partagé entre les draps. Et tu te mets à fixer la porte face au lit, pensive. Tu te dis que ça serait chouette des week-end comme celui-ci toutes les semaines, un quotidien dans lequel le voir tous les jours ne serait pas abordé avec la crainte d’être surpris. Mais ce n’est pas votre vie, loin de là et cette idée te renfrogne comme si soudainement tu haïssais vos choix de vie. Ne les assumais plus. Tu tournes alors vivement la tête comme si t’étais renfrogné, ta bouche et ton nez rencontrant sa peau avant que tu ne souffles fort de la bouche créant un bruit ignoble contre son derme sans le prévoir. Tu te recules alors vivement comme si tu ne savais pas exactement d’où provenais cet infame bruit, grimace en le regardant et lui dit d’un air faussement dégouté :

- Ah mais aucune retenue ? Berk tu pètes t’es dégueu.... Ahhhh...

T’essaies alors de t’éloigner de lui – ne force pas trop pour quand même finir coller tout contre son corps, sourit aux anges en sentant sa main se plaquer à la chute de tes reins pour te maintenir en place.

T’as pas à t’en faire Suho, j’bougerais pas d’ici.
Jamais même, si seulement c’était possible.


- J’pense des aliens vont commencer à tomber du ciel... C’est pas possible qu’on ait passé une journée si tranquille sans être dérangé... Tu penses en pleine nuit ils peuvent nous appeler ?  


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyJeu 13 Oct - 21:18
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Est-ce que les aliens sont réellement tels qu’on les voit dans les films, le derme teinté de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et le crâne déformé, ou ressemblent-ils à s’y méprendre aux êtres humains ?

Après avoir retourné la question dans tous les sens, y avoir réfléchi des années durant, Suho pencherait plutôt pour la première option. Ils ne sont peut-être pas aussi excentriques qu’on l’imagine, mais cela ne le surprendrait pas qu’ils soient différents des Terriens – car après tout, ils habitent des planètes aux antipodes de la leur, où l’atmosphère est sûrement différente, si ce n’est pas le climat ou simplement tout de ces planètes. Alors cela a bien dû influer sur leur physique d’une manière ou d’une autre. Après, ils sont potentiellement capables de prendre l’apparence des humains comme lui, pour mieux se fondre dans la masse, mais…

La moiteur de la bouche de Aran se fait sentir contre la peau de son torse, et un instant plus tard, un bruit de pet assourdissant résonne dans la chambre, l’arrachant à ses pensées. Il cligne des yeux, voyant les petits aliens formés par son esprit se dissiper sous ses rétines, et sa petite amie à deux doigts de partir en courant, une moue écœurée peignant ses traits. Bien évidemment, elle l’accuse lui d’avoir pété, lorsqu’il n’a pas senti l’once d’un courant d’air – car oui, ça ne pouvait pas être moins qu’un courant d’air, vu le bruit que ça a fait – quitter son corps, l’air purement et simplement dégoûtée qu’il ose se lâcher ainsi devant elle. Et Suho étant Suho, il entre dans son jeu ; lui répond en ricanant :

- T’as vu, ça pue de fou hein ? Et pourtant j'suis sûr que tu pref ça au fait que je bouffe des pauvres cookies.

Car Aran a des tendances légèrement maniaque sur les bords, au regard de Suho, en tout cas, et pour éviter qu’elle ne se fasse la malle pour de bon, il glisse une main précise dans le bas de son dos ; vient la coller tout contre lui, verrouillant ses mains derrière elle pour s’assurer qu’elle n’aille nulle part, ses lippes rencontrant son oreille lorsqu’il murmure :

- Moi j’crois juste que comme t’as pas d’animal à accuser à ta place, c’est sur ton p’tit ami parfait que tu rejettes la faute. Mais moi j’sais que c’est toi qu’a pété. Mais ça sent rien hein, fais pas ton cirque. Par contre ça sent pas la rose non plus, on m’a menti toute ma vie ? De toute la rose ça sent juste la mamie, mais bon…

L’air de sérieusement réfléchir à la question lorsque sa petite amie décide d’éluder le sujet ; déclare plutôt que des aliens vont certainement tomber du ciel, car la journée a été un peu trop paisible pour que ça ne soit pas suspect. Et il n’en faut pas plus pour allumer des étoiles dans les yeux du brun ; le sourire qui se peint sur ses lèvres lorsqu’il lui répond :

- Tu crois ? Trop bien, faut j’parte à la fenêtre pour voir ça alors… T’as des jumelles ? Un télescope ?

Ce coup-ci c’est lui qui fait mine de partir, avant de se remettre sagement à sa place, lui répondre plus sérieusement dans l’espoir qu’elle cesse de s’inquiéter :

- Au pire on se met en mode avion ? C’est bon, on est pas pompiers pour avoir une vraie urgence en pleine nuit.

Il doute qu’on les appelle pour une bonne raison, en revanche ça ne l’étonnerait pas de recevoir un appel d’ici une heure ou deux, juste pour lui rappeler de rentrer au dortoir à temps pour embrayer sur la journée à venir – comme s’il risquait d'oublier. Et lorsqu’il est entre les draps d’Aran, entendre la voix de Kyang au creux de son oreille est certainement la dernière chose dont il ait envie. Aran sur qui il reporte son attention ; dépose un petit baiser sur sa joue lorsqu’il lâche, laissant ses lèvres s’égarer paresseusement sur sa mâchoire, glisser un peu dans son cou :

- J’aurais trop kiffé on puisse passer des journées comme ça tous les jours… J’sais pas j’ai fait quoi comme dingueries dans ma vie d’avant pour mériter cette vie d’esclave.

C’est tout ce qu’il aurait demandé, Suho – une vie normale où il puisse la voir tous les soirs en rentrant, passer la nuit avec elle et des week-ends de rêve. Pas plus, et pourtant, c’est un luxe que l’on fait plus que leur refuser. Et une idée fugace le pousse à interrompre ses baisers ; se décaler un peu, un regard pensif perdu dans le vide lorsqu’il murmure :

- J’espère j’ai pas fait des trucs chelous aux aliens de la zone 51 dans les années 50…
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyDim 16 Oct - 23:03
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il te connait un peu trop bien Suho – si bien que ça pourrait presque t’effrayer par moment mais est-ce que tu préfères une terrible odeur de pet à la si désagréable sensation des miettes qui viennent gratter le derme pendant la nuit ? Pas sûr. Ça serait quand même un peu dégueulasse d’entendre et respirer cela, non ? T’en sais trop rien Aran, ça te dégoute un peu moins quand tu penses que c’est naturel, que ça vient de Suho alors c’est forcément moins sale que chez quelqu’un d’autre bizarrement.

T’es juste follement amoureuse de ce garçon.

Ça ne t’empêche pas pour autant de jouer ta petite comédie, de faire semblant que tu vas t’éloigner de lui dans l’unique but qu’il te colle un peu plus contre son corps par la suite. Et ça ne rate pas – ça ne rate jamais avec lui. Tu souris ainsi, pas peu fier que ton petit plan ait si bien fonctionné, la tête niché contre son pectoral à le sentir se pencher vers toi pour ce que t’imaginais être un tendre baiser. Mais c’est son souffle qui glissent à ton oreille, dans un chuchotement c’est sur toi qu’il rejette cette histoire de pet. Et tu tournes vivement la tête vers lui, sourcil froncé comme si t’étais réellement touchée qu’il puisse croire ça.

- Eh, je pète pas moi ! Et même si c’était le cas déjà ça serait silencieux car je fais pas de bruit et ça sentirait pas la rose mais la vanille. Mais bref…

T’as pas envie de parler un instant de plus d’odeur nauséabonde fictive. T’es trop heureuse de l’avoir avec toi Suho, trop heureuse de cette journée de repos si banale pour le reste du monde mais hors du commun pour vous deux. Tu soupires de joie, laisse tes doigts glisser sur sa peau en lui disant que t’as du mal à croire que cette journée soit bel et bien réel. C’était un besoin qui devenait viscéral à stade là. Vous aviez besoin de vous retrouver sans limite du temps, dans un lieu clos sans avoir peur de vous faire choper à braver l’interdit et pour illustrer l’étonnement avec lequel cette journée se passe merveilleusement bien t’en viens à parler des aliens. Erreur fatal de ta part, il commence à s’exciter Suho, semble prêt à se lever pour aller fixer le ciel des heures durant si il le faut pour en voir un.

- Reste-lààà, j’ai froid sans toi ! Personne t’as permis de sortir du liiiiit !

Que tu dis de ta petite voix soudainement aigue tout en t’accrochant à son bras, l’empêchant de sortir d’entre les draps. Heureusement qu’il ne force pas trop, se rallonge confortablement à tes cotés et t’assure que vous n’êtes pas indispensable au bon fonctionnement du pays, qu’il n’y a qu’à choisir le mode avion pour être coupé du monde sans crainte. Ça te rassure un peu, te remet les pieds sur Terre surtout. Car tu sais qu’il a raison Suho, vous n’êtes rien, on est pas censé vous dérangez et encore moins si on vous a donné un jour off à chacun.

- T’as raison mais j’suis tellement matrixé par les évènements qu’on nous rajoute à la dernière minute ou même une session studio que je suis tout le temps stressé….

Mais là, sous la myriade de baiser qu’il glisse de ta mâchoire jusqu’à ton cou t’arrête rapidement de penser à tout ceci. Tu fermes un instant les yeux, te mordilles la lèvre et laisse tes mains glisser sur ses côtes. Prête à déjà bazarder de nouveau le lit si c’est ce qu’il souhaite. mais Suho ce recule soudainement plaintif et toi, tu ricane doucement en l’entendant déplorer sa vie d’artiste, le regarde fixer le vide comme un damné.

- ça m’étonnerait que ton toi antérieur des années 50 ait touché aux aliens… C’est pas ton genre. Mais pour en revenir au sujet de base c’est quand même toi qui l’a choisi cette vie tu sais … ? Comme moi d’ailleurs…  Puis on voyage, on voit des gens qui nous apprécient… Il n’y a pas que du mauvais, c’est nous on s’est compliqué la tâche…

Car il a fallu que vous soyez amoureux l’un de l’autre, que le destin vous amène à vous retrouver et qu’encore aujourd’hui vos sentiments soient inchangés. Vous n’avez pas réussi à maintenir une quelconque limite, un minimum de professionnalisme quand il le fallait et dorénavant le quotidien est difficile - parfois insoutenable sans la présence de l’autre. Mais tu l’aimes quand même ta vie actuellement, plus que tu ne l’as jamais aimé. Il embellit tout Suho par sa présence et pour rien au monde tu l’enlèverais de ton quotidien dorénavant.

- Puis… Grace à nos vies on est ensemble mine de rien… Peut-être que sans ça, ça ne serait pas le cas actuellement non ?

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyLun 17 Oct - 21:08
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


A jouer la comédie ; prétendre que l’éventualité de pouvoir apercevoir des aliens à la fenêtre le pousse à quitter le lit ; laisser Aran seule sur le matelas. Mais Suho est mauvais comédien ; ne s’investit même pas assez pour réellement partir, a tout de même l’air un peu surpris – faussement inquiet – lorsque sa petite amie se plaint d’avoir froid sans lui.

- T’as froid ? Ah nan ça va pas du tout, comment ça t’es frileuse comme ça, même ?

Cessant de tirer sur le bras auquel elle se cramponne comme si sa vie en dépendait, il revient à sa place entre les oreillers, attire la jeune femme tout contre lui, lui frictionnant un instant le dos comme pour la réchauffer, avant de cesser de faire l’idiot et simplement abandonner ses doigts contre sa peau. A lui assurer qu’elle n’a pas à s’inquiéter d’être dérangés ; que c’est censé être leur jour de repos, et qu’au pire, le mode avion existe toujours. Et pour une fois, elle reconnaît qu’il a raison. Commence cependant à bafouiller que leurs plannings instables l’ont un peu traumatisée, au point de ne plus réussir à profiter d’un jour de repos comme il se doit.

- Chut…, l’interrompt-il dans un souffle. Te prends pas la tête avec ça, on est ensemble là, c’est assez rare pour qu’on en profite, non ?

Et déjà, ses lèvres s’égarent sur sa mâchoire ; dans son cou, empruntant un sentier devenu bien trop familier. Les laissant explorer son corps sans idée particulière derrière la tête, et les mains de Aran qu’il sent glisser sur ses côtes, tandis que son cerveau s’interroge paresseusement sur les raisons qui leur ont donné cette vie de misère ; que l’éventualité d’avoir torturé des aliens dans une vie antérieure achève de le distraire, le poussant à se reculer brusquement, l’air absent. De quoi faire ricaner sa petite amie qui lui rappelle que l’un comme l’autre ont choisi cette vie ; qu’ils n’ont pas à se plaindre, ont finalement la belle vie malgré tout. Sauf que Suho, il n’est pas tout à fait d’accord avec elle. Y a une petite moue peu convaincue qui prend place sur ses traits, alors même qu’il lui répond d’un air blasé :

- Mouais… Moi j’préférais le lycée… Tout ce que j’avais à faire c’était traîner avec toi et danser, ça m’allait très bien comme ça…

Un baiser rapide qu’il dépose sur ses lèvres pour appuyer ses dires, repensant au temps révolu de leur adolescence. Tout était alors plus simple – c’est lorsque Aran a quitté Daegu que tout s’est compliqué ; que la récréation s’est terminée. Comme elle, il a commencé à auditionner dans des agences, et s’est trouvé pris dans l’engrenage de l’industrie – et maintenant qu’il a enfin la fille qu’il aime, il en vient parfois à regretter sa décision, tout en sachant pertinemment que même s’il était resté dans l’ombre confortable de l’anonymat, il n’aurait pas eu la relation dont il aurait rêvé pour autant du moment que Aran restait connue. Ils auraient quand même dû se cacher ; ne pas se voir assez. Il n’y a définitivement pas de bonne solution tant qu’il ne trouve pas une machine à remonter dans le temps. Mais Aran reprend la parole, l’arrachant à ses pensées lorsqu’elle fait remarquer que les vies qu’ils se sont choisies leur permettent finalement d’être ensemble aujourd’hui. Et son sourire de sale gosse s’étire en coin lorsqu’il lui rétorque :

- Moi j’crois surtout que si tu t’étais pas tirée de Daegu, ça fait quarante-cinq ans on pourrait être ensemble… Moi j’serais prof de danse et toi tu serais dans la chorale de la ville, on aurait un p’tit appart’ sympa, notre premier bébé puis un petit chien… Ca te fait pas rêver, toi ?

Déjà, un éclat de rire franchit ses lèvres, car il ne parvient pas à maintenir la mascarade plus longtemps. Pour Suho, elle serait carrément angoissante cette vie – entre les rêves jamais réalisés et la présence de ce marmot qui le terrifierait si bien. Alors, avec un petit soupir il conclut :

- Nan t’as raison, on est pas si mal ici. De toute façon dans la vie dont j’te parlais il nous manquait un coloc’ alien pour que j’sois complètement heureux.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyJeu 20 Oct - 23:24
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


T’hoches de la tête, te résigne à l’écouter quand il dit que vous feriez mieux de profiter du moment présent tant ce temps d’accalmie est rare et précieux. Car qui sait dans combien de temps vous aurez une nouvelle journée de libre après celle-ci ? Quand est-ce que vos plannings colleront de nouveau avec les tournées à venir ? C’est d’énorme zone grise qui se forment quand tu penses à l’avenir mais toutes ces pensées disparaissent quand ses lèvres viennent picorer ton cou. Car il sait comment te calmer Suho, connait tes points faibles pour te retourner la tête. Ça marche si bien que t’es presque déçue qu’il s’arrête si soudainement de t’embrasser mais ris en entendant ce qui semble tant le tracasser.

Car Suho ne se rend pas compte de la chance qu’il a,
Avoir pu débuter, faire partie d’un groupe qui marche à merveille.

Pas tous les garçons de son âge peuvent se vanter d’avoir une telle chance et t’aimerais qu’il en est un peu plus conscience Suho. Après tout, c’est vous qui l’avait choisie cette vie d’artiste, personne n’est venu vous cherchez pour vous trainer jusqu’à ces auditions, vous a forcé à continuer jusqu’à que vous obteniez ces contrats. C’est ce que tu te répètes tous les jours pour ne pas craquer, ne pas regretter ce choix qui vous mènes à cette vie peu commune, cette relation que vous devez constamment cacher.

- Et maintenant tu sors avec moi et t’es payé pour danser… C’est à mes yeux l’évolution parfaite du passé.

Car même si ce rythme de vie est compliqué il y a des bons côtés à mener une vie d’artiste. Ça te vend toujours autant du rêve d’être joliment habillé, participer à des évènements comme des cérémonies et des fêtes privées. Mais d’après Suho la vie aurait été tout aussi cool si vous étiez resté à Daegu, il te dépeint une vie bien trop éloignée de la vôtre, une vie rangée qui par des aspects aurait pu être cool mais qui par d’autres ne te donnent pas du tout envie et si tu crois à ses premiers dire dès qu’il se met à parler gosse et petit chien tu lui assène un petit coup sur le torse, rit comme lui de ses conneries.

- T’es trop chiaaaant, j’ai cru tu rêvais vraiment de me voir dans une chorale !

Est-ce qu’on est payé pour participer à une chorale même ? T’es même pas sûr de ça et ne souhaite pas en apprendre plus. Par contre t’imaginer vivre avec lui fait vrombir ton cœur, ça ne te parait pas si fou comme idée de partager ton quotidien avec lui, le retrouver le soir pour que vous puissiez vous raconter votre journée, manger un bout ensemble et dormir dans le même lit. Tu te sentirais moins seule, te sentirais apaisé de retrouver la personne qui te fait rire et sourire au quotidien.

- Puis qui sait si on aurait fini ensemble à Daegu… ? Il y avait ce oppa en terminale là… Trop sexy…

Regard en coin que tu lui lances avant d’éclater de rire de nouveau, ajouter bien rapidement avant que le brun ne s’enflamme :

- Je rigole Suho promis ! Commence pas avec ton regard blasé là…

A ton tour de venir picorer ses lippes, tentant de te faire pardonner en usant du moyen qui te semble le plus efficace jusqu’à présent : le suivre dans son délire des extraterrestres.

- Puis tu parles de coloc’ alien mais… J’ai jamais démenti ou dit quoi que ce soit sur le fait je fasse partie de la communauté des habitants de pluton…

Epaules que tu hausses mollement, l’air de dire « j’dis ça, j’dis rien » avant d’arrêter tes bêtises poser ta tête contre son épaule, laisser ton index glissé sur cette fine ligne plus blanche sur son torse et lui demander sans réelle arrière-pensée :

- T’as fait quoi encore pour avoir ça … ? C’est les griffes d’un chat ou bien d’une fille qui n'a pas su se contrôler … ?


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyVen 21 Oct - 22:22
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Les éclats de rire fusent dans la chambre, suite au tableau tragique que Suho dépeint de leur vie hypothétique. Une vie où leurs rêves auraient été oubliés, pour sûrement resurgir dix ans plus tard à coup de rancœur et de conflits ; une vie où ils auraient déjà un bébé sur les bras, la vingtaine à peine entamée. Elle ne lui vend pas franchement du rêve, cette vie, et Aran semble partager son avis ; suggère carrément qu’ils auraient pu ne jamais se mettre ensemble même si elle était restée à Daegu, car il y avait ce grand en Terminale qui semblait lui faire de l’œil. Suho, il n’a pas la moindre idée de qui elle parle, et pourtant le lycéen épris qui sommeille en lui a un pincement au cœur à cette mention, car ce garçon imaginaire n’aurait fait que confirmer la certitude qui l’a animé pendant des années, que Aran, il ne l’avait jamais intéressée. Et sans doute cela se lit-il sur ses traits, sans doute le sourire s’efface-t-il de son visage et le regard se voile-t-il un peu, car sa petite amie éclate de rire, s’empresse de lui assurer qu’elle ne faisait finalement que plaisanter.

- Haha, très drôle… J’vois même pas qui c’est ton oppa de merde là.

Le sarcasme dégouline dans sa voix, et pourtant, il ne parviendra pas à conserver ce masque de mauvaise humeur bien longtemps. Car Aran se rapproche de lui ; Aran dépose des petits baisers sur ses lèvres, n’obtient réellement gain de cause, en réalité, que lorsqu’elle prétend venir de Pluton. A ces mots, son regard s’anime de nouveau ; l’intérêt luit dans ses yeux lorsqu’il lui demande, entrant dans son jeu :

- Et ça va ? Tu vis pas trop mal le fait que tout le monde dise que votre planète c’est plus une planète ? Moi j’trouve ça abusé quand même, j’te raconte pas le scandale si vous aviez commencé à dire que la Terre mérite plus d’être une planète…

Il a l’air très sérieux, en prononçant ses mots – si Aran commettait l’erreur de le suivre pour de bon dans ces bêtises, sans doute serait-il encore en train de débattre sur le sujet dans deux heures. Fort heureusement, la petite brune a le bon sens de ne pas plus encourager cette discussion ; repose sagement sa tête sur son épaule, laissant son doigt effleurer une cicatrice qui le fera toujours légèrement frémir bien malgré lui – car si la plaie est refermée depuis des années, le corps, lui, se souvient. Et il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’elle l’interroge à ce sujet ; soupçonne qu’un chat, ou une fille, serait l’instigateur de cette cicatrice. Et Aran, si tu savais à quel point t'es loin de la vérité…

- Le seul chat que j’connais c’est toi, hein…

Il s’efforce d’esquiver le sujet comme il peut ; laisse un léger éclat de rire franchir ses lippes lorsqu’il lui demande :

- J’dois vraiment te donner la vraie réponse, ou j’ai le droit de te mytho ?

Mais apparemment, Aran veut connaître la vérité, ce soir. Sans doute s’est-elle mise le doute toute seule en parlant de ces filles aux ongles trop longs, et avec un léger soupir, il finit par lâcher :

- Qu’est-ce que tu me fais faire, Aran… Bon, puisque tu veux tout savoir… J’devais avoir quoi, six, sept ans grand max ? Un soir, mon père est rentré à l’appart’, il était véner, j’sais même plus pourquoi encore. J’te dis la vérité c’est un peu flou dans ma tête, mais j’me rappelle qu’il a vachement gueulé, j’ai flippé un peu, et qu’à un moment il m’a balancé un verre dessus. J’ai eu de la chance de fou, je l’ai pas pris dans la tête, mais il s’est pété, j’avais plein de griffures superficielles mais y a ce morceau qui s’est foutu juste ici. Il a gueulé encore plus après ça, j’ai fini aux urgences, recousu, et voilà, tu sais tout.

Son doigt effleure la cicatrice pour appuyer ses dires, chassant les images qui affluent dans son esprit – la couleur du sang, le cœur qui tambourinait dans ses oreilles lorsqu’il avait si peur, et la lueur folle qu’il a presque toujours vu dans les yeux de son père. Comme il l’a dit à Aran, cette soirée, comme tant d’autres, est enveloppée d’un épais brouillard qu’il peine à dissiper – qu’il n’a pas réellement envie de dissiper, pour être honnête, ce n’est sans doute pas pour rien que le cerveau aseptise ainsi certains souvenirs.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyMar 25 Oct - 21:41
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Sa jalousie te fait rire, remplie ton cœur d’une étrange satisfaction sur le moment même. Comme si cette réaction de sa part rendait votre relation un peu plus sérieuse encore, qu’il te donnait une nouvelle preuve qu’il t’aime vraiment. Et c’est ça que tu cherches constamment chez lui Aran, qu’il atteste et confirme qu’il t’aime autant que toi tu l’aimes maintenant que vous êtes ensemble.

Et surement qu’il ne faudrait pas,
Que c’est un peu triste – et surtout pas très sain de réfléchir comme ça.

Mais tu ne peux t’en empêcher, faut toujours que tu le titilles avant de lui avouer très rapidement que c’est pour rire avant de passer à autre chose, balayer le sujet comme si celui-ci n’avait jamais été évoqué. T’essaies alors de le détendre le brun, entre dans son univers et ses délires pour le dérider mais bien évidemment il part si loin dans son délire que tu viens le couper en déposant quelques baisers sur ses lèvres et chuchote contre celles-ci :

- Je ne peux rien t’avouer pour le moment... C’est des secrets d’états là-bas...

Ta petite tête que tu poses contre son épaule, l’attention détourné sur son torse que tu viens caresser du bout des doigts cette ligne légèrement boursouflé qui t’a souvent intrigué mais sur laquelle tu ne t’es jamais réellement questionné. Et puisque t’as rien à dire de spécial tu l’interroges sur celle-ci, t’imagines un récit rocambolesque qui t’énervera à coup sûr. Mais Suho te dit que ce n’est pas un chat fou qui l’a griffé, que le seul chat qu’il connaisse c’est toi. Alors tu roules des yeux Aran, pose ta main à plat sur son torse et lui dit :

- Aller commence pas à raconter des bobards et lâche ce que t’as à dire Yi.

Le brun de tes yeux ancrés dans le sien, dans l’attente d’une vraie réponse à ta question. Ça semble le faire rire le garçon, il te demande alors si il est obligé de te dire la vérité et t’hoches vivement de la tête car t’es incapable de supporter un mensonge venant de lui et ça, même si la vérité peut te faire du mal. Alors t’attends sagement qu’il reprenne la parole Suho, sent ton cœur battre de plus en plus fort quand enfin il se met à parler. Car ça semble l’embarrasser ce qu’il s’apprête à te raconter donc tu ne le coupes pas, reste figé contre lui quand son enfance est mise en avant, qu’il t’apprend que cette cicatrice qui barre son torse est faite de la main de son propre père. Une soirée qui a mal tourné, quelques verres dans le nez et voilà qu’il s’en était pris à son fils. Il aurait pu mourir ce soir-là Suho, aurait pu se prendre un éclat dans le crâne ou sur son si joli visage. L’image te parait un peu trop réelle, la scène se joue un peu trop facilement à tel point que tu sens ton estomac se retourner. Finalement t’aurais préféré un million de fois qu’il te raconte qu’une fille aux ongles rouges et avec énormément de fougue l’avait lacéré, c’aurait été plus facile à encaisser. Largement plus simple oui. Il te faut quelques secondes pour ravaler l’énorme boule qui vient obstruer ta gorge, quelques secondes supplémentaires pour desserrer ce larynx avant que tu lui dises sur un ton calme, les yeux rivés sur vos jambes emmitouflés dans la couette :

- Moi qui m’attendait à une histoire avec une meuf...

T’aimerais détendre l’atmosphère comme lui arrive parfois à le faire mais même là, tu sens que le ton de ta voix te trahi alors t’arrête de faire semblant Aran et lui dit plus franchement en te redressant sur le lit :

- ça me rend dingue de savoir qu’il ait pu aller si loin... J’capte pas pourquoi en plus ? C’est si dangereux putain t’aurais pu finir avec un œil en moins ou carrément mort par sa faute ? Et il ne s’est jamais excusé j’imagine ? T’étais qu’un enfant putain on peut pas rejeter tous les malheurs du monde sur un gamin ?

T’es révoltée Aran, ne réfléchit même pas à ce que tu dis et l’impact que ça peut avoir sur celui qui essaie certainement de ne plus penser à ces sombres souvenirs. Mais une fois le pique de colère passée tu te ramollis en croisant son regard, vient poser ta tête contre son estomac et lui dit d’une voix beaucoup plus triste – impacté par ce que t’as pu imaginer quand il te racontait l’histoire de cette cicatrice :

- Surtout toi quoi, le peu que j’ai pu parler avec ta mère quand on était à Daegu elle me disait toujours que t’étais incroyable, toujours souriant, accrocher à ses jupons et à la jambe de ton frère aussi... Mais t’avais pas à subir ça... Si j’avais le pouvoir de changer le passé et t’éviter tout ça je le ferais...

Si tu pouvais absorber tous ses vilains souvenir tu le ferais aussi, juste car l’imaginer souffrir te fait mal au cœur. Et t’as forcément l’impression de lui en devoir une, de devoir lui raconter un petit bout de ton histoire aussi pour qu’il ne se sente pas seul alors tu réfléchis un instant à quoi lui raconter et fini par lui dire :

- J’t’avais raconté qu’on m’avait placé en famille d’accueil assez petite mais qu’au bout de quatre ans la famille n’a pas tenu donc je suis retourné au foyer puisqu’ils pouvaient plus s’occuper de moi... ? Donc forcément j’avais pris des mauvaises habitudes de petite fille gâtée, j’avais tous les jouets pour moi là-bas et à sept ans t’as pas forcément en tête que ce qu’il se passe dans une famille d’accueil s’applique pas du tout en foyer alors quand j’ai vu cette Barbie posé sur le lit d’une autre gamine et que je l’ai prise... J’te dis pas le bordel que j’ai créé, cette petite avait une sœur plus grande aussi dans le foyer genre nous on avait six et sept ans et la sœur ... Quatorze ou quinze ? Elle n’a pas supporté que je pique la poupée de sa sœur elle est venue avec des copines à elle du foyer et elles m’ont ta-ba-ssé... Après ça, j’ai plus jamais touché les affaires de quelqu’un, elles m’ont vacciné à vie je crois ...

Récit raconté en riant car si certains gamins ont des histoires tout aussi farfelues à raconter dans une même fratrie toi tes souvenirs d’enfance sont liés avec des gamins qui avaient la même histoire que toi pour la plupart mais avec lesquels tu ne partageais aucun lien du sang. c’est des enfants que t’as vu grandir, certains que t’as vu jusqu’à que madame Kim te prenne sous son aile et d’autres qui sont partis de cet enfer de foyer avant toi, dont les visages petit à petit deviennent flou, les prénoms se mélangent ainsi que leurs histoires.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyMer 26 Oct - 23:29
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Elle semble tenir à la vérité, Aran ; ne lui laisse pas une chance de se réfugier derrière des mensonges et des récits inventés pour ne pas se replonger dans le passé. Alors il lui déballe tout, la vérité toute nue à ses pieds, lui raconte laborieusement cette nuit de cauchemar, qui n’en a finalement été qu’une parmi tant d’autres dans cette enfance instable. Lorsque le silence revient dans la chambre, il a les mâchoires un peu serrées ; s’efforce de chasser les souvenirs qui affluent dans son esprit à jamais traumatisé, d’ignorer l’étau qui lui enserre le cœur. A se considérer, en dépit de tout, extrêmement chanceux que cette cicatrice soit la pire chose que son père lui ait laissé ; que personne sous ce toit n’ait péri sous les coups de cette violence ambiante. Et surtout, surtout, que depuis onze ans, il n’ait plus revu la salle gueule de son père.

Et lorsque sa petite amie décide de briser le silence, c’est pour déclarer qu’elle s’attendait à une histoire de meuf ; parvient à tirer un éclat de rire au jeune homme, face au constat que jamais Aran ne cessera de faire une fixette sur les filles qu’il a pu fréquenter, à la fois après et avant elle.

- J’aurais préféré que ça soit une histoire avec une meuf, répond-il en toute franchise, alors même que la jeune femme se redresse sur le lit.

Et elle s’enflamme, Aran, comme rarement il l’a vue s’enflammer. Elle débite les mots à toute allure, s’énervant sur cet homme qui lui a servi de père durant les neuf premières années de sa vie, et doucement il la pousse à revenir sur lui – contre lui –, lui répond dans un souffle :

- Ca fait longtemps j’ai arrêté de chercher à capter pourquoi… Puis t’inquiète pas pour moi, y avait toujours ma mère et mon frère, tu sais ? Ils ont été incroyables… Faut vraiment j’arrive à leur rendre ça un jour ou l’autre.

Suho, ça fait un moment qu’il a accepté qu’il était arrivé ce qui était arrivé ; que son père était une sombre merde, et qu’il avait voilé le ciel de son enfance. Ce qu’il a plus de mal à encaisser, ce sont les retombées sur sa mère et son grand frère ; c’est le fait qu’ils aient pris pour lui les coups qui lui étaient destinés, lorsqu’ils n’étaient pas ceux qui les méritaient. Et un petit éclat de rire franchit ses lippes lorsque Aran lui rapporte ce que sa mère peut raconter à son sujet ; la tête qu’il secoue doucement, lui répondant en ricanant :

- C’est une daronne, elle survend le truc… J’étais juste un gamin lambda. Mais nan, personne devrait subir ça. J’suis juste tombé sur un daron un peu plus merdique que les autres… C’est du passé maintenant, arrête de te prendre la tête avec ça.

Si ça le touche de la voir si investie dans cette histoire, ça l’embête de la voir si bien retournée. Puis il veut pas de sa pitié, Suho ; voudrait pas qu’elle le voit différemment à cause de toute cette histoire, alors il s’empresse d’ajouter :

- S’te-plaît me traite pas différemment maintenant que tu sais ça, c’est pour ça j’en parle jamais à personne… J’veux pas ça change quoi que ce soit.

Un regard implorant comme il en a rarement qu’il braque sur elle, et bientôt, la petite brune reprend la parole pour lui partager à son tour un zéphyr de son enfance. Elle lui parle du foyer, d’un jour où, de retour entre ces murs, elle a pris une poupée abandonnée sur un lit et a fini tabassée par la grande sœur de sa propriétaire. Et à mesure que les mots se fraient un chemin entre ses lippes, les yeux de Suho s’ouvrent un peu plus grand ; ses traits qui se déforment un peu en une grimace lorsqu’elle révèle l’aboutissement de toute cette histoire, à la considérer gravement. Car il a le cœur qui se serre d’imaginer une petite Aran esseulée ; recueillie par une famille pour mieux se faire rejeter, son petit corps d’enfant malmené sous les coups d’un groupe d’adolescentes. Aran, t’en as vécu encore combien des scènes de violence comme celle-là ?

- Putain… Mais quelle grosse conne… Déjà c’est tellement con de taper sur les autres mais en plus elle avait le double de ton âge ? Elle a ramené ses potes ? Pour une poupée ??? Eh je la déteste, c’est grave d’être débile comme ça.

Avec un soupir contrit, il ramène un peu Aran vers lui pour avoir son visage plus près du sien ; la serre tout contre lui, comme si en la serrant assez fort, il pourrait arriver à absorber toute la peine de cette enfance déstructurée ; effacer la violence de ses jeunes années.

- J’espère elles ont des vies de merde aujourd’hui toutes ces meufs. Elles méritent que ça pour s’en prendre à une plus petite comme ça.

Mais ça ne servira à rien de s’énerver et il le sait, alors il s’efforce de détendre ses mâchoires qu’il sent serrées à se briser ; cherche une bêtise à raconter, n’importe quoi pour alléger un peu l’atmosphère, et finit par lâcher l’air de rien :

- Par contre… Tu mens un peu là, comment ça tu touches pas les affaires des autres… ? J’ai un T-shirt ça fait depuis 2019 il attend de rentrer chez moi, pour citer que lui…
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptySam 29 Oct - 21:00
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il voulait certainement pas te mettre dans cet état Suho, ne voulait pas créer en toi un tourbillon de rage et de colère et pourtant ça ne rate pas. Car ça te prend aux tripes de savoir qu’il a vécu des violences, qu’il a eu une enfance pas si éloignée que ça de la tienne. T’aurais aimé qu’il soit heureux, comblé et soutenu par celui à qui il doit une partie de son passage sur Terre ton petit-ami. Alors comme il te le demande t’essaie de te calmer, de ne pas trop t’énerver. Tu le laisses t’attirer tout contre lui, laisse la chaleur de ses bras s’enrouler autour de toi et apaiser ton cœur enflammé par ces dernières révélations. C’est beaucoup plus agréable de l’entendre parler de sa mère et de son frère comme des personnes piliers dans sa vie, apprendre qu’il ne souffre pas – ou du moins ne souffre plus – du passage néfaste de son géniteur dans sa vie car c’est du passé pour lui. Il s’imagine que sa mère a embellit l’image qu’elle avait de lui durant l’enfance, qu’il était surement un gamin des plus banals. Ça te fait forcément sourire, tu t’en mordilles la lèvre inférieure même.

Car toi tu sais qu’il est particulier,
qu’il a surement été l’enfant incroyable qu’elle t’a dépeint.

T’en es certaine, tu le sens au plus profond de ton cœur qu’il était très certainement un enfant avec un petit quelque chose de singulier sinon il ne ferait pas le travail qu’il fait Suho. Ne serait pas l’étoile la plus brillante dans son art. Et tu sais qu’il finira par leur rendre comme il se doit tout l’espoir que sa mère et son frère ont mis en lui, tous les sacrifices qu’ils semblent avoir vécus pour qu’il en arrive là.

- Ne te tracasse pas trop bébé, j’pense sincèrement que tu vas réussir à leur offrir la vie qu’ils méritent.

Et si il faut le pousser pour ça, lui rappeler qu’il ne peut pas tout abandonner quand le moral est au plus bas tu seras là pour le faire Aran. Là pour lui rappeler que tout ce qu’il fait et subit c’est pour s’offrir à lui et ses proches une vie plus confortable au-delà du fait qu’il puisse vivre de la danse. Proche comme tu l’es de lui, tu n’hésites pas à venir déposer tendrement tes lèvres contre sa joue, serrer un peu plus fort son corps contre le tien comme si t’avais besoin de lui rappeler que t’es là pour lui, là pour l’entendre parler de ses joies comme de ses peines. Et tu ne sais pas si tes gestes lui mettent en tête une quelconque idée mais il se met à t’implorer de ne pas agir différemment avec lui, te laisse un instant perplexe car à aucun instant t’avais pensé à ça. Tu fronces légèrement les sourcils Aran, franchement étonnée et bafouille en faisant un grand non de la tête avant d’ancrer tes prunelles dans le brun des siennes lui dire avec toute la sincérité possible :

- Mais jamais de la vie ? Ça change absolument rien Suho. J’serais vraiment mal placée pour juger ou agir comme ça alors que je demande exactement la même chose pour moi… Je t’aime et c’est loin d’être de la pitié ou j’sais pas trop ce que t’imagine. Ce que je ressens pour toi c’est… de l’injustice, de la peine car ce n’est pas ce que j’aurais aimé mais certainement pas de la pitié…

Les mots si difficiles à sortir en face à face qui auront jailli sans même que tu t’en rendes compte dans ta tirade. Car t’as pas envie qu’il s’imagine n’importe quoi, pas envie qu’il se braque et ne te raconte plus rien par peur que tu le vois comme une personne faible, une personne qui attise la pitié quand ce n’est pas le cas. Puis toi aussi t’en a des histoires de la sorte à raconter, non pas pour faire la course à celui qui aura l’histoire la plus triste à raconter mais pour lui prouver que toi aussi tu lui fais assez confiance pour lui donner des informations sur ton passé que tu ne partages quasi jamais. Tu t’ouvres pas du tout sur le sujet normalement, garde toutes ces années de galère pour toi et ose espérer que personne ne peut se douter de ce que t’as vécu. Mais là, tu te prêtes au jeu, lui raconte ce souvenir sans t’imaginer la réaction qui va suivre.

Et c’est là que tu comprends ce qu’il a ressenti Suho,
C’est là que tu saisis qu’il est tout aussi sensible que toi.

Car voilà qu’il s’énerve, utilise de vilain mot pour parler de ces filles dont t’as oublié le nom depuis toutes ces années. Il parle de détester ces filles et forcément t’explose de rire vient le couper dans son discours en déposant mille et un baiser contre ses lèvres pour le calmer d’une manière ou d’une autre.

- Eh te met pas dans des états pareil aussi s’teuplait, on s’en fiche de ce que ces filles deviennent ou pas puis moi aussi j’ai pas toujours été toute rose et sympa là-bas … Mais j’vais pas tout te dévoiler, faut garder un peu de mystère dans la vie…

Ses joues, que tu caresses doucement, dans l’espoir qu’il se détende sous tes doigts. T’as l’impression que ça marche, que le garçon que t’aimes reprend doucement sa forme la plus paisible. Mais quand il reprend la parole Suho tu ne t’imagines pas qu’il va te parler de ce t-shirt usé que tu portes encore trop souvent que ce soit chez toi ou pour aller en répétition. Tu le fixe un instant Suho, interdite. Tu finis alors par lâcher :

- Alors, quand on oublie ses affaires chez quelqu’un et qu’on ne les réclames pas durant plusieurs semaines t’en perds la possession et ça a été le cas pour ce t-shirt donc après si tu veux que j’te le rendes tu peux mais toi en échange faut tu me rendes aussi quelque chose… On va dire…. Ma virginité ? Si tu peux pas bah désolé mais j’le garde hein….  

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyLun 31 Oct - 0:42
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et comme pour contrebalancer l’horreur des secrets dévoilés, c’est une atmosphère empreinte de douceur qui envahit la chambre. A sentir la chaleur du corps de Aran contre le sien ; la douceur de sa peau sur la sienne, et la caresse de ses lippes sur son derme. Il se sent bien avec elle, Suho – apaisé, ce n’est pas pour rien qu’il n’y a qu’avec elle que s’endormir ne se fait pas la lutte de sa journée –, et pourtant, une idée demeure, tenace, dans un recoin de sa tête. Il lui demande de ne pas changer son comportement avec lui, maintenant qu’elle sait – c’est sans doute l’une de ses pires hantises, qu’on le prenne en pitié pour des évènements depuis longtemps révolus, les drames de son enfance qu'il n'a jamais demandé à vivre. Heureusement, sa petite amie s’empresse de secouer négativement la tête ; lui assure que ça ne change rien du tout pour elle, ajoute qu’elle l’aime, et de là, Suho n’entend plus un seul des mots qui peuvent bien suivre. Y a juste un sourire, sûrement un peu idiot, qui se dessine sur ses lippes, et il attire son visage vers le sien pour déposer ses lèvres sur les siennes – une fois, deux fois, le rictus se frayant toujours un chemin entre deux baisers.

- C’est vrai… ?

Il a la taquinerie dans la voix, à laisser planer un doute quant au sens réel de sa question – l’interroge-t-il sur le fait que cela ne change rien, ou bien sur la nature de ses sentiments ? Et dans les faits, c’est surtout ce deuxième point qui l’intéresse – jeune homme qui peine à croire que ses sentiments puissent être si bien réciproques, lui qui a si longtemps évolué avec l’idée qu’ils ne l’étaient pas. Il est bien trop heureux d’apprendre que c’est le cas, le cœur gonflé de joie qui se dégonfle l’instant suivant lorsqu’elle commence à lui raconter ce triste évènement qu’elle a subi entre les quatre murs du foyer. Si leurs enfances auront été bien différentes, force est de constater qu’elles se rejoignent sur les épreuves qu’elles recèlent, et Suho sent la colère monter en lui, une rage froide à l’encontre de ces gamines qui faisaient régner leur loi, qui ont osé s’en prendre à plus faible qu’elles – à sa petite amie, finalement. Ça le rend fou de s’imaginer que Aran enfant a subi ces épreuves, mais la jeune femme éclate de rire sous ses yeux, vient rapidement l’embrasser dans une tentative de le faire taire. Elle avoue ne pas être toute blanche dans ces histoires ; vouloir garder cela secret, cependant, car elle ne peut pas tout lui dire – de la même manière que Suho ne lui a pas raconté la façon dont sa mère prenait toujours les coups pour lui, ni cette soirée où son grand frère a bien failli tuer son géniteur sous leurs yeux pour mettre fin à ce cauchemar, alors il ne dit rien. Ne cherche pas à lui tirer les vers du nez, en tout cas, pour plutôt lui demander, les sourcils froncés, sincèrement concerné :

- Mais juste… j’capte pas, y avait pas un adulte pour intervenir ? Empêcher que ça prenne ces proportions, j’sais pas ?

Sans doute est-ce l’enfant en lui qui parle, lui qui a toujours grandi protégé par sa mère et son grand frère – a eu la chance de pouvoir, dans la tourmente, toujours avoir la certitude que quelqu’un serait là pour le tirer de cette impasse. Et dans un effort d’alléger un peu la conversation, il l’accuse de mentir lorsqu’elle prétend ne plus oser toucher aux affaires des autres ; fait mention de ce T-shirt dont il avait pourtant juré de ne plus reparler. Et comme si Aran se souvenait elle aussi de cela, elle se défend en répondant qu’il en a perdu la possession depuis longtemps ; que s’il souhaite à ce point le récupérer, il faudrait qu’il lui rende sa virginité. Il est évident qu’elle sait qu’il ne peut rien faire ; que faute de pouvoir lui rendre ce qu’elle réclame, il est bien obligé de lui céder ce T-shirt qu’il lui a en réalité abandonné il y a déjà plusieurs années. Et pourtant, il fait mine de réfléchir un instant à la question ; lui répond trop naturellement, comme si c’était finalement l’évidence même :

- Si tu veux que j’te rende ta virginité, faudrait déjà que tu me rendes mon gland de lait.

Référence évidente à cette anecdote honteuse, le fait que des années durant, il ait cru que les saignements de leur première fois venait de lui, pour la simple et bonne raison que c’est ce qu’elle lui avait dit à l’époque. Car il l’aimait tellement qu’il aurait pu croire tout et n’importe quoi sortant de sa bouche, Suho, y compris le fait qu’elle n’était plus vierge lorsque c’était pourtant bel et bien le cas. Et des éclats de rire s’échappent des jolies lippes de Aran ; et comme au temps du lycée, à une époque où elle semblait à peine pouvoir le tolérer et que ces éclats de joie étaient encore si durs à lui arracher, il se dit qu’elle n’est jamais aussi belle que lorsqu’elle rit – que lorsque c’est lui qui la fait rire. A la façon dont ses petites dents se dévoilent ; dont ses yeux bruns se plissent sous l’impulsion de ses pommettes. Et instinctivement, il laisse ses doigts se perdre sur la peau de sa joue ; s’étire un peu vers elle pour lui murmurer à l’oreille, comme l’un de ces aveux que l’on aimerait garder secrets, des mots qu'il attend de prononcer depuis déjà quatre années :

- Je t’aime.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyMer 2 Nov - 23:05
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu n’hésites pas à lui répondre que c’est bien évidemment vrai. Tout aussi vrai que ce que tu t’apprêtes à lui raconter, ce petit éclat de vie que tu tais – cache même pour ne pas devenir la cible des moqueries et de l’empathie. Car toi aussi t’as vécu des moments d’extrême violence durant l’enfance. Des moments qui t’ont forgé à devenir celle que tu es, tenter du mieux que tu puisses d’être le plus souvent irréprochable et t’en tenir aux règles que l’on te fixe. C’est triste d’être ainsi brider, de ne fonctionner qu’avec des règles et des punitions mais tu ne sais pas vivre autrement Aran, même dans ta vie professionnelle ce schéma te suit.

Joli petit oiseau qui a trop peur d’utiliser de lui-même ses propres ailes,
A si peur de tomber et échouer qu’il préfère rester dans son nid.

Mais Suho t’aide à changer, Suho il te fait transgresser des règles fixées et ancrée dans ta tête en te prouvant qu’il y a du bon à mener la vie que l’on souhaite. Car tu ne fais de mal à personne Aran, toi aussi t’as le droit d’aimer et de profiter de ta jeunesse et pour ça, tu ne le remercieras jamais assez le garçon. Aucun je t’aime, ni aucun baiser ne pourra être assez fort pour lui faire comprendre ô combien t’es heureuse de l’avoir à tes côtés.

- Si, bien sûr qu’il y avait des adultes mais pas assez pour gérer tout un foyer et voir à chaque coin de l’établissement ce qu’il s’y passait... Puis ils auraient fait quoi ... ? J’imagine que s’est compliqué de démêler le vrai du faux des histoires de gamin qui passent leur temps à mentir... J’pense des fois ils fermaient les yeux et laisser les choses se passaient en se disant qu’il valait mieux qu’on règle ça entre nous.

Que tu lui réponds en toute honnêteté, tes billes brunes figées sur vos doigts entremêlés, la pulpe de tes doigts caressant la peau du dos de sa main tout doucement. Et surement que t’aurais mieux fait de ne pas lui raconter ce bout de ta vie à ton petit-ami car tu le sens décontenancé – presque frustré de l’injustice dont tu lui parles avec tant de légèreté. Mais doucement il se calme le danseur et quand il prend la parole c’est pour te reparler de ce bout de tissus que tu chéris un peu trop, ce bout de tissus que tu ne seras jamais prête à lui rendre ni dans cette vie, ni dans aucune autre. Et si tu devais le faire pour ça, il faudrait qu’il te rende ce petit bout de toi qu’il t’a volé il y a de ça quatre ans. Cette innocence qui n’a jamais réellement existé chez toi. Cette virginité que tu lui as donné un jour après les cours dans l’intimité de sa chambre d’adolescent. Tu te rappelles du stress que t’as ressenti, la fine pellicule de transpiration au creux de tes mains que t’essuyais discrètement sur les bords de ta jupe plissée. Tu te rappelles de ce mensonge servi pour te donner du courage – qu’il ne te voit pas comme une débile peu expérimentée. Forcément que ça te rappelle qu’il a cru pendant tout ce temps être la cause de ces petites taches rosées qui sont apparues sur les draps de son lit après ce moment intime. Ça te fait sourire d’y repenser et comme si il avait lu dans tes pensées voilà qu’il te demande à son tour de lui rendre une partie de lui qu’il pensait avoir perdue dans tes chairs.

- Tu lis dans mes pensées sale raccoon ?! Eh c’est trop grave j’y pensais à l’instant ! Bah essaie de le chercher qui sait où il traine... Peut-être dans une de mes boites ... Sous mon lit... Ou en moi... ? J’sais pas hein...

Que tu lui réponds en riant, vraiment surprise que vous ayez en tête la même chose au même moment. Il te surprendra toujours Suho, l’envie d’avoir cette capacité à toujours trouver les bons mots pour dédramatiser une conversation. Et alors que tu t’essuies du bout des doigts les perles salines qui tentent de s’évader après le fou rire que tu viens d’avoir tu le vois s’approcher le brun, sent sa main glisser contre ta joue. Son visage qui passe doucement sous tes yeux tandis que sa bouche s’approche de ton oreille tandis que ton souffle se fait court, que ton cœur se met à tambouriner au creux de ta cage thoracique. Car c’est l’effet qu’il te fait à chaque fois qu’il s’approche de toi Suho et quand sa voix s’élève tout doucement pour te chuchoter ces trois mots si fort en sens tu recules ton visage, le fixe un instant choqué d’avoir entendu ces mots-là sortir de sa bouche si soudainement.

- C’est vrai ... ?

Que tu lui demandes sans te rendre compte que t’as à l’identique la même réaction que lui en t’entendant lui dire ces mêmes mots un peu plus tôt dans la conversation. Ton cœur te fait presque mal au creux de ta poitrine et le sourire s’agrandit tandis que tes lippes ne peuvent s’empêcher de venir picorer les siennes lui dire entre chaque baiser :

- Tu viens de rendre ce week-end qui était déjà génial carrément parfait ...

Tes lèvres qui glissent et se perdent contre son cou et tandis que l’ombre d’un sourire se dessine sur tes lippes malicieusement tu lui demandes :

- Tu peux me le redire une fois ... ? Juste une toute petite fooois... J'ferais n'importe quoi pour l'entendre encore...


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyJeu 3 Nov - 22:56
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


C’est la triste réalité des foyers que Aran lui expose à travers ces mots. La dureté d’un monde où les enfants sont lâchés dans la jungle avant même d’être réellement grands ; où il faut apprendre à se défendre des autres, faute de supervision et surtout de protection de la part des adultes. Et Suho, il comprend un peu mieux pourquoi elle était si méfiante, lorsqu’il l’a connue. Pourquoi elle lui évoquait trop souvent un chat sauvage ; pourquoi elle semble avoir mis tant de temps à lui faire confiance. Les pièces du puzzle s'imbriquent doucement, et Suho s’efforce de se calmer, Suho s’efforce de ne pas trop s’énerver contre des gamines qui ont aujourd’hui, avec un peu de chance, fini par apprendre de leurs erreurs.

Pour ne pas laisser trop de place à la colère, il tente de changer de sujet ; ramener quelque légèreté dans la conversation en l’accusant d’être toujours aussi chapardeuse qu’à l’époque. Il remet sur le tapis le T-shirt qu’elle lui a dérobé il y a des années de cela, et lorsqu’elle lui demande de lui rendre sa virginité s’il veut revoir ce vêtement, il lui rétorque qu’il faudrait déjà qu’elle lui rende son gland de lait. La lueur malicieuse dans les yeux, à revenir sans honte sur la bêtise qu’il a cru des années durant, simplement parce que c’est la fille qu’il aimait qui lui avait dit cela. Elle l’accuse alors de lire dans ses pensées, et lorsqu’elle avoue y avoir elle-même songé à l’instant, un petit éclat de rire se perd entre ses lèvres ; ses doigts qu’il vient coller de chaque côté de sa tête en racontant :

- Ben oui ! C’est comme qu’ils communiquent les aliens, alors ça fait des années que je m’entraîne… Ca fait aussi des années que j’sais tooout ce que tu penses du coup, et tu le savais même pas…

Un petit sourire goguenard qui s’étire sur ses lippes, alors même que des éclats de rire échappent à sa petite amie ; qu’il voit ses jolis yeux se plisser, et ses dents se dévoiler. Il la trouve magnifique, Suho, et c’est trop spontanément qu’il se rapproche un peu plus encore ; dépose au creux de son oreille un aveu trop longtemps tenu secret. Elle semble éberluée, Aran, lorsque leurs yeux se rencontrent de nouveau ; lui demande si c’est vrai, exactement de la même manière qu’il le faisait quelques minutes plus tôt. Et bien sûr que c’est vrai, Aran. Bien sûr que je t’aime, depuis avant même ton départ de Daegu. Car tu me rends heureux, tu me fais rire et tu m’apaises tout à la fois. Que c’est toi qui me permets de tenir le coup, ne pas envoyer balader toute cette carrière quand j’en ai un peu trop marre de cette vie. Que ça fait que quelques mois qu’on est ensemble, mais que j’sais déjà que j’voudrais passer toutes les prochaines années de ma vie avec toi. Tu m’apportes ce dont j’ai jamais été conscient d’avoir besoin, et pour ça je te remercierais jamais assez.

Mais bien sûr, Suho ne peut pas lui dire tout ça.
Il aimerait, mais les mots ne sortent pas,
Alors il se contente de rétorquer en riant :

- Eh tu parles on dirait j’suis un mytho… J’me permettrais pas Arana…

Car mensonge et Suho sont deux mots qui ne vont pas vraiment ensemble – il ment parfois pour se sortir de situations délicates, éviter de s’attirer les foudres de ses autorités supérieures, mais pour les sujets importants, son cœur ne parvient pas à garder des mensonges bien longtemps. Et lorsqu’un sourire immense se dessine sur les lèvres de Aran, il se dit que ça doit bien être la plus jolie fille qu’il ait jamais vue. Déjà, elle vient picorer ses lippes du bout des siennes ; lui dit qu’il vient de rendre ce week-end parfait, et en glissant ses mains dans le bas de son dos, il l’attire un peu plus contre lui, sourit contre ses lèvres.

- J’voudrais on passe des week-ends comme ça tous les jours… On signe où pour ça ?

Il penche légèrement la tête sur le côté, l’air de sérieusement réfléchir à la question ; sent déjà les lèvres de Aran s’égarer sur la peau de son cou, tandis qu’elle lui demande de répéter ces mots. Et il pince les lèvres en souriant, un peu gêné à l’idée de devoir redire ces mots à voix haute ; lui répond en riant :

- Tu vois ? C’est ça ton souci, tu sais pas te contenter de ce que t’as…

Mais soit, il y a au moins la fin de sa phrase qui aura retenue son attention, et ses yeux bruns braqués sur elle, il lui demande, une lueur intriguée dans le regard :

- Après… T’as dit tu ferais n’importe quoi… Propose hein, après je verrais si j’peux faire ça pour toi… Et propose un vrai truc hein, j’veux pas de « non toi dis ce que tu veux » !
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
En ligne
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23081
MESSAGES : 9035
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyLun 7 Nov - 22:08
just a little bit

-- ft  suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Ta petite tête maintenue entre ses doigts, si proche de son propre visage que tu ne peux que te concentrer sur la lueur brillante de ses yeux, l’irrégularité de certaines de ses dents qui rendent son sourire un peu plus charmant encore. Suho nature peinture, Suho plus réel que jamais dans ton lit à ce moment précis à rire et parler d’alien comme il aime tant le faire. Suho qui même sans aucun effort déployer reste incroyablement beau – fait tressauter ton cœur à chaque fois que ses yeux se posent sur toi. Il dit pouvoir lire dans les pensées le garçon et forcément ça attise un peu ta curiosité, t’arques un sourcil Aran et te met à penser :

Et là tu lis dans mes pensées ? Est-ce que tu ressens ce que je ressens ? Est-ce que tu me vois comme moi je te vois ? Si tu y arrives réellement, ça ne serait pas ouf qu’on vive pour toujours comme ça ?

Comme ça, à l’abri des regards. A vivre votre relation comme bon vous chantes, vous levez à l’heure que vous voulez, vous couchez le soir dans un même lit sans être forcément épuisez de la journée passée. Une vie dans laquelle vous tenir la main en public ne serait pas une catastrophe, dans laquelle vous pourriez vous voir quand bon vous sembles et non pas quand vos plannings vous l’accordent.  O tu rêves jolie Aran, tu rêves les yeux grands ouvert. A tel point que quand le beau brun face à toi te déclare ses sentiments tu penses sincèrement avoir inventé le moment, lui demande si c’est vrai sans quoi ton cœur va juste exploser. Tu le vois alors se figer, te fixer droit dans les yeux un instant avant de finalement répondre en riant qu’il ne se permettrait pas de mentir. Et c’est vrai que parfois, tu t’imagines qu’il ment Suho, surjoue un peu tout. C’est pas faute de lui faire confiance – du moins d’essayer au maximum – mais t’as juste pas confiance en l’humain en général, n’arrive pas à concevoir que quelqu’un puisse t’aimer si t’es propre parents n’ont pas réussi à s’attacher à toi.

T’es un peu cassée Aran mais ça finira par s’arranger,
Grace lui, t’es certaine qu’il réussira sur toi à faire des miracles.

- Tu m’as posée la même question plus tôt toi aussi... ça veut dire que tu t’imagines que je serais capable de te mentir ... ?

Il aurait le droit dans les faits, ce n’est pas comme si tu ne mentais jamais. Bien au contraire, t’as le mensonge facile Aran. Tu t’es habitué à ça depuis l’enfance par peur de ne pas être à la hauteur en étant toi-même. Tu mens alors sur ta personnalité dès lors que tu prends ton rôle d’idole, mens dès que la situation t’échappe. Mais pas ce soir, tout ce que tu lui dis et ressens est vrai. Tu l’aimes vraiment, te sens comme la plus chanceuse des filles au monde d’avoir trouvé la personne qui te fait sourire comme lui le fait, t’apaise quand tout semble devenir obscure tout autour de toi.

- Je t’aime vraiment. Croix de bois, croix de fer si je mens j’vais en enfer !

Promesse que tu viens sceller d’une myriade de baiser que tu déposes contre ses lèvres, sourit contre celles-ci en l’entendant chercher où signer un contrat inexistant pour passer des beaux jours ensemble, pour toujours. Mais lui comme toi vous savez que jamais ça ne sera votre réalité tant que vous vivez cette vie de célébrité. Vous le savez et pourtant vous en rêvez.

- Signe-là si tu veux...

Que tu dis en pointant ton index vers ton propre cœur, laissant ta bouche glisser contre la peau fine de son cou quand il penche la tête, que ses doigts s’ancrent dans tes chairs et qu’il t’attire un peu contre lui comme si vous n’étiez pas déjà assez collé. Tu relèves un instant ton visage, quitte le creux de son cou pour lui demander de te répéter les mots, les fameux mais bien sûr il essaie de passer entre les mailles du filet Suho, a pu le dire une fois mais est incapable de te l’offrir une seconde fois. Forcément tu laisses tes prunelles roulées en l’entendant dire que t’es incapable de te contenter de ce que t’obtiens. Car il a un peu trop raison Suho, t’es constamment à la recherche d’un peu plus. C’en est maladif à ce stade-là.  

- Pourquoi se satisfaire du minimum hein... ? Puis c’est pas comme si je demandais sans rien offrir en retour...

Et tu penses pouvoir obtenir ce que tu veux si tu utilises à bon escient les outils que dieu t’as donné. Car tu sais qu’il peut se montrer faible Suho, sait qu’il ne résiste pas à certaine chose. Mais il faut la jouer subtile et pour ça, tu prends ton petit air angélique sans trop en faire, minaude lorsque tu fais semblant de réfléchir lorsque tout ton plan est établi dans ta tête. Peut-être que tu bouges délicatement ton bassin contre le sien pour créer une étincelle, que tes mains qui glissent sur son torse ne sont pas là par hasard non plus.

- Ah j’ai mon idée je crois... Tu me dis si ça vaut ce que je veux en retour ok ... ?

Doucement tu te penches alors vers lui, vient chuchoter au creux de son oreille ce que t’aimerais faire des quelques heures qu’il vous reste dans ce lit avant que le soleil ne commence à se lever sur Séoul, que le quotidien vous rattrape et que ton petit-ami ait à retourner dans ses dortoirs. Fantaisie que t’aurais trop honte de prononcer à voix haute, fantaisie que tu ne peux réaliser qu’avec lui dans l’intimité de cette chambre, sous ses draps blancs dans lesquels vous vous retrouvez un peu trop rarement à ton gout.

- Alors c’est ok on part sur ça ou on abandonne ... ? J’ferais pas de deuxièmes propositions toute façon...

Lèvres que tu pinces, un regard brulant que tu poses sur lui.

Aller Suho, fait pas genre que t’y réfléchis...


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
En ligne
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- just a little bit (suho) A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24288
MESSAGES : 8948
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) EmptyMer 9 Nov - 21:40
just a little bit

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et lorsque les sentiments sont dévoilés se pose la question de la vérité. A son tour, elle le soupçonne de mentir – remarque qu’il en faisait de même, quelques instants plus tôt. Et ça semble l’interroger, Aran ; elle lui demande s’il la pense capable de mentir, et pour contrer tout incident diplomatique, éviter que sa petite amie ne se vexe trop, il vient déjà déposer un baiser sur sa joue ; répond en riant un peu contre sa joue :

- T’aimes trop mentir, Arana…

Elle ment comme une arracheuse de dents, cette jeune femme au visage un peu trop angélique – ment dès qu’elle se retrouve en porte-à-faux, ment quand il faut parler de ses sentiments, mentait déjà à l’époque lorsqu’il fallait avouer que Suho la faisait un peu rire. Mais il l’aime comme ça, avec ses doux mensonges qui ne rendent les vérités qu’un peu plus précieuses, comme maintenant, lorsqu’elle lui jure son amour avec l’innocence d’une enfant.

- J’espère que tu m’emmèneras en enfer avec toi si tu dois vraiment te tirer là-bas, murmure-t-il, ses yeux noirs rivés dans les siens, avant qu’elle ne vienne l’attaquer d’une pluie de baisers.

Et Suho, il aimerait pouvoir signer un contrat leur permettant de s’échapper à cette vie trop exigeante ; trop contraignante. Il voudrait seulement goûter à une vie normale aux côtés de la fille dont il s’est épris ; la voir tous les jours, pouvoir sortir ensemble dans la rue sans devoir se grimer, goûter à un quotidien paisible, finalement, sans devoir rester sans cesse sur leurs gardes. Et d’après Aran, il lui suffirait de signer au creux de son cœur ; la jeune femme qu’il attire un peu plus près contre lui en sentant ses lippes s’égarer dans son cou. Car il ne se lasse pas de la chaleur de sa peau contre la sienne ; de la caresse de ses lèvres sur sa peau, et la façon dont ses cheveux longs le chatouillent un peu dès qu’elle fait un mouvement. Il aimerait pouvoir arrêter le temps, là, dans cette chambre avec elle ; savoir profiter sans sentir sur eux le poids du quotidien près de les rattraper à tout instant. Et Aran qui lui demande de répéter sa petite déclaration ; la requête qu’il s’efforce d’esquiver tant qu’il peut, incline un peu la tête sur son épaule, l’air intrigué lorsqu’elle rétorque avoir quelque chose à lui offrir en retour.

- Ah ouais ? Tu proposes quoi, alors… ?

Son regard un peu trop intense rivé droit sur elle, un sourire amusé qu’il s’efforce de contenir en la voyant faire mine de réfléchir, l’air trop innocente pour être honnête. Car si au début il a pu se laisser berner par ses airs de petit ange, il sait aujourd’hui que ce n’est que pure mascarade ; qu’elle est en réalité l’une des filles les moins sages qu’il lui ait été donné de côtoyer, quand elle s’y met. Et elle le lui prouve encore aujourd’hui lorsque, après qu’il ai sagement hoché la tête à sa question, elle se penche vers lui pour lui glisser à l’oreille toutes les images qui se jouent dans sa tête. S’il n’en faut pas plus pour lui nouer l’estomac ; sentir son cœur rater un battement, et faire changer le regard qu’il portait sur elle, le contact de sa peau contre la sienne achève seulement de le faire tomber. Et lorsqu’elle lui demande une ultime fois si leur accord lui va, il laisse échapper un petit éclat de rire désabusé – à songer que sous ses airs de petit ange, sa petite amie n’est finalement qu’une vile diablesse, qui sait un peu trop bien user de ses charmes pour le faire ployer. C’est bien trop rapidement qu’il lui répondra dans un souffle :

- Okay okay, c’est bon, je t’aime. Je t’aime trop Aran.

Et déjà, il referme ses mains sur sa taille pour la faire pivoter sous lui ; inverser les rôles, la couette ne les couvrant qu’à moitié lorsqu’il égare ses lippes contre les siennes, les laisse glisser dans sa nuque, sur son buste, refaire un chemin qu’elles connaissent par cœur. Pour se laisser s’abandonner à ce que Aran lui soufflait à l’oreille ; profiter tant qu’ils peuvent de ces dernières heures de répit qu’ils ne retrouveront sûrement pas avant longtemps.
Contenu sponsorisé
-- just a little bit (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- just a little bit (suho)   -- just a little bit (suho) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Gangnam
Sauter vers: