1234
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
-34%
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] SAMSUNG Galaxy S20FE 128Go 5G Bleu à 329€
329 € 499 €
Voir le deal

 :: seoul :: Gangnam
Partagez

 — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyLun 1 Aoû - 15:59
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


(outfit) Message reçu, et un sourire avait étiré les lèvres de Suho, car enfin Aran avait reçu les cadeaux qu’elle lui devait – il allait avoir cet alien bizarre, comme elle disait, et le masque qu’elle avait trouvé pour l’accompagner. Et surtout, il allait pouvoir se rendre chez Aran ; la voir – et sa journée n’en avait été qu’éclairée. Cela avait rendu la répétition matinale plus légère, et le passage au studio de l’après-midi moins intolérable, lui qui se voyait si souvent limité par ses capacités vocales, mauvais chanteur, rappeur moyen – tout le monde savait que c’était dans la danse que tout son talent se déployait. Il en avait presque oublié qu’ils n’avaient pas déjeuné, aujourd’hui, par manque de temps, sans doute, on les avait envoyé au studio en oubliant la case réfectoire.

Alors à peine sorti de l’agence, la première chose que fait Suho est bien sûr d’aller voir l’un des marchands de rue à proximité de l’immeuble, pour lui acheter quelque chose à se mettre sous la dent. File déjà sur sa trottinette électrique sur les routes bondées de Séoul, croquant d'une main dans son corn-dog, car on l’attend.

Et il ne voudrait pas faire attendre princesse Aran.

La route vers son immeuble est devenue familière, au fil des trajets, à rejoindre cet appartement étriqué au cœur des nuits les plus noires, été comme hiver. Il n’a même plus vraiment à se concentrer sur la route que son corps sait déjà à quelle intersection tourner le guidon ; où ralentir car la descente se fait trop longue, ou enfoncer l’accélérateur car la pente devient trop raide. Et cette légèreté dans le cœur à la seule idée de la voir, comme si tout allait bien entre eux, comme si tout était simple entre eux, alors que tout est seulement bizarre depuis un mois – à moins que ça ait toujours été le cas, qu’il n'ai fasse que se voiler la face.

Il arrête la trottinette à quelques mètres de l’immeuble ; ne prend plus la peine de sonner, se contente de taper le digicode qu’il l’a vu composer, une fois, pour ne pas la déranger avant d’être devant sa porte. Parvenu devant son appartement, il tend le doigt pour enfoncer la sonnette – mais avant qu’il n’ai pu l’atteindre, la porte s’ouvre devant lui, et Aran lui apparaît, jolie comme un cœur, les cheveux arrangés et le visage apprêté.

- Wha, t’as un sixième sens ?, demande-t-il en riant. Tu sais communiquer avec les aliens, aussi ? C’est le genre d’info qu’il faut me dire hein, si jamais.

Et, sans lui laisser le temps de répondre quoi que ce soit, il laisse ses yeux s’attarder un instant sur elle – sur la jolie tenue qui cintre son corps, le met en valeur.

- Tu t’es fait belle comme ça pour moi ? Fallait pas…

Il laisse sa langue humecter rapidement ses lèvres – et elle l’accusera de faire du fan-service quand il fait des têtes comme ça, et sans doute ces pratiques finissent-elles par déteindre un peu sur lui, c’est vrai –, mais déjà, ses yeux se posent sur le petit sac à main glissé entre ses doigts ; les chaussures passées à ses pieds. Sur l’expression interloquée qui peint ses traits, l’air surpris de le voir là. Et ses sourcils à lui se froncent un peu, car comment ça Aran, c’est toi qui m’a dit de passer, à la fin. Alors pourquoi t’as pas l’air aussi contente que moi de te voir ? Pourquoi t’as l’air sur le départ ? Il ne comprend pas, Suho, et balbutierait presque :

- Attends, c’est moi qui suis con ou tu m’avais dit de passer ce soir ?

Il se sent très con, pour le coup, mais sûrement davantage pris pour un con qu’autre chose. Il aurait trouvé porte close, s’il s’était pointé cinq minutes plus tard ? Elle va faire quoi, même ? De toutes les hypothèses qui lui viennent en la voyant jolie comme ça, il sait qu’y en a pas une seule qui saura lui plaire, et sans doute l’irritation se lit-elle sur ses traits fatigués par sa journée, fatigués de ne pas avoir assez mangé.

C’était sûrement une très mauvaise idée de venir ici.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 4 Aoû - 21:29
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


(outfit) Les yeux sont encore écarquillés et le cerveau a du mal à fonctionner depuis ce coup de fil reçu quelques dizaines de minutes plus tôt. T’en reviens tout bonnement pas, c’est comme si on t’avait porté un coup au cœur quand t’as entendu la nouvelle que t’apportais ton agent, comme si cet appel ne pouvait être qu’une illusion sorti tout droit de ta tête pleine de rêve. Car comment un artiste si connu peut t’inviter à son évènement si privé, si guindé alors qu’il ne te connait même pas ? C’est surréaliste que cette invitation en or soit tombé entre tes mains, que t’ai été convié à écouter un album tout entier en avant-première lorsque tu n’es qu’encore qu’une rookie aux yeux du monde et des autres idoles.

Et pourtant c’est bel et bien le cas,
T’as deux heures pour te préparer et pas une minute de plus.

Alors bien évidemment que tu te bouges Aran quant au bout d’une très – trop grosse demi-heure tu sors de ta torpeur. Tu défais ton armoire entière, met le bazar dans ta si petite chambre sans penser que bien plus tard ou demain matin tout ce barda, c’est toi qui devras le ranger. La seule chose qui compte c’est que tu sois présentable à cette soirée. Car du beau monde, t’es sûr qu’il y en aura un paquet. Il faut que tu sois à la hauteur, de ces stars et de l’évènement en question et ça te prends assez la tête pour que tu finisses sur les nerfs, te sente bête de ne pas avoir fait du shopping, acheter plus de jolies tenues quand t’en avais l’occasion. Mais après bien des efforts, tu finis par trouver de quoi t’habiller, fini par trouver l’inspiration devant ta coiffeuse quand il est l’heure de te coiffer et puis de te maquiller.

T’es élégante Aran, le reflet dans le miroir te plait.

Il y aura toujours mieux mais ça tu ne peux rien y faire, tu dois juste t’y résigner. Au moins t’auras fait l’effort et c’est surtout personnellement que t’es satisfaite. Car tu comptes, on te donne l’impression de compter. T’as peut-être réussi à te faire une toute petite place dans cette société et rien qu’à cette idée, tes yeux brillent de joie et d’impatience d’y être. C’est presque à la hâte que tu glisses le strict nécessaire dans ton mini sac à main, tout aussi impatiemment que t’enfiles tes talons, t’apprête à décoller pour passer ce qui devrait surement être une superbe soirée. T’ouvres la porte, un peu trop à la hâte et c’est là qu’il apparait ton garçon préféré. Suho qui semblait prêt à sonner à ta porte, Suho qui est là mais que tu n’attendais pas, n’attendais plus en réalité. Car il n’a jamais répondu à ton sms envoyé des heures plus tôt, que tu t’imaginais qu’il était bien trop occupé.

Et puis t’as un peu zappé avec l’appel en fin de journée, c’est vrai.

Les choses vont vite, beaucoup trop vite pour toi ce soir. T’as pas le temps de dire quoique ce soit que lui le premier prend la parole, semble de si bonne humeur que ça te tort l’estomac de devoir partir maintenant qu’il est là. Tu peux mentir Aran, lui faire croire que tu t’es effectivement faite jolie pour lui, que t’es bel et bien capable de communiquer avec les extraterrestres pour juste l'entendre un instant rire. Mais déjà son expression change du moment qu’il scrute un petit plus en détail ta tenue. Tu vois l’éclat de ses yeux s’assombrir, le sourire se ramollir pour tout bonnement disparaitre quand il te demande si il est con ou si il a mal compris quelque chose.

- Attend rentre Suho, deux minutes…

Que t’arrive à prononcer, tu le laisses alors entrer. Referme la porte derrière lui et t’appuies contre cette même porte, fixe tes pieds un instant avant de te justifier :

- Non non t’as pas mal compris mais… J’pensais pas que tu viendrais vu que tu m’as pas répondu par sms ?

Tu relèves les yeux vers lui et ajoute :

- J’ai juste vu que tu m’as laissé en vu donc j’pensais t’étais occupé et … Bah je t’attendais plus en fait … ? Entre temps on m’a appelé pour m’inviter et j’étais sur le point d’y aller…

Mais tu vois bien que quelque chose ne va pas, qu’il te fixe d’un air si mauvais Suho qu’aucune excuse ne le calmera et ça t’étonne un peu de le voir dans cet état.

- Pourquoi tu me regardes comme ça … ?

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyVen 5 Aoû - 20:50
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Elle ne répond rien, Aran, il ferait presque la conversation tout seul Suho, jusqu’à ce qu’il comprenne que quelque chose cloche dans toute cette situation, et que son sourire s’estompe sur ses lèvres. Il se sent très con, tout d’un coup – a l’impression d’avoir été baladé –, et ça ne va pas en s’arrangeant lorsque la seule chose que la jeune femme trouve à lui répondre, c’est lui demander de la suivre à l’intérieur. Deux minutes. Donc elle partait bien – comme si ce n’était pas déjà assez clair.

Sans rien répondre, il entre dans l’appartement ; reste dans le petit espace de l’entrée sans prendre le temps de retirer ses chaussures, puisqu’apparemment, elle ne veut lui parler que deux minutes. Aran qui lui annonce alors qu’elle ne l’attendait plus ; qu’il n’aurait apparemment pas répondu à son SMS, et qu’elle se rendait donc ailleurs où on l’a invité. Et sans prendre le temps de réfléchir, il répond déjà :

- Sauf que je t’ai répondu en fait ? Pour te dire que j’venais justement.

Et c’est seulement une fois ces mots prononcés qu’il prend conscience de ce qu’elle a dit un instant plus tôt ; qu’on l’a invité. Qui t’a invité, Aran ? Ce mec qui te plaît, là ? A moins que ce soit le vieux de l’autre jour ? J’vais encore devoir gâcher un de tes rendez-vous ? Car elle est un peu trop jolie dans sa robe bien cintrée, alors il ne peut y avoir qu’une occasion spéciale pour motiver pareil effort sur son temps libre. Et il se sent de plus en plus stupide ; doit la fixer bizarrement sans même s’en rendre compte, car elle lui demande soudain pourquoi il la regarde comme ça.

- J’te regarde comment ?

Il est clairement sur la défensive, sans réellement le vouloir, ça peut s’entendre dans sa voix, et il pince un instant les lèvres, ne tarde pas à ajouter :

- Disons que j’me sens juste un peu con d’avoir fait tout le déplacement alors que tu sors voir un autre mec, quoi. Sans me prévenir. Car ouais, je maintiens, je t’avais bien dit que j’passais.

Il peut très clairement se revoir lire son message et taper sa réponse. Il s’en souviendrait presque mot pour mot, alors l’excuse de la petite brune a du mal à prendre sur lui.

- Va falloir que tu m’expliques, parce que j’ai du mal à comprendre le principe d’inviter quelqu’un si c’est pour te barrer juste quand il doit arriver ?

Il arque un sourcil, l’air de ne pas comprendre, lorsque sa question est plus une attaque qu’une interrogation sincère. Mais il est juste épuisé de ne jamais savoir à quoi s’en tenir avec elle ; du gouffre qui s’est creusé entre son comportement et les sentiments qu’il peut lui prêter. Et c'est trop naturellement – trop sincèrement –, avec toute la fatigue de ces dernières semaines, de ces derniers mois, qu'il lâche entre ses dents :

- Pour encore aller voir un connard, en plus...
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyLun 8 Aoû - 21:53
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


T’es confuse Aran, te sent réellement conne quand Suho t’affirmes qu’il t’a bel et bien répondu par message, carrément tu sens ton cœur tomber jusqu’au au creux de ton estomac. T’as vraiment raté sa réponse ? T’es vraiment si nulle que ça ? Si c’est le cas, que t’as réellement foiré t’es censé faire quoi maintenant ? T’es censé lui donner ce qu’il est venu chercher et le congédier pour t’en aller à ta soirée ou annuler ta venue à cet évènement et agir comme si rien ne s’était passé ? T’en sais trop rien mais le regard que te lance celui qui te fait face ne présage rien de bon dans tous les cas. T’as la nette impression que même si tu décidais de changer tes plans à la dernière minute pour lui ça n’arrangerait pas la situation, ne lui conviendrait.

Car le mal est fait, t’as tout simplement pas géré.

Tu te sens ainsi comme une gamine prise sur le fait accompli de sa bêtise, tu baisses un instant les yeux vers tes pieds tout juste chaussé d’escarpin vraiment peu confortable en cherchant tes mots avant de lui répondre timidement :

- Tu me regardes comme si tu me détestais…

Et tu détestes la sensation d’un tel regard venant de lui. C’est rare qu’il ait l’air si contrarié Suho, si déçu. C’est un garçon plutôt léger, prenant tout un peu trop à la cool alors le voir si excédé ne fait que te stresser davantage. T’as même pas le temps de t’excuser pour cette incompréhension qu’il ajoute qu’il t’enfonce un peu plus dans la culpabilité. Il se sent con par ta faute, tu l’as fait se déplacer pour rien alors qu’il avait certainement mieux à faire ailleurs.

- Je te jure Suho que j’ai pas vu le message, tu crois pas que j’te ferais ça quand même ?

T’as bien l’impression que si pourtant, il y croit même dur comme fer que t’as juste zappé qu’il venait. Et forcément que la culpabilité se transforme en agacement quand tu le vois si convaincu de ta malhonnêteté. Comme si t’avais l’habitude de lui mettre des faux plans, l’habitude de le prendre pour un con. Ça te vexe qu’il agisse de la sorte, sincèrement.

- Tu vas me faire répéter combien de fois que je savais pas que tu venais ? Genre c’était mon plan de te faire venir pour rien et de partir alors qu’à la base c’est moi je t’ai demandé de passer ? Peut-être il est juste pas passé ton message j’sais pas moi ? J’me serais pas permise de bouger si j’savais que tu venais ça me parait évident.

Tu croises alors les bras sous ta poitrine, totalement sur la défensive malgré toi. Tu peux comprendre qu’il soit saoulé Suho mais de là à te faire la gueule, te parler comme il le fait ça a le don de te mettre sur les nerfs. T’as pas cherché à le faire chier, pas cherché à lui faire un coup de garce ou quoique ce soit. Tu ne sais même pas qui a tort ou raison dans cette histoire mais quand il ajoute que tu te permets de le lâcher pour un connard, c’est la phrase de trop, le mot qui te fait vriller.

- Mais de quoi tu parles ? Quel connard ? Quel mec j’vais voir ? Depuis tout à l’heure tu te fais les questions et les réponses tout seul tu t’en rends compte au moins ?

La nette impression qu’il mélange tout Suho, que le souci c’est même pas que tu partes ou que t’ai pu oublier qu’il venait mais que tu vois un mec plus particulièrement. Et si c’était le cas il serait où le souci ? Il s’en fou de toi non ?

- Même si ça serait le cas qu’est-ce que t’en a à foutre que j’vois des connards ou non toute façon ?

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyMar 9 Aoû - 21:33
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu me regardes comme si tu me détestais. Et entendre ces mots dans sa bouche compresse son cœur dans sa poitrine, car merde, Aran, c’est pas toi que je déteste. C’est moi, pour jamais réussir à faire en sorte que les choses restent simples entre nous. C’est ces mecs que tu préfères voir plutôt que moi, ceux pour qui tu me demandes des conseils comme si j’étais pas juste sous ton nez.

Mais ses lèvres restent closes.
Il se contente de détourner le regard,
Pour au moins cesser de la regarder si mal.

Mais le brasier ne s’est pas éteint, à l’intérieur, et il l’accuse de clairement le prendre pour un con. La jeune femme se défend pourtant, lui demande s’il croit réellement qu’elle ai pu faire ça, et il se contente d’écarter les mains, hausser les épaules.

- J’sais pas. Avoue que c’est bizarre quand même.

Et gentille Aran finit par perdre patience, l’agacement teinte ses traits coupables, le ton se hausse légèrement. Et elle a parfaitement raison, en soi. Ses arguments sont convaincants, pourraient faire mouche si seulement Suho n’était pas si irrité ; si fatigué. Il ne pourrait rien entendre, ce soir, alors plutôt que d’apaiser son cœur et reconnaître sa bonne foi, il se contente de rétorquer, le ton montant de son côté aussi :

- J’sais pas moi ? J’sais pas ce qui se passe dans ta tête, Aran. P’t-être que ça t’arrangeait, j’en sais rien.

Et entre ses dents, une poignée de mots malheureux libérée – il pensait qu’elle ne l’entendrait pas, mais il fait fausse route, et le comprend dès l’instant où la voix de la jeune femme résonne dans l’appartement. Elle l’accuse de faire les questions et les réponses tout seul, et plutôt que de relever cela, il aime mieux revenir sur les mots qu’elle a prononcé un instant plus tôt.

- Tu vas pas voir un mec, dans cette tenue ? A cette heure-ci ? T’as mis une robe comme ça, des talons, tu t’es maquillée et tout mais tu vas me faire croire que tu vas pas voir un mec ? Continue de me prendre pour un con…

Il laisse échapper un petit rire désabusé, avant de se souvenir de l’une de ses questions, et ajouter :

- Oh, puis quel connard ? Lui dont tu parlais l’autre jour, j’imagine ? A moins que tu remettes le couvert avec ton vieux qui sait même pas tenir debout sur ses deux pieds.

Il arque un sourcil, et parce qu’il sent qu’ils n’en ont pas pour deux minutes, tout compte fait, il retire à la hâte ses tennis ; les abandonne dans l’entrée, elles et Aran, pour plutôt aller s’appuyer contre le canapé, les bras croisés. C’est le moment qu’elle choisit pour lui demander ce qui lui pose tant problème dans le fait qu’elle voit d’autres types, et à ces mots, il demeure un instant silencieux ; la fixe, sans trop savoir quoi répondre. Et comme d’habitude, c’est le mensonge qui prend le pas, il éclate d’un rire qui sonne faux, secoue doucement la tête.

- J’en ai rien à foutre ? Tu fais bien ce que tu veux Aran, si tu veux rester avec ces losers c’est pas mon dos.

Il a les mâchoires qui se resserrent ; la jambe qui tressaute légèrement à mesure que monte l’énervement. Et c’est un coup de poker qu’il fait lorsqu’il finit par lui cracher :

- Du coup vas-y, j’te retiens pas. Faudrait pas le faire attendre, lui.

Un sourire faux sur les lèvres, alors que le cœur s’affole un peu dans la poitrine – nan Aran, y va pas. Me laisse pas tomber pour lui, pas déjà.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 18 Aoû - 0:21
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


C’est bizarre toute cette histoire comme il le dit si bien, qui a tort ou raison entre vous deux ? T’en sais rien Aran et t’as même pas le réflexe de te dire qu’il serait bien de vérifier vos téléphones pour comprendre si il y a eu ou non un oubli de la part de l’un ou bien de l’autre, tant l’état d’énervement de Suho te laisse perplexe. Il n’a été que rarement aussi furibond – du moins, pas de manière si frontale car dieu seul sait que par messages lui et toi vous vous prenez la tête pour un oui et pour un non. Mais le sentir si contrarié – carrément déçu pour une situation que tu n’as pas cherchée ni voulu c’est insolite.

Et tu ne supportes pas qu’il puisse ne pas te croire.
Car tu ne lui as jamais menti, jamais t’oserais lui faire ça.

Alors bien évidemment que le ton monte, que les esprits s’échauffent. Tu penses pouvoir le raisonner le garçon mais quand il te répond qu’il ne sait pas ce que t’as dans la tête, que ça pourrait t’arranger de le faire bouger rapidement d’ici t’as juste l’impression d’halluciner Aran. Qu’est-ce qui pourrait t’accommoder dans le fait de le faire venir pour rien ? De partir alors qu’il est là, que c’est avec lui que tu veux passer tout ton temps libre ? Un éclat de rire amer s’échappe alors d’entre tes lippes teintées de rose, ta tête bouge nonchalamment et tes yeux roulent comme ils n’ont jamais roulé auparavant.

- Peut-être toi tu me vois comme un bouche-trou, un plan de sécurité quand t’en a marre de ton dortoir de merde et des filles que tu vois en général mais non moi ça ne m’arrange pas qu’on se soit pas compris.

Car tu l’aimes le garçon qui te fait face. Même quand il agit comme un con, te fait passer pour la méchante de l’histoire et ne veut pas te croire. Et ça te fait chier de l’aimer dans ces moment-là car il ne mérite pas cet amour. Il devrait savoir que tu te protège de tout, a du mal à te livrer et que si t’es aussi proche de lui c’est qu’il fait partie de ce cercle très limité de personne pour qui tu déplacerais les montagnes. Mais lui il s’en fou de tout ça, lui la seule chose qui l’intéresse c’est de savoir qui tu vas voir dans cette tenue-là. Parait-il que tu le prends pour un con et si c’est ce qu’il souhaite tu peux jouer les gamines tout aussi bête un bon bout de temps.

- Un ? Pourquoi se limiter ? Y’en aura plusieurs hein …

Que tu lâches l’air de rien, un bras toujours sous ta poitrine tandis que tu te mets à regarder avec attention ton autre main, ta manucure faite de rose et de paillette deux semaines en arrière. Tu relèves les yeux vers lui quand il reprend la parole, se met à rire tout aussi hypocritement que toi pour te demander un peu plus de renseignement sur la personne que tu t’apprêtes à aller voir. T’hausses les sourcils en l’entendant parler de lui en tant que « connard », rit un peu moins quand il parle de votre ainé qui n’a rien à voir dans toute cette histoire.

- Franchement arrête Suho, t’es ridicule de parler mal de quelqu’un qui n’a rien à voir dans tout ça et qui en plus est handicapé ? Tu t’abaisses à ça sérieux ?

C’est un regard lourd de déception que tu portes sur lui avant d’ajouter :

- Et non c’est pas le fameux connard, oula lui … J’devrais laisser tomber il comprend jamais rien.

Tu ne comprends jamais rien.

Et pourtant t’aurais bien aimé qu’il comprenne Suho, qu’il partage ces sentiments mais le garçon ne semble pas prêt à aimer, ne souhaite que profiter de la vie et des corps de la gente féminine d’après ce qu’il t’a dit durant cette fameuse soirée. De quoi te faire enrager, lui demander ce qu’il peut bien en avoir à faire de qui tu vois ou non. Parait-il qu’il s’en fou complet et que ça soit le fruit de son indolence à s’approprier les lieux, venir se poser sur l’accoudoir de ton canapé ou bien sa réponse tu montes un peu plus encore en pression Aran et alors tu lui craches de façon abjecte tout en posant ton sac à main sur la poignée de la porte – puisque ça prendra plus de temps que prévu et t’approchant de lui :  

- Ah ouais tu t’en fou ?  C’est pas trop l’impression que tu donnes à toujours donner ton avis, à fouiner et carrément t’inviter quand j’vois des mecs. C’est pas ton dos mais c’est tout comme à ce niveau-là…

Ça te fait penser à cette conversation textuelle que vous avez eue il y a de ça des mois, ou l’un comme l’autre remettiez en cause vos comportements. Tu ne sais plus si c’est lui ou bien toi qui a commencé à utiliser le terme de sasaeng mais à partir de là, tout est parti en vrille et t’as l’impression qu’aujourd’hui ça sera à peu près la même chose quand il te pousse à aller rejoindre le fruit de son invention. Tu le regardes alors un instant silencieuse, interdite. Tout ton corps te dit de t’en aller, de lui faire les pieds de cette manière-là mais ton cœur lui, te dit de rester et de régler le problème avant que ça n’aille trop loin.

- C’est eux. Ils sont plusieurs.

Que tu dis en forçant un sourire, lui faisant comprendre que tu le prends réellement pour un con.

- Tu sais que je vais vraiment finir par partir Suho ? Me le redit pas deux fois.

Car ta fierté est trop grande, trop importante pour que tu t’écrases plus d’une fois face à lui en moins de cinq minutes.

- Pourquoi tu fais le mec énervé alors que tu t’en fou j’capte pas ? Ça te plait de me voir culpabiliser alors que je fais rien de mal ? C’est toi qui devrait t’en aller, c’est toi qui m’accuse, ne me croit pas et qui en a rien à péter de moi ! C’est le monde à l’envers putain !

La voix se brise et les larmes commencent à se former, t’aimerais être plus forte Aran. Etre capable de te montrer ferme et sans émotion mais face à lui tu perds tes moyens, la carapace tombe. Tu passeras surement pour une conne à ses yeux mais plus rien ne compte à ce moment-là.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 18 Aoû - 13:30
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Le ton monte dans le petit appartement ; les esprits s’échauffent, et sans doute des paroles malheureuses seront-elles prononcées ce soir. Et ça commence déjà – Aran l’accuse de ne la voir que comme un simple bouche-trou, ne se tourner vers elle que lorsque le dortoir bruyant de son groupe lui pèse ou que les autres filles le lassent, et il ne peut retenir un haussement de sourcils. C’est vraiment l’impression que j’te donne, Aran ? P’t-être ouais, c’était le but après tout. Mais c’est toi qui m’a rendu comme ça. C’est toi qui me fait craindre de te montrer plus que ça. Et pourtant, tu pourrais pas plus faire fausse route. Mais plutôt que de lui dire tout cela, Suho, il formule à son tour des accusations, l’accuse de le prendre pour un con. Il aimerait savoir qui est ce garçon avec qui elle souhaite passer sa soirée plutôt que lui, ce garçon qui mérite de lui ravir sa précieuse attention, et lorsqu’elle lui répond d’un air surpris qu’elle n’a aucune raison de se limiter à un seul homme, qu’il y en aura carrément plusieurs, il s’étouffe un peu avec sa salive. Tousse à quelques reprises, pour finir par lui demander :

- Plusieurs ? Comment ça plusieurs ? Pour aller où même ? Putain, tu te fous de moi Aran.

Il ne voit que ça, passe une main fatiguée sur son visage en libérant un soupir agacé. Cela fait quelques minutes à peine qu’il a mis les pieds dans cet appartement et il n’en peut déjà plus – et dire qu’il se faisait une telle joie de venir ici, qu’il venait la retrouver le cœur léger.

S’il avait su,
Imbécile qu’il est.

Et pourtant, il ne peut s’empêcher de l’interroger encore et encore sur l’identité de ce type – non, de ces types. Comme pour se faire encore un peu plus de mal. Il évoque ses différentes hypothèses ; le mec dont elle lui a parlé sur le rooftop, et ce fameux Han Gyeol qui lui donne des migraines depuis désormais trop d'années. Et là, ça coince. Là, les petits sourcils de Aran se froncent, et elle le qualifie de ridicule pour seulement oser mettre son handicap sur le tapis, arrachant un sourire de petit con au jeune homme, le rire amer au bord des lèvres lorsqu’il remarque :

- Ah ouais, comme d’hab quand c’est pour le défendre lui y a du monde, hein… Là tu te réveilles, là ça te saoule. Par contre quand c’est lui qui se foutait de ma gueule dans ce restau de merde y avait plus personne. C’est bien, j’imagine que ça a le mérite d’être clair.

Une fois n’est pas coutume, il se sent blessé par ce double standard dont elle fait parfois preuve ; qui ne fait que lui confirmer qu’il a raison de ne pas trop lui en montrer. Et lorsqu’elle ajoute qu’elle ferait mieux de laisser tomber le connard de l’autre jour, il hausse de nouveau les sourcils ; lui répond bien trop vite, comme si la solution était claire comme de l’eau de roche :

- Ben alors fais-le ?

J’demande que ça, moi, Aran. que t’arrêtes de t’accrocher à ces autres mecs, d’avoir qu’eux à la bouche dès qu'on parle de ça. Regarde-moi un peu, merde. La conversation est loin d’être terminée, et il le sait. Ils en ont encore pour un moment, si tant est qu’elle ne le plante pas ici comme un raté, aussi il abandonne ses chaussures dans l’entrée ; s’approche du canapé pour se mettre plus à son aise, comme s’il était chez lui. Pourtant, rien n’est détendu chez lui ; il tremblerait presque de colère, de nervosité, aussi, à l’idée de ce qui découlera de cette soirée. Craignant le moment où elle le lâchera pour de bon pour aller retrouver d’autres mecs que lui. Et pourtant, ses mots hurlent tout l’inverse. Il prétend n’en avoir rien à faire de toute cette situation, mais Aran refuse de le croire. Elle le met face à ses propres contradictions ; lui énonce frontalement la moindre de ses petites actions qui hurle qu’il en a tout sauf rien à faire. Mais il trouve seulement à répondre, avec un ricanement presque méprisant :

- Si ça te rassure de te convaincre que j’en ai quelque chose à faire.

Et comme pour la tester, il l’invite à débarrasser le plancher – comme s’il n’était pas chez elle ici, qu’il n’était pas le premier à devoir partir. Il lui demande de partir, mais tout son corps lui hurle de rester – son cœur lui hurle de rester –, et il se demande pourquoi il est aussi profondément stupide lorsqu’elle semble prendre un malin plaisir à lui répéter qu’elle a plusieurs mecs à voir.

- J’m’en fous, répond-il à cette précision de trop.

Son visage se rembrunit, et la jeune femme l’avertit de ne pas lui demander une seconde fois de partir – et elle devrait savoir qu’il ne faut pas lui poser des interdits, à Suho ; qu’il n’y a rien de tel pour lui donner pour seule envie de les enfoncer ; allègrement ruer dans les brancards. Alors il arque un sourcil, incline un peu la tête sur son épaule lorsqu’il tente un :

- Ah ouais ? Tu vas faire quoi si j’te redis d’y aller ? Pour les rejoindre, du coup.

Il esquisse un sourire à peu près aussi niais, aussi faux que le sien, et il semblerait que ce soit la goutte qui fait déborder le vase, car Aran lui demande des comptes, pour de bon cette fois. Elle semble ne pas comprendre pourquoi il s’énerve ainsi ; semble croire qu’il prend un malin plaisir à la faire culpabiliser, l’invite à partir, à juste titre, et des larmes se forment dans ses yeux, rougissent ses yeux, menaçant à tout moment de déborder. C’est toi qui me fait culpabiliser, là, Aran. J’voulais pas te faire pleurer moi, j’voulais juste qu’on passe la soirée, comme d’habitude. Qu’on commande un truc meilleur que c’qu’on mange à la cantine et qu’on se retrouve dans ton lit, et que tu me jettes tes coussins dans la gueule parce que j’ai encore foutu des miettes de biscuits partout dans tes draps. J’voulais pas que tu pleures, c’est la dernière chose que j’veux. Mais il reste à la fixer, les bras ballants, et ses mots tournent en boucle dans sa tête, et il se sent con, tout d’un coup, en voyant ses yeux humides, et ouais, sans doute qu’elle a raison de lui dire de partir. Mais ça le fait chier, qu’elle veuille le voir partir, surtout lorsque c’est elle qui lui a dit de venir. Surtout lorsque c’est pour voir un autre mec. Alors il se relève, sans trop savoir pourquoi ; les yeux brûlants lorsqu’il répète :

- C’est moi qui devrais m’en aller ? Sérieux, Aran ? Putain, mais j’suis vraiment trop con.

Un éclat de rire désabusé lui échappe, et il commence à faire les cent pas lorsque s’ouvrent enfin les vannes :

- Tu vois ? C’est exactement pour ça que j’ferais mieux d’en avoir rien à foutre de toi. Mais c’est ma faute, hein, t’as toujours voulu que du cul avec moi et rien de plus, tu m’avais prévenu. C’est moi qui ai été assez con pour vouloir plus. J’aurais dû le capter dès le jour où j’ai voulu te dire tout ça, que j’avais eu la connerie de tomber amoureux de toi, mais que toi tout ce que t’as trouvé à m’annoncer c’est que t’avais été prise dans ton truc de trainee. Alors que moi j’avais arrêté ces auditions de merde parce que j’me chiais dessus à l’idée d’être pris et devoir te laisser à Daegu. Mais faut croire que j’comprends jamais la leçon, hm ? Je m’étais dit que cette fois ce serait différent, mais nan, j’me retrouve dans le même bourbier qu’à l’époque, à me prendre la tête tout seul alors que tu fais tes meilleurs plans sans moi. J’dois vraiment être le mec le plus débile du pays, c’est trop.

Il s’arrête de marcher, braque ses yeux bruns sur elle – sur ses prunelles noyées. Un ange passe – et c’est seulement là qu’il prend conscience de ce qu’il vient de dire ; qu’il vient de prononcer les mots qu’il était censé ne jamais prononcer. Il se sent encore plus stupide, pour de bon, et marmonne un :

- Fait chier.

Déjà, il se détourne – fuit, pour ne pas risquer de voir son regard, ne pas affronter la suite de cette conversation. Il aimerait pouvoir remonter dans le temps ; annuler ces dernières minutes pour ne jamais, jamais avoir révélé le plus tragique de ses secrets, ou même être enlevé par une soucoupe volante pour s’envoler à des années lumières de cet appartement, mais tout cela reste pour l’instant impossible, alors à défaut, il ouvre la fenêtre du salon, s’y appuie pour allumer la cigarette qu’il vient de glisser entre ses lèvres. Tournant obstinément le dos à Aran.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 18 Aoû - 21:45
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu souris, fière de ta connerie. Fière de le voir se rendre compte que tu le prends vraiment pour un con quand tu prétends avoir non pas un mec mais une ribambelle à aller voir ce soir. Avec un peu de chance il se rendra compte qu’il est clairement ridicule Suho, se rendra compte que le seul garçon avec qui tu veux faire des dates, avec qui tu veux rire et discuter jusqu’au bout de la nuit c’est lui. Uniquement lui. Mais Suho il a la colère noire, Suho il est de si mauvaise foi qu’il en vient à parler de chose qui n’ont rien à voir. Tu fronces alors des sourcils, un peu outrée qu’il puisse parler d’une personne handicapée comme il est en train de le faire. Han Gyeol n’a rien à faire dans la conversation, personne n’a à se prendre de telles remarques déplacées lorsque le souci ne semble venir que de lui.

Mais ta réponse ne lui plait pas, bien évidemment.
Elle attise même un peu plus le feu déjà trop grand.

Parait-il que tu défends toujours votre ainé au détriment de lui, que ce fameux soir il s’est fait ridiculiser mais tu t’en fichais, n’a fait que prendre la défense d’un homme à la table et ce n’était certainement pas lui. Il te fait halluciner Suho, tu le fixes sans savoir si t’es censé lui hurler dessus ou lui expliquer gentiment qu’il se trompe sur toute la ligne que tu pourrais lui sortir une tonne d’exemple allant en sa faveur.

- T’es juste ridicule Suho, vraiment si tu crois ce que tu dis …

Ça en dit long sur ce que tu penses de moi

Et il a peut-être raison le beau diable, peut-être tu devrais juste passer à autre chose plutôt que de toujours t’imaginer qu’un jour il comprendra, qu’un jour il t’aimera lui aussi en retour. Tu devrais lâcher, tu le sais mais t’es tellement accro à lui, ses sourires et tout ce qui compose sa personne que tu n’arrives juste pas à t’y résoudre. Tu l’aimes trop Suho même si lui te voit comme une connasse sans cœur.

- Bah non j’en ai pas envie, je devrais mais j’ai pas envie de le lâcher ce connard.

Un sourire niais que tu lui adresse, un peu plus contrarié encore de l’entendre maintenir qu’il n’en a rien à faire de toi et des gens que tu peux potentiellement fréquenter, semble même prêt à te redemander de t’en aller. Et cette fois tu ne joues plus Aran, cette fois t’as tout sauf envie de rire quand il agit comme si t’étais l’invitée et lui, celui qui a sa place légitime ici. C’est quand même fou, assez pour que tu lui répondes la gorge serrée par cette putain d’envie de pleurer qui vient de te prendre, que tu n’arrives même pas à contrôler :

- J’ai pas envie de rire Suho tu le comprends ça ? J’y vois pas d’amusement à jouer avec les limites et là tu commences à vraiment me saouler avec tes crises de merde donc oui, puisque tu t’en fous de tout j’te demanderais de partir de chez moi et après ça, plus jamais on ne se verra.

A peine une seconde que tu laisses passer dans le silence avant d’ajouter :

- C’est ça que tu veux ? Vraiment ?

T’aimerais qu’il prenne conscience de la tournure que les choses peuvent prendre si une décision est prise sur un coup de colère. Que si il s’amuse un peu trop à ce jeu-là avec toi, ça risque de vous perdre tous les deux. Et est-ce que t’as envie de ça Aran ? Absolument pas. Ça te ferait trop de mal que pour une dispute éclatée vous arrêtiez de vous parler. Même si il ne t’aimera jamais comme toi tu l’aimes, même si c’est un petit con immature qui semble un peu trop adorer se jouer de toi.

T’oses espérer qu’il est au moins un peu attaché à toi,
Qu’il ne prendra pas si facilement une telle décision.

Et même si un éclat de rire fend le silence insoutenable tu comprends qu’il est énervé Suho, ça s’entend quand il débite à toute vitesse un tas de chose qui semble lui peser sur le cœur depuis trop longtemps. T’encaisses Aran, essaie de saisir les nuances de chacun des mots qu’il choisit. C’est surement la première fois que tu le vois si sincère, ne pas faire de sous-entendus ou tout simplement cacher ses émotions. Il est cru, abrupte et toi, tu te dois de démêler chaque information, sent ton cœur se contracter, rater des battements à chaque nouvelle chose que tu apprends.

Il tient à toi,
Il voulait te dire qu’il t’aimait avant que tu ne quittes Daegu,
Si il avait arrêté les auditions c’était pour que vous restiez ensemble,
s'il s'énerve c’est car il a l’impression de revivre encore et encore la même chose.

Il pense se prendre la tête tout seul, pense qu’il n’y a que lui qui finit dans cette histoire. Et t’aimerais lui dire que c’est faux, lui dire que tu l’aimes de tout ton cœur et que t’apprends ce que c’est l’amour uniquement depuis qu’il est de retour dans ta vie. Surement – t’es même certaine que tes sentiments datent de bien avant ça mais le fait de t’en rendre compte et de l’avoir dans la tête constamment, ressentir le manque fois mille est un peu plus récent. T’ouvres alors la bouche malgré les larmes roulant par dizaine sur tes joues, prête à lui donner ton point de vue, lui dire que tu ne vois absolument aucun autre mec que lui. Ni ce soir, ni demain ni jamais mais le garçon se tourne déjà, te fuit comme si ta réponse ne l’intéressait même pas. Tu le regardes ainsi s’éloigner, marmonner quelque chose d’inaudible avant d’aller se poser devant la fenêtre, se griller une clope comme si il regrettait déjà ce qu’il venait de dire.

Sauf que t’as pas envie qu’il regrette ce qu'il vient de lâcher
et toi, c’est ton moment pour lui dire que tu l’aimes.

Mais comment faire ? T’as les yeux tout noircie, dégoulinant de crayon et de mascara ; la gorge si serrée que même un verre d’eau ne passerait pas actuellement. Alors débilement t’attrapes un petit coussin sur ton canapé et le lance dans sa direction le laisse atterrir contre son dos mais ça ne semble pas l’encourager à se retourner alors tu renifles dit assez fort pour qu’il l’entende :

- Su-.. Suho…

Mais rien n’y fait, il reste de marbre. Semble préféré fixer l’extérieur plutôt que de te donner ne serait-ce qu’une seconde de son attention. Alors si il ne souhaite pas se retourner t’es bien obligé de venir à petit pas jusqu’à lui, laisse tes bras s’enrouler autour de sa taille et laisse ta tête se poser contre son dos en chouinant :

- Suhoo… T’es… T’es trop trop bête… C’est toi le connard dont j’parlais…

Tu serres un peu plus ta prise autour de sa taille, le maintien ainsi pour qu’il ne se retourne pas tout de suite et continue dans un élan de courage qu’on te connait peu :

- Quand je te parlais d’un gars la dernière fois sur le rooftop je parlais de toi mais tu comprends rien puis tu m’as dit t’avais personne en vue…Alors j’ai rien dit, mais j’vois personne y’a pas de mec et encore moins plusieurs… Ce soir je devais juste aller à un événement auquel on m’a invité à la dernière minute c’était pas pour aller à un date que je me suis préparée et je te jure j’ai pas reçu ton sms jamais je me serais permise de te faire ça quand justement j’attends que ça de te voir…

Respiration que t’es obligée de prendre, ta joue que tu sèches contre son t-shirt malgré qu’il soit blanc, c’est clairement le cadet de tes soucis de dégueulasser son haut actuellement.

- Je m’en fou pas de toi, t’es le mec le plus débile du pays c’est vrai mais moi je t’aime comme ça…

Et de lui dire si franchement ce que t’as sur le cœur te rend sensible à tel point que tu te remets à pleurer de gêne, pleurniche car toute cette situation vous auriez pu l’éviter si vous n’aviez pas été si bête, que vous aviez fait preuve peu plus tôt de sincérité.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptySam 20 Aoû - 22:29
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il voit rouge, Suho, lorsque la jeune femme maintient fermement qu’elle n’a pas envie de lâcher ce connard. Car il a quoi de si spécial, ce type, pour qu’elle n’arrive pas à ce point à passer à autre chose ? Sans doute est-ce un signe que c’est lui qui devrait passer à autre chose, si elle est à ce point obnubilée par quelqu’un d’autre – il est plus que temps, ça fait déjà des années qu’il aurait dû le faire et il le sait pertinemment. Alors lorsqu’elle l’invite à quitter les lieux, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Il se sent clairement de trop, pour de bon cette fois ; a le sentiment de ne rien avoir à faire ici ; rien avoir à faire dans sa vie. Il se sent totalement stupide d’être venu ; d’être encore là, à se disputer avec elle lorsqu’elle a clairement pour seule envie qu’il déserte le plancher, et pourtant ses pieds restent cimentés au sol de cet appartement. Incapable de bouger.

Car plus jamais ils ne se verront.

Il reste bête, les bras ballants devant elle et sa grande bouche pour une fois résolument close. Comment ça, elle me dégage comme ça ? C’est vraiment la dernière fois qu’on doit se voir ? Mais moi j’veux pas, en fait, Aran. Pourquoi j’dois être à ce point en chien sur toi alors que toi tu veux carrément plus de moi dans ta vie ? Une fois n’est pas coutume, il se sent pris pour un con ; la trouve culottée de prononcer de tels mots. Surtout lorsque c’est elle qui l’a invité à venir, elle qui se permet de le planter comme s’il était son bon toutou dont elle dispose à sa guise, et surtout elle qui se permet de faire tout cela pour aller à un rendez-vous avec un autre garçon.

C’est le monde à l’envers.

Alors sans doute n’a-t-il plus rien à perdre lorsque s’ouvrent les vannes, et qu’il déverse à ses pieds les sentiments réprimés depuis des années. Un éclat de rire traverse l’appartement réduit au silence, et sans réfléchir, il crache tout ce qu’il a à lui dire mais ne lui a jamais dit – tout ce qu’il n’aurait jamais dû lui dire. Y a sa voix qu’il entend se briser sur ses derniers mots, lorsqu’il souligne combien il n’arrive pas à se la sortir de la tête lorsqu’elle n’en a jamais eu quoi que ce soit à faire de lui, et il se déteste instantanément pour ça. Est presque essoufflé lorsqu’il s’arrête enfin, car il a parlé si vite, sans même oser prendre le temps de reprendre son souffle par crainte de se dégonfler en cours de route.

Et maintenant que les mots sont prononcés, il se déteste pour cela.
Bien sûr que ces mots auraient dû rester dans le secret de son cœur, pour toujours,
Ne jamais franchir la barrière fragile de ses lèvres.

Et il le voit le visage de Aran noyé de larmes, de pitié ou de gêne, sans doute ; voit sa petite bouche s’entrouvrir, et se détourne déjà, incapable d’affronter sa réponse. Il ne serait tout simplement pas capable de se faire rejeter frontalement, en pleine figure, pas après tout ça, alors il s’enfuit vers la fenêtre ; allume une cigarette pour s’occuper les mains ; la bouche – éviter de formuler d’autres conneries pour mieux assassiner son peu de fierté. Il tire sur la clope ; voit la fumée qu’il recrache s’estomper dans le ciel noir de la nuit, mais son cœur n’est pas plus léger, et il sursaute en sentant quelque chose de mou rebondir sur son dos. Ne se retourne pas, pour autant – on pourra l’accuser d’être trop lâche, il le sait. Et puis c’est sa voix qui résonne dans l’appartement devenu silencieux, sa voix pour balbutier son prénom – là encore, il ne se retourne pas. Le cœur battant un peu plus fort chaque fois qu’elle fait un pas vers lui, sent ses bras fins se refermer autour de son torse, et son visage humide déjà imbiber le coton de son T-shirt. Et Suho, il ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Craint le pire lorsque sa petite voix perce le silence, mais contre toute attente, elle lui dit seulement qu’il est bête – il était au courant, merci –, ajoute que c’était lui, le connard dont elle parlait. Et il fronce légèrement les sourcils, sans tout de suite comprendre à quoi elle fait référence, car il s’est finalement habitué à ses insultes, au fil des disputes ; finit par faire le lien avec la conversation qu’ils avaient cinq minutes plus tôt, et alors ses sourcils se froncent un peu plus fort, alors sa bouche s’entrouvre sous le coup de la surprise, incapable d’y croire. Ses doigts desserrent leur prise sur la cigarette qui part s’écraser six étages plus bas, et heureusement, elle reprend déjà la parole ; revient sur l’épisode du rooftop, et lui explique qu’elle était seulement invitée à un évènement, ce soir.

- Je t’ai dit que j’avais personne en vue parce que tu parlais que de ce type alors ç’aurait été la honte que tu me demandes qui j’avais en vue, marmonne-t-il face à la nuit, la brise nocturne soulevant par instant les mèches de ses cheveux. Puis pourquoi tu me l’as pas dit direct, que t’allais à un évènement ? Ca m’aurait évité de me ridiculiser comme ça…

Il baisse piteusement la tête, sans toujours oser lui faire face, et il la sent frotter un peu son visage contre son dos sans trop comprendre ce qu’elle fabrique – se dit que les ressemblances avec les chats se multiplient finalement de jour en jour –, l’entend le traiter de mec le plus débile du pays. Pourtant, ce n’est pas sur ça que son attention s’arrête, car Aran vient de dire qu’elle l’aime comme ça, et à ces mots le cœur tambourine un peu trop fort dans la poitrine, l’estomac se retourne un peu – les sourcils se haussent, et un petit sourire qu’il ne parvient pas à réprimer vient étirer ses lèvres. Il essaie alors de se retourner en l’entendant pleurnicher de plus belle dans son dos ; essaie de se dégager comme il peut, sans succès tant elle se cramponne fort à lui, et demande :

- Aran… Lâche-moi un peu s’te-plaît…

A peine a-t-elle desserré son étreinte qu’il se retourne pour lui faire face, son sourire stupide toujours accroché sur ses lèvres ; éclate de rire en voyant à quel point elle pleure, les traces noires sous ses yeux et sa jolie bouche déformée par les sanglots. Alors, aussi délicatement que possible, il vient essuyer les larmes égarées sous ses yeux ; fouille dans la poche de son pantalon à la recherche d’un mouchoir, en trouve seulement un déjà utilisé, qu’il commence par lui tendre avant de se rétracter :

- Tiens, pour… ah, non, laisse tomber en fait…

Et puisqu’il n’a pas de mouchoir à lui proposer, il se contente de l’attirer à lui pour la serrer fort au creux de ses bras ; lui dit doucement, sa bouche à un rien de son oreille :

- Arrête de pleurer Arana… Y a rien, c’est moi j’devrais pleurer, c’était trop la honte tout ça…

Un nouvel éclat de rire fend le silence de l’appartement, et il l’écarte un peu, seulement pour lui demander, les yeux brillants et la moue de sale gosse un peu trop content aux lèvres :

- Mais du coup… Tu m’aimes comme ça… ? Comment ça tu m’aimes ?
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 25 Aoû - 21:04
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Culpabilité qui te ronge un peu plus à chaque pièce qui rejoint sa place dans cet immense puzzle qui jusqu’à présent était impossible à finir. Car il y avait trop de non-dits, de pièce manquante pour qu’il y ait quelque chose à comprendre. Mais ce soir Suho t’a donné les dernières pièces manquantes, t’as filé tout ce qu’il fallait pour que tu comprennes enfin le fond de sa pensée.

Il t’apprécie. Du moins, il t’appréciait jusqu’à présent
Et t’as bien peur que ça ne soit plus le cas après cette dispute.

T’es certaine que s’en est fini, qu’il va tourner la page le beau diable après ça. Car t’as pas su saisir ta chance et d’ici peu il s’en ira, ne reviendra plus jamais vers toi. Sauf que t’es pas prête à la tourner cette page toi, pas prête à jeter le livre maintenant que l’histoire prend sens. Tu t’empresses alors de venir le rejoindre puisqu’il ne souhaite pas se tourner vers toi – t’affronter avant le grand départ. Tu te cramponnes à lui Aran, prête à tout pour qu’il t’écoute ne serait-ce qu’une minute, comprenne qu’il n’est pas le seul dans cette tourmente de sentiment incompris. Toi aussi tu ressens la même chose pour lui, toi aussi t’as parfois l’impression qu’il te prend pour une conne en soufflant le chaud et le froid. Il ne peut pas t’abandonner, pas maintenant. Tu ne le laisseras pas faire de toute façon.

Ainsi tu te dévoiles, laisse ton cœur parler de façon – certainement trop – honnête pour la toute première fois de ta vie. Les mots se succèdent, quitte la barrière de tes lèvres sans que tu ne réfléchisses un seul instant à ce que t’es en train de lui dire. Et les idées s’embrouillent entre les hoquets de larmes et la peur qu’il ne s’éloignes. Tu passes du coq à l’âne, lui avoue d’abord qu’il ait le garçon que tu n’arrives pas à lâcher et l’instant d’après que c’est à un évènement professionnel que t’allais et non pas à un rendez-vous comme il pouvait l’imaginer.

- Mais toi tu vois pleins de filles je pouvais que te croire quand t’as dit que t’avais personne dans la tête t’étais trop convainquant …

Que tu chouines toujours contre son dos, resserrant tes petites mains autour de sa taille par peur qu’il se volatilise ; ne décide de s’en aller n’ayant plus la foi pour t’écouter. Mais il reste là Suho, te demande juste pourquoi t’as pas dit plus tôt que t’avais juste un schedule important ce soir tu lui pinces alors légèrement la peau répond à la hâte :

- Tu m’as même pas laissé le temps d’en placer une Suho, tu t’es pas vu t’es rentré comme un dingue avec tes accusations et ça m’a contrarié que tu tires tes propres conclusions.

Alors que tu n’as rien fait de mal, n’était même pas dans l’optique de voir un garçon ce soir. Du moins, pas dans l’optique de te trouver un petit-ami. T’as abandonné cette idée de remplacer Suho dans ton cœur depuis un bail maintenant. Et tu le lui dis, lui avoue que tu l’aimes comme il est. Que ce soit quand il parle des aliens avec passions ou quand il te rejoint très tard le soir chez toi pour regarder une série nulle à tes côtés. Tu l’aimes même quand il touche à toutes tes affaires, y fout le bordel, c’est dire. Alors non, t’as pas envie de le lâcher quand il te demande de le faire, t’as trop peur qu’il s’en aille. Tu serres même un peu plus ta prise, fait non de la tête dans le coton de son t-shirt. Et pourtant il faut bien que tu le fasses car il cherche à se retourner le garçon c’est ainsi à contre-cœur que tu le laisses faire ce que bon lui semble en pleurant de plus belle. Tu caches ainsi ton visage imbibé de larmes à peine un instant que déjà il te force à baisser tes mains, vient essuyer du bout des doigts les perles s’accumulant au la lisière de tes paupières avant de se mettre à fouiller dans ses poches te tendre un mouchoir tout fripé qui doit trainer là depuis une éternité. Tu tapes alors dans sa main pour le repousser, laisse un éclat de rire s’échapper malgré les larmes :

- T’es dégueulasse, t’as fait quoi avec ce mouchoir ? Il est tout froissé …

Tu préfères la nouvelle solution qu’il te propose – qu’il t’oblige à saisir en te tirant contre lui la seconde d’après. Tu laisses alors ta tête se poser contre son torse, tes bras s’enrouler de nouveau autour de sa taille enveloppée dans ce t-shirt bien trop large pour son gabarit en reniflant encore et encore.

- J’veux pas tu t’en ailles, je veux continuer à te voir s’teuplait Suho part pas…

Mais d’après lui, c’est lui qui devrait pleurer, lui qui devrait avoir honte. Alors tu relèves la tête, le regarde un instant en disant :

- Oui, tu devrais avoir honte de me faire pleurer, excuse-toi Yi.

Sauf qu’il ne le fera jamais, tu le sais. Déjà, tu reposes ta tête contre son torse jusqu’à qu’un éclat de rire ne fende l’air et le bruit des larmes que t’as du mal à calmer. Tu t’écartes un peu, le regarde d’un air mauvais et quand il te pose la question qui semble lui bruler les lèvres, le fait sourire tu t’éloignes pour de bon, lui tourne le dos pour aller prendre place sur l’accoudoir de ton canapé en regardant tes ongles avec attention avant de répondre :

- Quoi comment je t’aime … ? Tu veux savoir quoi … ?

Que tu lui demandes en faisant mine d’être perplexe face à cette question lorsqu’en réalité tu sais très bien où il veut en venir. Et t’en rougis, t’empourpre et baisse la tête lorsque tu lui réponds :

- Je t’aime bien c’est pas compliqué à comprendre pourtant… T’es pas qu’un ami quoi…


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyVen 26 Aoû - 20:29
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Forcément, il s’interroge, Suho ; ne comprend pas pourquoi Aran ne lui a pas dit directement que c’est à un évènement professionnel qu’elle se rendait, ce soir. C’aurait tout de suite été plus simple ; leur aurait évité bien des tracas, toute cette dispute et les larmes de la jeune femme. Mais il paraît qu’il ne lui en a même pas laissé le temps ; est rentré comme une furie dans cet appartement, tous les points déjà reliés les uns aux autres dans son esprit convaincu que jamais elle ne pourrait lui rendre l’importance qu'il lui accorde.

- J’me demande comment t’aurais réagi, toi, si j’t’avais donné rendez-vous quelque part et qu’en arrivant tu me voyais en train de partir…

Il essaie de se dédouaner comme il peut ; apporter des justifications à cette colère pourtant injustifiée lorsqu’il le sait, Aran a raison et lui a tort. Et face aux larmes de la jeune femme, il se trouve comme souvent bien désarmé, lui qui ne pleure presque jamais ; essaie de faire quelque chose pour la consoler, n’importe quoi, fouille ses poches à la recherche d’un mouchoir qu’il lui tend déjà, avant de se rendre compte de son état. Ce n’est pas l’un de ses collègues, l’un de ses potes pour partager sa saleté sans trop y regarder ; on parle de Aran, délicate Aran qui trouverait déjà à redire face à un mouchoir propre, simplement parce qu’il est froissé ou que l’impression a laissé une marque sombre sur le papier immaculé. Alors ce qu’il lui propose ? Il n’y a aucun moyen, dans aucun univers, qu’elle l’accepte sans sourciller, aussi il le range déjà au fond de sa poche, hausse les épaules face à ses questions.

- J’sais pas, il traînait là…

Il aura au moins eu le mérite de la faire rire, même si ce n’était pas réellement volontaire, alors cela valait le coup, et déjà, il l’attire contre lui pour tenter de la consoler ; sentir son corps contre le sien, et la chaleur de sa peau à travers la barrière de leurs habits. Mais Aran ne fait que pleurer de plus belle. Aran, elle le supplie de ne pas partir, et il hausse un peu les sourcils sans trop comprendre d’où ça sort ; lui répond avec un petit éclat de rire :

- Mais tu veux que j’aille où même ? J’vais nulle part Arana, détends-toi…

Et comme pour la rassurer à ce sujet – comme pour lui signifier qu’il est bien là, plus que jamais –, il resserre un peu plus sa prise sur elle et dépose un baiser sur le haut de sa tête. Il rit un peu plus encore lorsqu’il remarque que c’est lui qui pourrait pleurer de toute cette situation ; lui qui pourrait avoir honte, après toutes ces années à se ronger les sangs dans son coin, convaincu d’éprouver des sentiments à sens unique. Pourtant, d’après elle c’est de l’avoir fait pleurer qui devrait lui faire honte, et à ces mots il hausse les sourcils, s’écarte un peu pour la regarder en se retenant de dire :

- Ah ouais c’est à moi de m’excuser maintenant… On aura tout vu…

Tout plutôt que de s’excuser – car les connaisseurs savent que Suho ne s’excuse jamais, que ces mots ne sortent de sa bouche qu’après moult négociations et supplications. Et bien sûr, le garçon ne peut que revenir sur les mots qu’elle a prononcé ce soir – bien trop heureux de ce qu’ils impliquent pour seulement oser les ignorer. Il a l’air un peu trop heureux lorsqu’il l’interroge sur ses sentiments, mais Aran fuit, Aran lui échappe pour aller se réfugier sur le canapé, fait mine de ne pas le voir lorsqu’elle lui demande ce qu’il veut savoir. Une question à laquelle il ne saurait lui-même répondre ; reste un peu bête, la fixe avec de grands yeux jusqu’à finir par balbutier :

- Beeen… Tu voulais dire quoi par-là exactement quoi… ?

Elle le rendrait presque nerveux, à hésiter ainsi – il peut sentir l’appréhension le gagner face à sa réponse, et ils ont finalement tous deux l’air aussi intimidés l’un que l’autre lorsqu’elle avoue le voir comme plus qu’un ami.

- Ca tombe bien parce que… je t’ai jamais vu comme une amie…

Il relève les yeux vers elle un instant, avant de passer une main dans ses cheveux ; s’efforcer de reprendre une contenance. Et il finit par lâcher :

- Bon du coup j’te retiens pas… Tu voulais aller à ton évènement, j’voudrais pas te mettre plus en retard…

A la tester ; espérer de toutes ses forces qu’elle lui dise qu’elle laisse tomber la soirée, qu’elle restera ici, finalement, comme c’était prévu. S’te-plaît Aran, pour une fois, choisis-moi plutôt que ta carrière.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyLun 29 Aoû - 22:16
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Surement que t’aurais réagi tout aussi mal que lui en le voyant fraichement préparé, prêt à s’en aller rejoindre d’autres personnes alors que vous aviez prévu à la base de vous voir. Mais le hic, c’est qu’il n’y a jamais eu d’échange entre vous, t’as jamais reçu un quelconque message te certifiant qu’il allait venir ce soir. Mais peut-être que tu n’as juste pas vu la notification Aran, pas vu sa réponse ou tout simplement ne l’a pas reçu. Alors tu te tais, continue de renifler tout en te serrant à lui, collant ton visage contre son torse par peur qu’il ne décide de s’en aller malgré tout.

Car t’es lassante Aran, t’as même pas réussi à garder tes parents auprès de toi. Mais eux, tu ne les as pas connus, t’as pu construire ton monde et ta vie sans leur présence mais Suho t’es pas certaine de pouvoir faire sans. Il est trop important ce garçon, trop présent dans ta vie pour que tu tires un trait dessus. Alors si il doit s’en aller t’es prête à mettre ta fierté de côté, prête à t’accrocher à sa jambe comme le ferait une gamine de cinq ans en plein caprice. Et son rire résonne dans la pièce, un éclat si franc suivi d’une réponse qui t’encourage à relever les yeux vers lui d’un air perdu pour qu’il t’avoue qu’il ne compte aller nulle part, te demande même de te détendre. Et boudeuse comme t’es, c’est en essuyant du bout de ta manche les larmes colorées de mascara que tu lui réponds :

- C’est pas drôle Yi, arrête de rire merde …

Et la nature revenant toujours au galop tu viens taper de ton petit poing contre son torse t’imaginant que ça va le calmer. Naïve que tu es Aran, autant en t’imaginant pouvoir lui remettre les idées en place quand lui demandant de s’excuser de t’avoir fait pleurer. Car Suho, jamais il ne s’excuse et ce soir encore il ne le fera pas. Même si il le pense, sait qu’il a mal agis les mots ne sortirons pas à ton grand désespoir.

- Ouais on aura tout vu… C’est toi qui crées la dispute mais tu finis tout sourire et te sens même pas un peu coupable…

Mais au moins la dispute semble être passé, la tempête bien loin de vous. Dorénavant il faut passer aux aveux, mettre des mots sur les sentiments avoués. Et c’est là que tout se complique, là que ta timidité que tu réussis si souvent à faire disparaitre ressurgis. Car ça ne t’arrive que rarement – même jamais de devoir dire ce que t’as sur le cœur, devoir expliquer ce que tu ressens si frontalement. C’est une chose que tu n’as jamais faite, jamais expérimenté et là Suho, il te met sur le fait accomplis alors c’est en prenant un peu de recul physiquement, te mettant à fixer tes doigts plutôt que lui que tu finis par avouer que tu l’aimes bien – comme on aime un homme qui nous attires et non pas comme un ami. Et tu sens ton cœur battre Aran, essaie de ne pas te fier à cet organe qui te malmène un peu trop souvent en la présence du garçon que t’aimes. Tu te forces alors à le regarder et lui dit :

- Que j’ai des sentiments pour toi ?

Je t’aime Suho, je crois que c’est ça. Je t’aime au point d’aller à l’encontre de l’interdit, au point de te le dire alors que c’est surement la chose la plus difficile pour moi.

- J’suis pas à l’aise à l’idée que tu vois des filles, ça me rend triste… Jalouse… C’est compliqué à expliquer j’sais pas si tu comprends … ?

Que tu lui demandes, pas certaines de pouvoir réellement exprimer par la parole ce que tu ressens quand tu le sais avec d’autres filles que toi. T’aimerais à chaque fois être ses filles, aimerait qu’il soit comblé par toi et rien que toi. Au moins t’es rassuré que votre attirance soit réciproque, qu’il ne te voit pas comme une amie lui non plus.

- T’aurais pu me prévenir… ça fait des mois j’attends tu me le dises…

Tu minaudes Aran, essuie tes joues humides et te met à fixer ton parquet avec intérêt sans dire un mot, laisse le silence s’installer jusqu’à qu’il ne décide de le rompre en te laissant l’opportunité d’aller à ton rendez-vous professionnel. Tu relèves alors la tête, légèrement brusquée qu’il puisse déjà passer à autre chose.

- Non ? J’m’en fou de cette release party ? C’est pas le plus important …

Le plus important c’est toi Suho, toi et rien que toi.

- Après toi si t’as d’autres choses à faire et que tu dois y aller …

Mais tu préférerais qu'il reste, que vous discutiez, que vous vous embrassiez toute la nuit dans l'intimité de ce si petit appartement jusqu'à qu'il soit l'heure de vous quittez pour de bon.
Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ A2203bbad70a1b75949e43165adb6dce8fda7ea5
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 24898
MESSAGES : 9070
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyMer 31 Aoû - 22:32
after hours

-- ft  aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et comme trop souvent, Suho devrait s’excuser – mais comme trop souvent, il n’en fera rien. Comme si prononcer ces mots lui lacérerait la langue, lui trancherait la gorge, ils restent soigneusement prisonniers de son esprit, incapable de leur donner vie. Et puis en toute franchise, il n’a pas le sentiment que sa colère soit si injustifiée que cela. Elle n’est que le résultat d’années de sentiments refoulés ; de rejets redoutés. Il avait toutes les raisons d’être sur les nerfs face à ce sujet, alors lorsque Aran l’accuse d’avoir créé la dispute, c’est avec toute la mauvaise foi du monde qu’il lui répond :

- J’ai rien créé du tout… Si tu t’étais pas barrée juste quand j’arrivais on en serait pas là…

Et s’il savait qu’en réalité il a simplement refermé l’application trop vite ; oublié d’envoyer le message confirmant sa venue à la jeune femme. Tout est bel et bien de sa faute, mais Suho si bien persuadé d’être dans son bon droit se permet de remettre une fois de plus Aran en cause ; étouffe déjà le sujet en la poussant à revenir sur les mots qu’elle a prononcé plus tôt. Car ils sont un peu trop précieux ; ont un peu trop de valeur pour le garçon qui a attendu des années un tel aveux. Il a besoin d’être sûr ; a envie de les entendre formulés clairement, car il sait que sans cela, jamais il n’arrivera à se livrer totalement à elle.

Dis-moi les mots que j’ai envie d’entendre Aran,
Pour effacer les doutes que j’traîne depuis des années,
Et faire oublier la peine de ces dernières années.


Et c’est ce qu’elle fait, réfugiée à l’autre bout de la pièce, comme si cette distance était soudain nécessaire. Elle avoue avoir des sentiments pour lui, et il ne peut réfréner le sourire qui gagne déjà ses lèvres ; hausse légèrement les sourcils lorsqu’elle ajoute ne pas aimer le savoir avec d’autres filles, un éclat de rire franchissant déjà ses lèvres tandis qu’il baisse les yeux, soudain fasciné par sa paire de chaussettes.

- J’crois que j’capte ouais car j’aime pas que tu vois d’autres mecs non plus…

Au cas où ce ne soit pas assez clair, à la façon dont il a rappliqué dès qu’il a su que Aran était en rendez-vous avec Han Gyeol ; à la pointe qu’il a ressenti dans sa poitrine en apprenant qu’elle avait passé la nuit avec cet autre trois sur vingt. Lui aussi, il déteste cela ; lui aussi, il aimerait qu’elle n’ait que lui dans la tête et dans le cœur.

Lui aussi serait plus apaisé de savoir qu’elle ne voit que lui.

Et lorsqu’il lui explique ne pas la voir non plus comme une simple amie, elle lui reproche d’avoir pris trop de temps à le lui avouer, le poussant à relever les yeux vers elle ; la dévisager les sourcils haussés lorsqu’il lui répond du tac au tac :

- Et moi ça fait des années, donc…

Ça fait des années qu’il ne pense qu’à elle ; ne rêve que de franchir ce pas, suffisamment pour avoir été prêt à lui en parler à l’époque du lycée. Sans doute que si elle ne lui avait pas annoncé avoir été prise en agence ce jour-là, il aurait déversé toute la vérité à ses pieds, sans filtre, et alors Dieu seul sait ce qu’il se serait passé. Peut-être leurs vies seraient-elles totalement différentes, ou peut-être en seraient-ils arrivés au même point, malgré le fait qu’ils aient emprunté des sentiers différents. Et alors que le silence commençait à s’installer dans l’appartement, il l’invite à se rendre à son évènement si elle le souhaite. Comme une mise à l’épreuve ; un test, lorsqu’il aimerait seulement passer la soirée avec elle. Alors il ne peut qu’être soulagé lorsqu’elle répond n’en avoir rien à faire de cette release party ; qu’il y a manifestement plus important, et c’est curieux qu’il lui demande :

- Ah ouais ? Alors c’est quoi le plus important… ?

Mais déjà, elle l’invite à son tour à s’en aller, et à ces mots il sourit un peu, amusé, secoue doucement la tête en riant :

- Nan, moi ça va, le mieux que j’puisse faire c’est être ici.

Avec toi. Alors il n’esquisse pas un geste pour prendre le départ. Se rapproche plutôt d’elle, pour finalement se laisser tomber sur le canapé.

- Si on a rien de mieux à faire tous les deux, autant rester ici alors… Tu viens ? Tu vas pas rester perchée sur ton accoudoir toute la soirée quand même ?

A incliner légèrement la tête sur son épaule ; la dévisager avec ses grands yeux, invitant.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ D3db93f91723e2b4ed19a34a8aae63471a985fce
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 23637
MESSAGES : 9142
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ EmptyDim 4 Sep - 0:01
after hours

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Regard que tu redresses quand son rire empli la pièce, tu te demandes d’abord pourquoi il rit Suho. C’est la situation qui le fait marrer ou le fait que tu sois si jalouse des filles qu’il peut fréquenter ? Tu te sens honteuse Aran, t’as juste envie d’ajouter que finalement tu n’en penses pas un mot pour te dédouaner, ne pas subir les moqueries d’un garçon qui ne semble pas comprendre ô combien t’es entiché. Mais l’instant d’après il reprend la parole et tes yeux s’écarquillent en l’entendant t’avouer que lui aussi n’aime pas vraiment te savoir avec d’autres hommes que lui. Il comprend ce que tu veux dire, semble tout aussi intimidé que toi de l’avouer.

Alors tu ne te faisais pas de film tout ce temps-là,
Il était bel et bien jaloux Suho.

Tu te rappelles de ce qu’il disait quand tu le lui faisais remarquer, l’amertume avec laquelle il te parlait des garçons avec lesquels tu pouvais créer du lien, à toujours trouver des excuses et des raisons éclatés pour t’en éloigner d’une manière ou d’une autre. Et forcément que ça te fait sourire maintenant que tu sais pourquoi il agissait comme ça, tu pinces un peu tes lèvres, cherche les bons mots dans ta tête avant de lui répondre :

- Je prends note… Je t’éviterais ce genre de désagrément dorénavant…

Car t’as pas envie de lui faire plus de mal à Suho, tu l’aimes et maintenant que vous êtes au courant de vos sentiments respectifs il serait temps d’en faire quelque chose. Vous avez perdu trop de temps – des années apparemment à vous courir après, à agir comme les amis que vous n’avez jamais été. Il te propose d’aller à ton évènement mais t’as juste plus la tête à ça – n’y pense même plus du tout en réalité. Car il est là, que vous avez beaucoup trop de non-dit à rattraper. C’est avec lui que tu veux passer ce temps, pas avec des inconnus, pas à faire de grands sourires forcés pour quelques numéros et collaboration à venir. Mais pour autant, dire à Suho que c’est pour lui que tu restes, lui qui est important à tes yeux ça a du mal à sortir d’entre tes lèvres.

T’as jamais été forte avec les déclarations Aran,
Ne n’en a jamais faites du tout, depuis toujours t’es compliqué avec l’amour.  

Et pourtant là, t’es forcée de faire un effort. Forcée de lui dire les choses puisque de lui-même il ne semble pas vouloir comprendre – ou bien il fait semblant de ne pas comprendre pour te mettre mal à l’aise. Tu le fusilles alors du regard Suho et marmonne :

- J’veux rester avec toi… ça me parait évident mais bon … Vu que t’es bête….

Mais peut-être que lui a mieux à faire ailleurs ? Tu sais pas, tu sais plus en fait. T’as légèrement mal à la tête, le cœur à vif par toutes ces révélations. T’as l’impression de ne plus rien comprendre, plus savoir ce qu’il veut ou non. Il te tourmente le garçon et pourtant tu souhaites de tout ton cœur qu’il reste ici ce soir, avec toi. Alors t’es bien heureuse – carrément soulager quand il t’avoue n’avoir rien de mieux à faire, semble vouloir le même programme que toi pour ce soir. Tu te détends légèrement, sourit et roule tes yeux comme tu le fais trop souvent lorsque tu le vois prendre place sur ton canapé de façon un peu trop à l’aise tu dis :

- Wow… Si on m’aurait dit que Ren d’Icarus n’aurait rien de mieux à faire que passer sa soirée avec une petite starlette dans un petit canapé dans un trou à rat… J’y aurais pas cru… Mais ça me va …

Tant que je suis avec toi tout me va Suho.

Et comme il te le suggère tu viens prendre place à ses côtés dans le canapé, docilement, vient te nicher contre lui en reniflant une dernière fois, pose ta tête sur son épaule et attrape sa main, joue avec ses doigts fins et minaude enfin au bout d’un moment :

- J’veux on vérifie nos téléphones, c’est bizarre cette histoire de sms.

Tu vas alors récupérer le tien dans ton sac à main abandonné plus loin vers l’entrée de l’appartement au moment où la dispute a éclaté, lui montre que tu n’as rien reçu et quand lui regarde ses messages à son tour la vérité éclate. Littéralement. Car il n’a rien envoyé Suho, t’as fait la guerre sans raison. Tu lui tapes l’épaule et lui hurle que tu le hais avant de chercher à t’éloigner de lui – forcé malgré toi de rester coller à lui par ses bons soins. Et peut-être que tu ne te débats pas tant que ça, te laisse même entrainer dans le creux dans ses bras et le laisse te déposer une myriade de baiser un peu trop heureuse que les choses se soient passés ainsi malgré tout.

Contenu sponsorisé
— AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫   — AFTER HOURS ❪ A R A N ❫ Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Gangnam
Sauter vers: