1234
AUBES GRISES (KENYU)

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
-17%
Le deal à ne pas rater :
(CDAV) Apple MacBook Air 2020 : 13.3″, Puce Apple M1, 8 Go de RAM ...
949 € 1148 €
Voir le deal

 :: seoul :: Hyehwa :: Résidences
Partagez

 AUBES GRISES (KENYU)


Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 579
MESSAGES : 2721
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyJeu 6 Jan - 0:44

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

Les rayons mordorent entre les rideaux mal tirés, ça dessine un damier de lumière entre ses sourcils, les paupières alourdies par la fatigue s'élèvent lentement pour mieux se refermer, elles s'ouvrent à nouveau. C'est difficile. Tout paraît plus lumineux, plus sonore, les doigts se tendent vers l'horizon, vaine espérance de protéger sa rétine d'un éclat trop intense, ça filtre entre ses phalanges, noie son avant bras des douces couleurs d'une matinée glaciale. C'est tout en gémissements qu'il se force à se mouvoir, d'abord c'est un pied qui bouge, puis c'est une épaule qui roule pour mieux se dégager d'un poids inhabituel. La tête se tourne, le regard hésite d'une vision floue qui se précise au fil des minutes, il le découvre à ses côtés, à moitié-affalé contre lui et tout lui revient. Le décompte célébré en écho, les rires doubles et les verres qui s'entrechoquent, la partie de Squid Game remportée d'une euphorie commune, en paire jusqu'à l'aube il a cru s'y soustraire aux premières lueurs de cette nouvelle année mais a incontestablement cédé à l'appel du sommeil. Le parfum familier vient s'amarrer au myocarde, broie le cœur pour y graver son emprunte, des embruns si reconnaissables qu'il avait presque oublié, qu'il n'avait plus effleuré du bout du nez depuis longtemps, plus d'aussi près. Il évoque les souvenirs de nuits par maintes fois partagées, d'après-midi pluvieuses qui ne les empêchaient jamais de courir les rues de Busan, des bagarres en de rares occasions déclenchées, les mains enserrant le corps pour l'abîmer avant de le retrouver d'une étreinte de réconciliation. Ça brûle un peu les cils tous ces souvenirs d'eux qui se dilatent dans ses pupilles, il imagine déjà sa voix pâteuse d'une soirée trop arrosée, le rictus qui débordera à ses lèvres d'une excitation qui toujours le désamorce. A cette pensée les crocs se plantent dans la lèvre, répriment un sourire heureux, attendri — une nouvelle ère pour une nouvelle année, déjà un peu de baume au cœur, un tendre espoir ravivant ses traits.

Il s'extirpe, précautionneusement, retenant son souffle, prenant grand soin de bouger lentement, si lentement qu'il donne l'impression de faire du sur-place, il ne veut pas le réveiller. Shin s'accroche, sa jambe s'invitant sur son corps en une lourde enclume, il le repousse comme il peut et échange sa place avec un oreiller. Quand enfin il parvient à quitter le lit le grincement de la porte le trahit mais Shin, dont le sommeil est toujours aussi imperturbable, cille à peine, se tournant de l'autre côté pour échapper au soleil s'invitant partout dans la chambre. Kyu épouse une fuite la plus discrète possible jusqu'à la cuisine, il y retrouve les habitudes de son ancien colocataire, la vaisselle est rangée au même endroit, les plantes envahissent encore chaque meuble, bien que ces dernières ressemblent plus à de pauvres saules pleureurs en fin de vie qu'à de vigoureuses orchidées. Il ignorait même qu'un ficus pouvait revêtir cette teinte, il en conclut, un froncement de sourcils plus tard, que son nouveau coloc n'a pas plus la main verte que lui. Lorsqu'il ouvre le réfrigérateur à la recherche d'une bouteille d'eau il l'inspecte à son tour d'un œil distrait - bœuf porc poulet - à chaque étage, les commissures se fanent en une grimace répulsive. Tandis qu'à sa gorge se presse l'hydratation requise, les pas le mènent d'eux-mêmes jusqu'à son ancienne chambre, la tête est douloureuse, une migraine frayant son chemin jusque derrière ses orbites, ça cogne dur badam badam badam — il ne sait pas ce qu'il a envie d'y retrouver, ni même quelle perspective le décevrait.

Memories outch.

Et ça le frappe, aussitôt la porte poussée, aussitôt le sol foulé, une brume passagère qui lui chatouille le coin des côtes. Gommer les alentours, aux prises avec l’envoûtement de la chambre à regrets, il assiste impuissant à l’éclosion des papillons noirs, intact mais dépossédé de ses couleurs le refuge d'autrefois est devenu mausolée. Traqué d’une agonie crampon soudaine, le manque le ronge plus cruellement que ces deux dernières années, ça a jamais fait si mal : l’effroi quotidien de la réalité. Il trône au mur et cherche à le narguer.
Il remballe tout, à la vitesse de la lumière, la bouteille remise dans le frigo, la porte refermée, il ne prend plus la peine de jouer la carte du silence et pénètre dans la pièce avec la délicatesse d'un rhinocéros, qu'il continue de dormir, ou pas, il s'en moque. Tout ce qu'il veut c'est foutre le camp d'ici. Il récupère sa veste pendue à la chaise de son bureau, c'est là qu'il le voit émerger. « — Salut, je t'ai réveillé ? c'est une certitude — Désolé. absolument pasJ'étais trop k.o pour rentrer mais j'aurais dû, j'ai grave mal dormi, tu m'as filé des coups toute la nuit. pas exactement, très vite l'agitation s'est muée tendresse où il l'a enfermé dans une étreinte nocturne, un filet à rêves tendu de ses mains d'Hypnos dans lequel il n'avait plus logé depuis leur désunion. — Rendors-toi, je file de toute façon. Je venais juste prendre ma veste. » le ton est miel mais les expressions elles ne dupent pas, elles donnent à ses yeux des airs de sous-marins nucléaires, torpillant sa bonne volonté, celle qu'il tente tant bien que mal de conserver en se convaincant de laisser-couler.




 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyLun 10 Jan - 18:32

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

Hier soir ils ont fait un bain de minuit dans la fontaine de jouvence, ils en sont ressortis avec leur amitié d’antan. Tout avait la sensorialité du passé, le son de son rire, le toucher de leurs accolades multiformes, sa vue errante dès que l’énergie de la foule l’emportait ailleurs. — Jamais trop loin de lui.
C’est dans cette nuit fondue au matin qu’il a été surpris de se réveiller dans le confort de leur proximité. La soif l’avait sorti du sommeil mais il s’est rendormi sans l’épancher, le front contre son épaule. Le reste de son corps lui, a naturellement retrouvé ses marques contre le sien aux confins des rêves.
Quand ses paupières s’ouvrent à nouveau, l’onirisme a des aspects d’abcès crevé. Ce n’est pas tellement ce qu’il dit c’est plutôt la forme qu’il y met. « Je dois avouer que je t’ai connu plus délicat. » La remarque s’érige sur sa bouche déjà parée de son indélébile sourire à bascule. Il émerge avec aisance, pataugeant sans conscience, au milieu des vagues taciturnes de la mer blonde. « C’était pour m’assurer que t’étais bien réel. » La blague ne prend pas, pire, elle affirme sa mine renfrognée. Il essaie de rectifier le tir, relâche un peu ses commissures pour gommer ce petit air qui il le sait, peut vite sembler moqueur. « T’aurais dû me dire, je serais allé sur le canapé. » Il s’étire pour se débarrasser des quelques étoiles narcotiques récalcitrantes qui peinent à comprendre que le jour les a touché. La batterie qu’il a au corps affiche désormais une charge complète, 100% d’énergie qui ne demande qu’à servir.
« T’inquiète, maintenant que je suis réveillé on peut passer du temps ensemble. » Il se branche à sa stéréo, Sunshine de OneRepublic repeint la chambre de sa bonne humeur matinale qui combinée à son hyperactivité non diagnostiquée, le fait bondir sur place. Il secoue la tête dans tous les sens, renvoie à lui tout seul l’ambiance d’un concert sans le groupe ni le public. « SUNSHINE ! » La pile électrique le désigne au moment du refrain en imitant un pistolet de sa main droite, il fait partir la balle d’un clin d’oeil. « Pourquoi tu fais la gueule ? » Ce qui sur sa langue sonne comme une plaisanterie, prend un virage opposé lorsqu’il saisit son visage pour déformer sa moue en sourire. C’est inattendu lorsqu’il lui témoigne de la répulsion en se reculant comme s’il l’avait approché avec un fer à repasser fumant.
Le volume de la stéréo baisse en harmonie avec le déclin de son humeur, remplacé par un esprit préoccupé. Il décortique leur soirée à la recherche d’un geste ou d’une parole qui aurait pu compromettre les sentiments de son âme jumelle.
Il rembobine, fait un arrêt sur image sur un moment en particulier. Leur tournée festive a été une échappatoire salutaire lorsqu’il a fallu quitter une fête en particulier. Des connaissances du passé ont célébré le grand retour de leur amitié, certaines avec plus de maladresse que d’autres. Les questions intrusives ont presque fait roussir les confettis et l’allégresse. Sans le vouloir, ils ont noyé Mikyu dans leur pensine commune. Il a pu voir le film de leur amitié atrophiée directement dans ses yeux. Deux petits vidéoprojecteurs qui projetaient sur lui ces scènes en boucle, pour l’éteindre il a fallu distraire chaque personne qui remplissait sa tête de ces bobines à cauchemars.
Il pensait les avoir toutes récupérer mais à le regarder, il a fait une erreur de calcul.
« Tu veux pas me dire ce qui se passe ? » Ses prunelles soucieuses se corrodent dans l’accueil acide qu’elles reçoivent. Les gants lui tombent des mains, à trop limer son feu il rougeoie de plus belle. Il en a marre du roi du silence, c’est un jeu dont il n’a jamais été fan et qu’il n’a jamais voulu jouer.
Son indulgente douceur brûle dans ses braises, elle lui caresse le regard comme des plumes de feu.
« Tu peux pas tout le temps faire ça, m’en vouloir et partir sans me dire pourquoi, encore plus maintenant. J’ai conscience que ce qu’on a est fragile mais je sais aussi que t’y tiens, sinon tu serais pas là. Alors vide ton sac qu’on puisse enfin passer à autre chose. »




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 579
MESSAGES : 2721
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyMar 18 Jan - 0:58

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

La fête prend de nouvelles tournures lorsque Shin s'efforce de la prolonger, l'image qui s'agite devient calvaire, il la suit d'un regard trop mécanique, d'un sourire trop fade pour être emprunt de bonne volonté, l'âme obnubilée de maladroites tentatives pour peindre un semblant de gaieté. Rien y fait. Pour une fois, il n'a pas envie de faire semblant, la stature est statique devant le corps qui danse, il se trémousse d'une euphorie bien matinale qui a toujours fait défaut à Kyu, elle revigorait l'esprit tout en s'opposant à son naturel discret. Sa propre mise en route est lente, douce et craintive, Shin la bousculait à l'aide d'un carnaval de couleurs, de mouvements et de bruits -- à ses manières il empruntait une confiance hasardeuse qu'il ne parvient même plus à mimer.

Aujourd'hui l'iris est fauve, le souffle poudré aux non-dits, il shoot en plein dans le mille, une décharge retentissante provocant sa retraite, la poitrine se gonfle à mesure que le poing se serre, il refuse de céder un centimètre de terrain. « — Qu'est-ce que ça peut te foutre ? Continue de danser. crache-t-il entre ses dents d'une première expiration détestable, il ne parviendra pas à polir son discours, attendrir ses mots, c'est le fiel qui chauffe contre son palais et l'exhorte à lui tourner le dos. — Tu peux pas tout le temps faire ça, m’en vouloir et partir sans me dire pourquoi, encore plus maintenant. Il lui donne immédiatement raison fuyant sa présence jusqu'au salon, il l'entend lui emboîter le pas alors qu'il repère déjà ses converses déglinguées dans l'entrée dont il s'apprête à se chausser à la vitesse de l'éclair : bien sur que si je peux watch meJe me suis endormi ici par erreur je te dis, t'as cru que j'allais m'éterniser toute la journée ?J’ai conscience que ce qu’on a est fragile mais je sais aussi que t’y tiens, sinon tu serais pas là. Alors vide ton sac qu’on puisse enfin passer à autre chose. la pupille vrille quand le menton se redresse vers lui, cambré sur le sol une basket à moitié nouée, l'autre est écrasée contre sa paume dans un excès de rage soudaine. Il passe la pointe de sa langue entre ses lippes pour les humecter avant que les canines ne les dévorent violemment — Passe à autre chose toi tout seul si t'en as tellement envie. Ça a pas l'air de te poser vraiment problème de toute façon. » l'ironie est palpable mais il sait bien qu'il est le seul à en saisir le sens, il en a l'habitude. Tous, ils ont besoin qu'on leur énonce et démontre, ils veulent des preuves et des déclarations, il leur faut toujours tellement de mots pour expliquer ce qui ne peut que se ressentir.
Il voudrait pouvoir rendre tout ceci plus simple, libérer la parole mais les pensées sont trop rapides pour la bouche, si volatiles qu'il peine lui-même à les récupérer pour les décortiquer -- elles le tourmentent de leurs voix stridentes, étouffent la sienne la bloquant dans sa gorge dont ne parvient à s'échapper qu'un grognement lourd, une puissante vibration secouant sa pomme d'adam. Elle se mouve dans ses mains comme un courant électrique qu'il peut presque percevoir, il se voit faire sans parvenir à s'arrêter, cognant le torse de Shin si brusquement qu'il l'envoie valser contre le mur, c'est sa paume qui se loge près de son visage, le faciès face à celui de son ami, figé par une colère sourde, une frustration muette déformant ses babines qui semblent trembler de chaque inspiration. « — Si c'est fragile c'est ta putain de faute ! Je suis là parce que je t'ai promis d'essayer mais tu dis des trucs-fais des trucs... Tu m'embrouilles tout le temps ! » inconsciemment le geste rejoint la parole, les doigts repoussent le mur pour se refermer au sommet de son crâne, sa tête lui fait un mal de chien, sans doute le manque de sommeil ? Peut-être le soleil qui ébloui derrière la baie vitrée ? Mais plus que tout Shin. Shin et des actes qu'il ne sait plus comment interpréter quand autrefois il lui suffisait d'un regard pour les anticiper.


 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptySam 22 Jan - 16:56

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

L’ange en rage fait des noeuds avec le fil de ses pensées.
Ce fil là, qui le rattache à lui, qui cherche constamment à trouver du sens à ses émotions lunaires. Il lui glisse des mains et quand Kyu va trop loin, il finit par le lâcher.
Ses confettis se transforment en lame de papier de toutes les couleurs, la fête est terminée.
« TU TE CALMES MAINTENANT ! » C’est plus qu’un hurlement, c’est la détonation d’une frustration qui ne connaît pas la paix. C’est les nerfs électriques qui trempent dans l’eau, c’est l’électrocution de trop.
« Moi ? MOI ?! J’ai envie de passer à autre chose ? Mais tu t’écoutes ? » La vésanie l’effleure, elle se renverse comme de l’essence dans ses yeux épuisés. Ça donne une teinte familière à ses pupilles, celle qui flamboie lorsqu’il devient le pantin de son myocarde en combustion.
« J’ai l’air de quelqu’un qui s’en fout de toi ? C’est moi qui devrais me demander si tout ce que je fais pour nous en vaut la peine. Je dois mesurer chaque mot, chaque fait et geste pour éviter de te contrarier et quand je rate un truc tu me rappelles que je suis en période d’essaie. Et là tu te permets de douter de moi ? » Il a de l’écume au ras des cils, salée comme ses étranges spasmes entre le rire et la folie. — C’est en réalité un profond chagrin contaminé par le désespoir qui l’infecte. C’est une maladie qu’il se traîne depuis presque trois ans maintenant, invisible à l’oeil mais pénible à vivre au quotidien. Elle est provoquée par le mal de lui et la frustration de ne trouver aucun traitement fiable.
« Je sais que c’est ma faute, tu vas me le reprocher combien de temps encore ?! Je te l’ai dit, je te l’ai écrit. JE SUIS DÉSOLÉ. MERDE ! DÉSOLÉ OK ?! »
Sa voix s’arrache si brutalement de sa gorge qu’elle s’éraille. Le cri ne vient pas seul, il est accompagné d’une violente pulsion. À défaut de sa mâchoire ou de son thorax, car sa conscience le protège, c’est un bibelot sur le meuble de l’entrée qui percute le mur avant de se rompre en morceaux sur le sol.
Un objet qu’il n’identifie qu’après comme étant un cadeau qu’ils ont reçu pour leur crémaillère.
« Un dragon ?Oui, j’en ai offert un à Kyu aussi. J’ai essayé d’en trouver deux différents mais ils n’avaient que ceux-là.J’aime bien qu’on ait les mêmes.Ça va faire un peu redondant niveau déco.Tu traînes toujours ici et c’est vrai que maintenant que tu le soulèves, c’est comment t’as dit déjà ? Redondant. — T’es chiant. »
Dans ce souvenir brumeux, il capturait ses poings vengeurs tandis que Maeum se débattait en fous rires contre lui avant de capituler sur ses lèvres.
Le jumeau à écailles a quitté les lieux en même temps que Kyu, impossible de dire qui d’eux deux est sur le parquet.
Kyu, Shin.
Shin, Kyu.
Au final, c’est un peu la même chose.
Il contemple les fragments avec l’écho de cette pensée qui transparaît de manière si limpide dans ses orbes qu’il serait absurde de sa part de mettre des mots dessus.
Si on est superstitieux on pourrait se convaincre qu’ils sont deux âmes miroirs brisées, vouées à sept ans de malheur. — Sept ans, c’est long mais pas insurmontable.
« Je t’embrouille pas, c’est toi qui cherche le moindre prétexte pour te débarrasser de moi. Mais tu peux pas, essaie encore, autant de fois que tu veux. Tu t’épuiseras bien avant moi. »
Entre les débris, sa converse échouée. Il la ramasse, traverse le salon jusqu’à la fenêtre qu’il ouvre pour la jeter du sixième étage.
« T’as le choix, tu peux aller la chercher à cloche pied ou je peux le faire pour toi en contrepartie de l’ampoule grillée que t’as là-haut. » Il désigne de deux phalanges un point au milieu de son propre front. « Avant de te décider, sache qu’il commence à pleuvoir. Et que si l’envie de me frapper à nouveau te démange, fais le tout en ayant conscience que je commence à aimer ça. »




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 579
MESSAGES : 2721
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptySam 22 Jan - 19:33

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

Il s'écoute -- précisément, c'est bien là tout le dilemme. Le bruit de ses pensées malades qui n'ont de cesse de lui souffler des vérités erronées, leur sens échappe à Shin et ses justifications ont un semblant d'écho chez Kyu, il les prend, les retourne, les décortique pour se les approprier. Elles le font presque douter de lui - presque - parce que ça fait plus de deux ans, trente-et-un mois et des poussières pour être exact. Un rien, une parenthèse pour d'autres qui est éternité pour eux. Ça lui donne l'impression de ne plus savoir le décoder, il tâtonne et retrace les chemins habituels qu'il avait fini par perdre totalement avec lui. Ce qui était naturel et assumé devient énigme, il lui faut de nouveau étouffer ses schémas, s'il sait comment il n'est plus certain de le vouloir. Shin a raison : il est en période d'essai. Tout ce qu'il dit, tout ce qu'il fait, tout ce qu'il croit percevoir chez lui est soumis à un décryptage des plus pénibles, analyser la prise de risque avant même la proposition. Boire un verre avec lui, check, fêter le nouvel an ensemble, check, dormir à ses côtés, check, avoir envie de l'encastrer dans un mur, double-check. Il coche en son fort intérieur tous les rappels d'eux qui le rapprochent de ce lui d'avant, celui qu'il pense pouvoir retrouver grâce à Shin, qu'il a peur d'avoir perdu pour toujours à cause de lui. Il balance sans cesse entre ces deux visions, tout ce qu'il lui reproche et tout ce qui lui manque.
Il sent son cœur faire le poirier dans sa poitrine, il a le vertige de ce qu'il se refuse à lui dire -- Shin l'accuse de douter de lui quand en réalité c'est avant tout de lui-même qu'il doute. Il doute de pouvoir lui pardonner un jour, il doute de pouvoir lui redonner ce qu'il attend de lui, plus encore que le reste il doute de ne plus jamais le regarder comme autrefois. Cet autrefois qu'il tient tellement à retrouver et qu'il n'arrive pas à lui rendre. Dans les yeux de Shin rien a changé mais dans les siens c'est déjà différent. Il ne comprend pas tout à fait comment, il se leurre sur le pourquoi, mais il sait que c'est là.

« — J'EN SAIS FOUTRE RIEN ! les hurlements se répondent en terreur incarnée, poids d'une culpabilité miroir qu'il est douloureux d'affronter — Navré de pas avoir de date butoir à te fournir ! Quoi ? Ma rancune est un peu trop encombrante à ton goût ? T'as cru que ça allait disparaître comme par magie parce qu'on a passé deux ou trois bonnes soirées ensemble ? Ça marche pas comme ça ! il époumone son aigreur de ses lippes tordues par la colère et la frustration, laissant le mur accueillir à sa place les sentiments de Shin, ils s'éclatent à deux centimètres de son visage pourtant. Statuette en morceaux à ses pieds, il sourcille à peine face à la violence de l'impact, effet inconscient d'années d'errance à travers les cris et les coups, la pupille habituée aux luttes constantes, porteuses de punitions et d'incendie, d'angoisses et d'insomnies. De sa part il n'a jamais redouté les affrontements, seulement les silences et l'absence. L'ironie a voulu qu'il soit seul déclencheur de l'abandon dont il fut à la fois victime, en souffrance de sa propre incapacité à aller de l'avant.
Son dragon a lui est intact, ni oublié ni exposé, il sait parfaitement où il l'a rangé, bien à l'abris au fond d'une boîte, enroulé de papier journal pour éviter de le voir s'abîmer. Il est protégé au milieu d'un tas de souvenirs qu'il s'efforce de ne ressortir que les soirs de grand chagrin, quand l'envie est trop forte de s'y frotter, de les admirer avant de les remettre à leur place. Il a essayé de faire pareil avec Shin, conserver son image au cœur des possibles, l'ennui c'est qu'il n'est pas aussi facile de le laisser dans un coin, il gesticule et s'égosille, fait tout ce qu'il peut pour remonter à la surface. Kyu n'a pas le moindre contrôle dessus. Il n'en a jamais eu. Il l'aime si fort pour cela, si fort qu'il en vient parfois à le haïr. « Je t’embrouille pas, c’est toi qui cherche le moindre prétexte pour te débarrasser de moi. Mais tu peux pas, essaie encore, autant de fois que tu veux. Tu t’épuiseras bien avant moi. » il le confirme, de cette assurance contre laquelle Kyu ne peut rien. Ça l'irrite d'une étrange façon, l’œillade s'adoucit d'un soulagement indécent, c'est cet apaisement qui l'agace, qui outre l'iris brûlante dévisageant ses traits, le contredire serait un odieux mensonge. Même lui n'y croit pas.

« — Mais-mais qu'est-ce que tu fais ?! il n'a pas le temps de finir sa phrase que sa converse voltige à travers la fenêtre sous une acclamation de surprise — putain ! l'injure fuse plus forte que jamais, parce qu'il connait l'issue du combat, il prétend un instant la déjouer lorsque l'adversité gangrène ses pensées — Je t'emmerde ! Tu crois que parce que t'as balancé ma pompe t'as gagné ? Tu crois que tu peux me coincer ici ?! J'en ai rien à branler de rentrer pieds nus chez moi t'entends ? Je m'en fous ! il rugit, les doigts s'enfoncent dans la tignasse d'argent, tirent sur les mèches toujours si soigneusement peignées, la rage malmène les muscles, manipule le pied chaussé qui vient heurter la porte d'entrée en plusieurs coups répétés, elle tremble de ses boulons lorsque la colère intensifie la cadence, ravage les artères jusqu'à faire gonfler les veines. — Je me casse si je veux ! C'est pas toi qui décides ! T'es putain de chiant ! » gonde-t-il saisissant la poignée pour aussitôt la relâcher, il pourrait partir à cloche pied comme il lui a risiblement suggéré, il pourrait se tirer en chaussettes, appeler un taxi en bas de l'immeuble, qu'est-ce qu'il en à faire de cette paire de converses de toute façon ? Il pourrait troquer son unique pompe contre une des multiples paires de Shin se présentant juste là, sous son nez. Des alternatives, il en a des tas, les soupirs sont bruts lorsqu'il s'accroupit finalement face à cette même porte qu'il ne veut pas vraiment franchir, dos à lui, les bras refermés autour de sa tête planquée entre ses genoux. Il ne veut pas le regarder. « — Le tableau, dans la chambre de ton pote. il arrive à peine à le formuler à voix haute, les mots sont étouffés contre son jean — Je l'ai laissé là pour toi. et par pour toi ils savent parfaitement l'un et l'autre ce qu'il sous-entend en réalité. Il ne lui fera pas l'affront de prétendre une quelconque miséricorde derrière ce geste du désespoir — Tu l'as refilé au prochain comme si de rien était. »  


 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptySam 22 Jan - 23:25

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

« T'as cru que ça allait disparaître comme par magie parce qu'on a passé deux ou trois bonnes soirées ensemble ? »
Il a tort.
C’est bien son sourire qu’il a capturé avec son smartphone lorsqu’il lui a demandé de regarder sous la table quand il lui a fait croire qu’il avait fait tomber quelque chose.
C’était aussi réel cette après-midi où ils suppliaient l’autre d’arrêter de rire pour retrouver leur souffle.
C’est facile d’oublier les années d’absence quand il est là, parce qu’il se sent trop chanceux de l’avoir trouvé. Trouvé, pas retrouvé.
Une nuance importante avec laquelle Kyu a encore du mal. Et c'est terrible car il n’y’a pas plus frustrant au monde que de le voir s’extirper de leur duo quand ce dernier reprend ses marques.
Il rejette une greffe pourtant vitale, comme elle l’est pour lui il est donc évident que le concernant elle le soit tout autant. Il n’a pas de doutes seulement des craintes.
Il vit sous la menace de sa mauvaise lune, elle étouffe son feu en tout. Dans la tendresse comme dans la colère, il jongle avec ce qu’il lui permet de faire ou non. Souvent il outrepasse ses limites, il les défie comme pour lui montrer l’absurdité d’une vie qu'ils ne se partagent pas.
Ça fonctionne une soirée, un jour… Son maximum a été de les tenir jusqu’à 72 heures.
Chaque nouvel échec est une double peine. La première étant la peur viscérale de le perdre et la seconde est une affliction, celle d'être le seul à croire en eux.
« Tu parles de quelques bons moments passés ensemble comme si on était que ça. Nous deux, ça se calcule pas comme t’essaies de le faire. Tant que je t’aurais pas fait comprendre ça, ça va être laborieux mais j’aime les défis. »
La provocation est un succès, il le voit donner à ses vagues des mouvements incohérents. Elles vont dans tous les sens, ivres d’un surmenage émotionnelles, elles n’ont plus de guide.
Malgré la mer agitée, Shin se sent au sec. Pire même, il voit un abri dans tout ce qu’il réussit à provoquer chez lui.
C’est réconfortant de voir son coeur balloté sur les flots et d’en être la cause. Ses mots hurlent de ne pas approcher mais Shin sait parler sa langue mieux que quiconque. Il attend, un peu en retrait que l’accalmie le touche.
Ce n’est que lorsqu’il se retrouve accroupi près de la porte qu’il concède à le rejoindre mais à cinq pas de lui, il s’abstient.
« Tout ça, c’était pour le tableau. » Une question rhétorique aberrante, surtout quand on connaît son histoire.
Elle est la dernière griffe de Kyu, une présence remarquée dans tout ce vide qu’il a laissé en partant.
Ce croquis de leur tatouage commun qu’il lui a légué, c’était un cadeau empoisonné.
Et pourtant…
« Je pouvais pas le décrocher du mur, ça aurait été un peu comme renoncer à la possibilité que tu reviennes un jour. Quand il a emménagé, je lui ai demandé de pas y toucher. Il a trouvé ça étrange mais il a accepté grâce à mon charme fou. »
Finalement il annule la distance en imitant sa position. « T’as vraiment un culot monstre de faire la gueule pour ça tout en sachant pourquoi tu me l’as laissé mais dommage pour toi, j’ai pas réussi à t’en vouloir. » Ses pulpes caressent les collines de ses mains dans l’attente qu’il s’ouvre mais ça tarde. Il devine l’embarras qui garde sa coquille fermée, alors il force l’ouverture promptement en tirant ses bras autour de son cou. Ainsi il lui épargne un contact visuel direct, ses mains frottent son dos comme pour l’aider à chasser le malaise qui l’habite. « Je t’aime trop pour ça. »




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 579
MESSAGES : 2721
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyDim 23 Jan - 17:05

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted


Les mots outrages le prennent en otage, il pourrait s'offusquer de la notion de défis, voir au travers des pirouettes de Shin plus que de simples plaisanteries cherchant à désamorcer une situation périlleuse mais il le connait dépourvu d'intentions cachées. Shin ne fait pas dans la dissimulation, tout comme Nabo, tout comme tous ceux pour qui il a toujours ressenti une inclination naturelle, un attachement instinctif porté par ses contradictions. Il ne peut rien contre ces esprits limpides dévoilant au grand jour la moindre faille de leur armure scintillante, leurs artifices sont évidences, uniquement là pour séduire jamais pour altérer. Kyu est dépourvu de cette magie-là, il cherche sans cesse à l'effleurer en goûtant leur affection, ils produisent des étincelles du bout de leurs doigts, chaque fois qu'ils le touchent il en ressent les effets.
Shin balaye ses hésitations d'un haussement d'épaules -- il voudrait pouvoir en faire de même, donner à son obstination des encouragements et non des revers. Il voudrait lui demander comment il peut être aussi sûr et pourquoi ? Dés leur rencontre, Shin était l'évidence, l'assurance d'une paire prometteuse, d'un duo indéfectible quand lui récoltait déjà les signes d'une trahison à venir qui peut-être n'arriverait jamais. Kyu doutait de tout, de lui, d'eux. Il lui a fallu s'y reprendre à deux fois, trois fois, dix fois, jusqu'à ce que l'amorce finisse par entacher les certitudes. Shin n'a cessé depuis de mettre de massifs coups de pieds dans ses parures défensives, à sa prudence il opposait son audace, dans ses craintes il injectait des espoirs, de ses prunelles diaprées d'or et de feu il embrassait ses yeux pour nimber son ciel d'étoiles filantes.
Comme autrefois il se faufile entre les boucliers, serpente jusqu'à son cœur pour y enfiler des perles à tendresse, elles nacrent de promesses oubliées les veines et viennent irriguer sa tête pour chasser les cauchemars. La langue caresse le centre des lèvres pour effacer les morsures et la honte qui manquent d'y couler, il n'ose pas relever la tête vers lui quand il le sent s'approcher, si près que la chaleur de son corps apaise les frissons sur son derme. Les poils hérissés partout sur ses bras se replient, accueillant le contact de la peau jumelle comme une douce habitude, son corps réagit de sa propre mémoire, dicte à son cerveau de se TAIRE, il initie des rejets qu'il ne parvient pas à manifester.  

« — T'es sacrément relou comme coloc... Je te connaissais pas si autoritaire. grommelle-t-il d'un ton qu'il tente de modeler aussi plaisantin que le sien, ça se casse à mi-chemin d'une émotion qu'il ne contrôle pas tout à fait lorsqu'il sent la pulpe de ses doigts s'emparer de lui. La gorge tremblote d'un sanglot de joie intense entremêlé à la gêne suivant les reproches infondés, il se sait égoïste dans ses désirs, capricieux dans sa volonté de demeurer pour Shin ce qu'il ne parvient plus tout à fait à incarner. Ce n'est pas parce qu'il ne pouvait pas revenir qu'il voulait pour autant être remplacé. — Tu sais, je crois-je crois que je vais le récupérer finalement. » un moi aussi je t'aime au bord des lèvres, jamais franchies, il tire une inspiration au creux de sa nuque, effluves rassurantes qui ralentissent le myocarde, il se cale sur le rythme de Shin, recrache des confettis sous la pluie.
« — Shin ? reprend-t-il doucement le visage toujours camouflé par leur étreinte — T'as plutôt intérêt d'aller récupérer ma pompe, c'est mes converses préférées ! » sa menace s'enraye d'un rire contagieux secouant leurs épaules tandis qu'il le repousse faussement contrarié, un sourire en demi-lune satisfait se dessine à ses commissures.  



 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Contenu sponsorisé
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hyehwa :: Résidences
Sauter vers: