1234
AUBES GRISES (KENYU)

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière et codage réalisés par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
Le deal à ne pas rater :
Les Loups-Garous de Thiercelieux (Edition 2021) – Jeu de société
7.75 €
Voir le deal

 :: seoul :: Hyehwa :: Résidences
Partagez

 AUBES GRISES (KENYU)


Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 271
MESSAGES : 1064
NOUS A REJOINT LE : 13/11/2021
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyMer 5 Jan 2022 - 18:44

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

Les rayons mordorent entre les rideaux mal tirés, ça dessine un damier de lumière entre ses sourcils, les paupières alourdies par la fatigue s'élèvent lentement pour mieux se refermer, elles s'ouvrent à nouveau. C'est difficile. Tout paraît plus lumineux, plus sonore, les doigts se tendent vers l'horizon, vaine espérance de protéger sa rétine d'un éclat trop intense, ça filtre entre ses phalanges, noie son avant bras des douces couleurs d'une matinée glaciale. C'est tout en gémissements qu'il se force à se mouvoir, d'abord c'est un pied qui bouge, puis c'est une épaule qui roule pour mieux se dégager d'un poids inhabituel. La tête se tourne, le regard hésite d'une vision floue qui se précise au fil des minutes, il le découvre à ses côtés, à moitié-affalé contre lui et tout lui revient. Le décompte célébré en écho, les rires doubles et les verres qui s'entrechoquent, la partie de Squid Game remportée d'une euphorie commune, en paire jusqu'à l'aube il a cru s'y soustraire aux premières lueurs de cette nouvelle année mais a incontestablement cédé à l'appel du sommeil. Le parfum familier vient s'amarrer au myocarde, broie le cœur pour y graver son emprunte, des embruns si reconnaissables qu'il avait presque oublié, qu'il n'avait plus effleuré du bout du nez depuis longtemps, plus d'aussi près. Il évoque les souvenirs de nuits par maintes fois partagées, d'après-midi pluvieuses qui ne les empêchaient jamais de courir les rues de Busan, des bagarres en de rares occasions déclenchées, les mains enserrant le corps pour l'abîmer avant de le retrouver d'une étreinte de réconciliation. Ça brûle un peu les cils tous ces souvenirs d'eux qui se dilatent dans ses pupilles, il imagine déjà sa voix pâteuse d'une soirée trop arrosée, le rictus qui débordera à ses lèvres d'une excitation qui toujours le désamorce. A cette pensée les crocs se plantent dans la lèvre, répriment un sourire heureux, attendri — une nouvelle ère pour une nouvelle année, déjà un peu de baume au cœur, un tendre espoir ravivant ses traits.

Il s'extirpe, précautionneusement, retenant son souffle, prenant grand soin de bouger lentement, si lentement qu'il donne l'impression de faire du sur-place, il ne veut pas le réveiller. Shin s'accroche, sa jambe s'invitant sur son corps en une lourde enclume, il le repousse comme il peut et échange sa place avec un oreiller. Quand enfin il parvient à quitter le lit le grincement de la porte le trahit mais Shin, dont le sommeil est toujours aussi imperturbable, cille à peine, se tournant de l'autre côté pour échapper au soleil s'invitant partout dans la chambre. Kyu épouse une fuite la plus discrète possible jusqu'à la cuisine, il y retrouve les habitudes de son ancien colocataire, la vaisselle est rangée au même endroit, les plantes envahissent encore chaque meuble, bien que ces dernières ressemblent plus à de pauvres saules pleureurs en fin de vie qu'à de vigoureuses orchidées. Il ignorait même qu'un ficus pouvait revêtir cette teinte, il en conclut, un froncement de sourcils plus tard, que son nouveau coloc n'a pas plus la main verte que lui. Lorsqu'il ouvre le réfrigérateur à la recherche d'une bouteille d'eau il l'inspecte à son tour d'un œil distrait - bœuf porc poulet - à chaque étage, les commissures se fanent en une grimace répulsive. Tandis qu'à sa gorge se presse l'hydratation requise, les pas le mènent d'eux-mêmes jusqu'à son ancienne chambre, la tête est douloureuse, une migraine frayant son chemin jusque derrière ses orbites, ça cogne dur badam badam badam — il ne sait pas ce qu'il a envie d'y retrouver, ni même quelle perspective le décevrait.

Memories outch.

Et ça le frappe, aussitôt la porte poussée, aussitôt le sol foulé, une brume passagère qui lui chatouille le coin des côtes. Gommer les alentours, aux prises avec l’envoûtement de la chambre à regrets, il assiste impuissant à l’éclosion des papillons noirs, intact mais dépossédé de ses couleurs le refuge d'autrefois est devenu mausolée. Traqué d’une agonie crampon soudaine, le manque le ronge plus cruellement que ces deux dernières années, ça a jamais fait si mal : l’effroi quotidien de la réalité. Il trône au mur et cherche à le narguer.
Il remballe tout, à la vitesse de la lumière, la bouteille remise dans le frigo, la porte refermée, il ne prend plus la peine de jouer la carte du silence et pénètre dans la pièce avec la délicatesse d'un rhinocéros, qu'il continue de dormir, ou pas, il s'en moque. Tout ce qu'il veut c'est foutre le camp d'ici. Il récupère sa veste pendue à la chaise de son bureau, c'est là qu'il le voit émerger. « — Salut, je t'ai réveillé ? c'est une certitude — Désolé. absolument pasJ'étais trop k.o pour rentrer mais j'aurais dû, j'ai grave mal dormi, tu m'as filé des coups toute la nuit. pas exactement, très vite l'agitation s'est muée tendresse où il l'a enfermé dans une étreinte nocturne, un filet à rêves tendu de ses mains d'Hypnos dans lequel il n'avait plus logé depuis leur désunion. — Rendors-toi, je file de toute façon. Je venais juste prendre ma veste. » le ton est miel mais les expressions elles ne dupent pas, elles donnent à ses yeux des airs de sous-marins nucléaires, torpillant sa bonne volonté, celle qu'il tente tant bien que mal de conserver en se convaincant de laisser-couler.




 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : THE WITCH ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 141
MESSAGES : 1015
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyLun 10 Jan 2022 - 12:32

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

Hier soir ils ont fait un bain de minuit dans la fontaine de jouvence, ils en sont ressortis avec leur amitié d’antan. Tout avait la sensorialité du passé, le son de son rire, le toucher de leurs accolades multiformes, sa vue errante dès que l’énergie de la foule l’emportait ailleurs. — Jamais trop loin de lui.
C’est dans cette nuit fondue au matin qu’il a été surpris de se réveiller dans le confort de leur proximité. La soif l’avait sorti du sommeil mais il s’est rendormi sans l’épancher, le front contre son épaule. Le reste de son corps lui, a naturellement retrouvé ses marques contre le sien aux confins des rêves.
Quand ses paupières s’ouvrent à nouveau, l’onirisme a des aspects d’abcès crevé. Ce n’est pas tellement ce qu’il dit c’est plutôt la forme qu’il y met. « Je dois avouer que je t’ai connu plus délicat. » La remarque s’érige sur sa bouche déjà parée de son indélébile sourire à bascule. Il émerge avec aisance, pataugeant sans conscience, au milieu des vagues taciturnes de la mer blonde. « C’était pour m’assurer que t’étais bien réel. » La blague ne prend pas, pire, elle affirme sa mine renfrognée. Il essaie de rectifier le tir, relâche un peu ses commissures pour gommer ce petit air qui il le sait, peut vite sembler moqueur. « T’aurais dû me dire, je serais allé sur le canapé. » Il s’étire pour se débarrasser des quelques étoiles narcotiques récalcitrantes qui peinent à comprendre que le jour les a touché. La batterie qu’il a au corps affiche désormais une charge complète, 100% d’énergie qui ne demande qu’à servir.
« T’inquiète, maintenant que je suis réveillé on peut passer du temps ensemble. » Il se branche à sa stéréo, Sunshine de OneRepublic repeint la chambre de sa bonne humeur matinale qui combinée à son hyperactivité non diagnostiquée, le fait bondir sur place. Il secoue la tête dans tous les sens, renvoie à lui tout seul l’ambiance d’un concert sans le groupe ni le public. « SUNSHINE ! » La pile électrique le désigne au moment du refrain en imitant un pistolet de sa main droite, il fait partir la balle d’un clin d’oeil. « Pourquoi tu fais la gueule ? » Ce qui sur sa langue sonne comme une plaisanterie, prend un virage opposé lorsqu’il saisit son visage pour déformer sa moue en sourire. C’est inattendu lorsqu’il lui témoigne de la répulsion en se reculant comme s’il l’avait approché avec un fer à repasser fumant.
Le volume de la stéréo baisse en harmonie avec le déclin de son humeur, remplacé par un esprit préoccupé. Il décortique leur soirée à la recherche d’un geste ou d’une parole qui aurait pu compromettre les sentiments de son âme jumelle.
Il rembobine, fait un arrêt sur image sur un moment en particulier. Leur tournée festive a été une échappatoire salutaire lorsqu’il a fallu quitter une fête en particulier. Des connaissances du passé ont célébré le grand retour de leur amitié, certaines avec plus de maladresse que d’autres. Les questions intrusives ont presque fait roussir les confettis et l’allégresse. Sans le vouloir, ils ont noyé Mikyu dans leur pensine commune. Il a pu voir le film de leur amitié atrophiée directement dans ses yeux. Deux petits vidéoprojecteurs qui projetaient sur lui ces scènes en boucle, pour l’éteindre il a fallu distraire chaque personne qui remplissait sa tête de ces bobines à cauchemars.
Il pensait les avoir toutes récupérer mais à le regarder, il a fait une erreur de calcul.
« Tu veux pas me dire ce qui se passe ? » Ses prunelles soucieuses se corrodent dans l’accueil acide qu’elles reçoivent. Les gants lui tombent des mains, à trop limer son feu il rougeoie de plus belle. Il en a marre du roi du silence, c’est un jeu dont il n’a jamais été fan et qu’il n’a jamais voulu jouer.
Son indulgente douceur brûle dans ses braises, elle lui caresse le regard comme des plumes de feu.
« Tu peux pas tout le temps faire ça, m’en vouloir et partir sans me dire pourquoi, encore plus maintenant. J’ai conscience que ce qu’on a est fragile mais je sais aussi que t’y tiens, sinon tu serais pas là. Alors vide ton sac qu’on puisse enfin passer à autre chose. »




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic. I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : AUBES GRISES (KENYU) Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 271
MESSAGES : 1064
NOUS A REJOINT LE : 13/11/2021
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) EmptyLun 17 Jan 2022 - 18:58

AUBES GRISES

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Nothing happened in the way I wanted
Every corner of this house is haunted

La fête prend de nouvelles tournures lorsque Shin s'efforce de la prolonger, l'image qui s'agite devient calvaire, il la suit d'un regard trop mécanique, d'un sourire trop fade pour être emprunt de bonne volonté, l'âme obnubilée de maladroites tentatives pour peindre un semblant de gaieté. Rien y fait. Pour une fois, il n'a pas envie de faire semblant, la stature est statique devant le corps qui danse, il se trémousse d'une euphorie bien matinale qui a toujours fait défaut à Kyu, elle revigorait l'esprit tout en s'opposant à son naturel discret. Sa propre mise en route est lente, douce et craintive, Shin la bousculait à l'aide d'un carnaval de couleurs, de mouvements et de bruits -- à ses manières il empruntait une confiance hasardeuse qu'il ne parvient même plus à mimer.

Aujourd'hui l'iris est fauve, le souffle poudré aux non-dits, il shoot en plein dans le mille, une décharge retentissante provocant sa retraite, la poitrine se gonfle à mesure que le poing se serre, il refuse de céder un centimètre de terrain. « — Qu'est-ce que ça peut te foutre ? Continue de danser. crache-t-il entre ses dents d'une première expiration détestable, il ne parviendra pas à polir son discours, attendrir ses mots, c'est le fiel qui chauffe contre son palais et l'exhorte à lui tourner le dos. — Tu peux pas tout le temps faire ça, m’en vouloir et partir sans me dire pourquoi, encore plus maintenant. Il lui donne immédiatement raison fuyant sa présence jusqu'au salon, il l'entend lui emboîter le pas alors qu'il repère déjà ses converses déglinguées dans l'entrée dont il s'apprête à se chausser à la vitesse de l'éclair : bien sur que si je peux watch meJe me suis endormi ici par erreur je te dis, t'as cru que j'allais m'éterniser toute la journée ?J’ai conscience que ce qu’on a est fragile mais je sais aussi que t’y tiens, sinon tu serais pas là. Alors vide ton sac qu’on puisse enfin passer à autre chose. la pupille vrille quand le menton se redresse vers lui, cambré sur le sol une basket à moitié nouée, l'autre est écrasée contre sa paume dans un excès de rage soudaine. Il passe la pointe de sa langue entre ses lippes pour les humecter avant que les canines ne les dévorent violemment — Passe à autre chose toi tout seul si t'en as tellement envie. Ça a pas l'air de te poser vraiment problème de toute façon. » l'ironie est palpable mais il sait bien qu'il est le seul à en saisir le sens, il en a l'habitude. Tous, ils ont besoin qu'on leur énonce et démontre, ils veulent des preuves et des déclarations, il leur faut toujours tellement de mots pour expliquer ce qui ne peut que se ressentir.
Il voudrait pouvoir rendre tout ceci plus simple, libérer la parole mais les pensées sont trop rapides pour la bouche, si volatiles qu'il peine lui-même à les récupérer pour les décortiquer -- elles le tourmentent de leurs voix stridentes, étouffent la sienne la bloquant dans sa gorge dont ne parvient à s'échapper qu'un grognement lourd, une puissante vibration secouant sa pomme d'adam. Elle se mouve dans ses mains comme un courant électrique qu'il peut presque percevoir, il se voit faire sans parvenir à s'arrêter, cognant le torse de Shin si brusquement qu'il l'envoie valser contre le mur, c'est sa paume qui se loge près de son visage, le faciès face à celui de son ami, figé par une colère sourde, une frustration muette déformant ses babines qui semblent trembler de chaque inspiration. « — Si c'est fragile c'est ta putain de faute ! Je suis là parce que je t'ai promis d'essayer mais tu dis des trucs-fais des trucs... Tu m'embrouilles tout le temps ! » inconsciemment le geste rejoint la parole, les doigts repoussent le mur pour se refermer au sommet de son crâne, sa tête lui fait un mal de chien, sans doute le manque de sommeil ? Peut-être le soleil qui ébloui derrière la baie vitrée ? Mais plus que tout Shin. Shin et des actes qu'il ne sait plus comment interpréter quand autrefois il lui suffisait d'un regard pour les anticiper.


 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Contenu sponsorisé
AUBES GRISES (KENYU) Empty
(#) Sujet: Re: AUBES GRISES (KENYU)   AUBES GRISES (KENYU) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hyehwa :: Résidences
Sauter vers: