1234
-- play date (suho)

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
Le deal à ne pas rater :
Manga : le contenu du Tome 10 Collector de L’Atelier des Sorciers ...
Voir le deal

 :: seoul :: Gangnam :: Starlight Entertainment
Partagez

 -- play date (suho)


Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyLun 3 Jan - 22:34
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


(outfit) Fin de tournage annoncé, les applaudissements qui se multiplient dans le studio de cette fameuse chaine pour féliciter les deux nouveaux présentateurs officiels de Music Bank. Vous avez été super bon il parait, d’après les premiers échos sur les réseaux sociaux les gens ont adoré le choix de la chanson et le duo que vous formez. De quoi te faire sourire, te mettre de bonne humeur Aran. Car à tes yeux, rien n’est plus satisfaisant que d’entendre ce genre de compliment, de savoir que t’as fait du bon boulot et que les fans sont ravies du tournant que prends ta carrière. Alors forcément que tu souris Aran, forcément que t’es détendue aujourd’hui. Sans compter l’immense bouquet d’au moins cinquante rose qui t’a été offert par la production pour te féliciter de ce début d’année déjà explosif.

Parait que tu vas tout rafler cette année et tu ne pries que pour ça.

Et si certains ont envie d’aller au restaurant pour fêter cette fin de tournage, toi Aran, t’as d’autres plans en tête. Ta bonne humeur t’a envie de la partager avec quelqu’un en particulier, quelqu’un à qui t’as promis de faire des efforts et qui peut-être a du temps à t’accorder en retour aussi. Avant de décider quoi que ce soit et de quitter ta loge, tu lui envoies un message au beau diable. Lui demande si il est disponible pour te voir et sa réponse arrive assez rapidement, semble s’accorder avec tes plans. De quoi te faire sourire, tu te changes rapidement, troque tes vêtements d’idole pour quelque chose de plus simple avant d’annoncer au reste de l’équipe que tu souhaites plutôt te reposer, que t’as de toute façon des rendez-vous à honorer un peu plus tard. Et personne ne semble te contredire, les gens concernés acquiesces et te souhaite une bonne après-midi avant que ton chauffeur n’arrive et t’emmènes à la destination que tu lui glisses en entrant dans l’habitacle. T’arrives rapidement à destination, sourit poliment aux gens que tu connais et croise dans les couloirs du hall de Starlight. Ascenseur que tu prends, débloque à l’aide de ton badge pour accéder à certains étages puis te dirige comme convenue dans cette salle de répétition toujours aussi peu fréquenté dans laquelle vous établissez trop souvent vos quartiers lui et toi. T’es presque étonnée de voir qu’il n’est pas encore arrivé quand tu pousses la porte, tu te dis qu’il doit être encore occupé le garçon. Va falloir tu l’attendes, alors tu te montres patiente. En profite pour te délester de ton manteau que tu poses à même le sol avant de t’approcher des miroirs pour regarder ton visage, vérifier que ton maquillage est toujours impeccable ainsi que ta coiffure. Tout semble parfait alors tu t’éloignes, te pose à même le sol et te met à regarder ton téléphone, faire le tour des réseaux sociaux pour faire passer le temps mais toujours aucune trace de Suho, tu souffles, lui envoies un message pour lui demander si il a eu un empêchement ? Tu te demandes si t’attends pour rien ? Si il est réellement en train de te poser un lapin ? Mille et une supposition qui te traverse l’esprit, auxquelles t’essaie de ne pas penser sans quoi, tu serais capable de t’en aller sans attendre sa réponse. Tu te mets alors à compter les roses de ce bouquet que tu te trimballes depuis une heure, t’en es à quarante-huit lorsqu’enfin, la porte grinçante du studio de danse se fait entendre. Tu tournes rapidement la tête, voit celui que t’attendais patiemment enfin passer le pas de la porte. Tu souris en disant :

- J’ai cru tu m’avais oublié … à un rien de m’en aller …

Garçon que tu laisses se rapprocher de toi, que tu toises de la tête aux pieds avant de pencher légèrement ta tête sur le côté et ajouter :

- T’es beau comme ça … T’avais un rendez-vous important ?


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) 1nJ8z81
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 1050
MESSAGES : 3477
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyMer 5 Jan - 22:27
guess i'm just a play date to you

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


(outfit) 2022 a posé bagages dans la vie de tout le monde, et s’il est une chose dont Suho peut déjà être sûr, c’est que les choses ne risquent pas de se calmer en cette nouvelle année. Les festivités du début du mois étaient à peine passées qu’il a fallu recommencer à courir partout : enregistrer des émissions, tourner des tiktok et même déjà se pencher sur la direction que prendra le prochain come-back, lorsqu’il a l’impression d’avoir seulement cligné des yeux depuis le lancement de leur second mini album.

Et pour faciliter les choses, leur leader est trop souvent absent des répétitions et autres tournages. Car Kyang a été choisi pour présenter Music Bank, aux côtés de Aran, qui plus est, et l’ensemble du groupe doit, bon gré mal gré, apprendre à faire sans lui. A trouver une cohésion sans plus personne pour les rappeler à l’ordre, feindre sa présence lorsqu’ils répètent leurs performances, et prendre le temps, lorsque la journée devrait déjà être finie, de travailler avec lui pour l’aider à rattraper son retard.

En qualité de lead dancer, c’est sur Suho que retombe cette responsabilité dès lors que l’on touche à la chorégraphie, et ils peinent l’un comme l’autre à maintenir une bonne entente lors de ces répétitions privilégiées. Car le maknae est de plus en plus tendu en présence de son aîné – et lui-même ne comprend pas pourquoi. Enfin si, ça a peut-être à voir avec le fait qu’il soit incapable de se taire sur le sujet Aran, et se sente obligé de lui raconter à quel point elle est mignonne, et à quel point ils ont bien rigolé lors de la répétition du jour. Peut-être. Et si l’envie de lui rétorquer qu’il est bien placé pour savoir tout ça, qu’il la connaît mieux qu’il ne la connaîtra jamais et que de toute manière, il n’a de toute évidence pas les épaules pour encaisser un tempérament comme le sien, si cette envie lui brûle les lèvres toutes les cinq secondes, il doit prendre sur lui pour rester silencieux. Car il peut pas se permettre de révéler à qui que ce soit qu’il connaît si bien la petite brune – ça mettrait en péril ce qu’ils ont, peu importe ce que c’est.

Et c’est dans cet état d’esprit qu’il aura passé la journée, Suho : frustré, agacé de savoir son aîné à ses côtés, lorsque lui est coincé à l’agence toute la journée. Il sait qu’il ne devrait pas prendre tout cela autant à cœur, et cela ne fait que l’énerver davantage ; a éteint, pour aujourd’hui, le sale gosse trop souriant, un brin trop emmerdant, pour seulement laisser au reste du groupe un jeune homme silencieux et irascible.

Il se dit que les prochains mois vont être longs, s’il doit être dans cet état jusqu’à la fin de leur contrat.

Mais une notification sur son téléphone attire son attention, et il hausse légèrement les sourcils en reconnaissant le nom de Aran. Dans cette journée aux nuances de gris, c’est un éclat de couleur inespéré, et il s’empresse de répondre qu’il devrait être disponible d’ici une petite heure, qu’ils peuvent se retrouver dans leur salle habituelle. S’il se fie à leur planning, en tout cas, la répétition de danse devrait bientôt s’achever – et soudain, le gamin morose se réveille, fait preuve d’un entrain qu’on ne lui a pas vu de toute la journée, dans l’espoir de pouvoir quitter la pièce plus rapidement.

Malheureusement, ses beaux efforts s’avèrent vain, car la chorégraphie est complexe et que l’un des membres butte encore et toujours sur le même enchaînement. Il s’escrime pourtant à le lui montrer, Suho, encore et encore, ralentit, décompose ses mouvements, tourne autour de lui pour replacer ses membres ou tenter de comprendre ce qui cloche. Et même lorsque sonne l’heure d’arrêter, son collègue s’acharne, lui assure qu’il doit absolument maîtriser ce mouvement avant la fin de la journée. Alors il laisse échapper un soupir de frustration, Suho, et reprend sa leçon.

Il est tard, bien plus tard que l’heure qu’il avait annoncé à Aran lorsqu’il sort enfin de la salle. Tombe seulement sur ses messages impatients, et plutôt que de prendre le temps de lui répondre, il presse le pas pour gagner la cage d’escaliers. Monte à l’étage supérieur, marche rapidement jusqu’à la salle où ils se sont donné rendez-vous.

Et elle est là, assise sur le parquet lustré, l’air très concentrée sur un énorme bouquet de rose.

Il demeure un instant dans l’encadrement de la porte, à la contempler par le léger interstice qu’autorise le panneau de bois, et enfin il se décide à pousser franchement le battant, attirant directement son attention. Elle lui sourit, Aran, jolie comme un cœur avec son grand sourire et ses yeux bruns ; lui reproche pourtant son retard, et il s’avance de quelques pas dans la pièce, lui répond nonchalamment :

- Faut bien se faire désirer un minimum…

Il achève de s’avancer vers elle, se plante juste devant elle, sentant son regard glisser sur lui. Sourit en coin en entendant le compliment, et s’accroupit face à elle pour lui répondre :

- Bien sûr. J’avais rendez-vous avec le président Moon, vraiment un chic type…

Il ricane un instant de sa propre connerie, avant de se laisser tomber pour de bon à ses côtés et ajouter :

- Nan, désolé de te décevoir mais j’ai pas des journées aussi intéressantes… J’étais juste en répétition, un des membres arrivait pas à apprendre un des mouvements de la choré alors j’ai dû l’aider… Que veux-tu, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités…

Et il hésite un instant, avant de demander :

- Kyang était pas là aujourd’hui, donc j’imagine que t’étais aussi à Music Bank ? Tout s'est bien passé ?

Ses yeux dérivent vers le bouquet toujours glissé entre ses doigts, et il s’en empare sans tenir compte de son avis, demande malgré lui :

- C’est quoi ces fleurs ?

Par pitié Aran, me dis pas que c’est lui qui te les a offert.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyMar 11 Jan - 23:01
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il est là Suho, enfin. Si beau que pendant quelques secondes t’oublies le retard, oublie que ton impatience allait te pousser à t’en aller puisque tu ne semblais pas mériter qu’il fasse l’effort d’être à l’heure. T’es si heureuse de le voir aujourd’hui que tu n’essaies même pas de tarir le sourire naissant sur tes lippes. Mais quand même, le naturel reprend vite le dessus et tu lui fais remarquer son retard, lui avoue que t’étais prête à quitter le navire plutôt que de subir l’humiliation d’une annulation impromptue. Parait-il qu’il faille savoir se faire désirer de temps en temps et tu ricanes face à ces palabres résonnantes de vérités non dites, lève les yeux aux ciels en pensant :  A qui le dis-tu… Car si dans cette pièce il y a bien quelqu’un qui joue avec les nerfs de l’autre, se fait désirer depuis des mois c’est surement toi Aran. Toi et ton envie de faire les choses bien, ne pas trahir les valeurs de la starlight industry.

Car on t’a dit que les relations – en générale avec le sexe opposés sont prohibés, qu’elles tueraient à petit feu ta carrière si t’en avais et qu’on venait à l’apprendre. Et toi ta carrière, cette envie d’arriver pour prouver à tous ceux qui n’ont pas cru en toi, que t’as réussi à le faire sans l’aide de personne, c’est ce qu’il y a de plus important à tes yeux. Alors forcément que tu luttes Aran, forcément que malgré tes envies humaines, la faiblesse à laquelle tu fais face à chaque fois que tu vois Suho t’essaies au maximum de protéger ce petit bien précieux qu’est ta nouvelle célébrité. Mais il y a des jours ou c’est plus difficile que d’autres, des relations qui méritent de prendre au moins un infime petit risque. Et ce que tu partages avec Suho – peu importe ce que c’est depuis que vous vous connaissez, à tes yeux mérite au moins que tu prennes le risque de le voir quand vos plannings concordent. Et si le voir était rare les mois précédents, depuis le début de l’année t’as l’impression qu’il y a un effort des deux cotés à ce niveau-là. Surtout du tien, mais ça, tu ne l’avoueras pas. c’est plus simple de changer de sujet, plus simple de lui dire qu’il est beau aujourd’hui, de lui demander ce qu’il faisait juste avant de te retrouver pour en apprendre un peu plus sur sa journée.

- Ah bah oui, j’imagine qu’il t’a remis la médaille du bosseur acharné ? à moins que ça soit celle de l’enfant prodige de la patrie … ? Quel homme …

Et tu souris, lui montre tes jolies perles nacrées tandis qu’il vient prendre place à tes cotés et t’avoue qu’en réalité il était en répétition avec son groupe et que si il a pris un peu plus de temps que prévu, c’est uniquement car il devait coacher l’un d’entre eux plus particulièrement. Les aléas d’être en groupe, de quoi te faire hocher de la tête face aux lead dancer du groupe le plus en vogue des derniers mois.

- Ceci explique cela, bon alors je pardonne ton retard si c’était que ça … Vous vous entrainez pourquoi encore d’ailleurs ? Vous avez fini la promo de the stealer non ?

Tête que tu penches légèrement, curieuse de savoir quels sont les nouveaux projet d’icarus quand toi, t’as repris les sessions studios après quelques temps passé en stand-by. T’as eu l’occasion d’enregistrer quelques nouvelles maquettes ces derniers jours mais pour le moment rien de bien concret. La seule chose un peu intéressante dans ton actualité c’est que t’es dorénavant présentatrice pour une émission. Alors forcément que t’es curieuse, forcément que tu veux savoir où ils en sont. Et lui aussi se montre curieux quand il te demande si t’étais avec Kyang aujourd’hui t’hoches de la tête lui dit tout sourire :

- Ouais on a eu une dernière toute petite répétition ce matin très tôt et on a filmé notre performance et l’émission en live dans la foulée … C’était vraiment trop sympa !

Puis tout le monde semblait fier de toi – de vous, votre travaille des dernières semaines semble avoir payé et annonce des bons scores et une grosse visibilité pour les semaines à venir.

- J’ai hâte des prochaines émissions pour tout te dire, ça sera plus fluide je pense c’était vraiment le fait de devoir créer une bonne atmosphère et aussi de bosser sur la cover en duo qui demandait beaucoup de travail mais que ça sera bien plus sympa les prochaines fois… Par contre je comprends que tu n’as pas regardé en live ? un peu triste ça …

Tu minaudes, tourne la tête et met à toucher les pétales d’une des roses parmi les autres dans le bouquet. Tout juste quelques instants avant que celui-ci te soit dérober d’entre les mains, que le brun assis à tes cotés ne de te demandent d’où proviennent ces fleurs. Une question simple, une question à laquelle tu réponds sans trop réfléchir :

- Kyang me les as donnés à la fin de l’émission mais j’imagine que ça vient surtout de la production. Elles sont jolies hein ?

Toi tu les trouves jolies ces roses, assez pour leur imaginer déjà l’emplacement parfait dans ton petit chez toi. Mais déjà t’éternues, cache à moitié ton visage dans ton coude à chaque éternuement passé. Ton allergie qui fait surface, une allergique tu fais mine de ne pas connaitre, de ne pas comprendre. Depuis que t’es gamine c’est la même histoire. A peine tu t’approches trop des fleurs que ton corps se met à dérailler.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) 1nJ8z81
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 1050
MESSAGES : 3477
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyJeu 13 Jan - 20:56
guess i'm just a play date to you

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il laisse un sourire se dessiner sur ses lèvres en entendant ses suppositions, s’assoit à ses côtés en secouant doucement la tête. Non, ce n’est ni pour son travail acharné ni pour ses qualités que leur président lui aurait remis une médaille cet après-midi, mais pour une tout autre raison.

- Mauvaise pioche… J’ai eu la médaille du meilleur chasseur de PC…

Car bien sûr, Suho n’allait pas cracher sur une occasion de lui rappeler qu’il s’est plié en quatre pour obtenir toutes les photocards existant à son effigie, et les lui regrouper dans le plus mignon classeur qu’il ai pu trouver. Car il y a passé bien trop de temps – seulement pour entrer dans ses bonnes grâces, qu’elle se sente redevable, et non pas car il l’apprécie un peu trop et céderait au moindre de ses caprices, bien sûr que non –, que là encore, ce n’était qu’une étape de son plan en carton, et cet investissement ne peut être perdu. Précieux bien qu’il lui a remis il y a déjà une petite semaine, sans même soupçonner que d’ici quelques années, si l’ascension d’Icarus perdure à ce rythme, ce simple classeur devrait valoir un prix conséquent.

Mais il se montre déjà un peu plus sérieux pour lui avouer la vérité, que la raison de son retard tient seulement à son rôle de lead dancer, et elle l’interroge sur ce qu’ils peuvent bien avoir à répéter lorsqu’ils ont, selon toute logique, terminé la promotion de leur dernier single.

- Ouais, on a terminé y a pas très longtemps… Là on s’entraîne pour un morceau qu’on va cover pendant une cérémonie à la fin du mois, sinon parfois on doit juste apprendre un mini choré pour un tiktok… T’inquiète pas qu’on a pas le temps de s’ennuyer, promo ou pas promo.

Un petit éclat de rire franchit ses lèvres, pour masquer le fait qu’en réalité, il est bel et bien épuisé. Ce doit être la réalité d’à peu près tout le monde dans cette industrie, des trainees encore enragés, prêts à tout pour se faire une place dans ce milieu, aux stars mondiales qui doivent lutter pour rester au top, en passant par les rookies, comme Aran et lui, dans cet entre-deux qui ne leur offre pourtant pas plus de répit. Mais en plus de ça, Suho, il a toujours un peu de mal à trouver le sommeil. Les pensées vont trop vite dès lors qu’on le plonge dans l’obscurité, vestige de cette époque où le simple fait de fermer les yeux l’angoissait, pour avoir trop souvent été arraché du lit en sursaut par la poigne trop brusque de son père. Alors il lit, s’use la rétine sur ces caractères sombres jusqu’à ce que ses paupières se ferment toutes seules, quitte à avoir trop de mal à se lever le lendemain matin, rattraper ses heures de sommeil manquantes entre deux prises, mal installé dans le canapé d’une loge.

Et puisque Kyang était absent aujourd’hui, et qu’il sait qu’il est avec la jeune femme sur ce nouveau projet de présentation de Music Banks – peu importe combien cela lui semble injuste qu’on ai offert cette opportunité au leader, mais pas à lui –, il lui demande comment les choses se sont passées. A en croire la jeune femme, c’était trop sympa, et il hoche doucement la tête, s’efforçant de se réjouir un minimum pour elle que les choses se soient bien passées.

- Tant mieux, tant mieux…

Sauf qu’elle ne s’arrête pas là, Aran – déjà, elle se sent obligée de lui préciser qu’elle a hâte d’être aux prochaines émissions, elle a l’air sincèrement heureuse, le sourire grand et des étoiles plein les yeux. Et Suho, il ne peut pas s’empêcher de se demander est-ce que t’aurais eu l’air aussi heureuse, Aran, si tu l’avais fait avec moi ? Est-ce que tu l’aurais été plus ? Ou moins ? Est-ce que ça tient juste à lui, tout ça ? Mais bien sûr, il gardera pour lui toutes ces questions qu’il n’assume même pas. Car il n’a pas de raison de se sentir menacé par son ami, et il le sait. Qu’il n’a pas de raison d’être jaloux, lorsqu’il traîne avec Aran seulement pour se la sortir de la tête. C’est seulement car il ne peut pas l’avoir qu’il bloque ainsi sur elle, mais une fois passée dans son lit, tout ira mieux, et il pourra enfin l’oublier. Il le sait.

- Hm, j’en doute pas… Et bien sûr que j’ai pas regardé le live ? Les gens travaillent, figure-toi…

Un air suffisant sur ces derniers mots, qui vole bien vite en éclats lorsqu’il ajoute :

- En vrai je comptais chercher la rediffusion en rentrant, mais j’ai reçu un SMS d’une certaine personne… Et on ne refuse rien à la plus jolie fille de l’industrie…

Sourire en coin qui s’étire – il la brosse dans le sens du poil, tente de se convaincre lui-même qu’il ne pense pas ces mots avec un brin trop de sincérité. Mais Aran, elle préfère regarder ce stupide bouquet de roses, et déjà les doigts de Suho se referment dessus, s’en empare pour lui demander qui les lui a offertes. Et si elle lui dit bien qu’elles doivent venir de la production, lui, tout ce qu’il retient c’est que c'est Kyang qui les lui a donné, et cette idée ne lui plaît vraiment pas. Alors lorsqu’elle lui demande s’il ne les trouve pas jolies, il se contente de hausser les épaules, répond d’un air peu concerné :

- Bof, c’est vu et revu les roses… En plus t’as vu ? Elles te font éternuer, faut pas laisser ça à côté de toi.

Il secoue doucement la tête, s’empresse de pousser le bouquet loin, très loin d’elle. Seulement car il n’a pas envie qu’elle éternue davantage, bien évidemment. Et il porte son regard sur elle ; la dévisage en silence, un instant, avant d’ajouter doucement :

- T’as pas besoin de ce truc pour te sublimer, toute façon. T’es déjà très jolie.

Un petit soupir frustré qu’il s’efforce de ne pas laisser échapper, et il ajoute plutôt :

- Et à part cette émission, là… Ca y est, ils t’ont donné une nouvelle date pour un come-back ? Je veux du contenu pour que notre prochain cover on puisse le faire sur une chanson d’Aran…
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyLun 17 Jan - 22:25
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


T’es contente pour lui, sincèrement. T’aimes entendre que les affaires vont bien pour Icarus, qu’ils bossent constamment sur quelque chose. Au moins leur avenir se fait chaque jour un peu plus sûr au sein de l’industrie de la musique coréenne et même à l’internationale si t’en crois ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux depuis leur premier comeback. Mais une part de toi le jalouse malgré toi, une part de toi s’inquiète pour ton propre sort quand t’entends que pour tous les autres, tous ces nouveaux artistes arrivés tout juste après toi tout s’accélère et deviennent déjà indispensable. Car si tout le monde se concentre sur eux, qui te donnera de l’attention à toi ? Et forcément que t’as un peu mal au cœur, te déteste de l’envier mais c’est plus fort que toi. Alors tu souris, hoche de la tête en l’écoutant t’assurer qu’il n’a jamais le temps de s’ennuyer. Tu souris et lui dit que toi aussi les projets sur lesquels tu travailles en ce moment t’occupes plutôt bien l’esprit. Surement que t’en fais un peu trop, en rajoute des couches en disant que c’est génial, que t’adores ça et que t’as déjà bien trop hâte des prochaines fois.

Dans les faits c’est un peu vrai,
Bien évidemment que t’es contente.
Mais est-ce que c’est à ce point-là ? Rien n’est moins certains.

T’aimes vraiment ce que tu fais, t’es fière de toi et du travail accomplis mais tu veux surtout prouver au monde que toi aussi t’es sur des projets, t’es pas encore morte, pas encore abandonnée. T’aimes avoir l’attention, t’aimes avoir son attention alors forcément que t’aurais aimé qu’il te regarde à la télévision, qu’il s’intéresse à toi comme toi, tu peux t’intéresser à ce qu’il fait dès que t’as un petit moment. Mais parait-il que s’était dans ses plans à la base, qu’il comptait regarder le replay mais que ses plans ont changé du tout au tout du moment qu’il a reçu un sms de ta part. parait qu’on ne peut rien te refuser, que t’es la plus jolie fille de l’industrie aussi. De quoi te faire doucement rire, rouler des yeux en sachant qu’il existe des Jennie et des Karina et bien d’autres filles bien plus jolies que toi. Mais ça te fait plaisir quand même, vient gorger ton cœur de joie surtout quand ça vient de lui. Et ton doigt vient tapoter le bout de son nez tandis que tu lui dis :

- Venant du Maknae le plus beau de l’industrie ça ne peut que me faire plaisir d’entendre ça… Enfin, si tu parles de moi et pas d’une autre fille qui t’aurais envoyé un message entre temps…

Une mèche de tes cheveux que tu viens replacer derrière ton oreille et déjà, les prunelles se rivent ailleurs, s’attardent sur ces roses qui deviennent le cœur du sujet. Ce bouquet que t’as pris plaisir à recevoir, ce bouquet que toi, tu trouves très joli même si Suho lui, ne semble pas être de fou emballé par les roses. Parait-il que s’est vu et revus et qu’en plus, elles te font plus de mal qu’autre chose à la façon dont tu éternues. Tu le vois alors balancer le bouquet bien loin de vous et t’écarquilles un peu les yeux, espère que celles-ci ne sont pas abimés malgré tout.

- Eh, j’éternue car c’est l’hiver ! Quel manque de délicatesse avec mes fleurs …

La bouche en cœur tu jettes un dernier regard au bouquet avant de détourner le regard vers celui assis à tes cotés. Vous vous toisez en silence, yeux dans les yeux quelques instants. Sa beauté t’étreint le cœur et au fond de toi, tu sens que les barrières s’effondrent doucement quand l’envie qu’il rompt la distance entre vous et dépose ses lèvres tout contre les tiennes devance tes bonnes résolutions, ton envie d’être professionnel coute que coute. Mais déjà il reprend la parole Suho, met le trouble dans tes pensées maudites en se remettant à parler boulot. Tu te mets à rire nerveusement, te laisse tomber en arrière pour mieux finir allonger à même le parquet usé par toutes les chorégraphies qu’il a dû endurer au cours des années. Tu caches ton visage, ris quelques secondes avant de te calmer, tourner la tête vers Suho et lui répondre avec un peu de sérieux :

- Que t’es sérieux à parler boulot boulot et encore boulot … Mais si tu veux tout savoir nan j’ai pas encore de nouvelle date de release mais je recommence à bosser en studio, je pense que doucement la machine se remet en route …

Et t’es bien contente que ça soit le cas, t’aimes bien ce que tu chantes pendant tes sessions studios, aime bien le tournant que cette mini pause dans la construction de ton futur mini album a pu jouer. Car de nouvelles idées ont émergées, c’est la tête pleine de nouvelles paroles, de nouveau concept que tu t’amuses à poser sur le papier, tente d’exprimer en chantant à chaque fois.

- Après tu ne veux pas faire une cover sur une chanson qui existe déjà … ? J’dois comprendre quoi ? Que ce que j’ai fait jusque-là n’es pas à la hauteur d’Icarus ? D’ailleurs vous allez cover quoi et de qui ? J’suis curieuse … J’peux peut-être avoir un aperçu ?

Un regard que tu rives vers lui plein d’excitation et d’espoir pour qu’il te dise ses petits secrets. Car t’as envie de le voir, envie de savoir ce qu’il prépare. T’as beau être envieuse de son succès t’es surtout heureuse qu’il ait de beau projet, qu’il puisse t’inspirer et t’aider toi aussi à proposer de ton coté de nouvelles choses. Mais tu sais aussi ô combien les projets sont gardé secret alors tu ne le forceras pas, lui laisse le choix entier de se livrer ou non sur le sujet.

- J’ai droit à ta compagnie pour combien de temps ? Une demi-heure ou t’as réussi à me dégager un peu plus de temps ?

Sa main que t’attrapes, ses doigts avec lesquels tu joues en entendant sa réponse. T’aimerais bien qu’il soit là un petit moment, t’as envie de profiter aujourd’hui, l’avoir pour toi un petit moment.


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) 1nJ8z81
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 1050
MESSAGES : 3477
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyMar 18 Jan - 23:27
guess i'm just a play date to you

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il sent son index tapoter le bout de son nez ; sent son ego se gonfler lorsqu’elle lui retourne son compliment. Et le sourire énigmatique qu’il se contente de laisser s’installer sur ses lèvres lorsqu’elle dit espérer qu’il parle bien d’elle, et non pas d’une autre fille, ne répondra rien pour laisser planer un doute inexistant. Il s’intéresse plutôt à ce bouquet qui le tracasse depuis son arrivée dans la salle – enfin, le tracasser est un bien grand mot, bien sûr que trois fleurs ne suffisent pas à le tracasser, mais vous voyez –, se permet de dénigrer le présent pour mieux le balancer loin d’eux.

Hors de sa vue,
pour mieux se concentrer sur Aran,
Aran et ses grands yeux bruns,
Aran un peu trop jolie dans son petit ensemble.
Aran sur qui il porte ses orbes brûlantes,
toute son attention.

- J’ai jamais été très délicat.

Et il hausse les épaules, à se prêter une attitude d’homme viril lorsqu’en réalité, Aran sait mieux que personne toute la délicatesse dont il peut faire preuve, quand il veut ; toute la sensibilité qui émane de ses gestes, lorsqu’il s’essaye à la danse contemporaine ; toute la tendresse dont il faisait preuve avec elle, lorsqu’il étreignait son corps frêle ou égarait ses lèvres sur les siennes. Mais il prétendra l’inverse, seulement pour lui faire croire qu’il a changé, depuis le lycée. Que l’adolescent épris est resté à Daegu, pour céder la place à un jeune adulte, plus fort. Libéré des chaînes de l’amour.

Et gentiment, parce que ça l’intéresse sincèrement, il lui demande si elle a eu des nouvelles de son come-back – mais Aran, ça la fait rire au point de finir allongée sur le sol, et elle laisse entendre qu’il serait trop sérieux. Palabres qui lui font arquer un sourcil, à la regarder d’un air un peu trop doux, un sourire attendri aux lèvres – et heureusement qu’il ne peut pas se voir en cet instant, Suho.

- Hermione Granger qui veut pas parler boulot… On aura tout vu… Mais tu veux parler d’autre chose… ? Tu veux qu’on fasse autre chose ? Je comprends hein, moi aussi tu sais...

Y a cette lueur de sale gosse qui danse dans ses yeux – car Suho, il lui en faut pas beaucoup pour réveiller le diable qui sommeille en lui. Un mot suffit à le faire basculer, et glisser des allusions sur sa langue à tout bout de champ. Et lorsqu’elle lui demande pourquoi il ne veut pas cover une chanson déjà existante, il fuirait presque ses yeux. Car en temps normal, il n’aurait pas hésité à lui exprimer son avis sincère sur les chansons que lui font sortir leur agence, mais ce n’est pas franchement dans ses plans de la froisser aujourd’hui, aussi il gardera ses considérations pour lui.

- J’suis juste curieux de voir ce que tu vas sortir… Pour peu que ce soit différent de ce que t’as fait jusque-là, ça offre plein de nouvelles possibilités d’interprétation…

Pirouette élégante pour s’échapper de cette conversation risquée, et puisqu’elle aussi se montre curieuse, il décide de lui révéler sur quelle chorégraphie ils ont travaillé toute une partie de l’après-midi.

- Mais la chanson… Tu la connais bien… c’est Love Shot.

Un suspense qu’il s’efforce de maintenir un minimum, avant d’enfin lui révéler le titre du morceau d’EXO, ses yeux rivés dans les siens. Ce n’est pas un titre anodin, pour Suho, en tout cas, car ils l’ont beaucoup aimé, lorsqu’il est sorti, au point qu’il réinvente la chorégraphie pour qu’ils puissent la danser à deux, avant de l’apprendre à Aran. Et forcément, tout le long qu’il réapprenait la chorégraphie exacte du groupe cet après-midi, il ne pouvait s’empêcher de se remémorer ces heures passées dans la salle de danse, une fois les cours terminés, à délicatement replacer ses bras et ses pieds, laisser son souffle s’égarer contre sa peau dès que sa bonne volonté s’effondrait. Et il sent ses doigts fins se refermer sur les siens, jouer avec tandis qu’elle lui demande combien de temps il reste cette fois.

- Hum… J’avais une émission très importante à rattraper en replay en rentrant… Mais je suppose que je peux t’accorder un peu de temps avant ça quand même…

Regard en coin qu’il lui adresse, la lueur joueuse dans les yeux – à doucement la brosser dans le sens du poil, la dévisager un instant, hésitant. Et enfin, il finit par se décider ; referme sa main sur la sienne pour l’inviter à se relever avec lui.

- Tu voulais un aperçu, nan ?

Et il hausse les sourcils une fois, avant de se diriger vers l’enceinte pour l’allumer, y connecter son téléphone pour rapidement lancer Love Shot. Et alors que la mélodie langoureuse résonne dans la salle, il revient face à Aran, la regarde un instant, un sourire en coin, avant d’enfin lui demander :

- Tu t’en souviens ?

Lui oui, en tout cas – lorsqu’il a du temps libre, il a trop souvent tendance à revoir les chorégraphies qu’il avait apprises, pour ne pas leur laisser une chance de se faire oublier. Et il triche un peu, Suho, car il lui avait vendu de lui donner un aperçu de leur performance prochaine, lorsqu’il vient finalement rejouer ce qu’ils avaient si durement appris ensemble – mais elle ne lui en tiendra pas rigueur, n’est-ce pas ?

- Le début c’est facile, tu peux juste me suivre, tu sais ?

C’est un peu bafouer sa chorégraphie que de dire cela, car dans les faits, il y avait de sensibles différences entre leurs mouvements à tous les deux, mais il imagine qu’elle doit mal s’en souvenir, depuis le temps, aussi il se place face au miroir, reprend la chorégraphie là où les mène la chanson. A garder un œil sur le reflet de Aran pour regarder si elle parvient à le suivre ; sagement attendre le refrain pour revenir vers elle, comme l’exige l’enchaînement, pour une partie de la chorégraphie qui se passe réellement à deux. Et il se place face à elle, près d’elle ; laisse ses pas retrouver un chemin que la pratique aura rendu familier, avant de laisser échapper un petit rire en voyant que la petite brune commence à s’emmêler les pinceaux.

- Non, c’est ce bras-là… comme ça…

Et précautionneusement, le garçon « indélicat » referme les doigts sur son poignet ; replace son bras correctement, son pouce glissant contre sa peau. Mais lorsqu’il devrait déjà la relâcher pour reprendre la chorégraphie, il n’en fait rien ; reporte plutôt son attention sur elle, ses yeux droits dans les siens qui finissent par dévier vers ses lèvres ; remontent se river dans son regard. Il retient un peu son souffle, Suho, immobile comme elle ; semble lui demander l’autorisation lorsqu’il se penche pour effleurer ses lèvres des siennes, la musique résonnant toujours en arrière-plan.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptySam 22 Jan - 23:23
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Pas de réponse donner au beau brun assis à tes côtés, il suggère des activités qui laisse des milliers de papillons envahir tout ton abdomen mais toi, tu te contentes d’hausser les épaules l’air un peu trop désintéressé, comme si tu n’avais pas la moindre idée des pensées lubriques qui envahissent la tête de celui qui prononce ces mots. Pourtant toi aussi, t’as ces pensées dans un coin de ta tête. Aujourd’hui plus qu’un autre jour, à tel point que tu n’arrives pas à contrôler tes regards de braise papillonnant de ses grands yeux noirs à ses lèvres qui te supplient d’y juxtaposer les tiennes. Tu résistes, un tout petit peu encore Aran. Juste pour te donner l’impression que tu ne perds pas totalement le contrôle de la situation, qu’il ne t’a pas en un claquement de doigt comme il peut avoir toutes les autres filles bossant ici à Starlight ou dans l’industrie de la musique tout simplement. Alors vous parlez musique, vous parlez de ta musique plus précisément.

Et dans le fond, tu sais ce qui traverse l’esprit de Suho.
Tu sais très bien ce qu’il en pense sans même qu’il ait dit un mot.

Car toi-même tu penses la même chose, toi-même tu n’es pas en extase face au répertoire musicale qui t’as été imposé par tes supérieurs. C’est mignon, c’est agréable à entendre mais ce n’est pas ce qui te fait le plus vibrer personnellement et tu sais qu’il en va de même pour Suho qui n’ose pas trop te dire les choses actuellement. Mais t’as pas le droit de t’en plaindre de cette carrière, pas le droit d’être ingrate à ce point. Car t’as eu la chance d’être choisie parmi des milliers de filles tout aussi talentueuse que toi, eu la chance de débuter quand d’autres n’ont pas d’autre choix que d’abandonner leur rêve avant que les répercussions ne soient trop lourde à porter. Alors tu souris, ne peut que te forcer à le faire quand tu lui réponds :

- T’as raisons, je préfère qu’Icarus attende un peu avant de me cover, j’pense le meilleur est à venir.

Tu n’es qu’au début de ta carrière, il faut passer par bien des essais avant de trouver la recette parfaite. Et t’es certaine que tu finiras par la trouver, que ton entourage professionnel terminera par comprendre que le style édulcoré qu’ils veulent te coller de force c’est pas pour toi. T’as beaucoup plus à raconter Aran, tu le sais. Mais pour aujourd’hui, t’as pas envie d’être au centre de la discussion, pas envie de trop réfléchir à tout ça. Toi tu veux voir danser ton camarade, tu veux le contempler exceller dans son art. Parait-il qu’il va cover avec son groupe une chanson pour un futur show ou une émission alors tu lui demandes c’est sur quelle chanson et quand le brun t’annonce que c’est sur Love Shot d’Exo t’écarquilles les yeux, ouvre un peu la bouche étonnée. Car cette chanson tu l’aimes, cette chanson tu l’affectionnes particulièrement car elle te ramène des années en arrière lorsque à sa sortie tes journées se résumer à étudier pour le lycée et t’entrainer – profiter de ton adolescence comme une gamine au côté de Suho. Tu restes figées un instant, repense à tous ces moments, ces heures perdues dans cette vieille salle de répétition semblable à celle dans laquelle vous êtes maintenant et ton cœur se serre, ta main se contracte sur la sienne sensiblement.

- ça a été imposé ou ça a été proposé par vous… ?

Dit Suho, tu penses comme moi ?
Tu penses à toutes ces chorégraphies inventées ?
Tu penses à ces baisers volés à chaque fois que l’envie nous prenait ?


Alors forcément, t’as encore plus envie de le voir danser maintenant que tu sais. C’est par peur de manquer de temps que tu lui demandes si il n’est là que pour une petite demi-heure ou un peu plus. Peur de ne pas assez profiter de lui, si il n’est là que pour trente minute tu feras surement l’impasse sur ta curiosité. Mais le brun semble avoir une partie de l’après-midi libre et tu souris, pince les lèvres un instant avant de lui répondre :

- Oh j’pense tu peux faire l’impasses sur la rediffusion cette fois-ci… Spoiler alert la chanson qu’est arrivé top un cette semaine c’est WA DA DA de Kep1er. Voilà je viens de te faire gagner 45 minutes de ton temps …

Lueur joueuse dans le fond des yeux, tu t’apprête à lâcher sa main lorsque le brun se lève mais il semble avoir d’autre projet pour vous. Alors quand il te demande si tu voulais un aperçu t’opines de la tête, tu le laisse te tirer pour te relever même si tu ne vois pas pourquoi il te demande de le faire. T’es docile Aran, passe tes mains sur les plis de ta jupe en le regardant s’éloigner, aller vers l’enceinte pour y mettre la fameuse musique. Les premières notes de la chanson se font entendre quand Suho revient à tes côtés, un sourire en coin débordant sur ses pulpeuses. Un sourire qui t’assure qu’il a une idée en tête mais tu ne sais pas laquelle encore. Tu l’interroges alors du regard, arque légèrement un sourcil jusqu’à qu’il ne te demande si tu t’en souviens.

- Me souvenir de ? La musique ? oui j’suis pas encore atteinte d’Alzheimer si tu parles de la danse mmh… J’pense ouais ?

Et tu le vois déjà se mettre en position, t’assurer que si t’as du mal tu peux simplement le suivre et t’hausses les deux sourcils cette fois, le regarde étonné au travers l’immense miroir car t’avais pas compris qu’il voulait que tu danses avec lui maintenant, tout de suite. Alors t’enlèves vite tes talons, les balances sur le côté et te met comme lui en position prête à entamer le premier couplet. C’est étonnement facile de reproduire cette danse plus pratiqué depuis des lustres, tu retrouves tes marques – fait bien sur quelques erreurs de placement au sol mais t’en sort plutôt bien jusqu’à que Suho ne se retourne, s’approche de toi pour la deuxième partie de la chorégraphie. Tu sais pas si c’est car t’as oublié particulièrement cette partie-là ou si le brun te trouble mais tu fais plusieurs erreurs d’affilé, à tel point que t’en fais rire ton partenaire qui s’arrête alors, se rapproche un peu plus de toi encore pour t’aider à positionner tes bras.

- Eh te moque pas de moi… C'est pas si facile.

Que tu dis un brin embarrassé, mal à l’aise d’être si peu douée à côté de lui qui semble connaitre encore cette danse sur le bout des doigts, comme si il n’avait jamais arrêté de pratiquer. Lui il est envoutant dans chacun de ses pas, à couper le souffle tant chaque mouvement est affirmé, bien réalisé. Tu le laisses alors replacer l’un de tes bras, retiens ton souffle quand son pouce caresse ton poignet. Il devrait s’éloigner ou tu devrais t’arracher à ce toucher et pourtant ni toi, ni lui ne bouge. Vous vous regardez, l’un comme l’autre zyeutant de plus près à ces chairs qui vous appelles. T’as le cœur qui tambourine dans ta poitrine, un peu plus à chaque centimètre que Suho avale en approchant son visage du tien. Tu sais que tu devrais le repousser, lui dire que c’est pas bien mais pourtant tu ne fais rien et qu’en ses lippes sont à un rien des tiennes tu te hisses sur la pointe des pieds, accélère la rencontre entre vos lèvres. Tu presses alors un peu plus ta bouche contre la sienne, abandonne ta position de poupée articuler par ses soins pour plutôt glisser tes bras autour de son cou, approcher ton corps du sien.

Comme si tu voulais lui assurer qu’il a pris la bonne décision,
Que tu veux de lui, encore et encore, un peu plus encore.

Ça jongle entre passion et tendresse, un coup vos lippes se pressent avec force, la seconde suivante c’est avec langueur que vos langues se lient et glissent l’une contre l’autre. Tes doigts se perdent à la naissance de ses courts cheveux au niveau de sa nuque et le souffle se fait court, les pensées elles, se font troubles. Y’a plus de petit ange ou petit diable perché sur ton épaule pour te chuchoter ce que tu dois faire ou non. Tu fais à l’instinct, vit le moment présent sans te soucier des conséquences. Forcément, quand vos lèvres se détachent, que l’air se fait manquant tu souris Aran, le regard remplis d’étoiles et d’excitation tu lui dis d’un souffle saccadé en riant en sentant ses lippes venir picorer les tiennes :

- c’est ça que tu fais avec tes collègues … ? Comme ça que vous apprenez la choré’… ? C’est … Particulier…


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) 1nJ8z81
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 1050
MESSAGES : 3477
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyLun 24 Jan - 2:15
guess i'm just a play date to you

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et comme il le présageait, lorsqu’il prononce le titre de la chanson, la jeune femme se fige devant lui. Il voit son regard se voiler ; son esprit s’éloigner loin de lui, sans doute vers ces heures entières passées à synchroniser leurs corps au rythme de la musique. Et sa main qu’il sent serrer un peu plus fort la sienne, comme pour lui signifier que, tout comme lui, elle peine finalement à rester insensible à ce morceau qui brasse avec lui tant de souvenirs. Il doit réprimer un sourire, Suho, encouragé par sa réaction – car ça veut dire qu’elle non plus n’a pas oublié, qu’elle aussi regrette peut-être, au moins un peu, leurs instants euphoriques de lycéens.

- Nan, on a pas notre mot à dire sur les morceaux qu’on reprend… Je crois les différentes agences ont des accords entre elles pour ça, ou un truc du genre… Mais je t’avoue que j’étais pas mécontent de leur décision, cette fois.

Un rictus s’étire en coin, à se remémorer cette matinée où, réunis dans la salle de répétition, on leur a appris que c’était là le prochain morceau qu’ils allaient cover. Il n’y a pas cru, Suho, et bien vite son esprit s’est aventuré quelques années en arrière, dans les limbes de ce quotidien Ô combien plus simple que la vie qu’il partage aujourd’hui avec Aran. Et lorsque cette dernière lui demande combien de temps il a à lui accorder cette fois-ci, il mentionne son émission qu’il comptait regarder en replay, entend déjà la jeune femme lui révéler tout du classement hebdomadaire. Y a alors une moue faussement contrariée qui se peint sur ses lèvres, alors qu’il se plaint :

- Merci pour le spoil… J’imagine que j’suis forcé de passer ces quanrante-cinq avec toi, maintenant…

Comme si c’était une plaie – juste elle, après qui il a passé des mois à courir, juste elle, qui hante son quotidien depuis des années, même lorsque les seules nouvelles qu’il avait d’elle, c’est sur les réseaux qu’il les trouvait. Mais parce qu’ils n’ont pas non plus toute la vie devant eux, il l’invite déjà à se relever, se dirige vers l’enceinte pour lancer la musique qu’il a entendu toute l’après-midi. Il a un sourire joueur aux lèvres lorsqu’il s’avance vers elle, et cette lueur dans les yeux qui crie tout des idées qu’il a derrière la tête. Mais avant de faire quoi que ce soit, il doit d’assurer qu’elle se souvienne un minimum des pas qu’il lui a appris. Seulement Aran joue les imbéciles, feint ne pas comprendre lorsqu’elle lui demande s’il parle de la chanson ; se défend d’avoir Alzheimer. Il se contente de lever les yeux au ciel, réprime un petit rictus amusé pour plutôt prendre place face au miroir, et déjà laisser la musique s’insuffler dans ses membres.

De nouveau,
familière.
Comme s’il n’avait jamais quitté cette salle de danse à Daegu.

C’est trop naturellement que son corps se meut au rythme de la mélodie, comme animé d’une énergie propre – et ses yeux plus souvent rivés sur le reflet de Aran que sur le sien, à s’assurer qu’elle parvienne à le suivre, ne se perde pas dans les filets d’une chorégraphie apprise il y a trop longtemps, remplacée par des nouvelles bien trop nombreuses. Mais contrairement à ce qu’il craignait, la jeune femme s’en sort très bien. Faut croire qu’elle n’a pas tout effacé de leurs après-midis adolescentes, et cette perspective réchauffe le cœur du garçon, le soulage un peu, quelque part.

Mais déjà, le rythme tombe, et le refrain commence. Et se pliant volontiers aux caprices de la chanson, il pivote sur ses talons, se dirige vers Aran pour se rapprocher un peu – beaucoup –, ranimer le passage de la chorégraphie qui se passe véritablement à deux. Les mouvements continuent de s’enchaîner, mais bien vite, un éclat de rire franchit ses lèvres en voyant la petite brune se tromper – et il voit l’embarras gagner ses traits tandis qu’elle lui rétorque que ce n’est pas si simple que ça.

- Nan, pour être honnête… je pensais pas que tu t’en souviendrais si bien.

Il est impressionné, Suho, et ça se lit dans ses yeux – sa sincérité se lit dans ses yeux. Pour autant, il referme ses doigts sur son poignet pour replacer son bras, laisse ses doigts s’égarer contre sa peau douce. Le palpitant troublé, à perdre ses yeux là où son derme rencontre le sien – ne pas se décider à relâcher son poignet, et plutôt laisser ses prunelles dériver vers les siennes, s’attarder un peu plus bas, sur ses lippes entrouvertes. Il hésite, Suho – ou peut-être pas vraiment –, laisse l’instant les figer telles deux statues de glace, le regard perdu dans celui de l’autre, pour mieux faire éclater la maigre distance qui les sépare encore. Il s’approche, doucement, pour lui laisser le temps de s’échapper si l’envie n’était pas réciproque – mais alors que la distance s’est si bien amenuisée, il sent ses lippes s’écraser contre les siennes, un peu plus tôt que prévu.

L’accord est donné,
et alors, toutes les barrières tombées.

Il ne lui en faut pas plus pour déjà commencer à mouvoir ses lèvres contre les siennes, profiter de ce qu’elle se soit rapprochée pour abandonner ses mains sur ses hanches, l’attirer un peu plus encore tout contre lui. Et le cœur s’embrase, et le souffle se fait rare alors que leurs langues se redécouvrent, que leurs bouches apprennent de nouveau à s’apprivoiser. Enfin. Il a l’impression d’avoir marché des années dans le désert pour s’abreuver à l’oasis qu’il a si longtemps cru mirage, et c’est le palpitant noyé par l’euphorie qu’il perd encore et toujours ses lippes contre les siennes, jusqu’à ce que le manque d’oxygène ai raison de leur passion.

Il s’écarte, mais si peu, vraiment juste assez pour laisser à l’air une chance de regagner leurs bouches, à la dévisager, ses prunelles sombres passant des siennes à ses lèvres gonflées, haletant. A regarder le plus joli sourire étirer ses lippes ; laisser un rictus en coin gagner les siennes lorsqu’elle lui demande s’il apprend ses chorégraphies de cette manière avec le reste de son groupe, secouer la tête un peu trop vivement.

- Nan, c’est un traitement de faveur juste pour toi… J’fais pas ça, avec eux…

Et comme pour appuyer ses propos, il dépose un nouveau baiser sur ses lèvres, bien plus bref que les précédents, reprend déjà :

- Ni ça…

Palabres libérés dans un souffle, lorsque ses doigts effleurent sa nuque pour rassembler ses longs cheveux sur une seule de ses épaules, et qu’il laisse ses lippes explorer la peau désormais dégagée de son cou. Des baisers qu’il y abandonne par myriades, légers, glisse ses mains sur ses épaules pour la délester de sa veste superflue qu’il laisse s'échouer sur le parquet dans un bruit étouffé. Et déjà, ses lèvres retrouvent le chemin des siennes, comme si c’était finalement le seul endroit où elles avaient vocation à se trouver ; et c’est brouillon, désordonné, à presque se mordre dans l’empressement tandis qu’il la pousse légèrement en arrière, la guide jusqu’à ce que son dos rencontre le mur de la salle.

Oubliée la chorégraphie bien rodée,
c’est à une autre danse qu’ils se livrent,
chaotique,
aveuglés par une fièvre adolescente qui semble ne jamais les avoir quittés.

Et de nouveau à court de souffle, il s’écarte un peu, détaille son visage délicat. A laisser ses prunelles glisser sur ses traits, se dire que putain, c’est sûrement la plus belle fille qu’il ai jamais vue. Elle l’est pas encore plus qu’à l’époque ? Et avec une délicatesse qui contraste brutalement avec la fièvre qui les animait une seconde plus tôt, il replace derrière son oreille une fine mèche qu’il décoiffera certainement dans quelques instants ; humecte un peu ses lèvres sensibles, avant d’oser lui demander, la voix plus rauque que d’ordinaire :

- J’ose espérer que c’est pas comme ça que tu répètes avec les autres, toi non plus ?

Rassure-moi, Aran,
dis-moi qu’y a que moi.
Que t’as plus fait ça avec d’autres mecs depuis moi.

Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyLun 24 Jan - 23:20
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il semble étonné de façon positive Suho, ne pouvait pas s’imaginer que tu puisses encore te rappeler de cette danse en te proposant de nouveau de la reproduire. Car ça fait des années que vous n’avez pas pratiqué ensemble. Et toi la première t’es étonnée Aran, toi aussi t’es fascinée par tes propres capacités, par la mémoire du corps en général. Tu pensais toi aussi ne pas pouvoir suivre la cadence, ne pas réussir à aller à son rythme soutenu. T’imaginais déjà la catastrophe, pouvoir enchainer qu’un ou deux pas tout au plus avant de devoir te stopper pour le regarder briller dans cette salle de répétition. Mais t’as réussi à faire un peu mieux que ça malgré quelques fautes, t’as réussi à faire la première partie de la chorégraphie jusqu’à qu’il ne se rapproche de toi pour le refrain en duo, avant qu’il ne trouble ton cœur et tes pensées par sa simple présence.

A partir de là, t’as plus réussi à faire les connections adéquate Aran.
T’as pensées qu’au passé, ces heures passés à répéter ensemble,
Ce qu’il se passait à chaque fois que vous étiez trop proche l’un de l’autre.

Le cœur bat soudainement trop vite, les yeux zigzag de cette main qui glisse sur ton poignet lentement à ces lèvres qui t’appellent et t’envoutent. Tu frisonnes entre ses doigts Aran, tu sens un feu d’artifice naitre au creux de tes entrailles lorsque doucement son visage se rapproche du tien. Tu ne peux pas résister et fini par flancher en t’approchant de lui pour rompre cette distance toi la première. Tu fais abstraction de tout, oublie les contre-indications faite par tout le staff quant aux relations entre idols, oublie que Suho est dorénavant l’un de ces play-boy qui couche à droite et à gauche. Tu fais juste ce qui te donne envie aujourd’hui, goutte de nouveau à ces lèvres pulpeuses du garçon qui t’a le plus fait vibrer dans ta courte vie, te sens revivre lorsque ses mains à lui glisse sur tes hanches, te rapproche un peu plus de son corps. Tu te sens désirée, t’enivre de cette passion dévorante avec laquelle vos lèvres se redécouvrent, vos langues jouent ensemble comme si jamais vous vous étiez arrêté de le faire. Comme si vous étiez fait pour ça, fait pour être proche de cette manière-là. T’as l’impression de reprendre en main ta vie de jeune femme mis trop longtemps en stand-by bizarrement. Tu ne subis plus, tu n’es pas qu’une artiste qui est là pour assouvir les quotas d’une industrie trop gourmande, d’une industrie qui s’en fiche du bien-être de ses artistes en réalité. Tu fais ce qui te semble bon pour toi, ce qui te donne envie dans l’instant T.

Tu ne sais pas si c’est des minutes ou justes quelques secondes qui viennent de passer mais lorsque vous reculez vos visages pour reprendre un peu d’air, tu te sens euphorique, prend la parole pour lâcher une bêtise qui fait sourire ton partenaire avant qu’il ne te déclare que non, il n’y a qu’avec toi qu’il s’entraine de cette manière. Que toi qui a le droit à cette proximité, cette sorte de baiser dans le cou. Tu frisonnes au contact de ses lippes contre ta jugulaire, te mordille la lèvre tandis qu’il te déleste de ta veste, te dirige vers un pan de mur à l’arrière de la pièce. Tu le laisses faire Suho, dominer puisqu’il semble savoir le faire. Tu te contentes de lui ôter sa propre veste, la laisse tomber à vos pieds tandis que tes lippes glissent de ses lèvres à sa mâchoire angulaire, glisse un peu plus encore dans son cou lorsque que tes doigts eux, s’aventure sous son pull, touche à sa peau brulante. Tu pourrais t’arrêter sur tous les petits détails comme le fait que tu sentes son pou s’accélérer contre tes lèvres, que là ou passe tes doigts c’est des frissons qui s’en suivent et s’éparpille sur son derme, l’odeur de son gel douche musqué qui te glisse dans les narines et qui t’enivre tant cette odeur lui va bien, colle à la personne qu’il est.  Mais le brun reprend la parole et te coupe dans ta redécouverte de lui. Tu quittes alors ses chairs torturés par tes propres lèvres pour l’écouter attentivement, le regarde dans les yeux et lui répond trop franchement :

- J’pensais que tu me connaissais un peu mieux que ça, j’ai une réputation de miss Granger à tenir… Donc non, j’m’entraine pas de cette façon-là … J’évite au maximum de mélanger professionnelle et personnelle … Satisfait par cette réponse ?

Tu te mordilles alors la lèvre sous son regard de braise, le regarde un court instant avant de venir te coller de nouveau à lui, passer tes bras autour de son corps pour reprendre là vous en étiez avant qu’il ne te coupe pour poser sa question dont la réponse te semble évidente tant tu peux te montrer sérieuse et appliqué quand il s’agit de suivre les règles imposées. Mais pas aujourd’hui, pas avec lui en règle générale depuis que tu le connais. Il est l’exception qui confirme la règle Suho. Puis tu le connais d’avant tout ça Suho, c’est pas vraiment mélanger le pro et le perso du coup, non ?

En réalité tu ne veux même pas y réfléchir, tu préfères reprendre là ou t’en été, glisser de nouveau tes doigts sous son pull, caresser ses abdos tracés, remonter l’une de tes mains jusqu’à son cœur que tu sens battre sous tes doigts. Et tu lâches un soupire de plaisir Aran, ferme les yeux une seconde avant d’entre apercevoir entre tes cils la porte de la salle dans laquelle vous êtes. Et là, un millier de scénarios te vient en tête, tu t’imagines le pire et  tu te recules un instant, essaie de lui faire comprendre que t’as un truc à lui dire et quand enfin t’as son attention tu dis :

- Imagine y’a quelqu’un qui rentre … ?

Ça serait le pire scénario et forcément, ça te refroidie un peu t’ajoute rapidement :

- Ça craint … J’sais pas Suho…

Et pourtant, t’as pas envie d’arrêter Aran. Pas envie que ce moment prenne fin, car t’es bien au creux de ses bras, ses lèvres lovant les tiennes et ses doigts s’agrippant à tes chairs. T’as juste envie qu’il te rassure, te promette l’impossible juste pour cette fois-ci. Car il t'a trop manqué Suho, c'est maintenant que tu re-goutes à ses baisers, la morsure que chacune de ses caresses laisse sur ton corps que tu comprends que tu l'as dans la peau ce garçon-là. Il t'a jamais quitté Suho, même quand tu pensais être passé à autre chose.



Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) 1nJ8z81
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 1050
MESSAGES : 3477
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyMer 26 Jan - 0:43
guess i'm just a play date to you

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Déjà, il prend l’ascendant, la pousse à reculer jusqu’à ce que son dos rencontre le mur de la pièce. Ses doigts posés sur son corps et ses lèvres lancées à l’assaut des siennes – à s’enivrer de sa présence, de l’euphorie de pouvoir de nouveau goûter au fruit défendu, après tant d’années. Car lorsqu’il referme ses bras sur elle, il étreint le fantôme qui le hante depuis des années, depuis ce jour ensoleillé où il l’a vue pour la dernière fois sur le sol de Daegu, où il faisait si chaud sur sa peau mais si froid dans son cœur.

Et son corps contre le sien, ça semble juste évident. C’est comme si ces dizaines de mois n’étaient pas passés pour les séparer ; comme si jamais ils n’avaient cessé de s’étreindre, comme si jamais leur complicité n’avait su s’éteindre. Il reconnaît la douceur de sa peau sous ses doigts ; la forme de ses lippes contre les siennes, son odeur sucrée contre son nez et le chaos de son souffle au creux de son oreille. Il reconnaît tout, car il la connaît par cœur et n’a rien oublié de leurs jeunes années ; que c’est avec elle qu’il a tout appris, c’est sur elle qu’il a fait ses armes.

Alors tout prend sens, lorsque leurs myocardes s’alarment à l’unisson.

Il sent ses doigts faire glisser sa veste sur ses bras ; ses lippes s’arracher à sa bouche pour suivre le tracé de sa mâchoire. Et l’ombre d’un sourire se dessine en coin, car enfin, elle s’abandonne à ses caprices. Enfin, elle a cédé ; tous ces efforts portent leurs fruits lorsque ses lèvres dévient dans son cou, que ses doigts s’aventurent sous son pull. Mais soudain, une question jaillit dans son esprit ; franchit déjà ses lippes. Est-ce qu’y en a eu d’autres, Aran, après moi ? Est-ce qu’y en a encore, ou est-ce que, comme moi, t’as gardé ces répétitions approfondies entre toi et moi ? Et la réponse ne se fait pas attendre, à en croire la jeune femme elle n’a plus fauté ; s’applique à maintenir la limite entre vie privée et professionnelle, et cette affirmation pousse un bref éclat de rire amusé sur la langue du garçon, le sourire en coin lorsqu’il lui rétorque :

- Ah ouais… Ben c’est un peu loupé, pour le coup…

Car ils ont plus qu’outrepassé les limites du professionnel, aujourd’hui – et ce n’est pas fini, il ose encore le croire. Ses iris brûlantes se baissent vers sa lippe prisonnière de ses dents ; c’est presque dans un même élan qu’ils reviennent écraser leur bouche sur celle de l’autre, presser leurs corps l’un contre l’autre. Et ses doigts qui tirent un peu sur son haut clair pour l’arracher à la ceinture de sa jupe ; se glissent déjà, aventureux – fiévreux – sous l’étoffe pour effleurer sa peau, joue avec la barrière de son soutien-gorge. Et lorsqu’il sent ses propres mains retrouver le chemin de ses abdominaux, il fait passer les siennes dans son dos pour la rapprocher un peu plus encore – comme si elle ne l’était pas déjà assez, jamais assez. Il se fige un peu en sentant ses doigts rejoindre son palpitant – peut-elle entendre combien il tambourine fort sous sa main ? Il prie pour que non, mais cela devient vite le cadet de ses soucis lorsqu’il sent la jeune femme échapper à sa prise, sans qu’il ne saisisse trop pourquoi. Il aurait dû s’y attendre, pourtant ; ç’aurait été trop simple, n’aurait pas été eux si Aran n’avait pas semblé se raviser à un moment ou à un autre. Et s’il essaie un instant de la retenir, cherche encore ses lèvres du bout des siennes, lorsqu’il comprend qu’elle souhaite réellement faire une pause il laisse retomber ses bras, la dévisage d’un air perdu, les yeux encore voilés par la fièvre passée.

Et Aran, elle ne tarde pas à lui faire part de ses doutes. Évoque la possibilité que quelqu’un entre dans la pièce, ça lui fait peur, la fait hésiter, et il doit retenir un soupir las en l’écoutant. Car il en a vu, des filles, dans le secret des recoins de Starlight – et jamais ils ne se sont fait surprendre. Allez, une fois un agent d’entretien est entré dans le placard à balais, mais il avait sans doute mieux à faire que de dénoncer deux rookies inconnus au bataillon, et il ne s’est absolument rien passé. Alors, doucement, il vient prendre ses mains dans les siennes, pour tenter de l’apaiser un peu ; lui répond avec un petit sourire :

- On a passé des heures et des heures ici et personne est jamais entré… Personne calcule cette pièce, j’apporterais une chaise la prochaine fois pour bloquer la poignée, si tu veux…

Dans le feu de l’action, il s’autorise même à mentionner une prochaine fois – sans réfléchir, comme trop souvent, et les mots qui sortent trop innocemment de sa bouche. Et il se rapproche un peu d’elle, éclate la distance qu’elle s’est donnée tant de mal à instaurer, pour souffler au creux de son oreille :

- Arrête de te prendre la tête et profite, pour une fois…

Ses lèvres s’attardent un instant contre la peau délicate de son lobe, pour déjà s’aventurer au creux de son cou. Ses mains retrouvent le chemin de son haut, glissent sous l’étoffe pour la relever, dévoiler son ventre plat et la dentelle de sa lingerie. Et ses lèvres qui se perdent dans son décolleté, évitent soigneusement la barrière de tissu pour continuer de glisser plus bas, suivre son plexus solaire. A soigneusement s’attarder sur sa peau, car il ne faudrait pas qu’elle ai froid, vous vous doutez bien, et le jeune homme qui ne tarde pas à se laisser glisser au sol pour finir à genoux devant elle, embrasser sa peau plus à son aise. Il flirte dangereusement avec la barrière de sa jupe lorsqu’un bruit sourd retentit à leur droite, et il se fige, ses lippes épousant toujours sa peau. Sentant la petite brune tendue, il se redresse pour de nouveau lui faire face, lui glisse dans un souffle :

- T’inquiète pas, ils ont dû cogner un truc dans le mur en passant, c’est rien… Tu vois, on entend plus rien ? Fais-moi confiance…

Un baiser déposé contre ses lèvres – un peu trop chaste, un peu trop tendre à côté de ceux qu’ils ont échangé aujourd’hui –, et ses lippes effleurent toujours les siennes, ses doigts caressent machinalement la peau nue de sa taille lorsqu’il lui demande, avec un sérieux qu’on ne lui connaît que trop rarement :

- Tu veux qu’on arrête… ?
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyJeu 27 Jan - 0:26
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu le sais que c’est loupé, t’as pas besoin de l’entendre sortir d’entre ses lippes pour savoir qu’aujourd’hui t’es loin des règles que tu t’imposes depuis toujours, depuis que tu l’as retrouvé. Mais ça fait des mois que tu luttes, des mois que t’essaies de ne pas tomber dans son piège et que le mot cordiale passe en boucle dans ta tête pour réfréner l’envie de gouter au fruit défendu qu’il l’est. T’as été d’un sang-froid implacable pendant tout ce temps, a réussi à faire la part des choses, tenter de te dire qu’il ne voyait en toi qu’un défi à réaliser pour sa propre satisfaction. Mais plus le temps passe et plus tu crois au fait qu’il ait réellement envie de te voir comme toi t’as envie d’être avec lui, qu’il a autant envie de discuter avec toi de ces journées folles que de te plaquer contre un mur pour calmer ses nerfs tendus. Et tu pourrais répondre Aran, tu pourrais faire ta chieuse, tenter de le contredire en mettant fin à ce moment mais tu ne veux pas, n’y arrive pas. T’as pas la force d’être si détestable aujourd’hui. Tu te contentes de le faire taire Suho, plaque tes lèvres aux siennes pour qu’il arrête de te balancer en figure que t’es faible face à lui. Tu le sais déjà, pas besoin d’épiloguer sur ce fait incontestable.

Et tu te tends sous son touché Aran, à chaque centimètre grappillé sous le coton de ton col roulé écru t’enfonce tes doigts dans ses épaules aux muscles tracés, penche légèrement la tête pour lui indiquer le chemin à suivre jusqu’à ton cou pour t’arracher un nouveau soupire. Tu vibres sous ses doigts, laisse finalement tes propres mains tombées – glisser de son torse jusqu’au niveau de son pantalon pour y défaire le bouton. Et c’est là que tu vois le danger, voit cette porte sur le côté qui pourrait vous menez l’un comme l’autre à votre perte. Quelques secondes t’essaient de ne pas y penser mais l’idée grossit dans ta tête à tel point que tu ne peux plus faire semblant de ne pas y avoir songé. Tu l’arrêtes Suho, lui parle de ce qui tracasse et tu le vois soupirer, tenter de te rassurer en te rappelant que vous avez passé bien du temps ici depuis que cette salle est devenue votre repère. Personne n’est jamais entré et sur ce point tu lui donnes raisons mais des « et si » te polue la tête, t’hésites. Jusqu’à qu’il prenne tes mains entre les siennes, caresse de ses pouces la peau fine de tes mains en te promettant que la prochaine fois si il faut, il prendra de quoi bloquer la porte le temps que vous fassiez vos affaires.

- Car tu penses déjà à la prochaine fois … Qu’est-ce qu’on va faire de toi Suho…

Tu souris, laisse tes doigts venir caresser ses cheveux à l’arrière de sa tête quelques instant sans pour autant lui dire si tu veux arrêter ou non ce que vous êtes en train de faire. Et puisque tu ne dis rien, il tente une nouvelle approche et tu le laisse s’approcher de toi, susurrer à ton oreille qu’il est grand temps de te détendre, de profiter du moment présent. T’hoches alors de la tête, ferme les yeux quand ses lèvres s’agrippent à ton lobe, glisse de nouveau dans ton cou pour y déposer une myriade de baiser endiablé. Ton silence laisse entendre que t’es d’accord pour continuer et c’est ce qu’il fait le beau diable. Il reprend là où vous vous étiez arrêté par ta faute. T’en viens à savourer la sensation de ses mains sous ton haut, l’empressement dans ses gestes quand il le remonte sur ta poitrine pour laisser à ses lèvres le plaisir de retrouver cette partie de ton corps qu’il appréciait tant lors de vos premiers émois. Tu te mordille la lèvre, agrippe ses cheveux quand il se fraie un chemin tout le long de ton buste, s’agenouille face à toi pour s’amuser avec le liseré de cette jupe dans laquelle t’es étriquée. Tu te sens de nouveau en confiance, prête à t’offrir sur un plateau d’argent.

Jusqu’à qu’un bruit sourd se fasse entendre, résonne sur chacun des murs de la pièce. Tu te glace sur place, les yeux rivés sur la porte. Tu vois déjà le moment où quelqu’un entre dans la pièce, vous trouve dans cette position indéfendable. Et pourtant tu ne bouges pas, comme une biche prise dans les phares tu t’apprêtes à vivre le pire moment de ta vie. Mais les secondes filent et rien ne se passe. Suho fini alors par parler, se relève rapidement en tentant de te rassurer dans un chuchotement qui te remet les idées en place, te décontracte légèrement.

- On n’a jamais entendu un truc comme ça et comme par hasard aujourd’hui oui…

Que tu lâche dans un soupire, presque frustrée d’être coupé dans un tel moment tandis que le brun lui, vient poser ses lèvres sur les tiennes pour te faire surement taire, calmer cette inquiétude qui te ronge. Il te demande alors si tu souhaite arrêter là, ses doigts caressants le derme laiteux de ton bassin. Et t’hésites, quelques secondes tu le regarde droit dans les yeux avant de finalement faire non de la tête. Car non, tu veux pas t’arrêter. Tu veux continuer, aller plus loin avec lui encore. Tu veux vivre ça, maintenant tout de suite. Tu viens te coller à lui, tes lippes venant s’éperdre de nouveau tout contre les siennes. Tu te mets à le faire reculer, le dirige tout droit sur cette porte qui vous fait tant de frayeur et le plaque contre celle-ci en disant :

- Si y’a le moindre truc au moins …

Au moins vous aurez quelques secondes pour vous écarter l’un de l’autre, c’est ça que tu sous-entends. Et tandis que tes doigts s’appliquent à descendre sa braguette, que tes doigts se perdent au-dessous de la ceinture tu dis contre ses lèvres :

- On n’enlève pas les vêtements, le moins de risque possible s’teuplait…

Car ça serait trop long de vous rhabiller si ça tourne au vinaigre, que quelqu’un essaie d’entrer dans la pièce. Tu prends des risques Aran, sait que tu joues avec le feu mais tu t’en fiches, te pense assez maligne pour éviter la catastrophe aujourd’hui. Ça risque d’être la façon la moins romantique de faire la chose, certainement la plus primitive. Mais ça ne t’empêche pas de ressentir l’excitation embrasé ton corps ainsi que le sien aussi. Et les gestes se font rapide, presque tremblant à chaque étape passée. Tu ne sais même plus à quel moment t’en es arrivé à te retrouver de nouveau sous son corps, écrasé contre cette porte la jupe retroussée sur tes hanches et les jambes autour de sa taille à soupirer à chacun de ses allers-retours. La seule chose qui t’importe c’est la brulure qu’il provoque entre tes cuisses, les soupires qu’il t’arrache tandis que tes ongles se plantent dans son dos pour éviter que des sons trop aigu ne sortent d’entre tes lippes. y'a le coeur qui pique comme l'effet d'un courant électrique, ça traverse l'échine, explose tel un feu d'artifice entre les tripes. C'est tes bras qui viennent le serrer fort quand enfin le corps se calme, que le coeur lui bat encore à tout rompre. Ta tête au creux de son cou, un baiser que tu juxtaposes contre son derme encore brulant.

un merci silencieux car grâce à lui tu te sens réellement vivante.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) 1nJ8z81
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 1050
MESSAGES : 3477
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 20
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyJeu 27 Jan - 22:56
guess i'm just a play date to you

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Lui-même ignore ce que l’on va bien pouvoir faire de lui, lorsque glissée entre ses doigts, Aran lui fait perdre tout contrôle. Il ne sait plus ce qu’il dit, Suho, se rend à peine compte qu’il fait des promesses qu’il ne tiendra pas, aveuglé par l’envie de sentir sa bouche contre la sienne, et le besoin de son corps contre le sien. Encore et encore, jusqu’à se dégoûter l’un de l’autre, lorsqu’il sait déjà que c’est impossible. Tout ce qu’il sait, Suho, c’est qu’ils ont mieux à faire que d’épiloguer, alors il susurre quelques mots au creux de son oreille, laisse ses lippes s’y égarer pour mieux dériver dans son cou exposé. Et naturellement, ses mains se glissent sous l’étoffe de son haut ; effleurent sa peau lorsqu’il remonte le tissu sur sa poitrine, bientôt remplacées par la caresse de ses lèvres. Ses cheveux un peu tirés entre les doigts de la jeune femme ; et des frissons surpris à l’effleurement de sa peau, qui poussent un sourire satisfait sur ses lippes occupées. Car c’est toujours rassurant, encourageant, de voir qu’il lui fait toujours de l’effet ; qu’elle le désirait finalement autant que lui, même si elle était plus pudique pour le montrer.

Mais alors que ses lippes s’approchent dangereusement de la lisière de sa jupe – que ses doigts hésitent entre en abaisser la fermeture ou simplement la relever sur ses cuisses –, un bruit sourd retentit, les figeant tous les deux tels deux lapins pris dans les phares d’une voiture. A tourner un regard attentif en direction de la porte ; ne même pas oser se relever, tenter de se rhabiller, car de toute manière… le mal est fait. Pourtant, les secondes s’écoulent, encore et encore, et nul autre bruit ne vient troubler le silence si ce n’est leurs souffles toujours haletants. Alors, jugeant que le danger semble être passé, il se redresse pour tenter de rassurer la petite brune à l’air toujours aussi désarçonnée.

- C’était peut-être juste les fantômes des amants qui sont venus dans cette salle avant nous qui sont venus nous hanter… T’inquiète pas.

Et il fronce un peu les sourcils lorsqu’il prend conscience de ce qu’il vient de dire – réalise que ça n’a en réalité rien de bien rassurant, et réprimant un frisson qu’il sent déjà courir le long de son échine, il ajoute :

- Bon, si, c’est inquiétant en fait, oublie.

Comme pour l’aider à oublier – et s’aider lui-même, en réalité –, il dépose doucement ses lippes sur les siennes, avant de lui demander si elle souhaite en rester là. Car ce n’est pas la première fois qu’elle semble hésiter, aujourd’hui, et en même temps y a d’autres moments où elle semble au moins aussi partante que lui, alors Suho, il ne sait plus quoi penser. Tout ce qu’il sait, c’est que jamais il ne la forcerait à quoi que ce soit, alors toute son attention est braquée sur elle dans l’attente de sa réponse, ses doigts glissant sur ses hanches à un rythme régulier. Elle le dévisage, silencieuse ; et il retient son souffle, jusqu’à ce qu’elle finisse par secouer la tête, pour déjà revenir se serrer contre lui.

Et il respire de nouveau, lorsque ses lèvres viennent épouser les siennes.

Mais pour cette fois, c’est Aran qui semble prendre l’ascendant lorsqu’elle le pousse vers cette porte close, pour faire de leurs corps le meilleur verrou sur le marché. Et il la laisse faire, se contente de hocher la tête lorsqu’elle lui expose son plan, sentant son dos taper contre le panneau en bois.

- J’vais essayer de pas y aller trop fort, alors… Faudrait pas risquer de faire grincer la porte…

La lueur joueuse dans les yeux, et un sourire qui s’étire en coin – et il n’en faut pas plus pour que Aran défasse enfin la fermeture de son pantalon, libérant le jeune homme qui commençait à se sentir à l’étroit. Lorsqu’elle lui demande de garder leurs vêtements, il lui répond rapidement, avant de déposer un nouveau baiser contre ses lèvres :

- T’inquiète.

C’est pas ce qu’on fait de plus langoureux ; c’est pas ce qui lui offrira une chance de retrouver Aran entièrement, comme il en aurait rêvé, les mois qui ont suivi son départ de Daegu, mais cela ne fait rien. Suho, il s’est habitué à faire les choses rapidement, sans efforts, et il se dit que ce n’est finalement pas plus mal ; avec un peu de chance, cela ne fera que l’aider un peu plus à l’oublier. Les dernières barrières sont abattues, et bientôt, leurs peaux se retrouvent ; ses cuisses enlaçant son bassin, il retrouve un sentiment qui commençait à s’estomper avec les années.

Il n’a pas tenu parole, Suho, n’y est pas allé plus doucement par égards pour la porte, se contentant d’étouffer les sons émis par la jeune femme en plaquant maladroitement sa bouche sur la sienne. Et leurs souffles se mêlent, leurs dermes brûlants s’effleurent dans la tiédeur de la pièce – à sentir ses ongles longs s’enfoncer dans son dos, mais ne plus ciller, la douleur occultée par tout le reste. Et il se sent bien, contre elle ; à sa place, lorsqu’ils atteignent ensemble leur apogée, et malgré ses jambes un peu fébriles, il s’efforce de la soutenir toujours. Laisse échapper un soupir, le souffle court, en sentant ses lippes épouser son cou, alors qu’il la serre un peu plus fort contre lui ; profite de ce qui sera, il le sait, leurs derniers instants.

Lorsqu’elle s’écarte un peu – que leurs regards se retrouvent, fiévreux, ailleurs –, il ne peut réfréner le petit sourire qui s’étire sur ses lèvres, et passe des doigts délicats dans ses cheveux désordre, à doucement replacer les mèches rebelles, glisser derrière son oreille les cheveux qui lui tombent sur les yeux.

- T’es magnifique…

Les mots se perdent dans un murmure, tandis que ses doigts effleurent encore un peu la peau de son visage, de ce visage qu’il n’a que trop aimé, qu’il qualifierait, en toute objectivité, de plus beau visage du pays. Et il dépose un dernier baiser sur ses lippes, avant de froncer les sourcils, l’air confus, en prêtant attention à la musique qui résonne toujours en bande sonore.

- Comment on est passé de Love Shot à Gentleman… ?

Y a un petit éclat de rire perplexe qui lui échappe, avant qu’il ne s’écarte un peu pour s’appliquer à reboutonner son pantalon ; défroisser son pull, pour le faire retomber en toute innocence sur la ceinture de son bas. Et le jeune homme s’éloigne encore pour retrouver son reflet dans l’un des immenses miroirs ; s’appliquer, concentré, à remettre autant d’ordre que possible dans ses cheveux désastreusement décoiffé.

Et juste comme ça, tout est terminé.
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- play date (suho) OA7PeLi
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 984
MESSAGES : 3793
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 21
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) EmptyMar 1 Fév - 22:01
guess i'm just a play date to you

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Un seul mot, un unique mot sorti d’entre ses lippes au bon moment pour te mettre à sa merci. Il n’en aura pas fallu plus Aran. Si Suho te dit de ne pas t’inquiéter, tu le crois sur parole et t’imagines qu’il sait ce qu’il fait à ce moment-là. Alors bien évidemment que tu l’as laissé glisser ses mains dans ton dos, descendre un peu plus bas sous tes fesses pour te porter – te forcer à croiser tes jambes autour de sa taille. Tout comme toi, tu ne t’es pas privé de caresser son entrejambe, ne t’es pas démonté quand il a fallu glisser tes doigts sous l’élastique de son sous-vêtement. Tu n’as fait qu’affirmer ce que tu voulais, n’a fait que l’aider à rendre ce moment un peu plus agréable encore. Et tout s’est enchainé après ça, il n’en aura pas fallu plus pour que le rempart entre vos deux corps soit levé. Cette culotte qu’il t’aura aidé à enlever c’est bel et bien le seul vêtement qui aura fini par rejoindre vos vestes au sol avant que les festivités ne commencent réellement.

Après ça, c’est le saint-graal. C’est un quart d’heure ? peut-être vingt minutes ? de pur bonheur partagé. C’est des soupirs au creux de l’oreille, des mains baladeuses, des doigts qui s’enfoncent dans les chairs de l’autre. Y’a des baisers qui se perdent, des mots chuchotés pour indiquer la cadence à tenir, se prévenir quand le clou du spectacle arrive. Et il finit par arriver ce moment, les membres se font tremblant, la voix reste bloquée dans le fond de la gorge. C’est l’effet d’un coup de jus dans toutes les terminaisons de ton corps, des petits soubresauts qui régissent ton corps quelques secondes avant qu’enfin, tes jambes ne glissent le long de son corps, s’ancre – bien que flageolante de nouveau à ce sol ferme. Y’a quelques baisers qui s’échangent encore, son souffle dans ton cou qui te fait frissonner et même sourire. Tu penches alors légèrement la tête pour lui interdire l’accès à cette zone devenue trop sensible, comme si soudainement son souffle chaud était une torture. Mais en revanche, tu le serres un peu plus fort, crée un moment de tendresse après ce moment de passion qui vient de prendre fin. Tout juste quelques secondes dans l’accalmie, ta tête sur son épaule, un sourire sur les lèvres en repensant aux derniers instants passés avant que tu ne te recule, pose ta tête contre cette porte qui a vu et senti vos corps s’unir. Attentive à ses gestes, tu le vois venir remettre une mèche éparse de tes cheveux derrière ton oreille, te dire que t’es magnifique les yeux dans les yeux. Tu te mordille alors la lèvre, le cœur battant à la chamade quand sa main glisse contre ta joue, que ses lèvres se posent tout contre les tiennes tendrement.

- Tu me vois plus jolie que ce que je suis réellement …

Car t’es pas si jolie que ça, tu ne l’étais même pas assez à la naissance pour que tes parents veuille te garder près d’eux. Mais au moins t’as toujours plu à Suho, lui t’a toujours regardé avec des yeux remplis d’envie, de désir. Y’a surement qu’à ses yeux que tu brilles de cette manière-là. Et étrangement, ça te suffit. Car il n’y a bien que lui qui compte à tes yeux, quand lui que tu places un peu de ta confiance. Assez pour mettre ta carrière en danger à ses côtés, assez pour lui livrer quelques-uns de tes secrets lorsque la carapace se brise. Comme lui, tu te mets à te concentrer sur la musique actuelle, ricane face au changement d’ambiance drastique.

- C’est ton téléphone, ta playlist … C’est toi t’es un peu chelou sur les bords mais on a l'habitude…

Et déjà – trop tôt à ton gout, il se recule et te libère de sa douce emprise. T’en profites alors pour enfiler ta culotte rapidement, remettre un peu d’ordre à ta tenue ainsi que tes cheveux. Comme si de rien était, comme si absolument rien de fougueux ne c’était passé ces trente dernières minutes. Vous êtes cotes à cotes face au miroir et si tu devrais te concentrer sur toi, tes yeux eux, ne peuvent s’empêcher de faire des allers-retours sur lui. Il semble différent Suho soudainement, détaché de tout. T’imagines que c’est l’endorphine, toi même t’as l’impression d’être sur un nuage, que tes jambes sont faites de coton. Alors tu ne t’attardes pas plus que ça, va plutôt remettre tes chaussures, ramasser ta veste et le reste de tes affaires. Même ce bouquet qui semble déjà défraichis d’avoir été jeté à même le sol un peu plus tôt, surement même piétiner par vos soins en passant d’un coté à l’autre de la pièce tu le récupères et ne sait plus trop quoi en faire. Mais t’as pas trop le temps de réfléchir, il commence à se faire tard et t’as une session d’enregistrement de prévue d’ici une heure, t’aimerais bien prendre une douche, te changer entre temps alors tu t’approches de Suho vient déposer tes lèvres contre sa joue et lui chuchote à l’oreille :

- à la prochaine fois… J’ai déjà hâte.

Et tu quittes la première cette salle de répétition,
le cœur remplis de joie, la tête vidée de tout tracas.
En imaginant bêtement, qu’il y aura une prochaine fois.


Contenu sponsorisé
-- play date (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- play date (suho)   -- play date (suho) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: