1234
UNLOCK IT - KENYU

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

 :: seoul :: Hyehwa
Partagez

 UNLOCK IT - KENYU


Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 1085
MESSAGES : 2186
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyDim 5 Déc - 23:06

unlock it

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Remords, remémorer. Ces syllables sont soeurs.


Il y’a dans l’appartement des post-it à la pelle que son inconscient a collé partout. Sur l’odeur de cannelle qui fleure de la cuisine ou encore sur son chant de noël préféré qui est saboté au karaoké par une amie qui mélange complet et refrain, un verre à la main.
Il se désintéresse des conversations à la vitesse de la lumière, il a l’esprit bien trop occupé par ses petits papiers. Il en fait des avions qu’il jette sur la porte d’entrée dès qu’il croit entendre des pas dans le couloir.
« Oh, t’écoute ce que je dis ou je parle tout seul ? — T’as vidé le bol ?Je te parlais du proprio. — Va le remplir. Toi vas-y et reste là-bas surtout.Si tu continues je vais tomber amoureux. » Il se fait pousser du canapé, les chamailleries persistent jusqu’à l’arrivée d’une nouvelle venue qui réussit à le distraire de son colocataire. Lui comme les trois autres déjà présents vont à sa rencontre mais c’est différent avec lui. Il la remet très vite, c’était il y’a quelques semaines. Ils avaient fait ce jeu avec la carte qu’on se transmet de bouche à bouche jusqu’à faire le tour des invités. Il en avait gardé une en présage de la fin de soirée, il l’a sorti de sa veste en la raccompagnant jusqu’à sa voiture. « Une autre partie ? » Coincée entre son index et son majeur, la reine de coeur murait ses lèvres. Il l’a laissée tomber quand elle s’est retrouvée à portée de baiser.
Elle réverbère ce moment dans son attitude, ses sourires appuyés, ses rires marqués par tout ce qu’il dit. Elle le suit quand il part se chercher un verre en cuisine. « Il manque qui encore ? » Jaewon, son ami de longue date mais aussi l’hôte de la soirée. « — Kyu. Ah bon ? Mio et Jisung sont arrivés ?Je sais pas.Evidemment, tu fais attention que quand ça t’intéresse. — Je fais attention à ce que tu dis et ça m’intéresse pas forcément. Va l’attendre dehors. » Il lui écrase son affection sur la joue ce qui déclenche inévitablement une seconde salve d’exaspération. « Aide-moi avec ça. » Il lui désigne un carton avec des guirlandes électriques à démêler, il s’y colle avec Yoona. « Tu as faim ?Ah non, je pensais à autre chose. » Les mémos reviennent, se collent aussi sur les plats. Il en cherche un pour Kyu qui a l’appétit cruelty free.
Il y’a de l’agitation dans le séjour, il le devine rien qu’à la manière dont les gens l’accueillent. Il y’a des tendresses qui ne s’imitent pas, comme celles qu’il déclenche chez les autres.
Il reste à sa place, les doigts empêtrés dans ses câbles. Il simule la neutralité, c’est sa méthode de séduction la plus efficace. Souffler le chaud, souffler le froid, donner la crève. C’est en réalité plus qu’un mind game de Casanova, c’est inscrit en tout petit sur sa notice. Un trait de caractère atypique que Kyu a su assez vite percé à jour. Hackeur de génie, il lui a piraté la tête il y’a de ça une décennie maintenant.
« Salut. » Un bonheur tiède fend ses lèvres, la rencontre de ses yeux l’estompe mais il garde des résidus d’affection perdus aux commissures. « Enchantée, Yoona. » Les présentations sont brèves, il n’a jamais été très doué à ça. Les habitudes reviennent, il l’aide à se mettre en lumière. « Il fait science po à la SNU. Je suis impressionnée, ça fait deux ans que j’essaie d’y entrer mais c’est impossible. Ils ne prennent que les dossiers parfaits.T’as entendu ? T’es parfait. » Il dégoupille un sourire espiègle, ses ravages sont instantanés. Elle essaie de les renvoyer au soir de leur rencontre, se rapproche comme elle l’avait fait mais cette fois-ci il n’a pas la reine de coeur sur lui. « Tu peux te pousser ? » Yoona se donne des airs qu’il aurait adoré provoquer jusqu’à ses limites, pour ensuite les dépasser.
Elle se presse contre lui pour récupérer son sac à main, une culpabilité étrangère piétine les braises de son esprit. Il le regarde, le regarder et c’est indicible ce qui se passe dans cet échange. Il est criblé par un malaise qui ne s’en va pas, même lorsqu’elle sort de la cuisine pour rejoindre les autres.
Avec tout ça, il a presque oublié qu’Haneul et lui étaient quelque chose. Il était tellement obsédé par l’idée de retrouver son meilleur ami que le reste est passé au second plan. Pire, il l’a enfoui sous le tapis comme si ça n’avait jamais existé.
Peut-être que Kyu a raison au final, Haneul et lui ne sont pas les mêmes.
Peut-être dans une vie alternative,
peut-être. Mais pas celle-ci.



†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 1300
MESSAGES : 2193
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyMer 15 Déc - 22:58

UNLOCK IT

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Remords, remémorer. Ces syllabes sont sœurs.

C'était bien. Le soir du concert, les échanges près des basses trop fortes, la musique un peu cool, un peu rétro, un peu silencieuse écoutée d'une oreille sourde entre deux rires, des sourires éphémères d'un instant partagé, trop vite écourté, presque un peu coupable. C'était rien. Les petits messages avant cela, et après, les invitations refusées, les verres acceptés, ne plus se croiser entre Dami et Nabo mais venir accompagnés de l'autre, eux ça clignote en plein coeur ! Tremblement de terre dans les genoux, partout, ils étaient de retour. Kyu a envie de croire, parfois, qu'ils sont même plus grands, plus colossaux, plus forts. Il veut écraser le doute entre ses crocs, concasser la peur et la rendre goûtue. Un peu piquante, frôlant un genre de délice bien connu. C'est ce qu'il veut, mais souvent il flanche, se rétracte, les souvenirs l'assaillent dans la nuit, cognent contre sa jambe folle qui lui rappelle dans les pires moments qu'il n'y a pas de retour, juste des illusions ici et là pour porter l'espoir à son comble avant de l'abandonner dans un coin sombre. Et s'il ressort déçu ? Et si rien ne passe, rien ne s'efface ? Et s'il réalise que le manque était moins lourd que le poids du pardon ? Et si... Et si...

Les pas s'amorcent près de l'ascenseur, se pressent et s'emmêlent dans leur envie de rebrousser chemin, il y a le besoin de garder la face qu le garde éveillé jusqu'à la porte d'entrée, il y a les rires enchantés au seuil de l'appartement qui piquent la curiosité dans les sons familiers qu'ils évoquent, il y a un accueil délicatement banal qui le rassure tandis que Jaewon récupère son écharpe d'un rictus malicieux. C'est d'autant plus naturel que c'est lui, il a réussi à s'habituer à leur duo et doit pourtant si vite réapprendre à composer à trois, récupérer des habitudes abandonnées avec efforts, retrouvées sans même qu'il y songe. Ce qu'il garde en tête, c'est les yeux qui manquent à l'appel, un regard qu'il imprime aussi vif qu'aux premières rencontres, il provoque le danger de leurs retrouvailles, il n'y a pas de mal à saluer tout le monde - c'est une simple manœuvre de politesse ; mais il s'attarde dans l'échange, gomme la présence parasite d'une compagnie tout à fait charmante. Il parle, en s'adressant aux autres, mais toujours son regard revient vers lui. Il est prêt à faire demi-tour au moindre coup-fourré, prêt à fourrer ses mains dans les lumières à la moindre demande.
« — Pff n'importe quoi ! les commissures s'étirent, il n'ose pas lever les yeux, et, quand il les lève, il le guette. Sans parler. Il rougit. Derrière ses tâches de rousseurs le visage se teinte aux couleurs de noël — Mon dossier n'est pas si impressionnant, à vrai dire j'ai surtout eu de la chance, mon père a de bon contacts dans le conseil administration. rejet d'une attention qui l'embarrasse, plus encore de lauriers qu'il ne croit pas mériter, il n'est pas naïf au point de s'attribuer une demi-victoire. Il est pour la SNU ce qu'est un cheval de course avec un bon pedigree : un investissement moins risqué. Et toi ? Tu es à Hanyang avec Jaewon c'est ça ? » les évocations s'entrechoquent dans sa mémoire, il tente de se rappeler au mieux des informations la concernant, inutile, l'attention n'a guère besoin d'être détournée, déjà happée par celui qui a toujours su la capter. Et aussi facilement qu'un battement de paupières, il retrouve également cette habitude, disparaissant dans ses éclats il les observe jouer un jeu de funambule dont il fait semblant d'ignorer les règles, le fil entre eux est mince mais il existe bel et bien, il le sent s'épaissir à mesure que leur dialogue se dessine en sourdine. C'est comme s'il n'était pas vraiment là, et il ne l'est plus d'une certaine façon, son esprit s'échappe un instant de la scène pour mieux la décortiquer, les mouvements semblent ralentir, les éclipses dans les regards de Yoona laissent présager des mystères que seuls Shin parvient à intercepter. Elle s'évapore laissant dans sa traîne quelques effluves lavande et il se retient de toutes ses forces de lui demander à quand ça remonte - elle et lui - au lieu de cela, il se racle la gorge, plus fort que nécessaire, plus grossièrement que désiré. Il notifie, par cette impulsion bruyante qu'il sait mais qu'il aura la décence de ne piper mot. Il préfère tourner les talons, le laisser à ses ampoules grillées et ses jeux d'avorton. Et quoi la décence ? Pourquoi devrait-il être celui qui fait preuve d'autant de manières, de retenue, d'élégance lorsque Shin lui semble bien loin de ces préoccupations ? Pourquoi devrait-il songer à son malaise, à la gêne occasionnée ? Pourquoi doit-il penser à quoi dire ou faire en sa présence ? A cette situation ? Pourquoi faut-il qu'il care encore tant ?

Injuste. Épouvantable. Putain d'égoïste.

et ça tourne
et ça retourne
en boucle dans sa tête
pendant près d'une heure en manège incessant

Ça lui fronce l'air de sourires factices, exquis et empruntés aux plus grands acteurs, parce qu'il faut observer pour relever et chacun est bien trop obnubilé par ses conversations, ses anecdotes, ses séductions, il y a des valses de faux-semblant dans chacun de ses gestes, un rire en cascade plus vrai que nature à la moindre pseudo blague qu'on lui adresse. De ses œillades il refuse de le gratifier, il en est si précautionneux qu'il se retrouve à faire le tour de la table pour attraper le dernier paquet de chips pimentées ; tout plutôt qu'apostropher son nom à voix haute.

ne me regarde pas
ne me parle pas
n'ose pas même me toucher

Tout son corps hurle à la répulsion, des ondes empoisonnées forment des lianes jusqu'à lui pour le maintenir à distance, tu ne me gâcheras pas cette soirée. C'est déjà trop tard. Parce que la colère le maintient raide comme un bloc de glace répandant son eau partout sur le tapis du séjour, il pleut des vérités qu'il croyait bon d'ignorer. Celles où fatalement il l'a ignoré. Il voudrait ne plus savoir si bien lire en lui, si vite comprendre les yeux qui se dérobent, les cils qui battent d'une cadence coupable, Shin ne savait plus. Pendant quelques secondes, aussi fugaces que douloureuses, il l'a oublié. L'évidence est franche, il pourrait faire semblant de ne pas la saisir mais il n'y arrive pas. Il a oublié, parce que ça ne comptait pas. Ça ne comptait pas, parce que ce n'était qu'un jeu. Un piège. Un attrape-nigaud dans lequel il est tombé tête la première. Il se replace stupide, crédule, pantin. Voilà qu'il le renvoie à tout ce qu'il déteste.

menteur, menteur, menteur

« — Je peux encore porter trois packs de bières tout seul j'ai pas besoin d'aide t'inquiète. la voix est tranchante, le regard fuyant, il coule du miel dans ses mots pour donner un change qui ne dupera personne, encore moins lui. — Yoona a dit qu'elle allait acheter les glaces, elle va sûrement avoir besoin d'aide elle, t'as qu'à l'accompagner. dégage. Sa bouche mime un sourire éteint alors qu'il le contourne les bouteilles plein les bras pour retourner au salon, Shin lui bloque la route, ça déclenche aussitôt un soupir de mécontentement qu'il essaye tant bien que mal de ravaler — Shin tu vois pas que je suis chargé à quoi tu joues ? » les pupilles inspectent la porte, il prie de voir surgir une tierce silhouette qui viendrait interrompre le tête-à-tête qu'il fait tout pour éviter depuis le début de la soirée.  




 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 1085
MESSAGES : 2186
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyJeu 16 Déc - 19:45

unlock it

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Remords, remémorer. Ces syllables sont soeurs.

C’est l’enfer.
Ils retombent dans une mécanique du passé où son existence est tracée à la craie. Kyu a les yeux plein de particules blanches, car c’est avec eux qu’il l’efface en premier.
Il peine à jouer son jeu, celui de l’indifférence. Il est pourtant émérite dans ce domaine mais quand il s’agit de lui, il se fout des règles. La patience est compromise par ce besoin urgent de se ressouder.
Alors il perd, il perd dès le premier quart d’heure. Son prénom s’agrafe à sa langue, ses regards fugitifs s’acharnent à le cueillir mais rien ne fonctionne. Ça le rend désagréable, ça exacerbe tous ses mauvais côtés. « Hurle pas, t’as perdu c’est comme ça.Tu gagnes depuis le début parce que tu distribues les cartes.Tu veux le faire ? Non.Alors arrête de gonfler tout le monde. — Je vais le faire. » Yoona fait la distribution des cartes, elle le laisse même choisir son jeu. Il est tenté d’échanger le sien avec Mikyu mais au final il opte pour celui de Yoona, c’est une guerre froide pour eux seuls. Personne d’autre que lui n’est capable de lire ce genre d’acte silencieux et personne d’autre que Shin n’est capable d’en connaître les vices et d’en faire un usage en conséquence.
Ils se connaissent trop bien,
c’est dangereux.
Il lui rend son coup bas, quand il le contourne pour ne pas avoir à le prononcer. Shin reste stoïque, ne cherche pas à se retourner pour l’attraper une bonne fois pour toute pourtant, sa présence dans son dos est plus forte que n’importe quelle autre. Plus encore que celle de Yoona qui a pourtant passé l’heure écoulée a palpé de très près une idée d’eux dans l’attente d’une conclusion étincelle.
L’ange aux ailes froissées fuit en cuisine, Shin prétexte vouloir lui venir en aide pour marcher sur ses pas.
Se retrouver en tête à tête avec lui purge le feu amer qui l’a rendu laid. Sa présence lénifiante a un effet si doux qu’il parvient à mettre de côté ce qui l’a pourtant poussé à quitter le groupe. « Laisse-moi t’aider. »
Douche froide.
D’accord, le semblant de calme s’ébranle.
Mais il va tenir le cap…
Encore quelques minutes.
« Yoona a dit qu'elle allait acheter les glaces, elle va sûrement avoir besoin d'aide elle, t'as qu'à l’accompagner. »
Encore quelques secondes.
« Shin tu vois pas que je suis chargé à quoi tu joues ? »
Le temps est écoulé.
« Moi à quoi je joue ? T’es désagréable depuis le début de la soirée. Pose-moi ça. » Il lui arrache les packs de bières des bras pour les poser un peu plus loin. « Tu fais la gueule. » Plus une affirmation qu’une accusation, il lui fauche la voix avant qu’elle n’essaie de le contredire. Il pose ses doigts sur le bas de son visage, sans surprise, aucune. Kyu se détourne brusquement avec ce regard qui ordonne « ne me touche pas. » Touché.
Au tout début de leur relation, ses replis lunatiques étaient une vaste énigme sans fin. Il en perdait la tête avec ses paroles en contradiction avec son comportement. Il n’y’avait à l’époque qu’une seule façon de vérifier s’il était réellement contrarié, le test de l’étreinte. Il ne supportait rien, pas même une main sur son épaule. Ça pourrait être un test dérisoire pour beaucoup mais pour eux qui ont l’affection tactile, c’était une méthode infaillible.
Ça l’est toujours.
Bien qu’il n’en est plus besoin aujourd’hui, il continue d’en abuser pour le mettre face à ses contradictions.
« C’est à cause de Yoona ? » Il décoche ses premières flèches, celle-ci tombe dans la cible mais pas dans son centre. Il se sert du langage de ses yeux pour s’orienter au mieux, il se concentre fort. « Tu crois que je suis vite passé à autre chose. Que j’ai oublié ? » Il vise si juste qu’il voit Kyu rompre sa flèche avec fureur.
Il se confisque le droit à la spontanéité. C'est le souci de la formule qui est un réel problème, lui sait ce qu'il veut lui dire mais il polit les mots pour qu’une fois dans son oreille, son coeur n’explose pas. Il ne prend jamais autant de gants que pour lui, en même temps, c’est ce coeur-là dont il aime le plus prendre soin.
« J’ai pas oublié. Mais qu’est-ce que ça change que j’y pense ou non ? Tu te vois avec moi ? » Il n’essaie même pas de déchiffrer la réponse, à son avis, elle coule de source. « Tu vois, ça a pas de sens. Comme le fait de continuer d’y penser alors que ça en a pas. En revanche notre amitié et tout ce que tu représentes pour moi, ça je pourrais jamais me le sortir du crâne. »




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 1300
MESSAGES : 2193
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyLun 20 Déc - 19:55

UNLOCK IT

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Remords, remémorer. Ces syllables sont soeurs. —

« — Qu'est-ce que tu racontes ? Je t'ai à peine parlé de la soirée. et il confirme dans la négation, il le sait bien, prétend seulement faire la sourde oreille, comme s'il pouvait le duper lui au même titre que tous les autres. Il ne peut pas. Shin le lui rappelle à grand coup de tractopelle, cherchant de son touché écrasant à extirper ce que ses lèvres refusent de délivrer, il replace des souvenirs du bout de ses doigts de voleur, il dérobe les secrets qu'il voudrait maintenir derrière ses regards froids et sa cambrure austère. Il devrait le laisser faire, pur esprit de contradiction cherchant à démontrer qu'il a tort, qu'il n'est plus le même, qu'ils ont changé et que les anciennes ruses ne fonctionnent plus. Un total raté. Le visage se recule avec fougue, comme enflammé d'un simple contact, ça brûle sa mâchoire jusqu'à la contracter d'un agacement immédiat, foutue complicité intemporelle que deux ridicules années ont à peine mise à mal. Le temps n'a rien effacé, ni leurs rituels, ni la facilité avec laquelle Shin le manie, il le devine dans ses silences, éclaire de ses spots criards ses contradictions — les lumières sont trop vives, elles l'aveuglent toutes en même temps et l'incitent à trouver refuge à l'intérieur de sa coquille.  — Non. » le ton s'offusque presque dans l'accusation, il revêt les graves catégoriques, ce n'est pas elle, c'est toi : une vérité pure qu'il ne se voit pourtant pas énoncer et lorsque Shin le déclare à sa place tout son corps se fige d'avoir été si aisément percé à jour. Une raideur accentuant l'embarras empourprant déjà ses joues, c'est le brasier sous ses tâches de rousseurs il rougit de colère et peut-être un brin de liesse. Cœur malade qui ne sait que vouloir ; le désir ardent qu'il mette les mots sur ses maux que personne ne parvient jamais à distinguer, parce que personne ne s'y attarde assez, s'opposant à son besoin d'anonymat, cette nécessité presque urgente de prétendre au rien, à l'indifférence, au laisser-couler. Tout chahute dans son estomac, des aigreurs douloureuses tordant sa jolie bouche d'une grimace subtile qu'il remarquera tout aussi certainement. Douce horreur de se savoir épié.

Non stop. Tout va trop vite, il parle trop, les syllabes s'enchaînent à une vitesse que Kyu ne comprend plus, il voudrait lui demander de marquer un temps d'arrêt, il a besoin d'une pause, pour rassembler ses pensées,Et qu'est-ce que ça veut dire ? tu te vois avec moi - il ne sait pas, ou peut-être que si ? Il se demande s'il y a même une bonne réponse et laquelle Shin attend de lui. Pourquoi ? Pourquoi ça n'a pas de sens ? et qu'est-ce qui en a ? Ses iris lancent des fusées de détresse qu'il ne semble pas intercepter, il est trop occupé à colmater ce qu'il croit avoir endommagé. Si le problème ne vient pas de Shin, c'est qu'il vient forcément de lui. N'est-ce pas ? ça sonne mal, ça sonne si mal que ça lui donne la furieuse sensation de faire un caprice, il a l'air de se trouver des excuses pour ne pas avoir à pardonner, se replonger dans les eaux des rancunes tenaces plus opaques que celles du Styx, plus glaciales que les fontes de banquise. Ça remet en cause toute sa légitimité. « — T'as raison... ce n'est pas ça qu'il veut direC'était bête... ce n'est pas ça qu'il veut direC'est mieux comme ça de toute façon. Désolé pour tout à l'heure. On y retourne ? Les autres attendent les bières. » Non non non. Ce n'est pas ça qu'il veut dire. Ce n'est pas ce qu'il pense, ce n'est pas ce qu'il ressent. Rien ne va. Il retourne dans ses plus vieux travers, les discours ne s'accordent plus à ses émotions, il faut tout enfouir, tout bien camouflé. Ce n'est pas ce qu'il a envie d'entendre alors ce n'est pas ce qu'il lui dira. Les yeux se plissent d'un rictus réconfortant, rassurant, apaiser les tensions qu'il ne voulait pas créer peut-être que si, adoucir l'ambiance qu'il s'est chargé d'abîmer à quoi bon.

La foule aide à noyer les manières, il feinte avec brillance les rires qui s'entremêlent aux plaisanteries des uns, des accolades de connivence aux autres, pour parfaire sa maîtrise il s'applique, à intervalles raisonnables, à lui adresser les regards tantôt refusés. Il dessine sur son faciès innocent une trêve grossière mais assez appliquée pour se confondre en réalisme. Il n'y a pas de fausses notes dans ses paroles, le contact est fluide, à demi-fraternel à son apogée, il attend patiemment de quitter la scène, fatigué d'avoir trop bien joué. C'en est presque drôle quand Yoona apporte d'elle-même une solution de choix, l'insistance pour obtenir la compagnie de Shin vient signer une aubaine qu'il embrasse d'un enthousiasme flagrant, il en profite pour y coller des étincelles d'une joie commune lorsqu'elle est avant tout salutaire. La porte à peine refermée il attrape le cellulaire, peint de ses froncements de sourcils des nouvelles inattendues, prétend des urgences qui deviennent filet de secours, arpente les couloirs de regrets masquant la délivrance. Il a des - j'aurais aimé rester plus longtemps - plus vrais que nature, des - désolé - qui s'enchaînent alors qu'il s'emmitoufle déjà dans sa veste et des - vous direz au revoir à Yoona et Shin pour moi - ajoutés avec soin. L'échappée belle est avalée avec le froid hivernal, le vent vient mordre ses oreilles, il s'enfonce d'avantage dans sa grosse écharpe pressant le pas dans les petites artères bondées. Le comble de son malheur serait de croiser le duo en pleine fuite !  Il se connait assez pour savoir qu'il n'arriverait alors pas à donner plus qu'une pâle imitation de dignité. Il se félicite de son départ incognito, de son timing parfait, trouve un certain réconfort à rejoindre la tranquillité de son appartement pour se réinventer une soirée solitaire, sous la chaleur d'un plaid et la tendresse inestimable des caresses canines. Plus tard peut-être enverra-t-il un sms à l'intention de Kenshin, pour s'excuser de sa disparition soudaine et ainsi peaufiner les contours d'une normalité qu'il tente tant bien que mal de retrouver.    

Son scénario parfait est ébranlé : le téléphone sonne, vibre, se manifeste au fond de sa poche. Il n'a pas même à y jeter un oeil pour prédire le nom qui s'y affiche. Alors il ignore, il a trop peur d'être tenté de décrocher, que lui dirait-t-il ? Il n'est pas bien sûr d'être capable de lui servir les mensonges qu'il se doit de lui destiner, il vaut mieux garder le silence, éviter de prononcer ce qu'il pourrait aussitôt regretter. Non. Il a un plan nocturne bien préparé, il va s'y tenir jusqu'à ce qu'il devienne de lui-même sa réalité. Mais sa poche continue de vibrer. Il ne veut pas regarder. Et le voilà qui regarde. Six appels manqués. Le myocarde tumulte dans sa poitrine, chuchote à ses doigts des actions que sa tête leur refuse, il se fait traître, insinue des vérités auxquelles il est plus facile de ne plus croire. Et si Shin voulait savoir ? Non. Il ne veut pas.

Mais s'il veut ?

Trop tard. Il pianote à toute vitesse, bien trop effrayé d'y renoncer s'il s'accorde le temps de réfléchir, il tape de sa pulpe gelée, c'est un peu ankylosé, un peu douloureux, et étrangement ça le soulage quelque part aussi : Si notre amitié est si importante alors pourquoi t'as fait ça ? Pourquoi t'as flirté avec moi comme avec tous les autres ? Tu m'as fait passer pour un imbécile. Tu dis que ça a pas de sens, mais pour moi ça en avait. Et pour toi c'était quoi, une gigantesque farce ? C'était si dérisoire que tu fais comme si ça avait pas existé. Comme si c'était rien. Comme si j'étais rien. Il envoie, dans la précipitation, les canines malmènent la lèvre entre deux reniflements, il s'en veut déjà de ne pas avoir su retenir ce qu'il croyait tant pouvoir caché. Je veux pas que ça soit bizarre. Mais j'ai besoin de savoir que c'était pas juste dans ma tête.



 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 1085
MESSAGES : 2186
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyJeu 23 Déc - 21:11

unlock it

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Remords, remémorer. Ces syllables sont soeurs.

Shin a l’habitude de tout partager avec lui, rien ne lui appartient totalement, tout est divisible pour deux. Il y’a son esprit, sa famille, ses secrets. En bref, tout ce qu’il possède jusqu’à sa parole. Il lui donne au choix ses débuts ou ses fins de phrases mais il le surprend parfois à lui prendre des biens insoupçonnés comme son don pour la comédie. Il devient acteur de ses émotions, biffe les passages de son script qui vont mal rendre à l’écran avec un tel brio qu’il le duperait presque.
Ils se donnent la réplique, deviennent les têtes d’affiche de leur propre film. Ça sonne si vrai que la confusion entre la fiction et le réel efface les sous-titres qui soulèvent les mensonges de ce bonheur truqué.
« Tu m’accompagnes ? » Yoona s’accroche à son bras, elle développe des bobines de charme qu’elle découpe pour ensuite les coller sur lui. Il les prend, entasse distraitement dans un coin ces petits morceaux d’elle car il a l’attention trop diluée par Kyu qui  dilapide sa bonne humeur avec une authenticité telle qu’elle le rassure assez pour qu’il consente à s’absenter.
« Tu veux quoi comme parfum ? » Il s’accroupit à côté de lui, leur proximité est familière. C’est presque comme s’il ne manquait pas deux ans, presque trois à leur histoire. Kyu est sur la fin d’une partie de poker. Shin analyse son jeu, fait dépasser une carte de sa main pour lui suggérer de la poser sur la table. « On y va ?Ça sera cookie. »

La corvée vire en virée épique, ils s’approprient le caddie pour en faire un traineau, l’enfant terrible joue le passager. Yoona le manie sans adresse, bifurque dans les allées étroites, pousse un étalage de paquets de ramens, percute un congélateur. Leur manque flagrant de discrétion couplé à leurs rires voraces en décibels finit par faire perdre patience à la caissière. « Vous pouvez arrêter ? C’est insupportable. Hyewon ? Shin ? »
Ils se dévisagent, les souvenirs affluent si vite qu’ils donnent la nausée. C’est Halloween sur sa figure au plus grand bonheur de Shin qui lui s’accorde parfaitement à la saison, des guirlandes de lumières plein le sourire.
Hyewon était la première de Mikyu, premier amour, première fois, première concurrente à lui avoir réellement fait de l’ombre.
Le désamour était mutuel, affirmé de son côté à elle, raillé de son côté à lui. Il ne la prenait pas au sérieux, pire encore, il adorait lui donner des raisons de l’abhorrer.
« Descend de là, c’est interdit. » Elle retourne à sa caisse, tape successivement sur l’écran de son portable en espérant y lire une heure qui s’approche de la fin de son service.
Ça n’échappe pas à Shin qui prend plus de temps que nécessaire pour poser une à une les crèmes glacées sur le tapis roulant. « Ça va fondre.Il fait froid dehors. » Ses doigts pianotent d’intolérance sur son comptoir en métal. « T’étais plus énergique à l’époque. Ça me fait plaisir. Quoi ?Que tu te souviennes de moi en détails. » Elle pousse un soupir plus gros qu’elle, excédée. « Finalement, on prendra pas celui-ci.Le paquet que je viens de passer ? Oui et les deux autres aussi. — D’accord. » Elle annule les articles. « Tu sais quoi, je veux pas te faire perdre de temps. Tu vas devoir les remettre en rayon, ça me gêne. On va les prendre finalement.T’es sûr ? Oui. » Une odieuse malice sculpte son sourire pendant que ses yeux à elle, s’empiffrent d’exaspération. « Je -Quoi encore ?! Tu veux que je t’annule ça ? Puis ça aussi ?! — Non, je voulais juste savoir comment tu vas depuis le temps. Mais t’as l’air un peu sur les nerfs, j’espère que ça va s’arranger. » Yoona ne retient pas son rire, Hyewon elle c’est son sang froid qui fuite. Les glaces subissent un triste sort, elle les scanne puis les jette sur le côté. Shin arrive même à en attraper une avant qu’elle ne tombe par terre. « Ça fera 12 000 wons. » Il sort sa carte de crédit mais le paiement est interrompu par un appel de Jaewon. « Allo ?Vous avez déjà payé ? Pas encore, pourquoi ?Parce que Kyu vient de partir.Il est parti ?Ça avait l’air urgent. Je vois. » La déception désintègre ses radiations, il n’a plus une once d’énergie maligne, comme si Kyu avait éteint sa centrale en la quittant.
« Je dois y’aller. »
Il fout ses engagements en l’air pour courir après lui, une course poursuite qui ne connaît jamais de trêve. Il inonde sa messagerie de « rappelle-moi » ; « Kyu, décroche. » Il déclenche sa sonnerie sans répit jusqu’à ce qu’elle bute sur une réponse, enfin.
Il freine son élan pour lire sa marée d’insécurité, celle avec laquelle il a essayé de noyer son instinct plus tôt dans la soirée. Il patauge dans les émotions qu’il lui livre parce qu’ils mènent le même combat, celui de vouloir atteindre la surface de ce casse-tête sentimental pour se libérer le buste de cette eau qui les trouble.
Je sais pas pourquoi. J’ai pas réfléchi, j’ai rien calculé. Ça a pas été facile pour moi de te retrouver comme ça. C’était toi, c’était nous mais c’était aussi différent. Pas dans le sens où on a changé, c’est pas ça. On a vécu notre relation autrement et ça avait du sens. Je jouais pas mais Kyu, je suis aussi perdu que toi là-dedans. Parce que nos conversations par sms c’était un autre nous et là, on se retrouve avec la version de nous qu’on connaît. C’est plus confortable pour moi je vais pas te mentir, c’est pour ça que j’évite d’y penser mais ça veut pas dire que je t’ai oublié. Je suis désolé de t’avoir donné l’impression que je me foutais de toi, mais c’est faux.
Il fait sonner son portable, il a besoin de l’entendre, de se faire entendre.
Je veux pas que ça soit bizarre mais je veux pas que ça nous éloigne non plus. J’ai besoin qu’on se retrouve, c’est tout ce qui compte pour moi.
Et ça sonne encore mais de tellement près que ça ne laisse plus de place au doute sur sa localisation.
Il ne l’a pas laissé aller très loin, il reconnaît la sortie de métro qui est à moins de dix minutes de marche de chez Jaewon.
« Kyu. » Il voit que son chagrin lui mouille les joues, sans qu’il ne puisse y faire quelque chose sa vue se brouille.
Ils se partagent tout.
Il se tient à une distance raisonnable, lui laisse son espace parce qu’il n’est plus en capacité de déduire ce qu’il doit faire ou non pour les raccommoder. Ça devient difficile, surtout maintenant qu’il est confronté à cette perte d’eux. Il pouvait plus facilement l’ignorer dans ses efforts pour retrouver l’ami qu’il avait perdu mais maintenant il doit aussi faire avec cette autre facette de leur relation. Ça le fait suffoquer ces pertes qui s’accumulent, son acharnement aux résultats dérisoires. C’est une bataille perpétuelle qu’il ne peut pas laisser tomber, malgré l’épuisement et le myocarde essoufflé.
Il luttera, toujours.




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 1300
MESSAGES : 2193
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyDim 2 Jan - 2:57

UNLOCK IT

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

Remords, remémorer. Ces syllables sont soeurs. —

Il sent l'angoisse le prendre à la gorge, elle l'empêche de respirer convenablement, la réponse ne tarde pas à venir mais il a l'impression d'avoir attendu une éternité la petite bulle signalant une nouvelle notification. Il meurt d'envie de l'ouvrir. Il hésite à le faire. Il ne s'est pas préparé à l'éventualité d'un nouveau raté, il regrette déjà de s'être épanché sur sa messagerie, regrette les formulations maladroites qu'il aurait pris le temps de polir s'il y avait mieux réfléchi, et regrette encore d'avoir fuis aussitôt la silhouette de Shin effacée. Il se sent un peu lâche, un peu honteux de ne pouvoir l'affronter mieux que ça, de voir ses lèvres scellées toujours lorsque celles de Shin ne savent pas se verrouiller. Parfois, ça l'agace plus que de raison, mais le plus souvent il lui envie cette capacité presque surnaturelle de n'être jamais à court de discours, de ne pas avoir à tergiverser et à se retourner cent fois sur des pensées futiles. Lui, il a une tonne de petits bonhommes dans la tête, tous affairés à se contredire, à se malmener, l'un le fustige d'agir quand l'autre le bâillonne en sommant la prudence. Shin, il a su s'y introduire, il aimait à penser que c'était par effraction, comme un voleur trop doué avec les sentiments qu'il laisse échapper, au fond, il sait que ce n'est pas tout à fait le cas. Il lui a entre-ouvert la porte à tant de reprises en espérant le voir venir se réchauffer dans l'âtre, installer ses guirlandes lumineuses pour déclencher son interrupteur interne. Après deux ans dans la pénombre, il tâtonne pour remettre de l'ordre, c'est inconfortable, ça demande un gros effort d’aménagement et il n'est pas bien sûr de vouloir repasser par là.  
Il suffit d'un message. Un simple message. Les doigts pantins de sa curiosité l'ont ouvert avant même que son cerveau ne s'accorde à cette idée, le cœur apeuré s'anime de douleur, battant à tout rompre jusqu'à l'en faire trembler, ce ne sont pas les larmes qui le secouent, ni même le froid d'un mois de décembre bien trop doux, non, c'est seulement Shin, et les mots qui l'apaisent de leur hésitation. Il le devine en proie aux doutes, une peur jumelle à la sienne s'est faufilée pour le dévoiler tout aussi vulnérable, et peut-être même encore plus perdu. Ça le fait sourire derrière ses éclaboussures salées, elles gouttent l'amertume des jours passés, la promesse des soirs à venir. Il y a dans ses aveux toute l'urgence de le retrouver, un désir siamois qu'il se découvre à force de relecture. Il réalise, combien il attendait ses mots, combien il avait besoin de ressentir ce soulagement, expirant de ce réconfort qu'il n'osait réclamer, souhaitant plus que tout qu'il lui procure. Il n'a pas besoin de lui rouvrir la porte, Shin a toujours été là, gentil squatteur arpentant chaque jour le seuil dans l'espoir de se faire de nouveau inviter. Il ne pardonne pas. Pas encore. C'est trop tôt. La douleur demeure dans les combles, mais il accueille cette image de lui se rétablissant partout en lui, il la sent, lui réchauffer le bout du nez, titiller les braises d'un myocarde pétrifié.  

Dans sa tête se bouscule des ébauches de réponse, le pas ralentit sans même qu'il ne s'en aperçoive trop adsorbé par la tâche, il écrit, efface, réécrit pour se relire entre deux appels ignorés. Il filtre sans vergogne, tout est encore trop embrumé, trop instable pour pouvoir affronter sa voix, il va exiger son retour, faire flancher ses belles résolutions, le calme est nécessaire pour aligner ses émotions à ses pensées. Shin ne lui laisse pas ce luxe. Débusqué en plein flagrant délit de chamboulement, il l'éclaire de ses phares comme une biche apeurée sur la route. Ça le fait presque cavaler dans l'autre sens, il se retient de toutes ses forces, ce sont les perles nacrées au bord des yeux de Shin qui amarrent ses pieds au trottoir. D'un geste précipité, un peu gauche, il essuie les siennes du revers de sa main, il ne sait même pas pourquoi, les traces qu'elles ont laissé se dessinent partout sur son visage, il ne peut le duper. Triste réflexe des faux-semblants, ses paupières fondent bien vite à nouveau en se confrontant au reflet déformé de tout ce qu'il lui impose. Il se voit en direct déteindre sur ses traits d'ordinaire respirant excitation et assurance, ça le pousse d'un pas dans sa direction, le premier depuis longtemps, une impulsion naturelle d'essuyer les aquarelles moroses coulant sur ses joues. Il s'arrête, sous la douche lumineuse d'un lampadaire, à un mètre de lui, peut-être deux : « — T'es trop nul ! qu'il lui hurle, la voix déformée par les sanglots qu'il tente de faire taire, les inspirations sont douloureuses, épines de glace pénétrant ses poumons trouvant avec peine une cadence raisonnable. Il parvient à en extraire un sourire bancale, un peu tordu par les soubresauts qui l'assaillent, d'abord timide il éveille ses commissures d'un éclat discret — ...T'as oublié ma glace aux cookies ! » Il voit ses agates s'éclairer sous le rideau de pluie, comme un aimant qui l'appelle Shin avale les derniers centimètres les séparant, une brève lueur d'hésitation rendent ses gestes mécaniques et c'est finalement Kyu qui passe ses bras derrière ses épaules pour l'attirer jusqu'à lui. De cette accolade il exprime la volonté de faire table rase, laisser leurs échecs au placard et revenir à l'essentiel - la version d'eux qu'ils connaissent - qu'il leur tarde de retrouver, s'il sait désormais que leur autre eux a bel et bien existé, il n'a plus sa place dans leur présent. Il appartient à un autre monde, quelque part où Shin n'avait plus ni forme ni consistance, où il avait besoin qu'on lui conte des histoires pour l'aider à mieux dormir la nuit, qu'importe si elles n'étaient pas vraies puisqu'elles sonnaient si tendres à son oreille. Il n'a plus à déguiser Haneul d'une proximité qui lui manque cruellement, elle est de retour, il lui suffit de lui laisser juste assez de place pour reprendre ses marques.

Le cellulaire vibre à nouveau, brise l'étreinte à peine formée tandis qu'il se recule pour s'en saisir, des messages de Jaewon remarquant l'absence de Shin s'enchaînent dans une conversation de groupe, ça lui rappelle de drôles de souvenirs, un rictus se faufile sur ses lèvres, amusé des remarques faussement blasées de leur acolyte de toujours. Il les montre à Shin partageant une hilarité réconfortante avant que ses yeux n'accrochent l'heure indiquée en haut de la fenêtre de discussion 00:06. « — Oh ! s'exclame-t-il soudainement sans donner plus amples explications à son agitation, ses paumes tapotent son jean à la recherche d'un objet introuvable, retournent l'intérieur de ses poches de manteau, puis se tendent vers Shin faute d'une meilleure alternative — Files-moi ton briquet s'il te plait. il s’exécute sans plus de cérémonie, ses phalanges s'en emparent aussitôt, allumant le zippo dont la flamme rougeoie un instant juste avant de s'éteindre ballottée par le vent. Un froncement de sourcils plus tard Kyu le rallume, protégeant cette fois de ses mains le feu capricieux qui vacille, il l'approche prudemment du visage de son ami, parlant le plus bas possible de peur que son souffle ne l'éteigne par mégarde — On est officiellement le 20 ! Joyeux Anniversaire... Tu dois faire un vœu, c'est la tradition. »  




 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : UNLOCK IT - KENYU 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 1085
MESSAGES : 2186
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU EmptyLun 3 Jan - 16:30

unlock it

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Remords, remémorer. Ces syllables sont soeurs.

Le coeur pendu à sa bouche, il attend un châtiment qu’il compte contrer par des formules dont il a peut-être déjà perdu les secrets. Loin de le décourager, il se sait alchimiste de talent pour avoir apprivoisé par le passé sa chimie émotive.
Le problème c’est le temps, celui qu’il va lui donner, celui dans lequel ils sont. À l'époque Kyu cherchait ses remèdes, rien n’est plus sûr aujourd’hui.
Son assurance flanche, ses propres émotions le pénalisent. Il est proie aux doutes, Kyu intervient sans le savoir à un moment où il était en train de se perdre. Il l’aide à réprimer ses incertitudes rien qu’avec trois petits mots.
Un soulagement indicible fait tomber l’apesanteur de ses angoisses, elles flottent maintenant seulement à quelques centimètres du sol.
L’air est de nouveau respirable.
L’aqueux chagrin se tarit, troqué par un drôle de sourire. Lèvres fendues à demi, dents révélées par un éclat de rire encore affecté.
Il sait, qu’il sait.
Ce n’est qu’un début.
Mais dans ce premier pas il a obtenu ce qu’il attendait, de l’espoir. Leurs âmes voisines, craintives, prendront le temps qu’elles leur faut pour se mélanger à nouveau et ça lui convient.
Il ira à son rythme, toquera chez lui autant de fois qu’il le faudra pour reprendre possession de toutes les clés.
Il préfère voir ça comme un renouveau plutôt qu’un chantier. Ça a presque un goût de souvenir ce recommencement avec Kyu qui enfant avait déjà l’amitié hésitante et où Shin lui, l’avait en abondance.
On recommence.
Il se console dans leur étreinte, y puise de la force pour toute l’adversité à venir.
Minuit frappe.
Son agitation soudaine le rend curieux puis il comprend, une joie tendre s’étire sur ses lèvres. « Tu vas te brûler. » Sa main décale légèrement la sienne de son voeu brûlant. Après avoir relâché sa manche, il fait mine de réfléchir. Son regard joue les étourdis avant de s’ancrer dans le sien. « Je sais. » Il souffle et son sourire grandit.
Pas besoin de miroir de Risèd, son désir le plus profond est juste là. Il chatoie, instille dans son être des lucioles là où la lumière est fade. Il se sent un peu plus complet rien qu’à le regarder.
« Menthe chocolat, c’est ça que tu voulais ? »
Il passe son bras par-dessus ses épaules, force leur tempe à se toucher dans un excès de tendresse qui a souvent besoin d'être renouvelée pour complètement être assouvie.




†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Contenu sponsorisé
UNLOCK IT - KENYU Empty
(#) Sujet: Re: UNLOCK IT - KENYU   UNLOCK IT - KENYU Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hyehwa
Sauter vers: