1234
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière et codage réalisés par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
Le Deal du moment :
Les Loups-Garous de Thiercelieux (Edition 2021) ...
Voir le deal
7.75 €

 :: seoul :: Gangnam :: Résidences
Partagez

 — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyDim 21 Nov - 2:21
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


(outfit) Ces derniers temps, Suho avait l’impression de ne pas arrêter. Un nouveau come-back pour la fin de l’année arrivait, et impliquait une succession d’étapes en tous genres : sessions studio pour enregistrer les morceaux, shooting des différents concepts et, bien sûr, répétitions du single phare qui lancerait le second mini album d’Icarus. Le garçon avait hâte que ce grand retour soit derrière eux – encore persuadé, naïf, que le calme finirait par retomber après la tempête.

Loin de soupçonner que si ce nouveau titre marchait comme l’espérait leur patron, les choses ne feraient que s’accélérer plutôt que de ralentir.

Et en ce vendredi après-midi, Suho profite du fait de maîtriser dans les grandes lignes la chorégraphie pour s’octroyer une petite pause. Pendant que ses camarades en retard s’appliquent à apprendre les mouvements qui continuent de leur poser problème, il se permet d’échanger quelques – bon, d’accord, énormément – de SMS avec Aran. Cache son écran contre son torse chaque fois qu’un collègue vient lui demander à qui il parle pour sourire comme ça ; fait diversion du mieux possible, n’hésitant pas à embêter l'importun trop curieux jusqu’à ce qu’il s’éloigne, vexé. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, et lorsqu’il doit rejoindre le groupe pour répéter une nouvelle fois tous ensemble, il prend soin de verrouiller son téléphone – dont il a changé le mot de passe depuis sa dernière entrevue avec la petite brune – et l’abandonne à côté de ses affaires. Le cœur léger, et l’ombre d’un sourire satisfait – car il a obtenu l’adresse de Aran, et qu’après l’entraînement, sauf changement de plan, il est censé passer la voir. Partager une soirée, enfin, loin des murs si peu sûrs de l’agence.

Dire que le reste de la journée lui a semblé durer une éternité serait un euphémisme. Il ne tenait pas en place, Suho – à s’efforcer d’accélérer le mouvement tant qu’il pouvait dans l’espoir de terminer plus tôt, avaler son en-cas en quatrième vitesse pour retourner s’entraîner. De beaux efforts qui s’avéreront pourtant vains – ne lui auront attiré que les foudres de certains de ses collègues agacés ou stressés par son empressement, lorsque d’autres étaient au contraire revigorés par son énergie –, puisqu’ils quittent l’agence à minuit, comme prévu.

Reste désormais à se débarrasser des sept garçons qui lui servent de colocataire.

Stratégiquement, il attend qu’ils soient tous montés dans la voiture les ramenant aux dortoirs pour leur lancer :

- J’ai une course à faire, je vous rejoins aux dortoirs !

Il balaie rapidement l’un de ses amis qui offre de l’accompagner, prétextant que ce n’est pas la peine, ignore ceux qui lui demande s’il est sûr d’avoir une course à faire à cette heure-ci. Et avant que leur leader n’ai le temps de le rattraper par la peau du cou, devinant sans doute qu’il n’est pas prêt de le voir rentrer lorsqu’ils ont encore une grosse journée le lendemain, et tous les jours qui suivent, il leur adresse un grand sourire et s’empresse de déguerpir. Il met rapidement la main sur une trottinette en libre-service, faciles à trouver à cette heure-ci, entre l’adresse de la jeune femme sur son téléphone, et prend la direction de son appartement.

Après quelques complications liées à la difficulté à se repérer dans la nuit, et au nombre de sorties plutôt limitées qu’il aura fait dans le quartier, il finit par arrêter la trottinette devant ce qui semble être l’immeuble où habite Aran. Il est frigorifié par sa course dans la brise nocturne, la faute à cette doudoune qu’il a omis de prendre ce matin en quittant le dortoir, puisqu’en ce moment, le temps qu’il passe dehors se limite à ses allers-retours entre leur immeuble et la voiture, et entre l’agence et la voiture. Mais cet inconfort, de même que la fatigue qui plombait ses paupières, s’effacent devant la perspective de voir la jeune femme, et c’est le cœur léger qu’il s’avance vers le bâtiment, enfonce le bouton de l’interphone qu’elle lui a indiqué.

Sauf que la porte ne s’ouvre pas.

Et se remémorant ce que la petite brune lui a dit, plus tôt, sur la forte probabilité qu’elle se soit endormie en l’attendant, il n’attend pas un instant de plus avant d’enfoncer le bouton une nouvelle fois. Et une autre. Et encore une autre. A composer son numéro pour l’appeler, sans cesser de sonner – et lorsqu’enfin un grésillement se fait entendre dans le haut-parleur de l’interphone, il râle :

- Toi ! J’te promets que si tu dors et que tu me laisses planté là dans le froid glacial j’te retrouverais et je me vengerais ! Ca servira à rien de me fuir même si je sais que t’aimes trop ça !

D’aucuns diraient que ce n’est pas l’entrée en matière la plus apaisante que l’on puisse attendre lorsque l’on s’apprête à recevoir un massage... Bon. Tout est une question de point de vue, si l’on demande son avis à Suho, et heureusement pour lui, la jeune femme finit tout de même par lui ouvrir la porte. Il se glisse dans le petit ascenseur et demande l’étage qu’elle lui a indiqué, pour s’avancer dans le couloir sitôt les portes ouvertes. Sa mauvaise humeur l’a déjà quitté, et il s’efforce tant qu’il peut de réprimer les claquements de dents qui menacent de trahir combien le froid a imprégné ses vêtements lorsqu’il s’avance vers elle, un sourire charmeur aux lèvres.

- Il paraît que mademoiselle Lim aurait demandé un massage… ?


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyLun 22 Nov - 22:13
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


(outfit) Euphorie naissante au creux de la poitrine à chaque fois que l’écran du téléphone s’allume, te laisse comprendre que Suho a répondu à l’un de tes innombrables messages. Il aura égayé ton après-midi des plus banales le garçon, t’auras aidé à faire passer le temps lorsque la réunion d’équipe pour discuter du planning des semaines à venir qui se joue tout autour de toi, t’ennuie à mourir. Car c’est toujours pareil, qu’un simple mail avec le planning serait tout aussi efficace à tes yeux. Mais surement qu’il y a des choses qui t’échappes, que t’es trop jeune et insouciante pour comprendre tous les enjeux de ces réunions d’adultes. Toi ce qui t’animes c’est rire, t’amuser et embêter Yi Suho. Ce que t’aimes, c’est le lire parler de son quotidien, se plaindre à toi comme toi, tu peux te plaindre aussi de tes journées ordinaires. Il y a énormément de complicité entre vous, surtout depuis quelques temps si on te demande ton avis. T’as l’impression de retrouver un ancien quotidien qui te manquait même si c’est à une échelle moindre. Car non, contrairement à il y a deux ans tu ne vois pas Suho tous les jours, non tu ne passes pas tes journées entières avec lui mais néanmoins, vous réussissez à parfois trouver le temps de vous voir que ça soit cinq petites minutes dans un couloir ou plus longuement dans la salle de répétition dans laquelle vous semblez avoir établis vos quartiers lorsque c’est un peu plus de cinq minutes que vous avez comme temps entre les mains. C’est toujours plus amusant de le voir en face à face, avoir le temps de réellement discuter, simplement se poser. Mais depuis une semaine ou deux, ce temps vous ne l’avez pas eu. Car l’un comme l’autre, vous êtes bien trop occupées. Tous les deux vous préparez des choses de votre cotés et forcément, vous bougez. Forcément, concentré cinq minutes d’inactivités dans une journée au même moment pour vous retrouver devient compliqués.

Et il te manque mine de rien, le garçon.

Tu t’es peut-être trop vite habitué à le voir un peu plus souvent alors là, le manque se fait ressentir. Même si tu ne devrais pas être autant sur ton téléphone pendant une réunion, t’agis comme une gamine en n’écoutant que ton cœur et non pas ta tête qui elle, crie au bon sens. Tu lui parles de ce mal de dos et lui, plonge sur l’occasion pour te proposer un massage ce soir chez toi. Il pourrait venir même si c’est après sa longue journée, il pourrait venir si tu lui en donnes l’occasion, lui donne ton adresse. Et pendant de longues minutes, face à ton téléphone t’hésites Aran. Est-ce que tu dois lui donner cette information-là ? Est-ce que ce n’est pas se jeter dans la gueule du loup que de faire ça ? Car c’est indéniable qu’il y a une attirance entre vous, que vous êtes un peu trop joueur l’un comme l’autre. Des fois c’est juste de la taquinerie mais parfois – bien trop souvent le cœur fini par s’affoler dans la poitrine à jouer à ces jeux dangereux. Et tu ne sais pas quoi faire, pas quoi lui répondre. L’hésitation persiste jusqu’à que l’envie de le voir l’emporte sur tout et tu lui files cette foutue adresse. A partir de ça, l’excitation de le voir prend le pas sur la peur de ce qu’il pourrait se passer entre les murs cloisonnés de ton petit appartement. Tu ne penses plus à ces inquiétudes, ton cerveau les zappes. Tu passes le reste de la journée à t’impatienter de rentrer chez toi.

Plus que deux heures,
Plus qu’une heure,
Plus que vingt minutes.

Et enfin t’es à la maison, enfin tu peux t’occuper de ranger tout ton bordel. Tu t’actives comme jamais auparavant sur les tâches ménagères. Tu veux que tout soit propre que sa première impression de ton appartement soit la bonne. Alors tu plies les fringues posées en boule sur ton bureau dans ton armoire, range tes brouillons, partitions et tout ce qui traine sur ta table basse dans tes tiroirs. Il est vingt-deux heures quand tu t’arrêtes enfin avec le ménage. Ne te reste plus qu’à prendre une douche bien chaude méritée puis commander à manger, patienter que l’heure tourne en regardant un drama à la télévision. Et forcément tu somnoles Aran, forcément après une longue journée débutée aux aurores tu t’assoupies devant ton écran. C’est le bruit insistant de l’interphone qui te réveille en sursaut tandis que ton téléphone se met lui aussi à vibrer sur l’accoudoir. Tu te presses alors, cours jusqu’au combiné pour ouvrir la porte à Suho qui se met à déjà te menacer et semble avoir compris que tu dormais. Tu lui indiques alors avec hâte l’étage auquel t’es, te tourne face au miroir pour remettre un peu d’ordre à tes cheveux détachés.

Et tu l’attends, un léger picotement s’installant dans les paumes de tes mains, le long de tes doigts le temps qu’il arrive. Tu t’impatientes et lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent et qu’il apparait dans ton champ de vision t’oublies la fatigue, oublie que deux minutes avant tu dormais comme un bébé sur le canapé. Tu souris un peu trop grandement en le voyant lui et ses cheveux de nouveau noirs comme il les as naturellement, beau jeune homme qui te fait face, tu l’écoutes te demander si tu souhaitais un massage et t’hoches de la tête.

- Oui et je connais un gentil garçon qui m’a proposé de venir me dénouer les nœuds que j’ai … J’étais vraiment impatiente du coup !

Tu le laisses alors enlever ses chaussures les poser à l’entrée et l’invite à entrer chez toi il est de dos lorsque tu remarques sa tenue, bien trop légère pour la nuit, pour l’automne et l’hiver qui arrive tu viens alors poser tes mains sur ses bras, les frottes en te rendant compte de la fraicheur qui s’en émane. Ça te fait mal au cœur de te dire qu’il ait pu attendre dans le froid ne serait-ce qu’une minute de plus, soit sorti juste pour te voir alors qu’il aurait pu rentrer se reposer et tu lui dis alors :

- Mais pourquoi t’es pas couvert ? Tu dois avoir froid ! T’es fou Suho d’être venu … Aller va te poser sur le canapé superstar.

Tu le pousses alors à prendre place sur le canapé, lui sert à boire et met à chauffer ce que t’as commandé pour vous.

- Je t’ai même attendu pour manger si c’est pas de la solidarité ça …

Prunelles que tu laisses rouler, un grand sourire sur le faciès avant d’ajouter en lui pointant du doigt une porte glissante close :

- Tu veux peut-être te débarbouiller ? La salle de bain est juste là au cas où… Je voudrais bien te proposer un gilet ou quoi mais pas sûr que tu entres dans une de mes vestes …

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyDim 28 Nov - 12:08
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu m'as manqué. C’est la première chose qu’il pense – la première idée qui le frappe lorsqu’il l’aperçoit sur le pas de la porte, vêtue plus simplement que lorsqu’elle traîne dans les couloirs de l’agence, et les traits adoucis par le sommeil. Elle semble toute douce, ce soir, Aran – lui évoque un quotidien où il rentrerait le soir et la trouverait là ; qu’ils pourraient partager des soirées tout en simplicité, bien loin des règles et des codes de leur management. Et ça lui fait un coup de réaliser ça, car fut un temps, il a osé rêver à cette réalité. Fut un temps, il était prêt à tout lui dire ; tenter de construire quelque chose avec elle, lui qui avait grandi dans un foyer en ruines. Il avait même arrêté de passer des castings depuis un moment, mais le sort en avait décidé autrement, et l’aveu à jamais condamné à rester prisonnier de sa gorge.

Il a le sourire qui s’étire en coin, et le regard braqué droit sur elle lorsqu’il lui demande si elle a bien commandé un massage. Question purement rhétorique – en réalité, même si elle lui répondait par la négative, il trouverait certainement un autre moyen de rester ici. Partager cette soirée comme il était prévu. Mais il n’aura même pas à faire cet effort, car Aran lui répond avec enthousiasme que c’est effectivement le cas ; qu’elle était impatiente de voir arriver le garçon qui lui avait proposé un tel service. Et il joue aux idiots, Suho ; incline la tête sur son épaule, lui demande, un sourire dans les yeux :

- Ah ouais ? Et c’est qui, ce gentil garçon ?

Par pur besoin de se faire mousser un peu ; se rassurer en entendant des compliments dans la bouche de la jeune femme. Car il doute toujours d’elle, depuis cet après-midi où ses aveux ont été avortés par la grande annonce de la petite brune. Y a toujours cette crainte qui subsistera de tenir à elle plus qu’elle ne tient à lui ; de se fourvoyer, mal interpréter des signes qui n’en étaient finalement pas, et se faire des films sur toute la ligne. Il doit être prudent, Suho ; plus qu’à l’adolescence. Garçon suffisamment naïf pour déjà se penser adulte ; s’imaginer que tout cela est derrière lui, que maintenant il saura ne plus retomber dans les affres de la sirène.

Et sur son invitation, il se glisse dans l’appartement. Laisse ses chaussures dans l’entrée, s’efforçant tant qu’il peut de contenir les frissons qui se sont glissés dans son corps à trop rester dehors. Il sent bien sa peau gelée, et le froid imprégner le coton de ses vêtements – quelle idée d’être sorti sans sa doudoune, ce matin. Il regretterait presque, jusqu’à ce que Aran ne s’approche de lui pour frotter ses bras glacés – faut croire qu’il n’a pas su être assez discret –, et d’un coup, il se dit que ça valait le coup, finalement, d’avoir froid. Car il aime sentir ses yeux bruns braqués sur lui ; la chaleur de ses mains sur son corps. Lui qui se jurait de ne plus jamais oublier sa veste tire déjà un trait sur cette belle résolution, et un sourire indolent se porte jusqu’à ses lèvres lorsqu’il hausse les épaules, lui répond :

- J’ai oublié ma doudoune ce matin.

Il dit ça comme si c’était évident ; comme s’il n’y avait rien de plus normal que de sortir sans se couvrir lorsque les températures avoisinent dangereusement les zéro degré, lorsque l’on n’a plus cinq ans et que l’on est censé mesurer ce genre de détails. Et docilement, il va s’asseoir sur le canapé ; la remercie lorsqu’elle lui sert à boire, laissant un sourire sincèrement heureux s’étirer lorsqu’elle annonce l’avoir attendu pour manger.

- Sérieux ? Trop bien ! Enfin, j’veux dire… C’est la moindre des choses, j’ai quand même fait le déplacement juste pour te rendre service !

Il s’efforce de retrouver une contenance, Suho ; fait son possible pour ne pas montrer combien il se réjouit, en réalité, à la perspective de pouvoir dîner avec elle. Car c’est un peu ridicule, n’est-ce pas, d’être si content pour si peu ? Sans doute qu’elle se moquerait, si elle savait. Et il hoche la tête lorsqu’elle lui offre d’aller se débarbouiller ; se relève déjà, et répond en riant :

- Nan mais t’inquiètes, j’ai même pas froid de toute façon…

Tellement pas froid que la première chose qu’il fait en entrant dans la salle de bain, c’est passer ses mains sous l’eau chaude ; laisse la chaleur regagner peu à peu ses membres. Et déjà, ses yeux s’égarent autour de lui. Surpris de découvrir où elle vit ; ses prunelles curieuses qui s’attardent sur les produits, remarque que certains sont aussi dans les dortoirs de son groupe. Certainement une marque de cosmétique qui envoie ses produits à l’agence. Enfin, il se souvient pourquoi il est là, et se rafraîchit un peu après une journée passée à s’entraîner. Essuie son visage ; replace les petites mèches qui lui tombent sur le front. Et ses mains glissées dans les poches de son pantalon – car malgré tout, il a encore froid – lorsqu’il regagne le salon ; revient s’asseoir sur le canapé, ses grands yeux noirs courant d’un meuble à l’autre.

- Il est joli ton appart’. C’est toi qui a fait la déco ?


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyMar 30 Nov - 22:24
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Toi. c’est toi ce garçon Suho. C’est ce que tu devrais lui répondre, c’est les premiers mots qui te traversent l’esprit lorsqu’il te demande qui est le gentil garçon que tu attends. Mais tu connais le diable face à toi, sait ô combien il aime être mis en avant et c’est pour ces raisons là que tu ne lui donneras pas la réponse qu’il attend. En petite chieuse que t’es, tu te mets à tourner autour du pot, fait mine de réfléchir avant de lui dire que le prénom du garçon en question commence par un S à moins que ça soit par un C ? Que ça fini par un O ou peut-être par -AU. Tu fais semblant de ne plus trop savoir, de ne pas t’y être assez intéressé. Une vraie chipie, petite démone qui laisse tout de même entrer le brun dans son antre, referme la porte derrière lui avant que l’inquiétude ne te gagne. Car il semble frigorifié, qu’il est contracté à chacun de ses pas. Et forcément tu viens tenter quelques instants de le réchauffer avec tes petites mains qui ne font pas office de radiateur. Suho tu le questionne, lui demande pourquoi il est si peu couvert en pleine nuit ? Il te répond qu’il a simplement oublié sa veste et tu soupires, vient taper son bras que tu caressais l’instant précédent en lui disant :

- Eh fait attention pour les prochaines fois ? Il fait vraiment froid c’est ta responsabilité de faire attention à ta santé et toi … Va falloir je te sms pour vérifier ça tous les matins ?

Tu dis ça pour rire mais cela dit, maintenant que tu y penses, ça serait un très bon moyen pour entamer la discussion tous les jours avec lui. Plutôt que d’attendre un sms qui n’arrive jamais, de trouver une discussion intéressante pour ne pas paraitre collante lorsque l’envie de lui parler se fait pressante. Tu l’as ton excuse dorénavant, ne te reste plus qu’à l’utiliser à tout va. De quoi te faire sourire, garçon que t’invites à s’installer, le prévenir que tu l’as attendu pour manger. Un instant, il semble trop heureux de l’apprendre, l’instant d’après il ose agir comme si c’était la normalité que tu l’attendes vu que lui est venu jusqu’à toi pour te faire un massage. Tu roules alors les yeux Aran, croise les bras sous ta poitrine et le toise d’où tu es. T’as bien envie de lui dire qu’il ne manque pas de toupet, que tu ne l’as pas forcé à faire le déplacement et qu’en plus, il semblait encore plus motivé que toi à venir à la base.

- Sache que la prochaine fois, je ne t’attendrais pas. Tu ne mérites tellement pas que je m’affame pour toi …

Un faux soupire désespérer s’échappe d’entre tes lippes, tu fais mine de regretté l’avoir attendu et te tourne pour t’occuper des plats que tu dois réchauffer les uns après les autres au micro-onde. D’où t’es, tu lui proposes alors d’aller se débarbouiller dans la salle de bain si le besoin s’y prête, lui avoue que t’aurais bien aimé lui passer une veste mais surement qu’aucune des tiennes ne lui irait. A moins qu’il souhaite avoir l’air ridicule le temps d’une soirée ? Chose qui ne semble pas être le cas car déjà, le beau diable se lève et se dirige vers la pièce d’eau en rechignant qu’il n’a même pas tant froid que ça. De quoi te faire marrer, bouger nonchalamment la tête de gauche à droite, en remuant le riz parfumé.

- Ah bah oui bien sûr, vrai homme n’a jamais froid j’imagine …

Tu dis ça pour toi mais assez fort pour qu’il l’entende au cas où, lui aussi. Et malgré ses dires, t’entends l’eau se mettre à couler un petit bout de temps de l’autre côté de la pièce. Tu l’imagines face au miroir, se recoiffer et se refaire beau dans cette tentative d’être toujours plus agréable à regarder, te faire tomber un peu plus profondément dans tes anciens travers. L’estomac se tord un instant, t’essaies alors de te focaliser sur ce que tu fais, divise les portions dans les assiettes, met les accompagnements dans des petits bol que tu déposes sur la table basse. Petite table qui commence à prendre forme, se remplir d’un tas de chose en quelques minutes à peine et lorsqu’enfin tu t’assois sur le canapé en attendant son retour, c’est là qu’il réapparait le brun, semble plus détendue lorsqu’il vient prendre place à tes cotés. Tu l’observes alors contempler ton appartement, tes yeux ne quittant pas son profil si agréable à regarder, admirer. Il te faut quelques secondes pour t’arracher à ta propre contemplation pour répondre à sa question.

- Tu trouves ? Il était déjà meublé mais le strict minimum, tout ce qui est affiche, petite touche de décoration c’est moi qui expérimente des choses … C’est pas non plus la folie mais j’essaie d’y créer une atmosphère qui me rassure un minimum… C’est la première fois que j’ai un espace rien qu’à moi.

Et c’est déroutant d’avoir ne serait-ce qu’une seule pièce rien qu’à toi. Car toi, Aran t’as été habitué aux foyers, les familles d’accueil, les chambres et espace commun partagés à plusieurs. Même en tant que trainee, t’as eu à partager des chambres minuscules. T’as connu que ça tout le long de ta vie, d’être toujours dans un groupe, une parmi toutes les autres. Et du jour au lendemain, on t’a jeté dans un appartement rien que pour toi. Plusieurs pièces qui te sont dédiés et avec lesquelles au début, tu ne savais pas trop quoi faire. Il t’a fallu quelques mois avant que tu te décides à décorer, que tu trouves ce qui pouvait te plaire.

- Dire que je rêvais d’avoir mon appartement pour moi plus jeune et maintenant j’arrive à m’ennuyer quand je suis seule… Tu penses que je vais m’habituer à ça un jour ?

Têtes que tu penches légèrement, tu lui pose cette question avec une sincérité déconcertante – totalement étonnante venant de toi. C’est rare que tu sois si sérieuse, que tu questionnes les gens si frontalement. T’es plutôt du genre à taire tes ressentis, ne jamais partager les inquiétudes qui parfois peuvent t’assaillir. Mais Suho lui il sait, il connait tes faiblesses. Et dorénavant, la solitude en est devenue parmis toutes les autres une car avant, si il y avait bien une chose à laquelle tu ne pensais pas c’était à la solitude.

- Sinon toi, ça va … ? T’as fait quoi cet après-midi ?

Tes baguettes que tu plantes dans le riz, picore quelques grains en écoutant le brun te raconter des bribes de sa journée bien remplie.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyMer 1 Déc - 21:46
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il s’éloigne, Suho, s’éclipse dans la salle de bain en assurant ne même pas avoir froid. Et la jeune femme se moque, il peut entendre sa voix claire lorsqu’elle ricane en répétant que les vrais hommes n’ont jamais froid. Mais il vient d’une famille où il fallait beaucoup prendre sur soi pour espérer que les coups ne pleuvent pas ; il a été élevé par un père pour qui tout était aveu de faiblesse, pour qui le simple fait d’aimer danser ferait de toi une tapette. Alors il a appris à ne pas pleurer, Suho. A ne pas dire quand il avait froid ou quand il avait faim, quand il avait mal ou peur de quoi que ce soit. Et malgré tous ses efforts, sa mère n’a jamais réussi à réparer cela chez son petit garçon.

C’est en silence qu’il laisse l’eau chaude réchauffer ses doigts gelés ; observe, attentif, les cosmétiques qui s’alignent sur les étagères. Il s’essuie les mains ; passe les doigts dans ses cheveux, délicatement, pour les replacer sans les graisser inutilement. Et enfin il regagne le salon, arraché à la salle de bain par l’envie de voir la jeune femme et la faim qui lui tenaille les entrailles. Assis à ses côtés sur le canapé, il détaille l’appartement qu’elle occupe ; l’imagine se lever le matin, les cheveux emmêlés et le regard ensommeillé, et se laisser tomber sur ce même canapé pour prendre son petit-déjeuner ; rentrer d’une longue journée passée à l’agence pour mieux s’assoupir devant un drama, comme elle devait encore le faire une dizaine de minutes plus tôt. Et lorsqu’enfin il reporte son attention sur elle, il découvre ses yeux rivés sur ses traits ; laisse un petit sourire s’étirer en coin tandis qu’il lui demande si elle est la personne qui se cache derrière toute cette décoration ; laisse échapper un murmure approbateur lorsqu’elle lui demande s’il trouve réellement ça joli, avant de la laisser lui répondre.

- C’est génial, tu dois être contente d’avoir ton propre appart’ ! Depuis le temps que tu m’en parles…

Et un sourire plus franc se dessine sur ses lèvres, à sincèrement se réjouir pour elle – car déjà au lycée, elle semblait n’attendre qu’une chose : avoir son propre foyer, alors elle ne peut qu’être ravie, aujourd’hui. Et pourtant, elle n’a pas l’air plus heureuse que cela. Paraît qu’elle s’ennuie ici toute seule, qu’elle peine à s’habituer à ce nouveau quotidien – et maintenant qu’elle en parle, il est vrai qu’il se demande comment il réagirait si on lui offrait un appartement où vivre seul. Lui qui n’a toujours été habitué à vivre qu’en communauté – d’abord avec sa famille, puis dans les dortoirs des différentes agences – n’a finalement fait que retrouver ce qu’il avait toujours connu, lorsqu’on a confié un énième dortoir à Icarus. Et s’il aspire si souvent à un semblant d’intimité, pouvoir inviter qui il veut quand il veut et ne pas devoir supporter les humeurs et habitudes des uns et des autres, il se demande tout d’un coup s’il aimerait tant que ça cette vie solitaire. Peut-être pas, tout compte fait.

- Si t’as trop de mal à t’y habituer… j’peux venir te tenir compagnie, de temps en temps, pour que tu sois plus seule.

Ses yeux bruns braqués droit sur elle – et Suho, s’il dit ça dans l’esprit de ses disquettes habituelles, y a un peu plus de sincérité que ce qu’il aimerait qui teinte ses mots. Y a un peu trop d’attention réelle qu’il lui porte ; une volonté un peu trop grande de ne pas la voir malheureuse ; ne pas la laisser seule. Et il commence déjà à picorer dans les différents plats ; a déjà la bouche pleine lorsqu’elle lui demande ce qu’il a fait de son après-midi.

- Crevé, mais ça va ! Cet aprem ben… on s’est entraîné, encore et encore. On dirait que le chorégraphe est jamais content, on devait finir à dix heures puis tu te doutes bien que ça s’est éternisé… comme d’hab'. Après c’est vrai qu’y en a certains qui sont pas encore au point, tu vois, on peut pas présenter ça au public, mais bon… C’est long quand toi tu connais déjà la choré…

Une petite moue se peint sur ses traits, et il recommence à manger, lui demande :

- Et toi alors ? Fais-moi rêver, j’en peux plus d’être en boucle sur ce come-back depuis des jours.

Et pendant qu’elle lui parle – qu’il l’écoute avec attention –, il en profite pour manger à un rythme un peu plus soutenu. Avide d’apaiser son appétit trop grand pour une fois qu’il n’est pas rationné, un son appréciateur qui finit par lui échapper lorsqu’il commente :

- Mmmh, c’est trop bon ! C’est pas toi qui l’a préparé, quand même ?

Car il est tard, et que connaissant leurs plannings, il imagine qu’elle a d’autres chats à fouetter que de se mettre derrière les fourneaux sitôt rentrée.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyVen 3 Déc - 22:26
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Bien sûr que t’es contente, y’a une immense fierté qui te tiens aux tripes quand tu penses qu’on t’a confié un appartement si rapidement, quand ta carrière n’en est encore qu’à ses prémices. Mais tout à la fois, il y a cette anxiété, cette peur de la solitude qui t’étreins le cœur à chaque fois que tu passes le pas de la porte, que l’appartement est plongé dans le noir ainsi que dans le silence sous les coups de minuit. C’est dur, c’est à l’opposé de tout ce que t’as connu jusqu’à l’année dernière et forcément, t’en viens à parfois regretter les dortoirs bruyants, les prises de tête pour savoir qui prendra la douche en première et profitera du jet d’eau brulant. Au moins, dans ces espaces partagés tu n’avais jamais trop le temps de penser au passé, à tes géniteurs – les vrais – ceux que tu ne connaitras jamais.

Est-ce qu’ils te voient à la télévision ?
Est-ce ta vraie mère arrive à reconnaitre son propre enfant ?

T’es sûr que non et pourtant, c’est cet espoir – ce désir de reconnaissance qui t’a poussé vers ce métier de lumière. Et voilà où t’en es, à raconter à la seule personne qui peut un temps soi peu te comprendre que la vie en solitaire c’est pas ce que tu préfères. Tu t’attends pas à une réponse Aran, t’apprête même à changer de sujet mais Suho en décide autrement, Suho te propose même de venir un peu plus souvent te tenir compagnie si ça peut t’empêcher de te sentir seule. Pendant un instant, tu trouves ça touchant et tu sens même ton cœur se serré dans ta poitrine puis dans un second temps, tu penses au double sens de ces palabres et ce qu’elles impliquent dans les faits. Et là, tu fronces les sourcils Aran, vient l’assener de petites tapes dans le bras en éclatant sincèrement de rire.

- Calme tes hormones Yi Suho bordel !!!

C’est pas innocent comme proposition ça et forcément, derrière tes rétines se jouent le genre de scène qu’il pourrait se passer au sein de cet appartement si Suho y établis ses quartiers. De quoi empourprer tes joues, te calmer aussi dans ton fou rire. Tu baisses alors légèrement la tête, te concentre sur ce qu’il se passe dans les assiettes disposées sur la table basse et répond un brin plus sérieusement :

- Mais n’hésite pas à passer hein… Moi ça me fait plaisir de te voir.

Grains de riz que tu viens picorer les uns après les autres, le temps de faire disparaitre cette teinte rosée qui est apparue sur tes joues, que les images farfelues qui ont pu s’immiscer et polluer ton cerveau ne s’en aille définitivement. Et enfin, tu lui demandes ce qu’il a fait de sa journée, l’écoute te raconter un quotidien que tu ne connais que trop bien pour le pratiquer jour après jour. Si lui, semble s’ennuyer au bout de quelques heures de répétition, toi tu te reconnais en ces collègues qui sont un peu moins doué que lui, prennent surement plus de temps pour apprendre une chorégraphie et la pratiquer à la perfection.

- Si seulement on avait tous ton talent Suho… Croit moi, on adorerait perdre moins de temps dans l’apprentissage … Après, les autres se débrouillent vraiment pas mal, non ? j’ai vue quelques perfo’ d’Icarus et vraiment le niveau est très haut…

T’as été impressionné par la qualité des quelques performances déjà faites, que ce soit dans le survivor ou en tant que rookie. Icarus se place en très peu de temps au côté de ces groupes à la carrière prometteuse quant toi, ton ascendance est bien plus échelonnée, ta popularité est plus difficile à faire monter. Tu le savais, c’était surement le pari pour ta maison de disque que de lancer pour la toute première fois une artiste en solo plutôt que de miser sur un énième groupe. Tu te sens un peu mise à l’écart en ce moment, sent une légère angoisse te monter depuis qu’on t’a annoncé que ton comeback serait retardé de quelques semaines et lorsque Suho te demande ce que toi, t’as fait de la journée tu t’arrêtes de grignoter et lui répond :

- Moi ?  Pfiouh… j’ai une très très longue réunion durant laquelle on m’a informé que mon come back aurait un peu de retard mais qu’il ne fallait pas que je m’inquiète… Sinon ça a parlé surtout des plannings des prochaines semaines, du concert pour la fin de l’année… D’ailleurs vous êtes aussi dans la set-list non ?

Suho qui t’écoute surement que d’une oreille, semble bien plus accaparé sur toute la nourriture qu’il est entrain d’ingurgiter. Il te fascinerait presque avec ses joues bien remplie, à picorer un peu de partout comme si la nourriture allait s’en fuir. Tu poses menton dans le creux de ta main, te fait sourire quand il te demande justement si c’est toi qu’a préparé tout ça. T’arques alors un sourcil, fait claquer ta langue contre ton palais.

- Pourquoi tu sembles si étonnée que j’ai pu faire la cuisine ? Tu me vexerais presque là ! Pour préparer du riz et quelques entrées pareil …

Prunelles que tu laisses rouler, faussement vexée lorsque dans les faits tu n’as absolument rien préparé. Tu ne sais même pas préparer du Kimchi, c’est dire.

- Si t’aimes mange et profite bien… Pose pas de question qui peuvent vexer une femme aussi talentueuse que moi Suho.

Longue mèche de tes cheveux que tu replaces derrière ton épaule avant de te remettre à manger toi aussi, car à la vitesse à laquelle il va, t’es pas certaine que d’ici cinq minutes il reste grand-chose pour rassasier ton estomac vide.


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptySam 4 Déc - 23:10
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et il rit avec elle, lorsque sa petite main rencontre son bras et qu’elle l’invite à calmer ses hormones – à prétendre être sur la même longueur d’onde qu’elle, avoir compris la même chose qu’elle. Avoir dit ces mots sans sincérité ; avec un peu trop d’arrières pensées, lorsque dans les faits, il n’a vraiment pas envie de la savoir seule. Il a ce besoin de la tirer de la solitude qu'elle a trop longtemps connu – la rendre heureuse –, dans cette obsession stupide de protéger les gens qu’il aime.

La jeune femme ajoute pourtant qu’il ne doit pas hésiter à passer, car cela lui fait plaisir de le voir, et ces simples mots lui mettent un peu de baume au cœur. Le poussent à doucement acquiescer, prendre note – il reviendra, dans ce cas, et sans se faire prier. Et puisqu’elle lui demande de lui parler de sa journée, il lui raconte tout. Les répétitions qui s’éternisent, et ses collègues moins doués que lui – mais plus doués en chant, en rap, ou simplement plus beaux – qui lui font prendre du retard. Le seul point positif, c’est que ces moments de battements offrent à Suho le loisir de passer un peu de temps sur son téléphone ; échanger avec Aran – ou d’autres –, lorsqu’il ne remplace pas le chorégraphe pour aiguiller ses camarades sur ces pas qu’ils peinent si bien à reproduire. Et il hoche la tête lorsque la jeune femme suggère que le niveau n’est tout de même pas si mauvais que ça, répond :

- Oui, bien sûr, fallait tous qu’on ai un certain niveau pour pouvoir intégrer le groupe, toute façon… Ca rajoute juste du boulot, mais bon… c’est mon travail de lead dancer d’aiguiller tout le monde dans ce genre de situation…

Ces derniers mots qu’il prononce de manière bien dramatique, comme s’il était d’une importance capitale dans ce groupe – et c’est vrai qu’il l’est, de la même manière qu’absolument chaque membre a un rôle bien précis, et que l’ensemble s’effondrerait sûrement si l’un d’entre eux venait à manquer. Et il aime ça, Suho. Se sentir important ; nécessaire. Ça doit combler une connerie de truc vacant chez lui. Puis il s’intéresse à elle – bien sûr –, lui demande à son tour à quoi a ressemblé sa journée. Il profite qu’elle lui raconte tout cela pour se jeter sur les plats, profiter de ce repas un brin plus alléchant que ce à quoi il a généralement droit, particulièrement en ces temps de come-back. A l’écouter avec attention ; hausser un peu les sourcils lorsqu’elle lui révèle que son propre come-back prend du retard.

- Sérieux ? ‘Tain, relou, comment ça se fait ? Et ouais, on sera de la partie aussi… On va peut-être même sortir un morceau pour les fêtes… peut-être, peut-être pas, qui sait… ? Trop hâte de faire le clown déguisé en Père Noël…

Il prend des airs mystérieux pour rien, Suho, lorsqu’il lui tease un éventuel nouveau morceau ; mentionne les tenues festives qu’ils devront peut-être porter, qui ne l’enchantent pas plus que ça, personnellement, mais lorsqu’il réalise que si on les déguise eux, on déguisera certainement aussi les jeunes femmes présentes ce jour-là, il y voit tout de suite un peu plus d’intérêt.

- Sois ma mère Noël et je serais ton père Noël… Tu penses qu’ils nous laisseraient faire ça… ?

Et y a le sourire qui s’étire, discret, lorsqu’il braque ses yeux bruns sur elle ; hausse les sourcils à quelques reprises, suggestif. Car il peut parfaitement se la figurer, Aran, une petite robe rouge sur le dos – qu’elle serait un peu trop belle, et déjà il doit chasser ces images de sa tête pour ne pas partir trop loin. Se concentre plutôt sur les assiettes posées devant eux, demande à la petite brune si elle a préparé ce repas. Et à en juger par son claquement de langue – par les mots qu’elle prononce l’instant suivant –, il comprend qu’il est à un rien de la vexer. Alors il écarquille un peu les yeux, soucieux de la détromper ; explicite déjà :

- J’suis juste étonné parce qu’on a des journées bien remplies, et que je pense pas que t’ai eu la foi de faire la cuisine en rentrant ? Perso je l’aurais pas eu…

Il hausse un peu les épaules – ce n’est pas vraiment une référence, Suho, pour autant il n’en doute pas moins que la jeune femme devait être fatiguée, déjà suffisamment pour s’endormir en l’attendant, alors cuisiner... Mais elle semble induire que c’est bel et bien elle qui a préparé tout cela, alors il s’efforcera de la croire, se risque même à la complimenter.

- Mais du coup tu t’es grave améliorée, bravo ! J’me souviens, à l’époque tu savais pas faire grand-chose de tes dix doigts…

Œillade en coin, à se pencher vers les plats pour reprendre quelques bouchées en ricanant – s’arrêter soudain de rire lorsqu’il réalise le double sens de sa phrase, et le fait qu’elle savait, en réalité, quoi faire de ses mains, et cette idée fait déjà revenir un petit sourire au coin de ses lèvres. Et bientôt, ce monstre d’appétit a dévoré tout ce qu’il avait devant lui. Il se sent mieux, désormais, a un petit regain d’énergie – avant que la digestion ne l’assomme pour de bon –, et il se laisse retomber en arrière dans le canapé, regarde en coin la jeune femme à ses côtés.

- J’ai trop bien mangé, merci, ça change de ce qu’on a au dortoir ! Je vais presque finir par croire que tu veux que je revienne…

Le sourire de petit con aux lèvres – et ce besoin de se sentir important, désiré ici. Ce besoin de reconnaissance, finalement – avec elle plus que personne.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyMar 7 Déc - 5:48
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Toi-même tu ne saurais expliquer la raison pour laquelle ton come-back est repoussé alors forcément, t’hausses les épaules bêtement face à sa question. C’était pourtant bien partie, tes producteurs semblaient très enjoués par le projet. T’as déjà commencé à bosser comme une acharnée dessus depuis quelques mois, a enregistré pas mal de morceau et il te reste qu’à en choisir deux ou trois avec toutes ton équipe pour constituer le mini album. Mais finalement non, du jour au lendemain le château de carte s’effondre et sans même qu’on prenne le temps de t’expliquer on t’annonce que le programme est légèrement décalé, que les producteurs ont d’autres projets dans l’immédiat pour toi. D’abord, tu seras présentatrice pour un show musicale, secondement tu vas devoir te faire discrète sur les réseaux sociaux pour faire languir les fans. T’es pas forcément à l’aise à l’idée de couper le contact avec les fans Aran mais si le chef dit que c’est ce qu’il faut faire, tu vas t’appliquer et juste déserter les réseaux sociaux quelques temps.

En espérant qu’on ne t’oublie pas,
Qu’une autre jolie fille débarque dans l’industrie et t’arrache ta place.

Ça te coupe l’appétit d’y penser, tu reposes alors tes baguettes argentées, te focalise plutôt sur ce que te raconte Suho. C’est plus sympa de comprendre que ça marche pour eux, qu’il est question d’un nouveau single pour le groupe, que lui aussi participera au concert de Starlight à la fin de l’année. Il semblerait qu’il soit habillé de façon festive ce soir-là, tel le père noël si tu l’écoutes et tu ricanes en l’imaginant, hausse un sourcil quand il te demande d’être sa mère noël pour l’occasion.

-  Si tu parles des tenues bien sûr qu’ils nous laisseraient, tant qu’on est séparé par douze artistes différents entre ta performance et la mienne, placés dans des pièces différentes, qu’on ne se croise pas et que c’est impossible d’imaginer quoi que ce soit entre nous…

Car les relations ne serait-ce qu’amical sont proscrites à starlight, il n’y a pas de lien à avoir entre les idoles. Le seul élément valable à ce que deux artistes puissent se rencontrer et discuter reste la collaboration.

- Ça ne m’étonnerait pas non plus qu’on me force à porter une tenue de Noel puisque normalement je vais chanter une chanson de noël donc …

Une petite information que tu glisses, histoire de le préparer à l’éventualité que dans les coulisses vous puissiez vous croiser dans des tenues légèrement ridicules sur le thème des fêtes de fin d’année.

- Mais j’viens de capter… vous allez sortir une chanson en fin d’année ? Mais genre une chanson de noël ou un vrai come-back ?

T’es intriguée, carrément intéressée de savoir où en est la carrière du beau garçon assis à tes côtés. Ce même garçon qui mange pour deux – voir pour trois actuellement, qui semble apprécier toute la nourriture mise à sa disposition au point de douter – pour des raisons valables de la provenance de la nourriture. Tu pourrais lui dire la vérité, lui avouer que t’es juste nulle à chier en cuisine et qu’effectivement tout ceci vient du traiteur en face l’immeuble mais t’aimes cette fierté qui te gagne, ce regard agréablement étonné qu’il te porte. Honnêtement, il t’avoue que lui n’aurait pas eu le courage de préparer à manger en rentrant après une longue journée passé à l’agence. T’hésites alors un instant, tu dois lui dire la vérité ou non ? Jouer de sa crédulité ou pas ? T’hésites longuement, jusqu’à qu’il ajoute que tu t’es amélioré qu’avant ça tu ne savais pas faire grand-chose et tu fais la moue un instant avant d’ajouter :

- ça va, ça va, j’avoue tout je me suis faite livrer ! J’arrive pas à te mentir t’es chiant et au fait, regarde ce que je sais faire d’un de mes doigts depuis toujours.

Majeur que tu lui mets en évidence sous le nez, un sourire forcé s’épanouissant sur tes pulpeuses avant que tu ne te recroqueville sur le canapé. Tu boudines légèrement, te déteste d’avoir lâché la vérité alors qu’il ne la méritait pas. Mais Suho, t’as jamais su lui mentir. T’as toujours cette impression d’être une horrible personne si tu le fais avec lui. Pourtant toi le mensonge ça ne te gêne pas, t’as souvent menti au cours de ta vie. Que ce soit à l’internat quand tu volais les jouets de tes camarades, à l’école quand tu trichais pour avoir la meilleure note et encore aujourd’hui quand tu parles de tes parents à la télévision lorsque ce qui te caractérise le plus c’est justement l’abandon. Et le beau diable que tu décides de « boycotter » se goinfre sur ton compte, sourit un instant et se remet à manger. Tu ne sais pas à quoi il pense mais en tout cas, il se régale et juste de le voir s’empiffrer te rassasie.

- T’as pensé à quoi comme connerie encore ? Croit pas j’ai pas vu ton petit sourire là …

Prunelles qui roulent tandis t’attrape la télécommande sur l’accoudoir et te met à changer les chaines sans réellement regarder ce qu’il se passe à l’écran pendant que le brun se charge de vider les ramequins de nourriture jusqu’à qu’il n’ait plus de place, s’affale sur ton canapé en te remerciant pour ce repas qui n’a rien à envier à ceux qu’il a l’habitude de manger dans son dortoir.

- Tu te trompes sur toute la ligne, si je t’ai nourri si bien c’est pour que tu sois performant pendant le massage… Va falloir que tu prouves ce que tu sais faire de tes dix doigts si tu veux avoir la chance de revenir ici !

Tu soulèves alors tes bras, te met à t’étirer comme un chat avant de dire à Suho :

- Tu me masses maintenant ou tu vas me faire patienter deux heures ?

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyMer 8 Déc - 1:11
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


La proximité du mois de décembre, comme des fêtes de fin d’année, se ressent dans la conversation. C’est presque avec enthousiasme que les deux jeunes gens conversent du spectacle du Nouvel An de leur agence – le cœur échauffé par la perspective de s’y croiser. Car la moindre occasion est bonne à prendre, lorsque toute proximité est prohibée ; que trouver le temps de se rencontrer, au cœur de leur planning trop chargés, tourne parfois en mission impossible.

- Oh… Tu vas chanter quoi ?

Ses yeux bruns braqués sur elle avec attention – Suho, il s’efforce de se remémorer les chants de Noël américains que l’on aime un peu trop faire chanter aux idols, en énumère quelques-uns, en passant de All I want for Christmas is you à Santa Claus is coming to town. Il se montre curieux ; se demande si elle lui fera la fleur de lui donner quelque information exclusive, lorsque lui le premier se plaît un peu trop à jouer les mystérieux. Hausse un peu les sourcils, le sourire un coin lorsqu’elle lui demande des précisions sur ce morceau qu’ils sortiraient pour la fin de l’année.

- Ahah, t’aimerais savoir, hein ? Désolé mais j’ai signé une clause de confidentialité, tu vas m’attirer des problèmes si je t’en dis plus…

Comme si sa seule présence dans cet appartement ne risquait pas de lui attirer des problèmes, dans un premier temps. Comme si son existence tout entière ne consistait pas à se mettre dans des situations délicates, et tenter de s’en extirper d’une manière ou d’une autre. Et naturellement, la conversation se porte sur les assiettes posées devant eux. Entre deux bouchées, Suho demande si c’est elle qui a préparé le repas – se permet de soupçonner que ce n’est pas le cas, pour la simple et bonne raison que personne n’aurait envie de se mettre aux fourneaux après les journées qu’ils ont. Et à force d’explications, la petite brune finit par avouer s’être fait livrer – la qualifie de chiant, avant de lui présenter son majeur manucuré, ce qui a le don de lui arracher un éclat de rire.

- Mon Dieu, mais quelle vulgarité Aran ! Les gens vont être choqués quand je vais te prendre en photos et l’envoyer à Dispatch, dire qu’on te voyait comme l’enfant de la nation… une jeune fille bonne à marier…

Il porte sa main à sa bouche, l’air faussement offusqué – à rire de ces images qu’ils doivent s’efforcer de maintenir, plus ou moins éloignées de la réalité. Il a la chance de pouvoir relativement être lui-même devant les caméras, Suho – enfin, cela tient-il réellement à de la chance, ou n’a-t-il seulement pas vraiment laissé le choix à son agence ? Le fait qu’il ait été découvert dans le cadre d’un survivor, où il pouvait relativement être lui-même, a certainement aidé également. Mais lorsqu’il voit Aran, il est toujours surpris par le contraste entre l’image qu’elle véhicule et sa réelle personnalité – et elle est si douée dans son rôle que quelques mois plus tôt, lorsqu’il ne pouvait que la suivre derrière l’écran de son portable, il s’est laissé berner au point de se demander si elle avait réellement tant changé depuis qu’elle avait quitté leur lycée.

Et puisqu’elle décide de bouder, lui, il en profite pour terminer les plats. Laisse un petit sourire lourd de sens s’épanouir sur ses lèvres, suffisamment longtemps pour que la jeune femme se montre curieuse et lui demande ce qui se cache derrière ce rictus. Alors il repose ses baguettes dans le bol vide, Suho ; braque ses prunelles sur elle lorsqu’il lui répond, sans une once d’hésitation :

- Je me suis juste souvenu que tu savais très bien t’en servir pour autre chose.

Et l’intensité de son regard porté sur son visage veut tout dire – façade qui se craquelle l’instant suivant lorsqu’il s’enfonce dans le canapé, se permet de la soupçonner de l’avoir si bien nourri pour lui donner envie de revenir. Mais à en croire la jeune femme, elle cherchait seulement à ce qu’il reprenne des forces pour son massage, et l’ombre d’un sourire se porte sur ses lippes à l’entente de ses mots. Enfin. Son plan se met en marche. Il fait mine d’étouffer un petit bâillement ; s’extirpe des coussins moelleux avec un effort feint.

- Ah oui, ton massage, c’est vrai…

Il se positionne un peu mieux sur le canapé tout en la regardant s’étirer, incline légèrement la tête sur son épaule lorsqu’elle lui demande s’il a l’intention de la faire patienter.

- Te faire patienter ? Pour quoi faire ? Tu t’endors en dix minutes et tu crois que je vais prendre le risque de te faire attendre deux heures, vraiment ?

Il hausse un peu les sourcils, l’air surpris. Non, le but n’est définitivement de la voir s’assoupir sous son nez, alors il ajoute déjà :

- Allez, rapproche-toi un peu, hein… Je t’attends.

Il fait craquer les doigts ; les étire un peu, comme s’il se préparait à en découdre – avec son dos, en l’occurrence. Quoique…

- Où est-ce que vous souhaitez que je vous masse, mademoiselle ?

Il a un talent incroyable pour massacrer la langue française, lorsqu’il s’y met, mais ne s’en rend même pas compte ; s’assure de là où elle souhaiterait voir ses doigts s’attarder, car on ne sait jamais. Et si Suho est très doué en massage – on le lui a déjà dit, et il a eu moult occasions de s’y exercer –, sur elle, il prétendra être un masseur lamentable. Prendra soin d’appuyer trop fort, puis pas assez ; de lui faire plus mal qu’autre chose, ne pas user d’une once de douceur. Dans l’espoir que peut-être, elle finisse, désespérée, par lui montrer comment faire.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyLun 13 Déc - 20:35
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Un haussement d’épaule donné comme réponse, tu ne diras pas au brun quel sera ta chanson pour le concert de fin d’année. Tu pourrais enfreindre le règlement, lui susurrer au creux de l’oreille que tu chanteras Santa Tell Me d’Ariana Grande mais tu préfères laisser la surprise, le laisser découvrir comme tout le monde ce que sera ta set-list ce jour-là. Et bien évidemment en ne lui donnant pas la réponse, lui non plus ne te répond pas quand tu lui demandes à ton tour si c’est un réel comeback qui arrive pour Icarus ou bien un simple single de noël. Parait qu’il a signé une clause, que si il te disait la vérité ça attirerait bien trop de problème. De quoi te faire rouler des yeux, presque regretter de ne pas lui avoir dit quelle chanson tu vas interpréter dans quelques semaines car surement qu’il aurait lâché le morceau lui aussi si t’avais fait ce choix-là. Mais les regrets c’est pas pour toi, toi tu détestes les « si j’avais su ». Les regrets c’est pour les gens pleins de doutes, les personnes ne sachant jamais ce qu’elles veulent. Et toi tu sais ce que tu veux, tu sais où tu vas Aran. T’es forte car il a fallu que tu le sois dès la naissance et chaque décision que tu prends, tu ne la regrettes pas.

Alors tu ne dis rien, agis comme si tu n’étais pas légèrement saoulée de ne pas savoir la suite des évènements pour le nouveau boys group de l’Entertainment. Tu viens plutôt lui montrer ton majeur lorsqu’il se met à balancer sans aucune honte que t’as jamais été très douée en cuisine. Mais qui l’est à dix-sept ans ? Toi t’as pas eu la chance d’avoir une mère pour te montrer comment on prépare les plats traditionnel, l’art du Kimchi pile poil ce qu’il faut piquant. Les rares choses que t’as pu apprendre à faire en quelques années c’est grâce à YouTube et ses milliers de vidéos tutos. Mais malgré ta bonne volonté, t’as pas assez de temps pour t’exercer, pas assez la niaque après une journée passé à danser et chanter pour te mettre aux fourneaux lorsque tu rentres. Alors quand il menace de que t’es une vilaine fille en réalité et ô combien t’es vraiment loin du cliché de la bonne et jolie coréenne à marier tu ricanes et répond :

- Quitte à être dans la sauce moi je balancerais que toi tu viens chez moi en pleine nuit … On pourra faire un comparatif de ce qui amène le plus de drama au sein de Starlight comme ça !

Clin d’œil que tu lui adresses avant de te mettre à piocher dans la toute petite portion de riz que tu t’es servies tout en toisant dans le silence le brun à tes cotés. Il sourit, tu demandes pourquoi et la réponse te fait avaler de travers. Tu toussotes Aran, t’as l’impression qu’un grain de riz va te sortir par le nez. Il est trop franc Suho, n’a vraiment aucun filtre et si d’habitude t’es pas surprise là tout de suite, ça fait son petit effet. T’es pourtant pas timide de base, pas gêné pour un sou par le sujet abordé. Mais malgré ça, il te faut une poignée de seconde pour calmer la quinte de toux, quelques secondes de plus pour reprendre un peu de contenance et ajouter l’air de rien :

- Tu parles de quoi ? Comment je te bâtais au bras de fer chinois ? Le pierre feuille papier ciseau ? Je suis douée dans tout ce que j’entreprends, j’imagine que ça va effectivement de ma voix jusqu’à ma poigne… Mais maintenant c’est à toi de prouver ce que tu sais faire de tes mains.

Tu souris, satisfaite de toi. Car finalement de quoi tu parles ? De jeux pour enfants ? Du fameux massage qu’il te doit ou bien d’autre chose ? Tu le laisses interpréter comme bon lui semble. En profite pour glisser qu’il est grand temps qu’il se mette à la tâche pour laquelle il est venu. Et puisqu’il ne compte pas te faire patienter, comme il te le demande tu te tournes et te rapproche légèrement de lui, pile ce qu’il faut pour lui tourner le dos. Quand il te demande où est ce que tu veux qu’il te masse tu glisses alors ta main au niveau de ta nuque, le début de ton dos, entre les omoplates. Pile là où tu sens toute la pression en fin de journée, cette douleur qui t’oblige à constamment faire rouler ta tête circulairement, tenter de faire craquer les tensions et t’étirer les bras dans l’espoir que les lombaires eux aussi craquent.

- J’ai constamment mal là, c’est trop trop chiant… Mais attend deux secondes, j'pense ça sera mieux comme ça.

Et avant qu’il ne pose les mains sur toi, tu te délestes du pull épais dans lequel t’étais emmitouflé depuis que t’es rentré. C’est dans un haut à fine bretelle blanc que tu lui laisses le libre arbitre sur ton dos. À peine ses doigts se posent il sur tes trapèzes que tu frisonnes et très – trop vite tu regrettes de lui avoir demandé quoi que ce soit. Car il appuie comme un bourrin Suho, t’as l’impression qu’il tente de briser quelque chose et tu plisses fortement les yeux, serre les dents jusqu’à qu’un petit cri s’échappe d’entre tes lèves, que tu t’éloignes de lui en te frottant la nuque.

- Mais aouuuch ? Soit plus doux non ? T’es censé me faire du bien ou bien m’handicaper ?

Tu fronces les sourcils, le fixe un instant et finalement lâche d’un air fatigué :

- Tu sais quoi ? Laisse tomber, c’est pas grave j’vais rester avec ma douleur.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 16 Déc - 21:11
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il ne s’attendait pas à une telle réaction, Suho – pas si forte, en tout cas, presque dramatique lorsque la jeune femme commence à s’étouffer avec son riz. Il ne s’y attendait pas, mais l’ombre d’un sourire amusé – satisfait – s’étire en coin en la voyant faire, car cela prouve qu’il parvient encore à la troubler, lui fait peut-être encore un peu d’effet malgré le passage des années. Pourtant, c’est une réponse bien sage qu’elle lui offre – et faire remarquer qu’il l’a connue moins prude lui brûle la langue. Envie étouffée lorsqu’il l’entend prononcer son fameux « pierre feuille papier ciseaux », et comme à l’époque, il ne la reprendra pas. Se rassurera seulement de constater qu’il est des choses qui ne changent pas.

- Euh… Par contre tu m’as jamais battu au bras de fer chinois à part la fois où je t’ai laissé gagner, prends pas tes rêves pour une réalité princesse. Puis si y a bien un talent que t’as pas, c’est la modestie, hein…

Œillade en coin, à lui répondre tout aussi sagement, avec ce besoin perpétuel de l’emmerder un peu, ceci dit – et cette fierté qui ne l’autorisera jamais à lui accorder la moindre victoire. Mais Aran, elle lui tend une perche lorsqu’elle l’invite à lui prouver ce qu’il sait faire de ses mains, et c’est une erreur de débutante de sa part si elle espérait qu’il ne la saisisse pas. Car Suho s’empare toujours des perches qu’on lui présente, et ne se montre pas plus explicite lorsqu’il lui répond :

- Je demande que ça…

Les sourcils discrètement haussés – et comme lui, elle ne saura jamais s’il parlait de jeux d’enfants, de massage ou de tout autre chose. Mais pour l’instant, il s’en tiendra à la raison officielle de sa venue ici ; ce massage qu’il lui a proposé pour dénouer ses muscles tendus. L’invite à s’approcher un peu ; lui demande où elle souhaite qu’il égare ses mains. Et sans surprise, Aran reste fidèle à elle-même et se montre très sage : lui désigne seulement sa nuque, le haut de son dos et ses omoplates. Alors il hoche doucement la tête, Suho, fait craquer ses doigts comme s’il s’apprêtait à la masser tout à fait sérieusement ; penche légèrement la tête sur son épaule lorsqu’elle lui demande d’attendre. Tout ça pour mieux la voir ôter son petit pull ; lui dévoiler un haut à fines bretelles, et la pâleur de sa peau. Les yeux qui s’égarent sur ses épaules dénudées ; ses clavicules exposées – et l’envie d’un peu plus explorer son derme. Mais déjà il s’efforce de reprendre contenance, arrache ses yeux à sa peau dévoilée pour plutôt lui répondre :

- Il fait tellement froid, faut être folle pour retirer son pull comme ça…

Sourire en coin, à la taquiner un peu – et suggérer qu’elle n’attendait qu’une occasion pour se dévoiler un peu plus à lui lui brûle les lèvres, mais il retiendra ces palabres. Appose plutôt ses doigts contre la peau de ses épaules – l’effleure un instant, avant de se souvenir qu’il est là pour la masser, mal, qui plus est. Alors il appuie, de plus en plus fort – retient un sourire satisfait en constatant que son plan semble marcher à la perfection. Ce n’est pas qu’il soit sadique, Suho – il est seulement prêt à tout pour parvenir à ses fins – et lorsqu’elle finit par s’échapper de ses mains en râlant, il ouvre grand ses yeux bruns, laisse sa bouche s’articuler en un « oh » silencieux.

- Ben ? C’est ce que je fais, non ? C’est ce que j’essaie de faire en tout cas… Ca te fait pas du bien ? Je pensais pourtant que j'étais un bon masseur…

Et une petite moue penaude se peint sur ses lèvres – les cours de comédie dispensés durant sa période trainee finissent peut-être par trouver une utilité cette nuit, tout compte fait. Comme prévu, la petite brune finit par lui dire de lâcher l’affaire, et il déploie une nouvelle fois ses meilleurs talents de comédien en lui proposant bien gentiment :

- Non… J’ai vraiment fait de mon mieux, tu veux pas que je recommence… ?

Il marque volontairement une pause, avant de suggérer :

- Ou peut-être que… si tu me montrais comment faire, je saurais mieux te masser après ça… ?

Et c’est sa dernière carte qu’il pose lorsqu’il ajoute :

- Tu sais, les plus jeunes ont toujours à apprendre de leurs aînés plus sages, Aran sunbaenim…


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyDim 19 Déc - 1:20
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu sais plus de quoi vous parler exactement et pendant un instant tu bug Aran. Car tout est flou, que les mots de Suho résonnent dans ta tête en écho quand il dit qu’il ne demande que ça. T’aimerais avoir un décodeur, être certaine de comprendre le double sens mais avec lui parfois t’as l’impression d’être à côté de la plaque. Et surement que tu l’es, c’est toi qu’à l’esprit mal placé, c’est sûr. Toi et tes propres hormones en ébullition, toi et ton désir profondément caché d’avoir ses mains sur l’entièreté de ton corps, ses lèvres pressés contre les tiennes le temps d’un instant dans l’intimité de cet appartement. Tu dois te calmer Aran, t’es obligé. Alors tu ne réponds pas, te concentre plutôt sur la tache première qu’il est venu exécuter à la base. Car si il est là le brun, c’est pour te procurer un massage, pour dénouer les nœuds qui se forme au niveau de ta nuque, entre tes omoplates depuis des lustres t’as l’impression. Tu lui en parles sérieusement de ces douleurs-là à Suho, tu t’attends à des miracles naïvement. Tout ça car il a osé te vendre ses massages comme les meilleurs du monde, qu’il est très doué dans la matière. Tu veux pas savoir sur qui il s’est entrainé en amont mais tu veux bien devenir son nouveau cobaye pour la soirée.

Alors forcément, tu veux faire les choses bien et avant qu’il ne se mette à te masser tu te déleste de ton pull-over. Et peut-être qu’au fond, ça te titille l’esprit qu’il ait cette vision légèrement moins prude de toi ce soir, Suho. Qu’il te revoit comme la jeune fille fougueuse et qui n’avait pas froid aux yeux que t’étais lorsque vous vous êtes connus. T’aimes sentir ses prunelles sombres s’égarer sur ton derme, glisser sur tes épaules, sur ta nuque. Tu frisonnes et remet la faute aux températures basses qui règne sur la ville. Il te traite de folle et tu souris, tourne légèrement la tête vers lui avant de répondre :

- J’ai juste envie de profiter du moment…

Et déjà tu tournes la tête, te met à fixer votre reflet dans la baie vitrée où reflète les lumières de la ville, des bâtiments en face. Tu fermes alors les yeux quand ses doigts glissent sur ta nuque mais dès qu’il se met à masser, tu te crispes, te demande si c’est toi qu’est trop sensible ou lui qui est trop brusque mais rapidement tu te décolles, rapidement tu ne supportes plus cette pression qu’il exerce sur ton corps fatigué. Tu t’extirpes alors, t’offusques d’ô combien il est rude avec toi. Il joue les choqués Suho, sort l’artillerie lourde pour te faire croire qu’il ne sait pas ce qu’il fait. Et tu fronces les sourcils, te met à te masser du bout des doigts la nuque tant celle-ci te tire. Tu crois pas une seule seconde à sa mascarade Aran, il t’énerve doucement quand il agit comme ça.

- Je sais pas qui a osé te dire que t’étais bon mais soit la personne ment, soit c’est toi qui veut juste me faire du mal et si c’est le cas c’est pas cool Suho.

Tu penches légèrement la tête, essaie de sonder son visage pour comprendre ce qui parfois passe dans la tête de ce garçon d’à peine dix-neuf ans. T’en viens à te dire que c’est surement des bêtises qui y passes quand il se fait tard, que la fatigue le gagne. Que c’est une envie d’être taquin qui anime son cœur et son corps tout entier dans ces moments-là. Et si il veut s’amuser Suho tu peux aussi t’amuser, être pire que lui à ce jeu-là. Alors forcément quand il propose que tu lui montres comment masser, qu’il a tout à apprendre son ainée tu souris, l’air angélique comme si tu t’étais adoucie en moins d’une minute en l’entendant t’appeler sunbaenim.

- Ouais t’as raison, il faut t’apprendre les bons gestes et je suis la mieux placé pour ça, aller tourne toi …

Tu le laisses alors se tourner avec son petit air satisfait sur le faciès, tu te craques les doigts Aran le sourire narquois s’épanouissant sur ton propre visage. Au début tu te fais douce, une minute ou deux durant lesquelles tu le chouchoutes Suho, t’approches alors tes lèvres de son oreille vient chuchoter tout contre celle-ci :

- T’aimes bien ? ça va ? Tu vois un peu ce que j’attends … ?

Visage que tu recules, quelques secondes supplémentaires à t’occuper de lui sagement avant que la pression sur ses épaules se fasse soudainement plus forte, que les ongles entrent dans les chairs. Tu te montres brusque, agis comme la diablesse que t’es depuis toujours, celle qui anime ton cerveau quand la vengeance doit se faire entendre. T’agis finalement comme lui deux minutes plus tôt, torturant ton dos lorsque tu ne cherchais qu’un peu de tendresse.

- Bah quoi ? Pourquoi tu te crispes ? Je comprends pas … ? Ça te fait pas du bien … ?

Peau que tu pinces légèrement, lueur joueuse qui prend sens dans ton regard et dans ta voix lorsque tu dis :

- On n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace Suho, tu pensais sincèrement t’allais avoir le massage de tes rêves ? C’est mal me connaitre.

Et enfin tu le lâches, le libère de tes griffes peinturlurées de noir avant de dire l’air boudeur :

- Sache que c’est la dernière fois que tu venais ici vu que tu ne sais pas tenir tes promesses…

Épaules que tu hausses, bras que tu croises sous ta poitrine tandis que les prunelles elles, se rivent sur l’écran. C’est d’un air feint que tu regardes la télévision, cette scène romantique à souhait qui se joue entre les deux acteurs principaux. Et tu roules des yeux lâche à voix haute :

- Que c’est niais ces dramas… J’déteste ça …

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyMar 21 Déc - 23:33
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Les doigts du beau diable rencontrent la peau nue de ses épaules – appuient, rapidement trop fort, juste pour l’embêter un peu. Gamin trop taquin qui, pour ce soir, préférera la joie de l’agacer au luxe de la séduire. Et ça ne loupe pas. Sans surprise, Aran s’écarte – proteste. Paraît qu’il est rude Suho, trop rude, et si une remarque salace traverse bien son esprit, il la ravale pour plutôt jouer les innocents. Prétend ne pas l’avoir fait exprès ; avoir déployé tous ses talents dans le seul but de lui offrir le meilleur massage de sa vie. Et y a bien une pointe de culpabilité qui lui étreint le cœur lorsqu’elle déclare que s’il a fait exprès de lui faire mal, ce n’était pas cool de sa part – car il voulait juste s’amuser, Suho, rigoler un peu, mais que comme ces enfants trop intrépides, ses blagues finissent trop souvent par blesser autrui à son insu. Alors il pince un instant les lèvres, l’air coupable ; n’avouera pas sa faute pour autant, se contente de marmonner :

- Soit c’est toi qui veut me faire du mal en me disant que j’suis nul à ce point…

Et c’est là que la seconde phase de son plan entre en action. Suho, il l’invite à lui montrer comment il aurait dû s’y prendre, si elle s’y connaît tant en massages ; met toutes les chances de son côté en employant cet honorifique qui trouve si difficilement le chemin de sa bouche, lorsqu’il ne cherche pas à obtenir quelque chose de ses aînés. Et bêtement – sûrement car il a un peu oublié comment elle peut être, depuis le temps –, il se laisse berner par ses sourires angéliques ; se laisse persuader qu’il se l’ai mise dans la poche, et qu’il va avoir droit à un massage bienvenu au terme de cette trop longue journée.

Et après ça, il lui donnera enfin le massage qu’elle mérite.

Car il est pas méchant, Suho. Un peu trop joueur, mais son but n’a jamais été de lui pourrir la vie. Il s’ajuste un peu pour se trouver dos à elle, détend ses muscles par avance, impatient de goûter à la pression de ses doigts. Bien loin de se douter que la petite brune n’est là que pour lui rendre la torture qu’il vient de lui infliger.

- Je pourrais qu’être le meilleur masseur de Séoul après être passé sous tes doigts…

Et si flatterie dégouline de sa voix, transparaît également la foi sincère en la bonté des intentions de Aran. Car il lui fait un peu trop confiance, et les machinations de la jeune femme ne font rien pour arranger la situation – y a bien quelques minutes qui s’écoulent durant lesquelles ses doigts se font bien trop doux sur ses épaules, et Suho, il ne peut que se détendre sous la pression de ses mains. Ferme même les yeux de contentement, jusqu’à sentir le souffle chaud de Aran contre son oreille lorsqu’elle lui susurre que c’est ça qu’elle attend de lui.

- Mh mh, c’est parfait… Mais continue encore un peu, je crois j’ai pas tout à fait compris comment fallait faire encore…

Il abuse, Suho – totalement, fidèle à lui-même –, et sans doute n’aurait-il pas dû, car à peine a-t-il prononcé ces mots qu’il sent les doigts de la jeune femme s’enfoncer dans sa chair, bientôt suivis par ses ongles. Ce sont comme des petites lames de couteaux qui se plantent dans sa peau, et il fronce les sourcils, rouvre subitement les yeux. Par pur réflexe, son corps vient alors s’éloigner – fuir ses mains –, et il laisse échapper un trop sincère :

- Aïe !

Elle ose lui demander si cela ne lui a pas fait du bien, et c’est seulement là que Suho comprend qu’elle se jouait de lui depuis le début – exactement comme il l’a lui-même fait, à vrai dire. Mais plutôt que de râler – car celui lui ferait trop plaisir –, il laisse l’ombre d’un sourire se dessiner, remonter jusqu’à ses yeux lorsqu’il lui glisse doucement :

- Si tu voulais à ce point me marquer, y a d’autres moyens, tu sais… ?

Ses yeux qui la toisent, brûlants ; brasier qui s’éteint à peine reprend-elle la parole pour lui rappeler que l’on apprend pas au vieux singe à faire la grimace.

- Alors oui t’es vieille, après de là à te qualifier de vieux singe, j’sais pas… Enfin si tu veux hein, c’est peut-être ton kiffe !

Et sans doute récoltera-t-il un nouveau pincement désagréable, pour ces paroles insolentes – mais au moins finit-elle par enfin le lâcher, et il fait rouler ses épaules pour dénouer les muscles qu’elle a réussi à de nouveau contracter en un temps trois mouvements. Mais Aran se fait boudeuse, et prétend qu’il ne mettra plus les pieds ici car il est incapable de tenir ses promesses.

- Sérieux ? C’est dommage, ça, Aran, tu trouves pas que je vais bien dans ton appart’ ?

Et pour appuyer ses dires, il reprend sa place dans l’angle du canapé, cale un bras sur l'accoudoir avant de prendre la pose. Nonchalant, affichant ce désintérêt calculé de sale gosse dont il a le secret ; et il ne tient que quelques instants avant de déjà arrêter sa comédie, reprendre une posture plus naturelle sur le sofa. A écouter la jeune femme, l’air renfrogné, critiquer la niaiserie du programme qu’ils regardent ; lui glisser doucement :

- Pourquoi on regarde ça, si tu trouves ça si nul ? On peut plutôt mater un docu sur les aliens, ou… faire autre chose…

Palabres prononcées innocemment, mais déjà il se rapproche d’elle, annule la distance qui les séparait sur ce canapé pour glisser ses mains dans son dos, doucement refermer ses doigts sur ses épaules. Et cette fois, les gestes sont lents sur sa peau nue ; cette fois, il déploie tous les talents qu’il connaît. Le mouvement de ses doigts précis, langoureux ; appliquant juste assez de pression pour dénouer ses muscles, sans lui faire mal. Car il se sent un peu coupable, car elle semble avoir mal pris sa blague, plus tôt ; qu’il veut se racheter, et que quoi qu’il advienne, il n’a jamais été question de ne pas tenir sa promesse du tout. Et doucement, il laisse échapper :

- Allez, arrête de faire la tête et détends-toi, Aran…


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptySam 25 Déc - 12:11
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu le sens se détendre sous tes doigts, relâcher la pression de la journée lorsque la pulpe de tes doigts vient malaxer les points les plus douloureux dans ses épaules. Tu souris Aran, te délecte de le voir à ta merci, croire qu’il a pu obtenir ce qu’il voulait de toi sans trop forcer. C’est tellement mal te connaitre, c’est au même niveau que de croire au père noël. Alors tu maintiens l’illusion, continue quelques minutes de plus à le masser sans qu’il puisse se douter de quoique ce soit. Il te complimente Suho, en fait des tonnes en s’imaginant que tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute. Il croit que tu vas continuer, croit que tu vas l’écouter quand il te demande de continuer un tout petit peu encore pour qu’il reproduise au mieux ton savoir-faire. Sauf que t’es pas très patiente Aran, les limites sont courtes et de continuer ça serait aller au-delà de tes compétences. Alors t’arrête ta mascarade, te met à le torturer comme lui s’est permis de le faire avec toi. Tu le vois bouger, se tortiller pour s’échapper de ta prise. En un instant, il vient de perdre tout le bénéfice des dernières minutes et toi, ça te fait sourire. Forcément. T’es très satisfaite de toi-même Aran. Tu continues d’appuyer trop fort, te montrer trop brusque.  

- C’est-à-dire d’autres moyen ? Comme te mordre ? Te griffer … ? Si c’est ton kink peut-être une prochaine fois, on verra.

Tu fais semblant de ne pas capter le double sens de ses mots, ne réagit même pas lorsque lui-même te demande si te faire appeler « vieux singe » est ton kiffe. Ce que tu retiens, c’est qu’il te considère comme vieille et forcément, tu sautes sur l’occasion pour dire comme si il t’avait réellement piquer en disant ceci :

- ça ne te gênait pas que je sois vieille y’a quelques années… Mais soit.

Cette fois, tu le lâches pour de bon Suho, t’enfonces dans le canapé l’instant d’après en te mettant à fixer tes ongles avec attention comme si il venait réellement de te vexer lorsque dans les faits, il n’y a pas de secret tu es et restera plus vieille que lui-même si ça tient qu’à une seule et unique année. Qu’à vous voir, vous faites le même âge. Mais comme toujours, tu joues un rôle Aran. Comme toujours faut t’en fasses des tonnes et en vienne même à dire que c’est la première et dernière fois qu’il entre chez toi puisque de toute évidence il ne sait pas tenir ses promesses. Tu ne le penses pas, loin de là. Au fond, t’es contente qu’il soit là, de passer une soirée avec lui sans devoir faire attention à ce que tu dis, ce que tu fais au risque que quelqu’un ne vous voit par hasard, puisse prendre une vidéo et déformer les faits. Vous êtes bien ici, à l’ombre des regards indiscret. Et quand il semble s’insurger, prend la pause sur ton canapé en te demandant si il ne va pas superbement bien dans ton appartement tu ris, de bon cœur. Laisse tes prunelles roulées quand tu réponds à contre cœur :

- Mouais … Peut mieux faire … J’pensais t’avais mieux appris que ça à prendre la pose pour les shootings …

Tu mens. Si fort que même toi tu pourrais déceler le mensonge dans ta voix. Car il est beau Suho, si beau que t’en a le souffle couper par moment. Il a si bien grandi que parfois, tu te maudis d’être partie et d’avoir louper chacun des changements qui est arrivé. Deux ans c’est pourtant pas très long, c’est même plutôt passé vite mais lorsque tu le vois t’as l’impression de faire face à un autre garçon. Un garçon qui t’intimiderait si tu n’avais pas cette carapace, si tu ne le connaissais pas. Et forcément, intimidé par tes propres pensées tu détournes la tête, te met à fixer cet écran distraitement pour y voir la scène la plus niaise possible entre les deux personnages surement principaux du programme. Tu fais alors une remarque, dit à voix haute que c’est totalement niais, de quoi questionner Suho à tes côtés, t’assurer qu’il y aurait mieux à faire. Tu devines facilement de quoi il parle

- C’était juste à la télévision, je regardais pas forcément ça à la base … Et faire quoi … ? Si ça implique de me faire du mal tu peux déjà oublier Suho.

Yeux que tu plisses, car il t’a déjà assez torturé pour ce soir. Il est tard, t’as pas envie qu’il réitère. T’as envie d’un peu de calme et peut-être que ça se ressent car Suho s’approche doucement de toi, glisses ses mains sur tes épaules pour entamer un doux massage en te demandant de te détendre. Tu pourrais t’écarter, faire le choix de ne pas le croire mais t’as justement envie d’y croire, envie que ça soit bien. Alors tu le laisse faire, dégage tes cheveux et ferme les yeux. Tu profites du moment, sourit quand ses doigts glissent dans ta nuque, tu penches un peu la tête en riant doucement et dit :

- Tu chatouilles… Mais tu vois quand tu veux ? Tu sais te montrer délicat, j’adore…

Palabres qui sortent trop naturellement, tu devrais te rattraper dire que ce n’est que sa douceur actuelle que tu aimes et pas lui que tu adores mais ça serait faux. T’as pas envie d’entrer dans les détails alors tu te tais. Profite du moment sans faire de commentaire, sans faire de l’humour ou paraitre désintéressée. Quelques minutes qui passent avant que tu ne te décides à te dire qu’il en a assez fait. Tu t’étires alors les bras, tout sourire et lui dit :

- J’ai l’impression de sortir d’un spa, merci Suho

Et déjà tu relâches tes cheveux, les laisses glisser en cascade dans ton dos avant de te tourner, faire face à Suho sur le canapé. Vos genoux se touchent, vos mains son sur vos cuisses respectives – vous êtes sages, un peu trop même et tu lui demande alors de but en blanc :

- Demande moi une chose et je le ferais, mais une seule. Pour te remercier d’avoir été gentil, d’avoir fait tout le chemin juste pour me masser alors qu’il est tard et que tu devrais te reposer.

Une faveur, une seule et unique. Car tu lui dois bien ça à Suho ce soir.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyDim 26 Déc - 23:59
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Ce n’était pas vraiment la réaction qu’il attendait, voir Aran éclater de rire lorsqu’il prend la pose sur le canapé. Il se croyait séduisant, Suho ; viril, digne des plus grands mannequins du pays. Mais il se rassure en se disant que ce n’est pas plus mal de l’amuser, car ne dit-on pas que femme qui rit, à moitié dans ton lit ? Des tentatives de redorer son ego qui s’effondrent lorsqu’elle remet en cause ses talents de modèle photo, un soupir qu’il laisse échapper en reprenant une position plus naturelle sur le canapé.

- Si tu te débrouilles si bien je demande qu’à voir hein, t’as plus d’expérience que moi dans ce milieu après tout, ce serait vraiment la honte pour toi que tu poses aussi mal que moi.

Ses yeux bruns braqués droit sur elle, à tranquillement hausser un sourcil – l’air de lui lancer un défi, la lueur joueuse dans le regard. Et lorsque la jeune femme reporte son attention sur l’écran de la télévision pour critiquer la niaiserie du programme diffusé, il lui propose mille et une autres choses à faire. Y a toujours les classiques, comme regarder un documentaire sur les aliens, ou alors des choses un peu moins sages, des idées qui suffisent à lui nouer l’estomac, embraser un peu ses prunelles rivées sur elle. Mais bien sûr, elle fait semblant de ne pas comprendre, Aran ; fait un sous-entendu évident au massage raté lorsqu’elle l’invite à ne pas lui faire plus mal, et un sourire en coin qui s’étire lorsqu’il lui répond :

- Ah, c’est toujours pas ton délire… ? On peut tout à fait faire sans, hein, si c’est que ça…

Y a les sourcils qu’il hausse un peu – un malin plaisir qu’il prend à lui suggérer des choses sans réellement les penser, car il sent qu’elle ne serait pas prête de plonger. C’est juste un jeu entre eux, un jeu qu’il est d’ailleurs bien souvent le seul à disputer. Alors c’est bien sagement qu’il se rapproche un peu, pose doucement ses mains sur son épaule pour glisser au creux de son oreille :

- Moi je pensais plutôt à ça…

Et juste comme ça, il opère sa magie. Laisse ses doigts malmener patiemment ces muscles qu’il a lui-même contribué à contracter, glisser tout contre sa peau lorsqu’il s’évertue à détendre la jeune femme. Et ça fonctionne, à en juger par son corps qu’il sent se relâcher sous ses mains, et les petits éclats de rire qu’elle laisse échapper lorsqu’il s’attarde un peu trop longtemps au creux de sa nuque. Paraît qu’il la chatouille, Suho, et juste pour l’embêter un peu il fait glisser ses doigts contre son derme, plus rapidement cette fois-ci, pour la chatouiller un peu plus, et demande innocemment :

- Comme ça… ?

Mais déjà il arrête ses bêtises pour recommencer à sagement la masser, soucieux de ne pas tout gâcher une seconde fois. Et alors que ses doigts s’articulent méticuleusement contre sa chair, il commence à se dire qu’il pourrait s’habituer à cette vie, Suho. A ces soirées partagées avec Aran, dans l’intimité de son petit appartement joliment décoré – à partager un repas, tranquillement se poser devant la télévision, et plus si affinité. Goûter à ce quotidien qu’il s’est un instant risqué à imaginer, il y a quelques années, lorsqu’il a eu la bêtise de penser qu’ils pourraient peut-être abandonner leurs rêves de célébrité pour une vie normale, sans pression ni paparazzi pour guetter ou accélérer leur chute.

Mais soudain, la jeune femme s’échappe de ses mains pour venir s’étirer, l’arrachant à ses rêveries ; le poussant à cligner des yeux pour retrouver la réalité, et se souvenir qu’elles ne mènent à rien, ces idées. Il n’est pas là pour ça ; il n’est plus là pour ça. Et un sourire satisfait gagne ses lèvres lorsqu’elle le remercie :

- Je t’avais dit que j’étais doué de mes dix doigts… On remet ça quand tu veux.

Garçon trop gentil – lorsqu’il n’est pas trop chiant –, qui s’est plié en quatre pour elle ces dernières minutes, comme si elle ne venait pas de lui broyer le dos sans ménagement. Et lorsqu’elle se tourne pour de nouveau pouvoir le regarder ; lorsque leurs genoux s’effleurent sous l’étoffe de leurs pantalons, et qu’elle offre de lui faire une faveur, il ne peut faire qu’une seule chose. Hésite un instant, ses yeux bruns braqués dans les siens, avant de finalement oser lâcher :

- Je pense bien à un truc…

Et les yeux qu’il baisse finalement faire son entrejambe, avant de les reporter dans les siens ; les sourcils qu’il hausse, équivoque, avant de finalement laisser un sourire s’étirer en coin et éclater de rire.

- Je rigole, je rigole Aran… Bien sûr que je te forcerais pas, pas comme ça.

Mais maintenant, il s’agit de trouver quelque chose à sérieusement lui demander, et il la dévisage quelques instants ; réfléchit sérieusement à la question. Qu’est-ce qu’il peut bien vouloir d’elle sans la placer dans une posture inconfortable… ? Y a bien une chose qu’il voit, et c’est avec une sagesse rare qu’il lui demande :

- Tu peux me chanter quelque chose ? Ce que tu veux.

La tête un peu penchée sur son épaule – car Suho, il a toujours adoré le son de sa voix. Si les instants qu’ils passaient à s’effleurer dans la salle de danse de Daegu lui étaient toujours précieux, c’est lorsqu’elle laissait ses lippes s’entrouvrir, et sa voix résonner autour d’eux que tout prenait sens.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ AKwwd6iw_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 302
MESSAGES : 1454
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyJeu 30 Déc - 22:12
leave the door open

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Tu lui proposes d’aller taper ton nom sur internet, voir la petite quantité de shooting que t’as fait en un an pour se faire une idée de tes talents en tant que model avant de porter ton attention vers la télévision et le programme qui s’y joue depuis tu ne sais combien de temps. Un programme qui te parait barbant, que t’oses critiquer devant Suho et bien évidemment, il s’empresse de te proposer tout un tas d’activité allant de ce qui le ferait vibrer personnellement à des choses qui pourrait vous procurer du bien mutuellement. De quoi te nouer l’estomac, empourprer légèrement tes joues quand des images de vos lèvres scellées et de vos corps entremêlés s’immisce dans ta tête. Faut tu te calmes Aran, t’as pas le droit de succomber alors tu mens, fait comme si tu n’avais pas compris.

C’est plus simple ainsi,
Beaucoup plus simple de faire semblant de ne pas voir où il veut en venir.

Car à trop rentrer dans son jeu, tu sais que tu pourrais y laisser quelques plumes, t’en vouloir après coup d’avoir fait une erreur qui pourrait avoir des effets terribles sur ta carrière. Et pourtant, quand il se rapproche et pose ses mains sur toi pour te masser tu ne rechignes pas, tu te tais Aran. Car son touché est tendre, que ses mains te donnent un petit aperçu du paradis. Ça t’avais manqué ses petites attentions, la délicatesse dont il peut faire preuve quand l’envie lui prend. Et tu souris, te permet de le faire car t’es dos à lui. Chaque minute passée entre ses mains t’attendrie et tu te mets à rire, presque niaisement quand ses doigts se perdent contre ta nuque, chatouille celle-ci alors que tu viens de le prévenir que cette zone est sensible. Tu te tortilles alors, tourne légèrement la tête le voit du coin de l’œil tout autant sourire que toi le beau diable et tu dis alors :

- Si tu recommences j’te mords Suho, t’es prévenu…

Et si tu t’attendais ce que le brun soit tenté de réitérer, il se montre sage comme une image contre toute attente. De longues minutes de pure plaisir, durant lesquelles tu te permets de te détendre, fermer les yeux, t’imaginer sa main glisser un peu plus bas. Tu te mordilles alors la lèvre face à cette pensée brulante qui embrase tout sur son passage, t’extirpes d’entre ses mains comme si soudainement son touché te bruler et simule que t’as assez profité, que c’était merveilleux en t’étirant sous ses yeux. Il te dit t’avoir prévenu qu’il était doué et tu laisses tes opales ambrées tourner pour ce qui doit être la millième fois de la soirée déjà.

- Quand je veux ? Vraiment ? Fait gaffe, ça pourrait devenir un rendez-vous hebdomadaire.

Une idée qui te plait, fait vrombir ton cœur de glace malgré toi. L’idée de voir Suho de plus en plus souvent te plait et dans cette euphorie – cette joie qu’il a sue crée en toi, tu lui offres une faveur. Une seule et unique, une chance pour lui d’obtenir ce qu’il veut de toi. Tu le vois alors réfléchir le garçon, étudier son champ de possibilité avant de glisser ses yeux vers son cargo noir, t’annoncer qu’il a bel et bien une idée en tête. Et bêtement tu suis le mouvement jusqu’à que la lumière monte à tous les étages tu fais un O étonné avec ta bouche avant de lui taper vivement le bras, lâcher en ricanant :

- Ouais ouais pas comme ça… Fait pas genre tu rigoles… Tu crois que pour un massage j’te ferais ce plaisir ?! Vraiment fou toi … Une faveur réaliste s’teuplait.

T’attends alors de nouveau toujours aussi sagement, les mains faisant des vas et vient sur le bas de ton jogging le temps que le brun se décide. Son joli minois que tu contemples, ses lèvres pulpeuses, ses grands yeux ronds et trop brillant lui donnant beaucoup trop mignon pour l’être impur qu’il est. Tu t’attends à beaucoup de chose Aran, t’attends à un baiser forcé – mais pas trop forcé non plus tant l’envie te guette ; un vrai massage ou pourquoi pas une demande ridicule pour qu’il puisse bien rire de toi ? Tu t’attends à tout et n’importe quoi mais certainement pas à ce qu’il te demande de chanter pour lui. Tu restes un instant pantoise, hausse les sourcils face à cette demande bien trop sage.

- Une chanson… ? Heu… Oui, bien sûr j’peux faire ça. Attends, juste je réfléchis à quoi chanter car vraiment tu me prends de court…

Une main que tu passes dans tes longs cheveux bruns tandis qu’un rire nerveux s’échappe d’entre tes lippes. Quelques secondes qui passent avant que tu ne te décides, porte ton choix sur une chanson que t’as toi-même écrite, chanson qui peut-être un jour finira sur un de tes projets si tu réussis à la terminer, trouver une fin à cette chanson qui te tiens à coeur. Tu prends alors une lente inspiration, essaie de ne pas t’attarder sur ces petits picotements qui se font ressentir dans tes doigts dû à cette légère appréhension qui te gagne.

- C’est bon j’ai choisi, c’est une chanson que j’ai commencé à écrire mais qui n’est pas fini donc soit pas trop dur avec moi mais j’attends quand même ton avis sur ce qui est déjà fait ok ?

Et à peine t’as t’il donné son approbation que tu t’y mets Aran, te met à chanter :

- So are you happy now …
Finally happy now yeah …
뭐 그대로야 난 그대로야 난
다 잃어버린 것 같아
모든 게 맘대로 왔다가 인사도 없이 떠나
이대로는 무엇도 사랑하고 싶지 않아
다 해질 대로 해져버린
기억 속을 여행해…


Les premières notes sortant de ta bouche sont hésitantes mais petit à petit, tu te détends. Tu fermes alors les yeux, chante ces quelques couplets que tu connais par cœur jusqu’à que doucement ta voix diminue, s’arrête parce que la suite n’existe toujours pas à ce jour. T’ouvres alors les yeux, regarde Suho un brin intimidé, te met à triturer tes doigts avant de lui demander :

- Alors ? C’est nul à chier ou ça passe … ? Comme je te disais c’est pas du tout fini mais bon.

T’hausses les épaules, gênée d’avoir présenté finalement un projet pas encore aboutie, t’aurais peut-être mieux fait de chanter une chanson déjà existante. Mais maintenant c’est fait et tu ne peux pas changer ta décision précédente. Et tandis que ton esprit se répète qu’un choix différent aurait été meilleur, tes yeux eux, glissent sur l’horloge mural derrière Suho. Il est tard, assez pour que tu te mettes à t’en vouloir de le retenir prisonnier ici lorsqu’il pourrait déjà être en train de dormir.

- Pfiouh, tu dois être crevé…

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ E9d65ec7b06bea1247602cf95c19bf0c9d8423f4
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 310
MESSAGES : 1499
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ EmptyDim 2 Jan - 0:26
leave the door open

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Elle obéit parfaitement à son plan, Aran, lorsqu’elle répond que l’appeler pour un massage pourrait devenir une habitude. Bien sûr, il a envie de lui faire du bien, Suho ; de la sentir encore se détendre sous ses doigts, et l’aider à se libérer des tracas et autres tensions du quotidien. Mais ce serait mentir de prétendre qu’il ne lui a pas offert de réitérer dans le but, également, de pouvoir revenir chez elle. Encore et encore, se rapprocher d’elle pour enfin atteindre l’objectif ultime : partager un dernier instant d’intimité avec elle, pour s’en libérer. Ne plus avoir que son visage en tête, et les réminiscences de ses mains sur son corps, et la chaleur de son souffle contre sa peau. Alors il laisse un sourire s’étirer en coin ; hausse les épaules, l’air détaché lorsqu’il lui répond :

- C’est pas moi qui vais m’en plaindre…

Car il a l’impression d’enfin réussir à mener à bien son plan, Suho ; qu’enfin il parvient à la séduire une nouvelle fois, que bientôt il aura la récompense méritée pour ses efforts décuplés. Gamin naïf, loin de se douter que d’ici quelques semaines une guerre froide sera engagée, et qu’il n’avancera que pour mieux reculer – Suho, il n’a pas encore appris qu’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Et à sa grande surprise, la jeune femme offre de lui faire une faveur en échange de ses bons services. Après un instant de réflexion, comme tout garçon de dix-neuf ans en présence de la fille qu’il lui plaît, il laisse ses yeux s’égarer en région évocatrice, laisse un petit sourire s’étirer sur ses lèvres en la voyant suivre son regard. Y a alors une expression de pure surprise qui se peint sur ses traits, et Suho, il éclate de rire franchement en la voyant lui taper le bras en ricanant. Et elle n’a pas tort – bien sûr qu’il ne rigolait pas vraiment, pas totalement, en tout cas. S’il se doutait qu’elle refuserait, il est du genre à se dire qu’il faut toujours tenter – car on ne sait jamais.

- A une époque j’suis sûr que t’aurais accepté, mais bon…

Une moue penaude se peint sur ses traits – faussement déçu, à évoquer sans gêne ce temps où ils exploraient encore le corps de l’autre ; laissaient les hormones en ébullition de l’adolescence dicter le moindre de leurs gestes. C’était un temps où ils avaient eux-mêmes bafoué leurs limites ; où trop souvent, une simple répétition de danse tournait en baisers fiévreux. C’est un temps qui lui manque, trop régulièrement : s’il avait le choix, il abandonnerait sans hésitations cette vie pour retrouver ce quotidien où il pouvait danser, passer ses après-midis avec elle et rester auprès de sa famille.

Mais ils sont aujourd’hui prisonniers de ce quotidien d’idols, et tout ce qu’il peut espérer retrouver de leur adolescence, pour l’instant, c’est de l’entendre chanter. Sa voix brute, sans les fioritures du studio d’enregistrement, rien que pour lui. Comme avant. Alors c’est ce qu’il lui demande, requête Ô combien plus sage que la précédente qui font se hausser les sourcils de la jeune femme, les mots qui se bousculent dans sa bouche lorsqu’elle explique devoir réfléchir à quelle chanson interpréter.

- Choisis bien, je mérite pas n’importe quelle chanson après le massage que je t’ai fait…

Il prend un malin plaisir à lui rajouter un peu de pression, en voyant combien elle semble cogiter sur la question, se prendre la tête et hésiter entre mille et une chanson. La vérité, c’est que quel que soit le morceau sur lequel s’arrêtera son choix, Suho sera ravi de l’entendre. Il a toujours aimé l’entendre chanter ; la regarder s’épanouir dans l’art pour lequel elle est née. Et il est surpris, Suho, lorsqu’elle déclare s’apprêter à lui chanter l’esquisse d’un morceau. Il ne s’attendait pas à ça, ne pensait pas qu’elle lui ferait suffisamment confiance pour lui révéler une chanson inachevée – et pourtant. Ça le touche un peu – trop, malgré lui –, et il hoche doucement la tête, lui répond avec un sérieux qui lui est rare :

- Promis, j’ai juste hâte de l’entendre maintenant.

Et lorsque Aran ouvre la bouche, comme toujours la magie opère ; tout fait parfaitement sens, et il pourrait l’écouter, fasciné, sans sentir filer les heures, comme cette horde de gamins hypnotisés par la flûte du joueur de Hamelin. A se laisser bercer par la douceur de sa voix ; se laisser porter par une mélodie silencieuse que son timbre suffit à créer. Et les paroles si belles qui se murmurent à ses oreilles, gagnent son cœur ; Suho, il la regarde tranquillement, le regard paisible porté sur ses yeux clos et ses lippes qui articulent les sons, ce visage un peu trop bien marqué dans son jeune esprit. Et lorsqu’elle relève enfin ses paupières, ses prunelles tombent droit dans les siennes ; l’air anxieux lorsqu’elle lui demande son avis, et il cligne une fois des yeux, tente de rassembler ses idées.

- C’était trop bien ? Assez différent de tes autres morceaux, mais j’aime beaucoup, ça ressemble plus à ce que t’imaginais chanter avant que tu sortes ton premier mini album ! J’espère vraiment que tu pourras la sortir, j’suis sûr qu’elle marcherait trop bien.

Et le sourire est sincère sur ses lèvres pulpeuses, loin des airs moqueurs ou suggestifs qui ornent trop souvent ses lippes. Mais déjà, la petite brune remarque qu’il doit être fatigué – et bien sûr, elle a raison, mais Suho prétendra que ça va, car il se plaint rarement bien sérieusement.

- Y a eu pire. Par contre…

Un regard porté à son téléphone lui apprend qu’il est tard – bien trop tard – et il ajoute :

- J’ai une grosse journée demain, et je suppose que toi aussi… J’vais pas te tenir réveillée plus longtemps…

Ce n’est pas l’envie qui lui manque – sans doute que s’ils ne préparaient pas leur come-back, ou s’il se moquait du bien-être de la jeune femme, il se serait attardé sur ce canapé –, mais il lui reste juste assez de bon sens pour s’extirper du confort des coussins, rassembler la vaisselle pour débarrasser leur dîner. Il l’aide à remettre un peu d’ordre dans la cuisine, jeter ce qui doit l’être, et lorsque le moment de se quitter finit par arriver, inéluctablement, il se laisse raccompagner jusqu’à la porte d’entrée.

- Merci pour ce soir, c’était super bon… Tu cuisines vraiment trop bien…

Un regard entendu, à prétendre qu’elle s’est tuée à la tâche pour lui proposer pareil repas, et déjà il ajoute :

- Oublie pas, hein, hésite pas si t’as encore besoin d’un massage… Passe une bonne nuit Aran, à bientôt.

Un dernier regard qu’il lui adresse, avant de se diriger vers l’ascenseur – le cœur empli du réconfort de cette soirée.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Contenu sponsorisé
— LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
(#) Sujet: Re: — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫   — LEAVE THE DOOR OPEN ❪ A R A N ❫ Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Gangnam :: Résidences
Sauter vers: