1234
-- idol (suho)

i
HUNDRED MILES 2020 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière et codage réalisés par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
-32%
Le deal à ne pas rater :
HOTPOINT H8A1ES – Réfrigérateur congélateur bas – 338L
339.99 € 499.99 €
Voir le deal

 :: seoul :: Gangnam :: Starlight Entertainment
Partagez

 -- idol (suho)


Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) PXLmsiIt_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 300
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyMar 7 Sep - 13:40
they call me artist, they call me idol

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



(outfit) Stylo trituré, feuille totalement gribouillé. Longue est la réunion, lointaine est l’attention au fil des minutes qui passent dans cette salle immense. Mais au moins, tu fais un effort Aran, opine encore de la tête en écoutant producteur et chorégraphe faire un dernier débriefing sur le planning des prochaines semaines à venir qui s’avère extrêmement bien remplis. Va falloir que t’assures - comme toujours, t’as l’impression. Car depuis le début de cette difficile aventure, c’est ce qu’on t’a répété et cette réunion n’échappe pas à la règle malheureusement. Mais tu ne dis rien, n’ajoute pas un « je sais, j’ai compris » qui pourtant te brule les lèvres au fil des fois où t’entends ces mots. Tu restes polie, agréable comme tu te dois de l’être avec ceux qui travaillent main dans la main avec toi pour que ta carrière soit une pure réussite. Mais quand enfin sonne le téléphone de ton manager et qu’avant de répondre il annonce qu’il libère tout le monde, que vous verrez demain pour la suite des choses tu souris, t’empresse de remercier les différents intervenant et quitte la pièce comme si t’étais à court de respiration. Enfin un brin de liberté, enfin la journée va pouvoir avancer car t’avais l’impression de stagner. Et connaissant approximativement bien ton emploi du temps, sachant qu’un peu plus tard dans la soirée t’as un déplacement de prévu. Pour occuper le temps tu te dis que faire un live pour tes fans serait une bonne chose, car finalement le temps passe si vite que ça doit faire bien deux semaines que t’as pas pris quelques dizaine de minute pour les saluer, de les remercier pour l’engouement qu’il porte à chacun de tes nouveaux projets, l’intérêt qu’ils portent pour un come-back pas encore annoncé. Alors tu leur dois bien quelques instants partagés derrière un écran. Mais avant ça, tu fais un passage express dans les toilettes de l’étage pour te laver les mains, remettre un peu de rose sur tes lippes, utilise ce même rouge à lèvre pour égayer un brin tes pommettes. Car tu n’aimerais pas paraitre fade, complètement lessivé à l’écran. C’est pas l’image que tu veux renvoyer quand bien même ta fatigue est réelle et s’accumule à vitesse grand v.

Ainsi, les cheveux savamment noué en une queue de cheval sur le dessus de ta tête et le visage plus lumineux après quelques retouches maquillage faite par toi-même tu te mets à la recherche d’un studio libre dans lequel t’installé pour y faire ton live. Etage auquel tu te situes peu enclin à l’activité choisie, ici il n’y a que de grande salle de réunion et une multitude de bureau administratif. C’est sans mal que tu trouves un ascenseur dans l’aile du bâtiment dans laquelle tu te situes, y passe ton badge de sécurité et choisi de descendre deux étages plus bas. Car tu sais que là-bas il y a des studios d’enregistrement, des pièces avec du matériel préinstallé sur les ordinateurs pour ne pas te faire galérer pour trouver un trépied ou de quoi installer ton téléphone portable de façon bancale. Alors t’enchaine le porte à porte, t’excuses auprès de ceux que t’enquiquine lorsque les pièces sont occupées. Jusqu’à cette porte à laquelle tu t’apprêtes à toquer. Porte qui s’ouvre à la volée avant même que t’ai pu poser ne serait-ce qu’une de tes phalanges contre le bois. Et tu le vois, face à toi. Suho. Les cheveux rose flamboyant, plus vif que ce que t’imaginais en le voyant à l’écran pour son premier clip. Suho faisant toujours trois tête de plus et l’air tout aussi étonné que toi de te voir sur son chemin. Car tu l’évites comme la peste depuis cette fameuse journée le beau diable. Car il t’a fait du mal, il t’a carrément blessé et que ta fierté en a pris un trop gros coup pour que tu puisses si aisément surmonter sa colère non méritée.

- Ah...

Que t’arrives à lâcher, les yeux rivés dans les siens avant de te détourner de lui, de son physique un brin trop agréable à regarder. Tu ne voudrais surtout pas lui donner plus d’importance que ça, à ce démon en le dévorant du regard. Tu pointes alors la porte à coté et dit très – trop rapidement pour ça se soit naturel :

- Je vais me mettre à coté, je voulais pas te déranger.

Déjà prête à t'enfuir, t'éloigner de lui comme tu le fais si bien depuis qu'il travail dans les même locaux que toi.

Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) 0c2d5a1012f6b070c68422234d1a27f0817564ec
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 277
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyMer 8 Sep - 23:25
they call me artist, they call me idol

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



(outfit) Accalmie inattendue – bienvenue – dans cette trop longue journée. Car ces derniers temps les plannings d’Icarus semblent bien trop remplis pour quelques pauvres vingt-quatre heures, et si Suho s’imaginait que le rythme s’apaiserait un peu une fois leurs débuts faits, il se trompait royalement. C’est tout l’inverse, en réalité. Il aurait dû écouter ses aînés lorsqu’ils le sommaient de profiter de sa période de pre-debut ; il n’aurait pas dû leur rire au nez, pas si légèrement, car il était alors déjà si épuisé. Mais si Yi Suho écoutait ce qu'on lui dit, cela se saurait, et une main fatiguée qu’il passe dans ses mèches d’un rose vibrant en arpentant l’étage des studios, à la recherche d’une porte encore entrouverte. Car s’il a droit à une pause, on lui a vivement conseillé de faire un live pour les fans ; expérience inconnue, sa connaissance de VLive s’arrête au live qu’ils ont fait tous ensemble le jour de leurs débuts. Mais il n’en a jamais fait tout seul, pas encore. Alors c’est avec un mélange d’excitation et d’appréhension qu’il se glisse dans l’un des rares studios inoccupés, s’assoit sur la chaise de bureau et commence à coincer son téléphone sur le trépied. L’application connectée, un peu d’ordre qu’il remet rapidement dans ses cheveux avant d’enfin lancer la vidéo.

Début de live chaotique, une légère timidité des premiers instants rapidement enterrée lorsque la priorité devient de réussir à comprendre comment mettre la caméra dans le bon sens, les spectateurs qui rigolent dans le chat face à son inexpérience et les difficultés qu’il rencontre en tentant de faire des réglages. Ça attire du monde malgré lui, car le mot doit passer sur Twitter, ou les curieux doivent simplement avoir envie de rester tant cela les fait rire de le voir galérer. Et l’un dans l’autre, le jeune homme s’avère plutôt à l’aise devant la caméra, à ne pas hésiter à chouiner en lisant les commentaires moqueurs, feindre de s’énerver gentiment en réclamant un peu de respect. Car il oublie qu’y a tant de monde qui le regarde, Suho, ne surveille pas vraiment le compteur de spectateurs – il sait qu’il ne parviendrait plus à agir naturellement, après cela. Se contente de lire les commentaires qui affluent – répondre à leurs questions, retenir les éloges, ignorer les mots malveillants.

Et le temps file vite, plus que ce qu’il aurait soupçonné ; il se rend compte qu’il apprécie les lives, Suho, pouvoir interagir aussi directement que possible avec le public, et le remercier pour l’accueil qu’ils ont réservé à leur premier morceau – accueil incroyable, si l’on en croit son avis de môme étranger à ce milieu. A faire le fan-service qu’on lui a appris ; à faire l’idiot, comme il l’a appris tout seul, leur montrer quelques mouvements de la chorégraphie. Et y a bien un « oh ! » surpris qui lui échappe lorsqu’un mouvement trop brusque aura fait chuter le trépied et son téléphone avec, l’ensemble qui s’écrase au sol dans un bruit sourd. Il ouvre en grand ses yeux Suho, fait la grimace lorsqu’en ramassant son cellulaire, il s’aperçoit que l’écran est tout fissuré. Et l’un des pieds du trépied cassé. Et il se met à rire nerveusement, reprend son live qui tourne toujours, cherche un miroir pour leur montrer l’état de son écran avant de revenir à sa place, s’appliquer à remettre en place le trépied. Il tient désormais bon gré mal gré, se cassera très certainement la figure à peine se risquera-t-on à le toucher, mais ce ne sera plus son problème une fois sorti de ce studio. Et un doigt qu’il pose contre ses lèvres lorsqu’il s’approche un peu du micro du téléphone, chuchote pour son audience :

- Ce sera notre petit secret, hein ? Vous avez rien vu, pas vu pas pris !

Comme s’il ne savait pas pertinemment qu’il y a du monde sur ce live désastreux ; que sa bêtise a été immortalisée par la caméra. Mais c’est tout fier qu’il leur montre ce trépied qui semble de nouveau parfaitement normal tant qu’on n’y touche pas, fait encore durer le live vingt minutes avant de se décider à arrêter. Leur raconte qu’il doit filer à l’entraînement ; leur envoie des bisous, comme le maknae mignon qu’on lui a demandé d’être. Et le live désormais coupé, il n’a pas grand répit avant de devoir, effectivement, décaler en salle de répétition. La chaise dont il s’extraie alors, s’étire un peu pour puiser quelque énergie ; se dirige vers la porte, actionne la poignée pour sortir.

Enfin, pour tomber nez-à-nez avec Aran, en réalité.

- Ca, c’est inattendu.

Qu’il lâche simplement, bien trop spontanément. Car ils ne sont plus vus aussi frontalement depuis l’émission ; que chaque fois qu’il l’a aperçu dans les couloirs, elle semblait ne pas le voir – à moins qu’elle le fuit simplement comme la peste, et la connaissant, il pencherait plutôt pour cette seconde option. Elle a une excellente vue, il le sait. Et sans surprise, elle ne semble pas ravie de le voir ; déclare déjà qu’elle va plutôt aller dans le studio voisin, le regard fuyant. A se détourner sans lui laisser le temps de prononcer un mot ; le pousser à refermer ses doigts sur son poignet en la voyant qui commence à s’éloigner.

- Attends !

Emprise aussi douce que possible sur sa peau, et il ajoute :

- Tu me déranges pas. J’avais fini, je partais de toute façon.

Et il sait qu’y a un peu trop de passage dans ce couloir, Suho, et ils ne peuvent pas rester sur le pas de la porte, comme ça, ses doigts enlaçant son poignet, alors il l’attire vers l’intérieur, referme la porte dans leurs dos.

- Les gens vont commencer à parler s’ils nous voient ensemble, qu’il explique rapidement. Mais j’voulais te dire un truc.

Et il s’humecte les lèvres, Suho – car il ne voulait tout simplement rien lui dire. Les mots ont été prononcés sur un coup de tête, dans le seul but de la faire rester ; mais la vérité, c’est qu’il n’avait rien de particulier à lui dire. Simplement envie de passer un peu de temps avec elle, même pour cinq minutes. Alors sur un coup de panique, à craindre qu’à trop longtemps le dévisager silencieusement elle ne décide de partir, il finit par demander :

- T’as déjà entendu parler des géoglyphes de Nazca ? C’est des formes géantes sur le sol qui sont tellement grandes qu’on peut les voir que depuis le ciel… C’est impossible que l’homme ai fait ça, surtout y a des siècles et des siècles comme ça, alors on pense que c’est l’œuvre des aliens…

Lancé, il pourrait en parler pendant des heures, Suho. Et y a toujours son entraînement ; il sera en retard. On va commencer à le chercher ; tant pis. Il a déjà pété le trépied, alors il est plus à ça près.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) PXLmsiIt_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 300
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyJeu 9 Sep - 22:20
they call me artist, they call me idol

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



Il pose les bons mots sur la situation Suho, car en voilà une de situation inattendue. Sur un bâtiment d’une vingtaine d’étages, dont les espaces sont segmentés, les artistes quasi tout le temps séparé vous arrivez encore à vous croisez – non, tomber nez à nez l’un en face de l’autre par le plus grand des hasards. Foutu destin auquel tu préfères ne pas croire, hasard que tu maudis car il est la dernière personne sur laquelle tu souhaites tomber depuis ce fameux jour. Tu le détestes d’avoir l’air si décontracté, d’être si à l’aise avec le fait de te croiser lorsque toi tu tressailles et rebrousse chemin quand il apparait dans ton champ de vision depuis des mois et des semaines toute entières.  Et encore aujourd’hui, t’es prête à fuir. Car il n’y a rien à dire, que c’est plus gênant qu’autre chose d’être face à quelqu’un avec qui la dernière discussion a été plus qu’explosive.

Quelqu’un qui t’a fait pleurer aussi,
Enormément, au point de tout remettre en question dans ta vie.

Mais ça il ne le saura pas, tu ne lui laisseras jamais l’occasion de savoir qu’il t’a blessé à ce point-là cette fameuse après-midi. Alors tu te contentes de lui dire que tu vas aller t’installer dans le bureau d’à côté puisque celui-ci semble pour le moment être occupé par lui où tout son groupe, t’en sais rien t’auras même pas eu le temps de vérifier que tu fais déjà un pas en arrière, t’apprête à déguerpir loin de lui lorsque sa voix se fait entendre, que ses doigts s’agrippent à ton maigre poignet. T’aimerais te tirer de sa poigne, lui dire que non il n’y a rien à attendre mais la douceur de son geste et le ton de sa voix te fige sur place. Parait qu’il a fini avec ce studio-là ; qu’il va s’en aller et naïvement tu t’imagines qu’il dit ça pour te céder sa place.

- Ah ok, bon bah si t’as fini…

Au moins t’auras pas à te confronter à d’autres refus, d’autre porte close. Et t’attend qu’il se décale le beau diable, tu crois le voir partir maintenant qu’il t’a dit ça mais bien au contraire il profite de t’avoir entre ses doigts pour t’attirer vers l’intérieur de la pièce Suho. Et te voilà coincé entre cette porte et le nouveau petit prince des locaux. Un soupire qui sort d’entre tes lippes, ta main que t’extirpes de sa poigne avec peu de douceur. Tu détestes être prise par surprise comme ça, déteste encore plus le fait que ça soit lui qui agisse comme ça.

- Ouais, enfin… est-ce que c’est plus discret de m’attraper pour m’enfermer dans une pièce ? J’suis pas sûr, mais bon.

T’hausses ainsi les épaules, peu convaincue par la tactique choisie par l’ancien brun – nouvellement rose bonbon, folie capillaire que t’as du mal à ne pas fixer d’un œil intrigué. Tu te fais force pour quitter sa tignasse des yeux pour plutôt te concentrer sur ce visage que t’as tant aimé regarder, ce visage qui avant arrivait à t’apaiser et qui apparemment à quelques mots à te dire avant de quitter les lieux.

- Vas-y j’t'écoute … ?

Et forcément qu’une petite part en toi attend des excuses, des explications quant à son comportement de la dernière fois. Tu te dis que depuis tout ça il a eu le temps de se rendre compte qu’il avait peut-être légèrement abusé et si c’est le cas, toi aussi tu feras ton mea culpa pour détendre un peu les choses. T’es alors suspendu à ses lèvres, prête à l’entendre prononcer les premiers mots dès lors qu’il entrouvre la bouche. Mais Suho, il comptait tout sauf s’excuser, Suho il te prend de cours à raconter une légende farfelue sur les extraterrestres. Et forcément que t’es déçu en l’entendant partir dans ses délires, forcément qu’au fond tu ressens une légère chute du cœur jusque dans ton ventre. Mais t’es obligé de faire face à ce salaud sans cœur qui se croit tout permis juste car il est mignon.

Alors tu te mets à hocher de la tête, un grand sourire sur les lèvres. Niaisement, tu clignes des yeux jusqu’à qu’il ait fini son blabla. Et un ange passe, un blanc s’installe. Quand tu le vois perturbé par ton silence tu mimes l’étonnement et lâche :

- Bah quoi ? C’est pas ce que tu m’as demandé la dernière fois ? J’suis pas censé hocher de la tête et me taire ?

Sourcil que t’arques, la tête que tu bouges nonchalamment l’air de ne plus rien y comprendre.

- Ou peut-être j’ai rêvé et tu m’as jamais dit ça, j’deviens folle un peu comme toi avec tes histoires d’Alien qui n’en finisse jamais.

Car ça a toujours été comme ça, faut toujours qu’à un moment donné il déraille ce garçon et en vienne à discutailler de ce sujet qui n’intéresse – souvent, bien trop souvent que lui. Mais t'as l'habitude, tu l'as entendu trop souvent en parler des petits bonhomme vert auxquels il croit dur comme fer.

-  Mais oui, sinon j’connais mais j’vois pas trop pourquoi tu m’en parles maintenant, genre tout de suite… T’es bizarre... Tu voulais vraiment me parler de ça maintenant ?  


Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) 0c2d5a1012f6b070c68422234d1a27f0817564ec
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 277
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyVen 10 Sep - 21:12
they call me artist, they call me idol

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



Ses doigts doucement refermés sur son poignet, à l’attirer vers lui – à l’intérieur de la pièce. Là où la porte close ne laissera plus entrevoir que leurs silhouettes, floutées – presque effacées – par le verre opaque. Et il n’oppose aucune résistance lorsqu’elle se dégage brusquement – il n’a jamais été de ces hommes qui retiennent les femmes de force ; il a trop vu son père infliger cela à sa mère pour reproduire si honteuse erreur. La voix détachée – presque blasée – de Aran pour lui rétorquer que ce qu’il vient de faire n’est pas tellement plus discret, et les épaules qu’il hausse négligemment, répond bien rapidement :

- Tu m’excuseras, mais j’pense quand même que prendre une seconde et demie pour te faire rentrer ici est plus discret que de rester plantés au milieu du couloir pendant cinq minutes. Y a beaucoup moins de monde qui a eu l’occasion de nous voir là que si on était resté discuter sur le pas de la porte, c’est mathématique.

Sa tempe qu'il tapote, l'air de dire réfléchis un peu, Aran ; et il a réponse à tout, Suho – ça a toujours été comme ça, et lui a souvent valu le reproche d’être impertinent, lorsque ses beaux discours n’avaient pourtant rien d’insolent. Il trouve juste toujours quelque chose à redire, le garçon ; y a toujours des contre-arguments qui lui viennent, quoi qu’on lui dise, et il se sent obligé de les partager à ses interlocuteurs tant ils lui semblent logiques, pour éclairer un peu leur lanterne, nourrir le débat. Mais le plus souvent, cela demeure plus mal perçu qu’autre chose. Et ses mains désormais libres, il les glisse dans les poches de son pantalon ; invente avoir quelque chose à lui dire. Juste pour la retenir. Qu’elle ne le plante pas ici, ou lui demande de dégager pour la laisser faire son live en paix. Le souci, c’est qu’il n’a en réalité rien de particulier à lui dire, rien qui justifie qu’il prenne ainsi de son précieux temps, en tout cas, et les rouages de son cerveau s’activent à toute allure, les sujets de conversation tous plus minables les uns que les autres se succèdent pour mieux être éliminés l’instant d'après. Il panique, Suho, clairement, et en désespoir de cause, sans même réfléchir, il commence à déblatérer sur le sujet des extra-terrestres. Car qui n’aime pas les extra-terrestres ? Qui n’est pas passionné par les extra-terrestres ? Aran, apparemment, car elle ne répond rien, se contente de hocher la tête avec un sourire qu’il reconnaît tout de suite comme étant tout sauf naturel. Dommage, lui qui pensait qu’elle aurait peut-être ouvert un peu son esprit depuis le lycée, compris à quel point les petits hommes verts sont un sujet de choix… L’attitude de la jeune femme qui le pousse à s’interrompre ; l’air de plus en plus perplexe lorsque, même là, elle ne dit pas un mot. Et lorsqu’elle daigne lui apporter quelque explication – remet sur le tapis des mots malheureux, prononcés il y a des mois, que lui a déjà oublié –, les yeux roulent vers le ciel. La parole reprise sans lui laisser une chance de répondre quoi que ce soit, et cette fois ses yeux s’écarquillent, outré par ses derniers mots.

- Paaardon ? Genre moi j’suis fou parce que je parle d’aliens ? C’est toi qui es folle de pas y croire ouais, faut être vachement égocentrique pour s’imaginer qu’on est la seule forme de vie dans un univers immense comme ça.

Ses yeux sombres dardés sur elle – il en est persuadé, Suho, à l’échelle de l’univers, il est tout simplement impossible qu’ils soient tous seuls. Mais la brune semble ne pas comprendre pourquoi il lui parle de cela, le qualifie de bizarre avant de demander si c’est là réellement le sujet qu’il souhaitait aborder. Bien évidemment que non, elle voit clair dans son jeu, Aran, et le jeune homme qui se contente d’incliner la tête sur son épaule, lui demander, une lueur joueuse dans le regard :

- Pourquoi ? Tu t’attendais à ce que je te dise autre chose… ?

La question à laquelle il laisse à peine le temps de se poser, avant de déjà ajouter :

- Tu t’attendais à ce que je te demande si t’as passé une bonne journée… ?

Et doucement, il s’avance ; décime la distance étouffante. A lui demander, le ton qui se fait bas et ses orbes rivées dans les siennes, libérant quelques syllabes sur chaque pas :

- Ou peut-être… que je te dise que… ce gilet te va à ravir… ?

Et ses yeux qui glissent vers la peau dévoilée ; remontent vers les siens, un sourcil arqué. A formuler les hypothèses les plus éloignées de ce qu’elle attend de lui – on croirait presque qu’il le fait exprès, ce sale gosse.

- Car j’peux le faire, si c’est que ça. Sans soucis.

Palabres murmurées – car c’est toujours plus simple de lui dire cela que de s’excuser.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) PXLmsiIt_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 300
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptySam 11 Sep - 20:42
they call me artist, they call me idol

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et même si ça t’énerve de l’avouer, dans le fond il n’a pas tort Suho. Dans les faits, c’est plus raisonnable pour vous deux que toute conversation entre vous ait lieux entre quatre murs et non pas en plein milieu d’un couloir si souvent emprunté. Car les rumeurs vont trop vite, que de le voir la main enroulée autour de ton poignet aurait bien évidemment fait beaucoup parler. Surtout dans le milieu professionnel dans lequel vous évoluez depuis peu tous les deux, un milieu dans lequel une relation entre homme et femme – ne serait-ce qu’amicale, peut très vite être mal perçu. Mais t’es trop fier pour avouer qu’il a raison Suho, alors tu ne réponds pas. Tu le laisses te parler avec cet air insolent qu’il prend à chaque fois qu’il doit exposer son avis. Le laisse prendre de nouveau la parole en ayant l’espoir que cette fois, si il le fait c’est pour te présenter des excuses amplement mérités. Mais tu te heurte rapidement à une réalité tout autre, l’écoute te parler d’un sujet que tu ne l’imaginais pas exposer aujourd’hui. Pas à ce moment-là, pas quand votre dernière discussion ensemble a été aussi désagréable et catastrophique. Il te laisse pantoise Suho, quelques secondes avant que tu ne te ressaisisses, agisse bêtement et va à l’encontre de tes propres résolutions de base.

Ne surtout pas lui montrer qu’il a pu te vexer la dernière fois.

T’es aux antipodes là, tu te laisses emporter par la vague, et agis telle une idiote assez longtemps pour qu’il comprenne que quelque chose cloche, tu le laisse alors t’interroger du regard, fini par lui expliquer pourquoi t’agis ainsi avant de lui faire la remarquer que le sujet choisi est vraiment bizarre ceci dit. Car qui parle des aliens de but en blanc, comme ça ? Qui sauf Suho peut tenter d’agir si naturellement lorsque la situation est pourtant si bloquée ? Il est fou, c’est ce que tu laisses entendre au bout d’un moment. Et bien évidemment de tout ce que t’as pu dire, de tous les mots prononcés c’est sur ces derniers mots qu’il bloque, sur le fait que tu puisses oser le traiter de fou. De quoi te faire soulever les yeux, encore et encore.

- On n’a pas de preuve de leur existence pour autant de tes bonhommes verts. Toute ton histoire-là y’a rien d’irrationnel, c’est juste les anciennes tribus qui arrivaient à faire des trucs de fou avec les pauvres moyens qu’ils avaient à leur époque. Comme les pyramides quoi… Y’a rien d’impossible à ça… Bref.

Maintenant tu veux savoir si il a autre chose à dire, quelque chose de plus sérieux. Une chance que tu lui donnes de rattraper les choses si il le souhaite. Excuse-toi Suho et j’en ferais de même. Car t’es pas toute blanche dans cette histoire, t’as des torts et t’es prête à les avouer si lui le fait le premier. Sauf que Suho n’agit jamais comme on l’attend, Suho il s’amuse d’un rien, croit que tout est un jeu. Suho il prend son air curieux, te regarde droit dans les yeux. Il sait ce que tu veux, tu le connais assez bien pour déceler l’amusement dans son regard, pour comprendre à sa façon de prononcer les mots qu’il ne dira pas tout de suite – ou peut-être bien jamais les mots que t’attends. Il sait bien que tu n’attends pas qu’on te demande si ça va, qu’on te complimente sur ton apparence – même si l’entendre le faire fait battre de façon déraisonnable ton cœur, que le voir se rapprocher sensiblement de toi oblige ton sang à ne faire qu’un tour dans ton corps. T’essaie de garder la tête froide Aran, le regarde droit dans les yeux sans bouger d’un pouce car faudrait pas qu’il s’imagine qu’il t’intimide. Il en serait trop heureux, trop fier tu dirais même.

- Pourquoi tu me poserais cette question-là, hm ? T’en n’a pas grand-chose à faire de ça, comme de la tenue que je porte … non ?

Légère amertume sur le bout de la langue, sourcil que t’arques à ton tour, toujours les yeux perdus dans le brun intense des siens. Car t’y crois un peu à ce que tu dis, tu te dis que depuis que vous vous êtes quittés à Daegu il n’en a plus rien à foutre de ta vie, de savoir si tu vas bien ou non. Il aurait tenté de te recontacter, ne t’aurais pas parlé sur ce ton la dernière fois sinon.

- Après, si t’aimes bien ma tenue je peux te donner le nom de mon styliste … Je peux le faire si c’est que ça, sans soucis.

Que tu répètes sur le même ton que lui une minute plus tôt.

- Pourquoi ? Toi tu t’attendais à ce que je te demande quelque chose particulièrement … ?

T’es certaine que non mais dans le doute – par pure curiosité surtout – tu le lui demandes quand même la pareille. Ne sait-on jamais, il réserve toujours des surprises ce fanatique des petits bonhommes verts.



Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) 0c2d5a1012f6b070c68422234d1a27f0817564ec
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 277
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyDim 12 Sep - 19:08
they call me artist, they call me idol

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



Et juste comme ça, un débat sur nul autre sujet que les extra-terrestres s’établit entre eux. Suho certainement bien plus impliqué qu’elle, et le sentiment que se rejoue une scène du passé ; une scène du lycée, lorsque déjà il était incapable de se taire lorsqu’il s’agissait d’aliens.

- Parce que t’as des preuves de ça, peut-être ? Ça m’étonnerait, y avait personne pour les filmer tes ancêtres là.

Suho sourd à ses tentatives de changer de sujet, qui s’implique corps et âmes dans ce débat. La tête penchée son épaule, à la toiser calmement, sûr de ses arguments. Mais Aran, elle semble avoir d’autres attentes que de converser des petits hommes verts – et déjà Suho se joue d’elle. A lui demander ce qu’elle pensait qu’il pouvait avoir à lui dire ; si elle l’imaginait lui demander si elle a passé une bonne journée, ou complimenter son apparence aujourd’hui. A s’approcher d’elle, pas à pas, jusqu’à ce que la distance les séparant devienne grotesque ; une lueur joueuse pour embraser son regard. Et courageusement, la brune soutient son regard ; ne cille même pas. Absence de réaction plutôt décevante, mais il ne s’attarde pas dessus, hausse plutôt les sourcils, l’air sincèrement surpris – presque blessé – lorsqu’elle suggère qu’il se moque de son état.

- Hein ? Bien sûr que ça m’intéresse de savoir comment tu vas, pourquoi ce serait pas le cas ?

Honnêteté dans la voix – il ne comprend pas d’où ça sort, Suho, de la même manière qu’il ne saisit pas ce qui justifie pareille amertume pour teinter ses mots. Après tout, d’eux deux, ce n’est pas lui qui a planté l’autre. Bien au contraire. Suho, il était prêt à tout lui avouer, le cœur battant et les éclats de rire gênés sur ses mots ; lui confier qu’il aimait un peu trop sentir ses doigts contre les siens, et voir ses sourires éclairer ses yeux ; qu’il aurait souhaité avoir plus, pouvoir lui tenir la main dans les couloirs du lycée et savoir être le seul. Alors pourquoi devrait-il n’en avoir rien à faire d’elle ? Et bien sûr, il reconnaît ses propres mots – son propre ton – lorsqu’elle propose de lui transmettre les coordonnées de son styliste. Une petite moue qui s’esquisse alors, la tête qu’il secoue doucement :

- C’est gentil mais c’est bon, j’suis pas très gilets sur moi… Même si à toi ça te va vraiment bien, hein… Bon, t’étais très bien sans aussi, ceci dit, si mes souvenirs sont bons…

Palabres lâchées l’air de rien – comme parlant de la pluie et du beau ton, à la toiser avec attention. A la recherche du moindre signe qui trahirait que ses paroles la font flancher, ne serait-ce qu’un instant – ce n’est que pure provocation, le genre dont il peut se dédouaner aisément si besoin. Et les yeux qui clignent lorsqu’elle lui demande si lui avait une question à lui poser, son index qu’il pointe vers son torse en répondant :

- Moi ? Non, rien du tout ? Pourquoi tu me demandes ça, tu pensais que j’avais un truc en tête… ?

Ils pourraient continuer longtemps, comme ça – à se renvoyer la balle, se demander indéfiniment ce que l’autre attend de lui. Et ses yeux baissés vers elle lorsqu’il ajoute, dans un souffle :

- Tu peux tout me dire Aran, tu sais… ? T’as pas de tabou à avoir avec moi, je peux tout entendre…

Et si le fond est vrai – leurs années lycée l’ont bien prouvé, ils se sont confiés tellement, adolescents –, le ton qu’il emploie rend seulement ses mots ambigus. Comme s’il parlait de tout sauf de sujets personnels ; à jouer avec ses nerfs, lorsque ses doigts se referment délicatement sur une mèche folle échappée de sa queue de cheval, la replacent précautionneusement derrière son oreille. Remarque un piercing qui n’était pas là avant, et curieux, il lâche :

- Tiens, c’est nouveau, ça… T’en avais pas autant, à l’époque.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) PXLmsiIt_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 300
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyMar 14 Sep - 11:07
they call me artist, they call me idol

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


O qu’il est chiant seigneur, t’avais – presque – oublié sa nature d’emmerdeur de première, monsieur je sais tout qui n’arrêtera pas le débat tant qu’il n’aura pas obtenu gain de cause. En l’occurrence, il veut t’entendre avouer qu’il est probable que ça soit l’œuvre des extraterrestres ces immenses dessins retrouvés dans le désert péruvien. Et surement qu’avant, il y a quelques années tu n’aurais pas arrêté d’argumenter, t’aurais fait des pieds et des mains pour l’obliger à se taire et reconsidérer l’idée fixe qu’il avait en tête. Mais pas aujourd’hui, pas après ces deux ans passés sous silence et cette dernière dispute datant de quelques mois qui pour toi semble encore toute récente. Toi tu veux une conversation sérieuse, tu veux des aveux et des excuses. Tu veux discuter avec lui sans pour autant entrer dans les clichés, sans qu’il fasse sa comedia del arte et se fiche de toi avec des questions dont les réponses doivent sans doute lui passer au-dessus de la tête.

Et pourtant, il semble sincèrement étonné de t’entendre insinuer à haute voix et si sérieusement qu’il s’en fiche de toi ; de savoir comment tu vas. Dans son regard, le temps d’une petite seconde tu vois un éclat de sincérité, un brin de sérieux lorsqu’il te demande pourquoi tu crois ça. Alors forcément t’hausses les épaules, te met à regarder tes ongles avec un intérêt feint en lui répondant :

- Peut-être car tu ne semblais pas ravi de me revoir la dernière fois… ? J’sais pas hein, j’dis ça comme ça.

Main manucurée que t’abaisse, regard que tu redresses vers celui qui – à ton gout – est un peu trop près de toi dorénavant. Tu regrettes d’avoir arrêté de lorgner tes doigts instantanément, te dit que c’était mieux quand il y avait de la distance, que ses yeux ne te semblaient pas si perçant. Là, t’as l’impression qu’il essaie de te mettre à nue, qu’il sonde ton âme et sait exactement à quoi tu penses. En l’occurrence à lui et toi plus jeune, lui et toi jouant de cette proximité pour créer des étincelles à chaque fois que l’occasion se présentait. Car vous étiez attiré l’un par l’autre comme deux aimants. Indéniablement. Et si il n’avait pas repris la parole Suho, surement que tu serais encore dans tes songes. Mais le diable semble prêt à tout pour s’amuser un peu avant de devoir s’en aller. Des compliments ainsi fait pour te caresser dans le sens du poil, des réminiscences évoquées pour te balader un peu plus encore, te faire oublier pourquoi t’es si remonté contre lui à la base. Il tente de te troubler en mélangeant un peu tout et ça marche un tant soit peu, trop aisément tu plonges la tête la première dans ses conneries Aran.

- Qu’elle mémoire… épatant ! que t’ironise, Sinon tu disais que t’es pas trop gilet ? J’suis certaine de t’avoir pourtant vu faire la promotion de votre single en portant un gros gilet blanc sur quelques photos… Ou bien dans les couloirs en train de faire une vidéo… j’sais plus. Mais j’suis sûr c’était toi, t’es bien le seul à porter les cheveux rose non ?

Regard interrogateur que tu portes sur lui, comme si t’étais réellement pas sûr d’avoir la bonne réponse sur le bout de la langue. Comme si tu cherchais sincèrement à savoir si il est bel et bien le seul de son groupe à avoir une chevelure si excentrique en ce moment lorsque dans les faits, tu t’es un peu trop intéressé au tout nouveau phénomène Icarus. Car il en fait partie. Que t’es fière de lui. Même si il t’énerve, qu’il t’a blessé la dernière fois, que ça t’agace de le voir te renvoyer une énième fois la balle en te demandant si t’attendais quelque chose de sa part. Bien sûr que t’attendais des choses, il le sait et de l’entendre te parler comme si il était thérapeute te fait grincer des dents.

- J’ai rien à dire Suho, promis. Toi par contre… T’es pas obligé de tourner autour du pot si quelque chose te tracasse…

Sourire factice et mensonge éhonté que tu lui sers. Car plus il agit ainsi et moins t’as envie de lui dire ce qui te pèse mais comme tu ne peux pas lui dire ce que tu veux, tu retournes une énième fois son argument contre lui. Car peut-être qu’il finira par comprendre si tu te fais insistante. Mais détourner le sujet en agissant de façon surprenante semble être son activité favorite aujourd’hui. Comme si il ne te tendait pas assez, que sa proximité n’était pas déjà dérangeante et ne faisait pas – malgré toi – déjà battre ton cœur rapidement. Faut qu’il se permette de tendre le bras, Suho. Qu’il vienne délicatement recoiffer une de tes foutues mèches derrière ton oreille. Suho qui te surplombe par sa taille – t’as même l’impression qu’il a énormément grandi en deux ans. Et tu clignes des yeux, pas du tout concentré sur ce qu’il vient de dire et lâche le souffle court :

- T’es vraiment un peu trop à l’aise pour quelqu’un qui m’a dit en face à face que je devrais me la fermer … Pourquoi t’es si tactile ? J’viens te toucher moi ? Ça te fait pas chier si je fais ça moi ?

Que tu dis en te rapprochant d’un pas, te mettant sur la pointe des pieds pour venir ébouriffer ses cheveux sur le dessus de sa tête.

- Un peu de respect pour ta sunbae Yi Suho.

Tu ris Aran, un peu trop franchement. Tu ris à en oublier que t'étais énervé contre lui jusqu'à présent. Il a réussi ce petit con, il a calmé cette rancoeur qui te prenait aux tripes depuis tout ce temps.
Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) 0c2d5a1012f6b070c68422234d1a27f0817564ec
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 277
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyMar 14 Sep - 22:21
they call me artist, they call me idol

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



Et le couperet finit par tomber ; la raison de sa mauvaise humeur par être annoncée – comme s’il l’ignorait. Il n’a pas sauté de joie en la voyant il y a quelques mois, et cela lui est resté en travers de la gorge. Et ainsi mis face à ses propres torts, Suho est soudain un peu gêné, s'efforce pourtant de ne pas le laisser paraître.

- C’est pas que j’étais pas content de te voir… Juste j’étais sous pression, ça faisait des semaines que j’étais là-bas et on m’avait mis dans une équipe compliquée, j’savais que le résultat qu'on présentait sous ma direction était décevant… Enfin, tu sais ce que c’est.

Il hausse les épaules, sans être trop sûr de ce qu’il dit – car si elle connaît la vie de trainee, elle ne connaît pas celle de candidate dans un survivor. L’œil des caméras sans cesse braqué sur soi, sans savoir ce qui sera gardé ou non au montage – nul droit à l’erreur, et la crainte que les scènes où l’on se montre sympathiques soient effacées au profit des rares écarts. Il sait pas si elle se rend bien compte de la pression que cela représente, de participer à une telle émission, mais il l’espère, essaie au moins de le lui faire comprendre, aussi maladroitement qu’il sait le faire. Et bien vite, le brun se retranche dans ce qu’il maîtrise le mieux : se jouer d’elle, user de ses charmes pour la déstabiliser, recréer une proximité qu’ils ne connaissaient que trop bien dans le seul but de détourner son attention de ses bévues passées. Car c’est toujours plus simple que de devoir lui apporter des explications qu’il n’assume qu’à moitié ; formuler des excuses qu’il aime trop peu prononcer. A réduire la distance les séparant au néant ; la complimenter, et évoquer ces instants d’intimité partagée. Avec toute la décontraction qu’on lui connaît, soudain bien plus grande que lorsqu’il s’agissait de s’excuser. Et lorsqu’elle flatte sa mémoire, il décide d’ignorer l’ironie enrobant sa voix pour plutôt lui répondre, le ton bien trop séducteur pour être sérieux :

- Comment oublier, en même temps… ?

A braquer son regard droit dans le sien ; mordre sa lèvre pour réprimer l’éclat de rire qui menace à tout instant de lui échapper tant il se trouve lui-même ridicule, lorsqu’il lâche ce genre de phrases bateaux. Et les sourcils haussés en l’entendant dresser l’inventaire de toutes les fois où elle l’a aperçu un gilet sur le dos, s’interroger sur le fait qu’il soit bien le seul membre du groupe à avoir les cheveux roses pétants.

- Ce que t’es observatrice, Aran… Je suis flatté de voir que tu nous suis d’aussi près, moi et Icarus. Si tu veux être sûre de rien louper doit y avoir une option newsletter sur le site de Starlight, tu sais ? Car je suppose que tu nous suis déjà sur tous tes réseaux pour être à ce point au courant…

Il l’embête, Suho – pour changer. Se plaît à se découvrir si bien au cœur de son attention, la taquine comme s’il ne la suivait pas lui-même avec son compte privé. Mais ça, elle n’a pas besoin de le savoir. A plutôt l’inviter à lui confier tout ce qui peut lui peser sur le cœur ; cligner des yeux lorsqu’elle suggère qu’il tourne autour du pot pour ne pas lui parler de quelque chose en particulier.

- Moi ? Non, y a rien qui me tracasse Aran… Enfin…

Suspense ménagé, une petite pause qu’il marque, à dessein, avant de se décider à ajouter :

- Peut-être le fait que… tu sembles vraiment croire que ce sont les Incas qui ont tracé ces formes sur le sol… Je te le dis hein, y a pas plus de preuves pour ça que pour ma théorie !

Suho la lourdeur, et une étincelle rieuse qui embrase son regard, trop heureux d’avoir fait croire à une grande révélation lorsqu’il se contente de revenir sur la conversation qu’ils tenaient un instant plus tôt. Et avant qu’elle ne s’emporte car il se montre un brin trop chiant, il prend les devants ; se penche vers elle, saisit délicatement une mèche rebelle pour la coincer derrière son oreille. Les gestes doux et précis ; le regard attentif concentré sur sa tâche, et la voix qui se fait basse lorsqu’il libère une remarque aux airs anodins. Et il voit bien cet éclat qui passe dans ses yeux ; le ton de sa voix, légèrement différent, lorsqu’elle s’efforce tant bien que mal de le remettre à sa place. Des changement subtiles qui lui arrachent un petit sourire satisfait, les sourcils qu’il hausse lorsqu’elle vient lui ébouriffer les cheveux – et déjà son rire se mêle au sien, soulagé d’enfin voir une joie sincère sur ses traits.

- Déjà, je t’ai pas dit que tu devrais te la fermer…

Pas comme ça, du moins, et le choix des mots est important, Aran. Tout ce que j’ai fait c’est reprendre les tiens. Ses doigts qui glissent dans ses cheveux pour tenter d’atténuer les dégâts, remettre tant bien que mal ses mèches en place lorsqu’il ajoute :

- Puis c’est pas moi qui vais me plaindre si tu décides de te montrer plus tactile, hein… Au contraire.

Ses yeux ancrés dans les siens, un sérieux feint qui éclate bien vite lorsqu’elle lui demande une once de respect. Car leur différence d’âge l’a toujours complexé, lui qui aurait aimé qu’elle puisse l’appeler oppa sans que cela ne sonne comme une farce entre ses lèvres.

- Tu me trouves irrespectueux… ?

Une petite moue qui se peint sur ses lippes, l’air penaud – il tente clairement de l’amadouer, et son rôle de parfait hoobae explose l’instant suivant lorsqu’il demande, le ton de nouveau trop bas sans raison valable :

- Qu’est-ce que je peux faire pour être plus respectueux, sunbae ?

Ses prunelles sombres rivées sur elle, à toujours la surplomber – et son ton implique une question bien moins innocente qu’elle n’en a l’air.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) PXLmsiIt_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 300
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyMer 15 Sep - 23:50
they call me artist, they call me idol

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


- J’comprends ton point de vue et ta colère sur le moment mais j’espère que toi aussi t’as compris le mien et que t’as vu les images, j’ai été droite avec tout le monde…

T’as pas été plus dur avec son groupe qu’avec les autres, t’as juste fait ce qu’on t’a demandé mais ta sincérité n’a pas forcément été apprécié par le candidat – et peut-être bien d’autres de ces collègues – ce jour-là. Mais tu t’en fiche de l’avis des autres, tu peux t’adapter à leur mépris, les critiques qui peuvent en découler sur ta personne. Mais l’avis de Suho compte un peu trop pour toi. Lui, t’avais pas envie qu’il te voit comme la méchante de l’histoire, la star à l’égo surdimensionné qui se permet de critiquer les autres lorsque elle-même est encore une rookie à peine expérimentée. Et surement que ça se voit que t’es perdue dans tes pensées, que tu te renfrognes juste en y pensant à cette journée car Suho se met à divaguer, parler de chose bien plus futile pour distraire ton attention du terrain miné que vous commenciez à prendre. Garçon qui se montre soudainement plus proche, parle l’air de rien de ces moments d’intimité partagés. Il te fait rouler des yeux Suho, ne t’intimide pas pour un sou. Car t’es pas pudique Aran, pas un brin gêné par ce genre de sujet. Ça te fait plus sourire qu’autre chose de l’entendre parler de ça deux ans après.

Et tu te demandes si ça lui manque sincèrement, si comme toi il y pense souvent.

Est-ce qu’il pense uniquement à l’attraction de vos corps ? La simplicité que c’était de les faire danser ensemble, ne finissent par faire qu’un lorsque la tentation devenait trop forte ou bien à cette douce amitié qui s’est instauré au fil du temps ? Est-ce que comme toi, il a fini par ressentir cet attachement acre, assez puissant pour que tu te contentes de sa présence et uniquement la sienne pendant des mois et des mois, jusqu’à que tu t’en ailles ? Réminiscences qui te prennent aux tripes, te ramène deux années en arrière quand la vie te semblait moins difficile. Et si tu n’as aucune timidité à parler de sexe, t’en a bien plus quand il s’agit de parler sentiment et relation alors tu n’ajoutes rien, ton ressenti tu le gardes pour toi et l’écoute t’expliquer comment être une vraie petite groupie de son groupe qui vient tout juste de débuter.

- Oui, je vous suis même en dehors des réseaux… Une vraie petite Sasaeng…

Que tu dis l’air angélique, un énorme sourire sur le faciès comme si tu ne lui parlais pas du pire comportement possible qu’une fan puisse avoir pour un artiste. Peut-être qu’il est encore épargné Suho mais d’ici quelques temps, il comprendra la souffrance que c’est d’avoir des fanatiques, des personnes prête à tout pour obtenir un objet t’appartenant, une photo inédite de toi que ce soit dans le cadre professionnel ou pire quand on parle du personnel. Tu lui souhaites tout sauf ça au brun, mais au fond vu l’ampleur du phénomène tu n’es pas certaine qu’il y échappera malheureusement. Et tu pourrais lui en parler mais la tornade rose bonbon rase la conversation, la tornade te taquine et revient de nouveau sur le premier sujet abordé depuis que vous êtes dans cette salle. De quoi te faire gonfler les joues lui rétorquer l’air fatigué d’en revenir au point de départ.

- Par pitié non ? Pas encore ça… Suho s’teuplait ? Les incas ont existés EUX, il y a des preuves mais toi sauf des témoignages de personnes chelou perdu dans le Nevada y’a rien de concret sur les extraterr- …  

Phrase suspendu, Suho l’entreprenant qui fait sa grande réapparition en s’approchant de toi et se permettant de s’occuper d’une mèche folle échappée de ta queue de cheval. Il te trouble un instant et il le sait. Salaud. Insulte qui te brule les lèvres mais tu te contentes de reculer, lui dire qu’il agit un peu trop aisément avec toi lorsqu’il y a de ça quelques mois, il ne voulait même pas t’entendre parler. Et puisqu’il veut jouer avec les mains, tu t’y mets toi aussi. Comme lui tu t’approches, comme lui tu viens toucher à ses cheveux – pas aussi délicatement – tu lui demandes si ça lui plait d’être touché sans qu’il ait donné son accord. Surtout quand il fait la tête, qu’il s’est senti insulté et qu’il n’a pas reçu de plate excuse à ce sujet. Mais parait qu’il ne t’a pas dit de te la fermer alors tu fais la moue Aran, la bouche en cœur l’air de dire « mouais » et roule des yeux quand il reprend la parole.  

-  Alors je vais tâcher d’être moins tactile… C’est que pour les proches une telle proximité.

Et dans le cas actuel, t’as pas envie de lui faire plaisir. Pas envie de voir ce sourire en coin s’épanouir sur ses lippes. Même si il est mignon comme tout à voir quand la satisfaction prend place sur son visage, qu’il se recoiffe pour se donner un peu de contenance après une attaque à laquelle il ne s’attendait pas. T’oublies pas ce qu’il t’a dit, la hargne avec laquelle il t’a parlé ce jour-là. T’es surement trop rancunière Aran mais on ne te changera pas. Alors forcément t’hoches de la tête quand il te demande si tu le trouves sincèrement irrespectueux, tu ne réfléchis même pas à deux fois avant de le faire.

- Un peu oui, vu les circonstances ... Toucher son ainée alors qu’on a pas été sympa avec elle la dernière fois qu’on l’a croisé, vraiment pas très respectueux ça

Sérieux que tu tentes de garder, malgré son petit air tristounet qu’il prend juste pour te faire flancher. Il te demande ce qu’il peut faire pour l’être un peu plus respectueux et tu fais mine de réfléchir, hésite quelques instants avant de lui dire les yeux dans les yeux :

- Si tu t’excusais pour la dernière fois j’pense ça irait ? Mais comme je te connais… Tu le feras pas donc bon… Tu resteras l’irrespectueux Suho j’imagine …  

Tu pourrais faire table rase de tout ce qui a pu se dire ce jour maudit si il avouait ses torts, mais tu sais que ça lui coute trop d’assumer qu’il a pu abuser. Et le temps qu’il réfléchisse le beau diable, tu t’échappes de son emprise, de son regard brulant ta peau, de sa proximité qui devient étouffante à la longue et te dirige vers le bureau sur lequel tu vas bientôt t’installer pour y faire ton live. Téléphone portable que tu poses sur la table en bois, chaise que tu règles à ta hauteur et sans même que t’ai rien touché le trépied se casse la gueule, se brise en deux te laissant perplexe sur ta chaise.

- Oh ? J’ai rien fait … ? Pourquoi ça s’est cassé ….. ?

Que tu dis en tournant la tête vers Suho, le fixe totalement déboussolé. Tu prends alors le trépied essaie de le réparer mais rien n’y fait.

- T’as fait un live toi aussi juste avant non … ? Il marchait ?
Yi Suho
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11524-yi-suho-ren_icarus
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) 0c2d5a1012f6b070c68422234d1a27f0817564ec
AVATAR : sunwoo.
POINTS : 277
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 08/08/2021
AGE : 19
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyJeu 16 Sep - 22:48
they call me artist, they call me idol

-- ft aran

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



Et bien sûr, puisqu’on parle de Aran, il faut revenir sur l’incident du mois de juin. Des palabres malheureuses prononcés sous le coup de la colère, de l’épuisement et surtout d’un ego touché un peu trop profondément – par la mauvaise personne. Et Suho, déjà passé à autre chose depuis longtemps, espérait qu’il en soit de même pour la jeune femme ; la connaît pourtant suffisamment pour savoir, dans le fond, qu’il n’en sera rien. Alors il lui apporte ses explications bancales ; l’écoute lorsqu’elle argue ne s’être pas comporté plus durement avec son groupe qu’avec les autres. Et elle a raison, Suho le sait car il a bel et bien regardé l’émission – aussi étrange que cela soit de se voir à l’écran. Seulement pour s’assurer qu’on n’avait pas trop fait n’importe quoi avec son image – peut-être un peu pour mieux regarder l’épisode dans lequel elle a fait une apparition, il est vrai.

Mais pour ne pas s’égarer plus longtemps en terrain miné, il se rapproche un peu ; évoque sans gêne les instants qu’ils partageaient, en un temps où ils pouvaient encore se voir sans craindre les ragots. Un temps où tout était plus simple. Et ce serait mentir de prétendre qu’apprendre qu’elle les suit, lui et son groupe, avec attention, ne lui fait pas plaisir. Ça flatte son ego de jeune homme ; le rassure un peu, lorsque la brune lui semble parfois si indifférente. Mais le nez se plisse légèrement lorsqu’elle évoque les sasaeng, et un petit sourire s’épanouit sur ses lippes lorsqu’il concède :

- T’es bien la seule que je tolérerai…

Car ces fans complètement cinglées doivent être l’une des choses qui le terrifient le plus dans cette industrie, et s’il espère ne jamais terminer au cœur de leurs obsessions, il se doute qu’il sera difficile d’y échapper. Il a trop entendu d’histoires sur le sujet, y a trop de bruits de couloirs qui traînaient du temps où il était trainee pour l’ignorer. Alors plutôt que de s’attarder sur ce sujet vaguement angoissant, il prend un malin plaisir à de nouveau aborder une conversation abandonnée un peu plus tôt – au grand damne de Aran qui gonfle les joues, le supplie avec lassitude d’en rester là. Se montre toujours plus condescendante sur ce sujet qui le passionne tant – ça va finir par devenir vexant, et par manque d’envie de finir par être blessé pour de bon, il s’approche encore un peu, referme ses doigts sur une mèche de cheveux pour la glisser derrière son oreille. Et lorsque leurs regards se croisent, il sait immédiatement qu’il est parvenu à atteindre son but : elle est troublée. Un point pour le camp Suho, et un sourire satisfait qui gagne ses lèvres même si elle s’éloigne, s’agrandit un peu plus encore en la sentant ébouriffer ses cheveux, jusqu’à se muer en éclat de rire. Car un instant, il a l’impression que tout est revenu à la normale. Un instant, il a l’impression qu’ils ont été transportés au temps du lycée, lorsque tout prétexte était bon à prendre pour s’effleurer ; pour se toucher. Lorsqu’il parvenait encore à lui arracher des éclats de rire, et dérider cette gamine aux allures un peu trop sauvage. Et il ne devrait même pas être surpris qu’elle lui réponde qu’elle se montrera moins tactile – seulement pour le contrarier. Une main qu’il porte à son cœur, l’air soudain malheureux comme les pierres lorsqu’il lui répond :

- Car on n’est plus proches ? Après tout ce qu’on a vécu… ? Ah, Aran, tu me brises le cœur…

Et il s’en amuserait franchement s’il n’y avait pas un cruel fond de vérité derrière ces derniers mots ; si elle ne lui avait pas fait connaître son premier chagrin d’amour, et qu’il n’avait pas eu tant de mal à l’oublier, même une fois envolée à l’autre bout du pays. Mais la commedia dell’arte ne perdure pas très longtemps, et déjà il entreprend de se recoiffer, fait la moue en l’entendant encore revenir sur le désastre de leur dernière entrevue, avec ses airs de sale gosse en train de se faire remonter les bretelles.

- On s’est déjà expliqué sur ça…

Car pour lui le sujet est clos, il lui a dit qu’il a juste réagi sous le coup de l’accumulation ce jour-là, elle l’a éclairé sur le fait qu’elle ne s’est pas comporté différemment avec son groupe qu’avec tous les autres, alors tout est clair. Cela devrait être suffisant. Mais évidemment, ça ne l’est pas pour Aran, qui de tout ce qu’elle pourrait lui demander lorsqu’il lui offre de faire ce qu’il faudra pour la respecter, choisit de lui demander de s’excuser.

Ici, on souffle.

- Quelle opinion déplorable t’as de moi… Tu fais que me blesser aujourd’hui, y a vraiment pas à être si cruelle… Est-ce que si je m’excuse tu t’excuses de m’avoir qualifié de mec médiocre ?

Sourire de petit con au bord des lèvres – car Suho, bien sûr qu’il ne s’excusera pas s’il doit être le seul à le faire. Ce serait un peu trop lui demander ; c’est toujours du marchandage, avec lui. Et il la laisse s’échapper, se contente de faire un pas dans le bureau pour pouvoir mieux lui parler, tout en conservant les distances qu’elle a imposé. Les lèvres qu’il doit pincer pour ne pas éclater de rire en voyant son air étonné lorsque le trépied se casse la figure sous son nez, une petite grimace qu’il esquisse lorsqu’il lui fait remarquer :

- Ah, je pense c’est le karma ça… T’es si méchante avec moi que le roi des démons a décidé de t’empêcher de faire ton live…

Et l’amusement brille dans ses yeux en la voyant s’escrimer à le réparer – bon courage, Aran, maintenant qu’il est cassé il est cassé –, la main qu’il porte à sa bouche, l’air choqué, lorsqu’elle lui demande s’il tenait encore debout lorsque lui a fait son live.

- Quoi ? Je dois comprendre que t’as même pas regardé mon live ? Mauvaise fan…

Un claquement de langue désapprobateur, et la tête qu’il secoue doucement, l’air déçu. Et il fait quelques pas vers elle, Suho ; lui explique tout en gagnant le bureau :

- Tu vois, si t’avais été un peu plus assidue… Tu saurais qu’il tenait très bien quand j’ai lancé mon live… un peu moins quand je l’ai coupé. Je l’ai peut-être fait tomber en essayant de leur montrer deux-trois mouvements de la choré…

Et désormais à sa hauteur, il s’appuie sur le bureau ; la fixe en portant son index devant ses lèvres.

- Mais chut. Comme j’ai dit à mes fans préférés, ça restera un petit secret entre nous, d’accord ?

Sourire en coin, un sourcil qu’il hausse. A un peu trop prendre un malin plaisir à la traiter comme sa fan attitrée.


FIREWORKS

elle me déclare sa flamme auprès d'une flaque d'essence ; j'm'accroche à ce qui reste de mon adolescence --
Lim Aran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11517-ca_2001#343189
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? : -- idol (suho) PXLmsiIt_o
AVATAR : kim jiwoo (chuu)
POINTS : 300
MESSAGES : 63
NOUS A REJOINT LE : 07/08/2021
AGE : 20
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) EmptyHier à 23:43
they call me artist, they call me idol

-- ft suho

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩



La langue reliée directement au cerveau voudrait le piquer, lui dire que vous n’avez rien vécu de bien particulier ensemble. Mais le cœur, lui, sait que dans les faits, il y a eu beaucoup plus que de simples baisers et du sexe partager. Il y a eu de l’accroche de ton coté, un semblant d’amitié qui trop rapidement à ton gout a pris fin du moment que t’as quitté la ville. Suho, il est l’un des rares à savoir ton histoire, savoir ce que t’as vécu étape par étape avant d’arriver à Séoul. Il sait la rancœur que tu portes à tes géniteurs dont tu ne connais même pas le visage, que t’as vraiment du mal à faire confiance à la dernière famille qui t’a adopté – ainsi qu’au reste du monde. Car ton manque de confiance n’a finalement pas de limite depuis le premier abandon. Mais au souvenir d’ô combien t’as pu l’apprécier Suho quand il était là pour toi tu te tais Aran, te mord la langue pour ne pas dire une bêtise.

C’est bien plus facile de revenir sur cette affreuse après-midi du mois de juin. Ce fameux jour où tout a explosé pour vous, durant lequel t’as pris conscience que Suho n’avait plus aucune empathie à ton sujet. T’étais plus Aran, la fille avec qui il passait ses journées à s’entrainer, à embrasser lorsque l’envie lui prenait mais juste Aran l’idole en herbe, une vieille connaissance qu’était en train de lui prendre la tête. Et ça t’a fait mal, bien trop de mal pour que tu ne bloques pas sur ça. T’aimerais être comme lui, ne pas te prendre la tête avec tout ça et juste accepter qu’il y a eu un couac, que c’était juste pas le moment pour vous pour vous recroisez. Mais il a trop compté pour toi Suho, a été un si bon pilier durant une année que de le voir te parler ainsi t’a bousillé. Et t’es prête à lui faire des excuses, mais quand il te les demande le sourire sur les lèvres comme si pour lui c’était un jeu, ça te renfrogne et tu lâches finalement contre toute attente :

- Moi je l’avoue j’ai dit des choses que je pensais pas mais tu sais quoi ? j’m’en fiche, si c’est pour avoir des excuses uniquement car j’les demande j’en veux pas finalement.

Garçon que tu contournes avec bien trop de fierté pour te plier à ses conditions, bureau que tu gagnes et catastrophe qui se joue devant tes yeux quand le matériel se casse. Tu ne saisis pas tout, questionne l’ancien brun sur le sujet tout en essayant de réparer le trépied. Parait que c’est un tour du karman, que le roi des démons a encore fait des siennes puisque t’es – d’après lui – méchante. Et tu ne même pas la tête vers lui, continue de bidouiller te contente de ricaner en l’entendant dire des conneries pareilles à Suho.

- A moins que tu sois le roi des démons… C’est pas du karma, juste du sabotage là.

Patience que tu perds bien rapidement, pied du trépied avec lequel tu te mets à jouer puisque le réparer semble impossible. Tu demandes à Suho ce qu’il en été quand il est arrivé dans la pièce si lui aussi a eu à faire à du matériel cassé ou bien si il est la personne qui l’a cassé. T’avais un petit doute, lui laissait le bénéfice du doute mais quand il prend son air insurgé en apprenant que tu n’étais pas connecté à son live, s’insurge pour les mauvaises raisons tu comprends bien vite qu’il est le maladroit qui a foutu le bordel dans la pièce car le connaissant, t’imagines qu’il clarifierait la situation si il n’était pas le bourreau.  

- Non désolé Suho… j’étais sur le live d’un autre artiste…  Tu m’en veux pas trop j’espère ?  

Petite moue que tu lui sers, les cils qui se mettent à battre comme les deux ailes d’un papillon. Comme si tu souhaitais te faire pardonner lorsqu’en réalité t’étais juste dans une réunion super ennuyante durant des heures, que t’étais absolument pas au courant qu’il faisait un live. Mais t’aimes bien le voir se vexer, claquer sa langue avant de t’expliquer ce qu’il s’est passé dans cette pièce avant que t’arrives. Parait que tout marchait à merveille, qu’il aura juste fallu qu’il se mette à danser pour les fans pour foutre le bordel. De quoi te faire sourire, bouger nonchalamment la tête de gauche à droite faussement désespéré.

- Qu’est-ce qu’on va faire de toi… mh ? C’est fou d’être si adroit en danse mais si maladroit pour le reste … T’as cassé d’autres trucs ou bien ? Que je sache si j’suis sur un terrain miné ou pas…

Tu fais semblant de chercher d’autres choses cassé sur le bureau, soulève le clavier de l’ordinateur, touche à ta chaise avant de reporter ton attention sur Suho, le regarder s’approcher – encore – de toi, te surplomber d’encore plus haut dorénavant que toi t’es assise et lui debout. Tu regardes alors ses lippes se mettre à mouvoir, son joli nez droit et te dit qu’il est vraiment beau – encore plus beau que les souvenirs que t’en avais en tête. Que sa voix est douce, suave même quand il l’utilise pour dires conneries et agir comme si t’étais sa fan suprême.

- Et il se passe quoi si je ne garde pas le secret … ? J’suis curieuse…

Tête que tu penches un peu sur le côté, le fixe dans l’attente d’une réponse avant d’ajouter :

- Quoique tu répondes t’inquiète pas que les gens d’internet s’occuperont de balancer ton petit secret avant moi ... J’suis même sûr que c’est déjà le cas, allons voir ça.

Téléphone portable que tu sors de ton sac à main et déverrouille, tu cliques sur l’application désirée, tape comme mot clé dans la barre de recherche Ren Icarus et le laisse découvrir à tes cotés qu’une vidéo de lui semble tourner.

- Qu’est-ce que je disais …

Contenu sponsorisé
-- idol (suho) Empty
(#) Sujet: Re: -- idol (suho)   -- idol (suho) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: