1234
MASCARADE ; YUTA

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière et codage réalisés par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
-20%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
39.99 € 49.99 €
Voir le deal

 :: Globe terrestre :: Ailleurs
Partagez

 MASCARADE ; YUTA


Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : MASCARADE ; YUTA  KX7Is9A5_o
AVATAR : LEE JI EUN/IU
POINTS : 20
MESSAGES : 2274
NOUS A REJOINT LE : 01/03/2020
AGE : 23
MASCARADE ; YUTA  Empty
(#) Sujet: MASCARADE ; YUTA    MASCARADE ; YUTA  EmptyDim 1 Aoû - 18:58

MASCARADE

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Les pupilles se perdent sur l'écho d'une scène artificielle, romance figée sur papier glacé alors que les presque acclamations envahissent l'espace, ils scintillent de mille feux les nouveaux promis, tout droit sortis de leur atelier à alliance préfabriquée ils sont tout ce qu'on attend d'eux : beaux, jeunes, doux, malléables. De nombreux convives au profil inconnu s’amassent autour du buffet. Sous leur yeux enchantés, un cupidon verse depuis son carquois un vin d’une couleur de grenat. Les verres s’entrechoquent en signe de convivialité. Effervescence feinte, complaisance attendue, épidémie d'éclats de rire quand les toasts, à n'en plus finir, se terminent sur une note apparemment humoristique ? Mado se lasse des conversations qui traînent en longueur, des félicitations de rigueur qu'elle partage d'un air béat une risette en plastique qui étire tant et si bien ses joues depuis deux bonnes heures qu'elle en aurait presque mal aux gencives. Elle a envie de hurler. Marionnette statique qui sert des mains et lèche des pieds comme on l'attend d'eux, collée à son paternel elle flâne à travers la salle le regard ailleurs, évitant par tous les moyens de croiser le cortège de cousinage horripilant. Et il faut dire que jusqu'ici elle s'en est royalement sortie, en fuyant la première vaguement une fois ou deux, et a carrément changé de sens au détour d'une table pour ne pas avoir à parler à la seconde.

Elle parvient finalement à s'éclipser des prochains commérages pour rejoindre son frère réfugié à une table faussement vidée de présences parasites « C'est toi qui as fait fuir tout le monde ? Il faut que tu me révèles comment tu as réussi cet incroyable tour de force ! » le sarcasme est palpable lorsqu'elle s'échoue sur la chaise à ses côtés, les premières valses lancées elle observe le balais des apparences, inquisitrice mais froide, figée un cocktail déjà bien entamé entre les phalanges, l’élixir d'évagation ultime panacée contre l'ennui, comme disait Hemingway - drink to make others people more interesting. A peine se permet-elle un (unième) rolling eyes que déjà on feint la foule pour se hisser jusqu'à eux, « C'est pas croyable ils ont un radar ou quoi - elle marmonne coupée de court par l'interruption de leur cousine ; se retournant, les lippes closent, elle sourit ; jaune -  Hanae ! Quel plaisir ! » pas du tout. songe-t-elle un peu plus renfrognée derrière son hypocrisie, « Tu semblait fort occupée à danser avec ton ami, ne t'interromps donc pas pour nous, Yuta et moi on est seulement un peu fatigué, l'avion tout ça, enfin tu sais. » du balais ! hurlent ses yeux en vain, bien décidée à faire étalage des dernières bonnes nouvelles en date, comme à son habitude, la jeune femme la rectifie aussitôt « Mon fiancé, c'est tout récent à vrai dire, je ne crois pas avoir eu l'occasion de vous montrer la bague. Elle est magnifique n'est-ce pas ? Maman dit qu'il n'y a rien de plus raffiné que l'or blanc, c'est une Tiffany tu sais ? C'est fou quand je pense que Mitsuko me montrait la sienne il n'y a même pas trois mois et aujourd'hui on est tous là pour son mariage. Oh mais ne t'en fais Mado, ça viendra pour toi aussi, j'en suis certaine. » et elle ne trouve rien d'autre à faire qu'acquiescer à son ton pseudo navré qui camoufle si mal l'évident triomphe accroché au coin de son petit sourire suffisant. « On devrait vraiment se voir plus souvent on a toujours tant à se dire, et toi Yuta ? Toujours dans, qu'est-ce que c'est déjà ? Le secrétariat ? »  « Le journalisme. » corrige aussitôt Mad les doigts crispés sur son calice à moitié vide « Oui c'est ça le journalisme, j'aimerais beaucoup lire ce que tu as écrit récemment, tu as quelques articles à m'envoyer ? Je ne sais même pas pour quel magazine tu travailles tu as déjà dû m'en parler mais ma mémoire me joue des tours ces temps-ci. » Garce. L'insulte manque de fuser aux lèvres de la Lee interrompue par le reste des indésirables qui décide, fortuitement, de se mêler à leur tour à la conversation,      




☽☽ soleil noir
— AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Lee Yuta
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10547-lee-yuta-crashtest
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : MASCARADE ; YUTA  Ddbf89fad859ee5da7a3b46827b90cbc
AVATAR : El kookito
POINTS : 20
MESSAGES : 13226
NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016
AGE : 24
MASCARADE ; YUTA  Empty
(#) Sujet: Re: MASCARADE ; YUTA    MASCARADE ; YUTA  EmptyDim 22 Aoû - 16:42

MASCARADE

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


« Mon chéri, j’ai oublié mon sac dans la voiture. Tu peux y’aller ? »
Au contact des clés de la voiture, l’apnée anxieuse dont il est la proie lui fiche un peu la paix. Être confronté à ce côté-là de sa famille c’est devoir faire attention à ce qu’il doit dire, faire, être. Et il sait que malgré ses efforts, il va faillir. Alors il est sur le qui-vive, un peu comme lorsqu’on embarque dans une tour de chute, on sait qu’il va falloir à un moment ou un autre que l’attraction nous lâche dans le vide.
La question, est de savoir quand.

À l’instant où il referme la portière, deux de ses cousins viennent à sa rencontre. Des garçons dont il était plus ou moins proche enfant, mais dont les rapports se sont délités à l'adolescence. Le peu qu’ils savent les uns des autres aujourd’hui leur vient des réseaux sociaux et des commérages familiaux.
À en juger leur regard qui descend sur le sac qu’il porte à la main pour remonter ensuite à son visage, il devine qu’il a été l’objet d’une ou deux conversations plus ou moins « controversées. »
« C’est à ma mère. — Pour quelqu’un qui porte un accessoire de mode rose à fleurs, je te trouve particulièrement sur la défensive. » Ses iris lâchent sur sa moquerie un portail de fer, son grincement inhospitalier s’entend dans sa manière de passer entre eux pour se faire un chemin. Celui qui est resté muet le rattrape avant qu’il ne puisse aller trop loin. « Il plaisantait, tu fumes toujours ? » Depuis la méfiance tapit dans ses orbes, il jauge le degré de sincérité de sa démarche et décide d’accepter la cigarette sans pouvoir décontracter totalement la raideur dans ses épaules. « T’es toujours à l’université ? Diplômé.Qui aurait pu croire que t’y arriverais ?Je sais pas trop comment le prendre.Détends-toi, je blague. On sait tous que les études c’est pas ton truc. C’était, j’ai réussi. Tu veux que je t’envoie le diplôme sous format PDF ou tu cherches juste à jouer au con ? Et bah, moi qui pensais que la nicotine avait des vertus lénifiantes.Si elle avait la vertu de te faire bouffer ta connerie tu me verrais courir t’acheter un paquet.Tant que tu me cours pas après, ça me va.Pourquoi ? T’as prévu de me voler mon phone ? » Le rire camouflé en toux du plus silencieux des trois met un terme à l’échange, Yuta salut celui-ci d’un signe de tête en ignorant totalement l’autre.

Sa mission auprès de sa mère accomplie, il trouve refuge à la table des enfants. D’après lui c’est celle où il y’a la meilleure nourriture en plus de ça elle est souvent désertée parce qu’ils ne tiennent pas en place et surtout, l’alcool dans un verre opaque pastel peut passer plus facilement pour du jus de pomme.
Avant que Mado ne le rejoigne, l’équivalent de cinq petites briques de « jus de fruit » a pu passer dans son sang.
« Ma bonne humeur légendaire, peut-être. » Il repose son verre, sous l’oeil inattentif de Mado préoccupé par l’entrée de leur nouvelle antagoniste, pour en récupérer un moins « problématique. » Subterfuge grossier, qui n’a pas trompé leur cousine qui le révèle tout en silence. Buvant sa coupe dès qu’il se met à boire son faux-semblant.
Les attaques pleuvent, elle agit comme une anémiée du chaos. En essayant de se contenir, il donne l’air d’une caisse en bois trop pleine. Les planches se plient sous le poids qu’elle doit contenir, il sent que des échardes vont voler.
S’il craque, il prendra ses morceaux pour les taper avec. Au moment où cette pensée le traverse, leur cousin tire une chaise pour s’assoir à côté de Mado. Il lui passe un bras autour des épaules, c’est comme s’il avait fini par donner un coup de talon dans sa caisse.
Il l’a cassé.
« La touche pas. » Elle ne comprend pas et elle sait en le voyant dans cet état qu’il ne vaut mieux pas demander, ça reviendrait à vouloir mettre les mains dans un incendie pour chercher d’où ça a démarré.
C’est inconscient.
« Me dis pas que t’es jaloux.Joue pas à ça, je te jure je me lève et je t’éclate. Yuta, calme-toi. Il ne t’a rien fait.Toi miss je suis quelqu’un parce que mon gars est allé m’acheter une pierre qui brille tu ferais mieux de la fermer. Tu te fiches de Mad, tu te fiches de moi depuis que t’as rappliqué. Elle a été assez poli pour encaisser pour nous deux mais j’ai pas sa patience. À partir de maintenant soit tu nous parles sans nous prendre de haut soit tu te casses avec ton caillou. Pigé ? Et toi, retire ton putain de bras de ma soeur. M’oblige pas à me répéter une troisième fois. »


Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : MASCARADE ; YUTA  KX7Is9A5_o
AVATAR : LEE JI EUN/IU
POINTS : 20
MESSAGES : 2274
NOUS A REJOINT LE : 01/03/2020
AGE : 23
MASCARADE ; YUTA  Empty
(#) Sujet: Re: MASCARADE ; YUTA    MASCARADE ; YUTA  EmptyLun 11 Oct - 23:09

MASCARADE

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Les doigts enserrent l'épaule frêle qui ne ploie pourtant pas, jamais, Mado a la tête haute et le cœur acier, si son frère est fait d'un argile qui tend à fondre sous les remous d'eau salée qui ébranle tantôt ses fondations elle se déforme à peine sous les injures, les moqueries, l'ignorance. Elle en a fait son amure, aussi froide que la glace, aussi robuste que les racines enfoncées dans la terre, pour la faire flancher il faut attaquer profond. Déraciner en creusant loin sous la surface, assaillir son tempérament d'un calme inébranlable, dans les pires situations elle s'anesthésie du venin qu'on lui injecte pour le transformer sève. Leur mère est émotion, Yuta impulsion, elle s'applique à d'avantage ressembler à leur père : distante, impassible et contrôlée — ce que son aîné déprécie tant chez l'un comme chez l'autre, elle sait bien que ça l'a sauvé plus d'une fois. Alors lorsque la silhouette se mouve avec condescendance pour refermer ses griffes sur sa peau, elle bouge à peine un sourcil, if he put his hands on you cut them off ; bref coup d'oeil haineux qui envisage l'espace d'une seconde de s'en saisir pour l'obliger à lâcher prise avant qu'un sourire crispé orne ses lippes. Elle ne perd pas un gramme de sa maîtrise, non, elle sourit tendue comme jamais en se répétant que ce n'est qu'un mauvais moment à passer, lui, eux, toute cette cérémonie bidon. Ce n'est qu'un mauvais moment. Rester silencieuse devant l'affront. Ce n'est qu'un mauvais moment. S'empêcher toute entière de lui arracher le bras. Ce n'est qu'un mauvais moment. Ne surtout pas se donner en spectacle, c'est tout ce qu'elle déteste, ne pas porter la honte sur leur mère, qu'ils s'amusent déjà tous trop souvent à prendre de haut. Ne pas attirer l'attention sur leur père, qui depuis de longues heures fait d'insoutenables efforts pour passer inaperçu. C'est ce qu'ils font sans cesse, à chaque rencontre, raser les murs, éviter les esclandres, tout faire pour ne pas être vus. Ce n'est qu'un mauvais moment.

La litanie intérieure bascule devant l’effondrement total de Yuta, ça pète de tous les côtés et elle se retrouve avec un tas de morceaux dans les mains dont elle ne sait pas quoi faire, déjà elle voit l'attention de quelques convives se recentrer sur leur table, « — Et toi, retire ton putain de bras de ma soeur. M’oblige pas à me répéter une troisième fois.J'la lâche détends-toi.... un rire faussement nonchalant s'égraine entre ses lèvres tandis qu'il lève les bras au-dessus de la tête surjouant la reddition — Tu m'en aurais vraiment collé une ? Sérieux ? Ouuuh quel caïd ! Allez, on s'excuse, hein qu'on s'excuse Hanae ? ses pas abolissent la distance jusqu'à Yuta, quittant son siège pour rejoindre son cousin, le rictus provocateur accompagnant ses mots toujours flanqué sur sa sale petite face de ratTu vas pas gâcher la fête de Mitsuko si ? Qu'est-ce qu'en penserait ta maman chérie ? Non, toi t'es le bon fils qui va chercher le sac à fleurs n'est-ce pas ? Tu vas pas lui infliger une unième déception, tu crois pas qu'elle doit justifier assez de tes erreurs comme ça ? »

En quelques mots, les branches craquent.

L'acier épouse les courbes de son visage, sa paume sonne retentissante contre sa joue, Mad ne relève pas l'expression interloquée de sa cousine, ou les invités potentiels s'interrogeant sur son geste, la claque est partie si vite que Yuta lui-même semble surpris de son intervention. Le coup n'était ni impulsif, ni regretté, elle ne perd jamais le contrôle, même dans mauvais moments, tout était calculé, de la courbure de ses doigts à l'anneau d'argent retourné expressément vers l'intérieur pour optimiser la douleur de la gifle. « — Si j'étais mère c'est plutôt d'un fils comme toi dont j'aurais honte. Par ailleurs, tu ne peux pas t'excuser tout seul. C'est grammaticalement incorrect. La formule que tu aurais dû utiliser est "excusez-nous" ou encore "veuillez accepter nos excuses". Et pour ta gouverne, on ne t'excuse pas. On ne t'excuse pas du tout. Maintenant pousse-toi de notre chemin ou je me ferai un plaisir de dire à tout le monde ici présent que je t'ai giflé car tu as essayé de me tripoter. Tu pourras me traiter de menteuse, et prétendre que tu as "seulement mis la main sur mon épaule" mais tu l'entends n'est-ce pas ? Tu entends comme ça sonne piètre justification ? Après ça, à chaque dîner, à chaque fête, à chaque toute petite réunion de famille substituera un doute, tu seras ce cousin à côté duquel les parents ne veulent pas que leur petite fille s’assoit. C'est ça que tu veux ? C'est bien ce que je pensais. » empoignant son frère elle fend la foule sans un regard en arrière, elle trace parmi le brouhaha ambiant, les oncles déjà trop éméchés, les vagues connaissances tentant de leur faire signe. Elle fait semblant de ne rien voir, de ne rien entendre, cherchant un répit nécessaire pour reprendre son souffle, sortir d'une géhenne en mascarpone et tulle ivoire.

Inspirations hésitantes quand enfin ses pieds foulent un carré d'herbe qu'elle juge assez reculé des chapiteaux sous lesquels s'entassent leurs horribles proches, planqués entre deux buissons elle s'autorise à relâcher le bras de Yuta dans un soupir de soulagement. « — Tu me files une clope ? elle s'accorde des circonstances atténuantes passant outre ses propres privations de nicotine, — Wow ! Ça fait un bien fou ! elle doit bien avouer que ça la démangeait depuis un long moment. Tant pis si ça déroge à toutes ses règles, si leur grand-mère vient la sermonner en lui disant que ce n'est pas digne d'une jeune fille comme il faut, ça valait le coup pense-t-elle sans le formuler, des éclats de rire accompagnants les cumulus de fumée qu'elle recrache : — Est-ce que tu as vu la tête que faisait Hanae ? Je crois bien que son cerveau a frisé sur place ! »  

Peut-être devrait-elle se sentir désolée, sûrement, mais elle ne ressent qu'une euphorie passagère délavée à la fureur ; on s'en est pris à ses racines, en attaquant son frère, c'est toute son écorce qu'il a tenté d'écorcher.



☽☽ soleil noir
— AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Contenu sponsorisé
MASCARADE ; YUTA  Empty
(#) Sujet: Re: MASCARADE ; YUTA    MASCARADE ; YUTA  Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: