▲ up▼ down
1234
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého



 

news MAJ des océans, allons chercher l'Atlantide
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX
// tente ta chance
:. À LA FOIRE AUX CHIFFRES

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX

RENTREE une année se termine, quand une nouvelle commence ! viens nous dire ce que tu deviens, sur le
dossier de passage

Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  Avril 2021

classement comme tous les mois : les trois grands classements sont affichés ! découvre si ton personnage ou ton groupe est sur la liste.

Rentrée à la SNU avril marque aussi le début d'une nouvelle année, il est temps de songer à l'avenir de ton personnage juste ici !

Bulletin spécial c’est un véritable déluge qui s’abat sur séoul ! découvre sans plus tarder ce que la météo annonce sur la situation des prochains jours. pluies record sur séoul.

Chiffre porte-bonheur un nouveau jeu fait son apparition, confie ton destin au hasard, si tu oses ! foire aux chiffres

roulette viens tester ta chance à la roulette des abysses

news MAJ des océans, allons chercher l'Atlantide
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX
// tente ta chance
:. À LA FOIRE AUX CHIFFRES

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX

RENTREE une année se termine, quand une nouvelle commence ! viens nous dire ce que tu deviens, sur le
dossier de passage

Le Deal du moment : -72%
LOGITECH Souris Silencieuse M220 Silent – Sans ...
Voir le deal
12.54 €

Partagez

 The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého


 :: seoul :: Gangnam :: Résidences
Choi Mi Ran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10947-choi-mi-ran-ranmi_da#332832
hwaryeo ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého B5e84c525b9d3fdda0e5d2304d026232
AVATAR :  ⊱ Kim Do Yeon (Weki Meki)
POINTS :  ⊱ 289
MESSAGES :  ⊱ 31
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 03/04/2021
AGE :  ⊱ 19
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyMar 6 Avr - 20:03

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Respire Mi Ran, respire. Ça pourrait te servir pour vivre
Alors elle avait inspiré, elle avait expiré, et elle avait ravalé sa colère pour remonter les escaliers direction sa chambre. Evidemment, elle se doutait bien que cette robe un peu trop courte, un peu trop décolletée, ne serait pas validée par son père. D’ailleurs, même sa mère lui avait lancé cet air outré quand elle les avait retrouvé au salon. Le « Non. Demi-tour. Tout de suite. » était bien trop autoritaire pour venir d’une mère qu’elle trouvait, pour être toute à fait franche, un peu perchée ce soir. On aurait dit que c’était à elle qu’on venait de faire ce cadeau grandiose et magnifique. Le plus beau dont une fille de son âge puisse rêver. Youpi, comme on dit pour appuyer l’ironie.
Non, la nouvelle qu’elle avait appris quelques jours plus tôt ne la mettait pas vraiment en joie. Sincèrement, ce n’était pas le cadeau qu’elle avait espéré pour sa majorité approchante. Alors, évidemment, elle n’était pas contre l’idée d’être au moins assez chiante pour mettre une robe scandaleusement provocante. Si son père voulait jouer, elle était tout à fait capable de répondre. Qu’elle soit punie ou non par la suite, ça lui était bien égale. Gens importants au dîner que sa mère avait fait préparer par un grand chef cuisinier français ou non.

On ne peut pas toujours décider Mi Ran. Mais on peut ennuyer !
Ça, c’était sa grand-mère qui le lui disait souvent quand elle la voyait de mauvaise humeur. Quand elle voyait sur ses traits une contrariété qu’elle interprétait comme celle que son fils savait parfois déclencher avec les fortes têtes.
Mais à priori, ce soir, elle n’avait pas le droit d’ennuyer non plus. Son père était rentrée à sa suite et il avait fouillé rapidement dans ses affaires pour en tirer une robe qu’il avait abandonnée sur le lit « Mets celle-là. »  et si son salut militaire n’avait manifestement pas été du goût de son père, elle n’en n’avait pas moins tiré à elle la robe déposée sur le lit « Tu comptes me demander au moins une fois si toute cette histoire me fait envie ? » simple curiosité, une simple curiosité à laquelle son père avait répondu d’un simple et catégorique non avant de franchir les portes de sa chambre.  Ce n’était pas comme si elle ne se doutait pas de la réponse. Mais il ne lui avait pas demandé non plus si elle comptait être une gentille fille avec tout ça. Et pour cette partie-là, disons que comme beaucoup de choses dans son cas, ça dépendrait du moment.

« Noir ? Mais c’est si triste. » ça, c’était ce que sa mère lui avait dit en la voyant depuis le bas des escaliers. Elle, elle trouvait au contraire que c’était parfait. Tout juste dans le bon ton. Mais la plaisanterie que son père lui avait ôté de la bouche en lui demandant de se dépêcher, sa mère l’avait surpassé quand elle avait ajouté « Oh non chérie, reste en haut, tu descendras quand ils seront là, ça fera une meilleure entrée dans ta jolie robe. »
Et c’est ainsi que, pour une fois, elle ne se ferait pas attendre. Oui, les escaliers, elle n’avait mis que quelques secondes à les descendre. Elle tenait même presque là un nouveau record dont sa mère n’avait pas semblé se féliciter face à son visage.
Oui, la maîtresse de maison pouvait être déçue.
Elle, elle trouvait plutôt ça humiliant… sans cesse avoir à jouer les poupées…

« Ils arrivent. Je te préviens maintenant Mi Ran, si… » couper son cerveau, ne pas écouter la suite. Voilà, c’était bien mieux. Ça faisait au moins cent fois qu’il lui répétait la même chose. Ça va, elle avait compris, elle devait être un peu gentille avec les parents et le fils de l’ambassadeur chinois.
Pardon, avec ses beaux parents et son futur mari.
Parce que oui, youpi, on lui avait trouvé un fiancé. Inutile de se montrer curieuse à attendre dans le salon. Franchement, aucun intérêt. C’était un intello, à mourir d’ennui, gentil, poli, sans doute très prétentieux et pas franchement plaisant pour autant et peut-être même qu’il était au club d’échecs. Et si elle avait trouvé le moyen de décrocher le vrai ticket gagnant, il avait sans doute un tic super agaçant. Ou alors le genre qui vous reprenait à chaque phrase parce qu’il y avait toujours une meilleure tournure selon lui.
Oui, franchement, elle avait hâte de savoir quelle tête avait le fils Wu qui s’apprêtait à passer ses portes. Le summum de l’impatience.
« Joyeux Hunger Games. Et puisse le sort m'être favorable » le choix de ses derniers mots sans doute.
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.


I want to break free
“I've got to break free. God knows, God knows I want to break free.”
Wu Yu Dan
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ bip bip bop bop
AVATAR :  ⊱ Qian Kun - WayV
POINTS :  ⊱ 411
MESSAGES :  ⊱ 49
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 02/04/2021
AGE :  ⊱ 23
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyMar 6 Avr - 20:13

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Non. C’était visiblement quelque chose que ses parents ne comprenaient pas. Non. Trois lettres, simples, claires… qu’il avait plusieurs fois répétées au cours des dernières semaines. Et pourtant… ils étaient là ce soir, devant cette immense baraque qui ressemblait en quelques points à la sienne. Enfin, celle des Wu.

Dan n’avait jusqu’ici jamais vraiment émis d’opposition à la volonté de ses parents. Il avait toujours fait selon leur souhait. Ses études, sa vie… mais quand il fut question de ce mariage arrangé… l’aîné modèle n’avait pas su se résoudre à s’y plier. Du moins, pas aussi docilement qu’à l’accoutumé.
Non pas qu’il fut du genre fleur bleu, ça n’était pas vraiment le problème… Non, le problème, c’était que Dan et les relations humaines, c’était une histoire un peu compliquée. Il s’était isolé tant d'années, la tête dans ses bouquins… Il ne commençait à s’ouvrir aux autres que depuis un ou deux ans, et nouer une véritable relation avec quelqu’un était encore un terrain sur lequel il tâtonnait. Ce n’était pas tant l’envie qui lui manquait mais, Dan, c’était un garçon réservé. Il savait aimer Dan, il avait appris à le faire avec son petit-frère… mais quand il s’agissait d’inconnu, la chanson était différente.
Alors, ramener une petite amie à la maison ?
Ha. Ca. C’était carrément un autre monde.
Et c’était probablement pour ça que sa mère avait commencé à nourrir cette lubie de lui en trouver une avec son père. Parce que leur pauvre fils chéri était trop occupé et trop timide pour ça. Et surtout, ils s'assuraient ainsi que leur future belle-fille serait avant tout à leur goût.

Maman… vraiment, j’ai pas….
Aussi, ces derniers temps, l’étudiant ne recevait plus seulement les appels - à l’aide - habituels son père. Ces temps-ci, le numéro de sa mère s’affichait plus souvent sur son écran de téléphone.
Vraiment, je t’assure, j’ai pas besoin de…
Au début, elle lui avait subtilement glissé l’idée qu’il avait balayé aussi vite, déjà mal à l’aise. Et puis, au fur et à mesure des appels, l’épouse Wu énumérait des noms, des qualités, d'excellentes candidates qu’il avait fini par ne plus écouter que d’une oreille.
Jusqu’à cet appel, quelques jours plus tôt. « Danny chéri, j’ai une excellente nouvelle : ton père t’a trouvé la fiancée idéale. » Sa voix était plus enjouée que d’ordinaire - à croire qu’on avait changé ses petites pilules - et, malgré les tentatives usuelles de son fils pour décliner ce qui n’était pas une offre négociable, sa mère ne lui en laissa pas placer une. A la fin de l’appel, c’était acté. Wu Yu Dan avait une fiancée et il la rencontrait à la date planifiée par ses parents.
Son mot, il n’avait pas à le dire. Jamais. C’était sûrement pour ça qu’il n’avait jamais essayé d’aller contre leur volonté… c’était voué à l’échec.

Les jours avançant, il lui avait été impossible de se dérober. Il avait eu d’autres appels où il finissait toujours plus agacé car incapable de freiner ou dévier de ce mur contre lequel il fonçait. Sa mère lui donna tout de même quelques informations sur la femme qui devrait normalement partager sa vie à l’avenir. Elle s’appelait Mi Ran, avait 19 ans - Dan avait grimacé - et faisait des études - personne ne lui avait précisé lesquelles cependant. En revanche, sa mère lui rappela plusieurs fois qu’elle était un excellent parti car son père était dans la politique - évidemment…- et sa mère était une actrice célèbre d’une grande beauté - aidée par les soins de sa génitrice, mais ça…
Jolie. Cela, elle l’avait mentionné aussi plus d'une fois. Il lui avait aussi semblé entendre qu’elle avait reçu une éducation plus que décente dans un établissement catholique. Non pas que les Wu fussent de grands croyants, encore moins chrétiens, mais cela devait sonner comme une bonne chose à leurs oreilles. Il n’eut en revanche aucune photo et… pas grand chose de plus sur la demoiselle.
Puis le jour J arriva.

Ses parents s’assurèrent à plusieurs reprises que Dan serait disponible ce soir-là. Il aurait tant aimé pouvoir être comme Jin à cet instant… Désinvolte et je m’en foutiste. Fuir et envoyer en l’air les bonnes convictions parentales…
…. mais parce qu’il n’était que le fils chéri, l’aîné modèle bien docile, il s’était retrouvé devant la maison des Choi, habillé d’un élégant costume, à la cravate un peu trop serrée et les cheveux soigneusement coiffés.
Son simple premier pas hors de la voiture lui étrangla la gorge. L’estomac noué, il se sentait plus raide que jamais. Si les parents Wu étaient ravis de n’avoir que leur aîné ce soir, Dan se demandait s’il n’aurait pas préféré que Jin soit là aussi ce soir. Certes, la soirée aurait été sûrement très différente mais au moins, il n’aurait pas été le seul à avoir le cœur dans les chaussettes à l’heure actuelle. Et peut-être aurait-il eu un semblant de pression en moins…

Il ne pouvait plus reculer désormais. Il n’avait pas le choix que de rencontrer cette fille dont il ne savait presque rien et qu’il n’avait pas envie d’épouser.
Qu’est-ce qu’elle pensait de tout ça de son côté ? Était-elle heureuse ou bien aussi terrifiée que lui ?
Il songea que peut-être, il devrait se montrer honnête avec elle dès le début. Au détour d’une conversation plus intime, il pourrait peut-être lui faire comprendre qu’il n’avait aucune intention de la marier…
Ils n’étaient plus qu’à quelques pas de l’entrée. Sa mère s’assura pour la 53ème fois depuis leur départ que sa cravate était bien droite et correctement nouée. Il étouffa un peu plus. Son père venait de frapper à la porte quand il se tourna vers lui pour lui glisser en leur langue natale un conseil faussement amical : « Souris, fils. » Et un rictus crispé vint barrer maladroitement sa figure. Il aurait bien aimé que la foudre s’abatte sur lui maintenant. Un coup sec et fatal. Malheureusement, le ciel était dégagé, la nuit magnifique.

La porte s’ouvrit et ils la franchirent d’un pas à l’unisson. La lumière trop éclatante de l’entrée l’éblouit et il rajusta les lunettes qu’il n’avait pas sur son nez. « Bonsoir, bonsoir, merci beaucoup de nous accueillir ici, c’est un plaisir…  » Ses deux parents s’étaient inclinés bien bas, à plusieurs reprises, serrant les mains amicales qu’on leur tendait. Dan fit de même, plus raide, moins assuré.
Puis, il balaya la pièce d’un regard tout aussi nerveux à la recherche de celle qu’il était venu rencontrer. Une jeune fille se tenait près de leurs hôtes et il fut difficile de douter qu’il s’agissait bien d’elle. Dan marqua une pause tandis que ses yeux se posaient sur elle avec toute la pudeur dont il savait faire preuve. Choi Mi Ran était belle, vêtue d’une robe des plus élégantes, subtilement maquillée et d’un charisme qu’on aurait su nier. Quand sa mère avait parlé de la fille idéale, elle n’avait probablement pas eu tout à fait tort….
…..
…. Mais il ne s’agissait que d’apparences ! Des apparences qui, si elles importaient beaucoup pour les Wu, et peut-être pour les Choi, ne l’étaient pas tant pour le coeur timoré de Wu Yu Dan. « Bonjour… B’soir ! » rectifia-t-il vivement avant que son paternel ne lui laisse pas l’occasion de fauter d’avantage - c’était déjà une fois de trop à son goût - et n’enserre l’épaule de son fils d’une main patriarcale pour enchainer d’une voix forte et bien plus assurée : « Et voici notre cher fils, Yu Dan. Il est un peu nerveux mais ne vous en faites pas, c’est un garçon brillant et un futur grand avocat ! » … Ouai… il en avait parfaitement l’étoffe à ce moment-là…
Au moins, peut-être que la piètre première impression qu’il venait de faire suffirait à faire annuler ces fiançailles ridicules…  
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.


Bienheureux les simples d’esprit [...] Ils ont l’illusion du bonheur;(monsieur parent - g. maupassant) ✦ (c) sial
Choi Mi Ran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10947-choi-mi-ran-ranmi_da#332832
hwaryeo ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého B5e84c525b9d3fdda0e5d2304d026232
AVATAR :  ⊱ Kim Do Yeon (Weki Meki)
POINTS :  ⊱ 289
MESSAGES :  ⊱ 31
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 03/04/2021
AGE :  ⊱ 19
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyMar 6 Avr - 22:03

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Encore quelques secondes, rien que quelques secondes pour s’imaginer la tête de celui que son père lui avait dégotté au cours de l’une de ses parties de golf dominicales.
Si c’était son sosie, elle se le jurait, elle passait tout de suite par la fenêtre pour fuir le plus loin possible sur sa moto.
Une promesse qu’elle s’était réellement faite malgré tout le côté impossible de ce rêve.
Impossible, à commencer par cette robe fort peu pratique pour prendre la fuite. Beaucoup trop longue, trop encombrante, c’était certain, les princesses n’avaient jamais besoin de fuir. Ou en tout cas, elle n’en n’avait pas le goût.
Sincèrement, si c’était vraiment son père, qu’est-ce qu’elle ferait ?
Il en était capable. Elle le savait. Lui coller un mari pour la contrôler, c’était tout à fait son genre et, d’ailleurs, en dehors de ses trop importantes ambitions, ce n’était pas déjà un peu ça l’idée ?
Mi Ran n’était pas sage. Mi Ran disait trop souvent mais. Elle ne collait pas avec l’image de la jolie poupée qu’il voulait exhiber alors pourquoi pas s’y mettre à deux pour l’enchainer et l’étouffer un peu plus ?
Quand est-ce qu’il comprendrait que lorsqu’il faisait ça, son coeur criait toujours un peu plus fort pour ce besoin vital d’air.
Oui, de l’air, c’était bien de ça dont elle avait besoin en ce moment tandis qu’elle révisait rapidement ses cours.

Wu Yu Dan. Fils d’un homme important et d’une mère brillante. Une mère brillante qui embellissait souvent la sienne pour lui permettre d’avoir l’air encore jeune et jolie derrière un écran. Combien est-ce qu’elle avait versé à la famille ? Elle se l’était vagument demandé tandis que les bruits de pas amenaient finalement les visages pour être découverts.
Il avait 24 ans. Du moins, il allait les avoir… elle se souvenait du ton qu’avait emprunté sa mère pour lui dire "il est né en avril, comme toi !"
Oui, franchement génial.
Et ce serait sans doute leur seul point commun.
« Depuis le temps ! ça m’étonne moi-même qu’on ait jamais dîné tous ensemble ! » son partenaire favori de golf oui… du moins, il était assez important pour l’être. Vétérinaire et il serait devenu au moins aussi insignifiant que les personnes de l’entretien qui travaillaient ici.
Depuis quand est-ce qu’elle avait une image aussi négative de son père ?

Respire Mi Ran. Respire et souris.
Oh, il était si faux ce sourire avec lequel elle avait dit « Bonsoir. » bien loin d’être sincère, bien loin de ceux qu’elle pouvait adresser à ses amis.
Heureusement, maman lui avait filé au moins son talent d’actrice.
A moins que ce ne soit papa… c’est vrai, il était bien meilleur à ce jeu-là.
Quoiqu’il en soit, ce sourire avait été adressé au Wu et son regard avait terminé sur le plus jeune de la troupe que son père avait convié au grand spectacle de leur vie.
Et alors ? Verdict ? Est-ce qu’elle se portait volontaire comme une fière Everdeen ?


Hum…
Elle s’était attendue à autre chose, ça elle voulait bien l’avouer.
Ce n’était sans doute pas le genre d’hommes avec lequel elle avait l’habitude… d’échanger des poignées de mains parce qu’elle était, bien sûr, aussi pure que pour son premier jour sur Terre… mais il était, en réalité, mignon. Même beau à dire vrai… et pas franchement à l’aise ?
« Oh Yu Dan, j’ai beaucoup entendu parler de toi. Ta mère est sans aucun doute la meilleure pour faire ta promotion. Je devrais songer à l’embaucher comme agent ! » et elle avait rit. Elle était comme ça sa mère. Toujours à rappeler l’air de rien qu’elle était une grande actrice que les jeunettes n’avaient pas évincé « Je n’ai pas besoin de te présenter ma magnifique fille !  » évidemment que non, c’était déjà bien assez embarrassant comme ça. Mais si elle avait fait l’effort d’ouvrir la bouche pour dire un mot ou deux, après tout on ne doutait plus qu’elle avait une langue, son père avait pris les devants comme s’il redoutait ce qui allait sortir de la bouche de sa progéniture « Mi Ran aussi étudie à la SNU en attendant. » en attendant quoi au juste ? En attendant de servir de porte-bébés ? « Elle pourrait avoir une jolie carrière comme sa maman mais elle a préféré se remplir un peu la tête avant » oui, elle apprenait à faire le ménage, le repassage et les meilleures positions pour accoucher. Génial. Finalement, cette robe, elle n’était peut-être pas si mal faite que ça pour la fenêtre.

« Mais venez, venez, installons-nous là. Yu Dan, qu’est-ce que tu veux boire ? » oui, c’était tellement plus intime que de s’asseoir dans des fauteuils pour prendre l’apéritif. Elle avait choisi le sien et elle se contenterait sagement du verre de jus de fruits que le majordome lui tendrait tout en espérant quelque chose de plus fort.
Et tiens, pourquoi pas de l’arsenic ?
Si le fils Wu le voulait, elle était même prête à partager.
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.


I want to break free
“I've got to break free. God knows, God knows I want to break free.”
Wu Yu Dan
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ bip bip bop bop
AVATAR :  ⊱ Qian Kun - WayV
POINTS :  ⊱ 411
MESSAGES :  ⊱ 49
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 02/04/2021
AGE :  ⊱ 23
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyMer 7 Avr - 17:18

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
En réponse au rire de l’actrice, Wu Jia Xi gloussa à son tour, pressant l’épaule libre de son fils d’une main maternelle. Dan esquissa un sourire poli et inclina la tête. Ce qui devrait le flatter n’ajouta qu’une pierre supplémentaire au fond de son estomac.
Depuis combien de temps ces quatre individus fomentaient-ils ce plan de mariage arrangé sans parler aux principaux concernés ? Dan se sentit comme le dindon d’une immense farce. Une blague à laquelle il n’avait pas envie de rire.

Mais quand l’attention se porta sur l’autre victime des desseins parentaux, Dan glissa un regard curieux vers elle. Et une lueur de compassion finit par se loger au fond de ses iris tandis qu’aucun mot de sa part ne lui vint, brimée par les paroles de ses géniteurs. Alors, il inclina à nouveau la tête, cette fois à l’attention de Mi Ran et, s’armant d’une meilleure contenance, souffla : « Enchanté, Mi Ran-ssi. » C’était faux. Il n’était pas enchanté de la rencontrer, pas dans ces circonstances en tout cas. Mais il estima qu’elle méritait un peu plus de considération que la vitrine que semblaient en faire ses parents…
Il en avait néanmoins relevé les minces informations données et leurs étranges précisions. En attendant quoi ? Avant quoi ? Et une fois de plus, aucune idée de son domaine d’études. Ce n’était visiblement pas ce qui comptait pour les Choi, contrairement aux Wu. Mais ça n’enlevait cette familière impression de pression qui pesait également sur les épaules de sa fiancée.

« C’est vrai que tu es ravissante, Mi Ran ! Encore plus que toutes les photos que ta mère m’a montré. » Trop ravissante encore pour passer sous le bistouri de Madame Wu sûrement. Quoiqu’elle semblait l’observer trop intensément pour ne pas chercher quelque chose à corriger. On était jamais assez proche de la perfection après tout.
Dan retint un soupir et, poussé par la paume pressante de son père, suivit leurs hôtes dans le salon. « Oh, euh… ce que vous avez… » Un verre d’eau lui aurait sié. Mais on ne buvait pas de verre d’eau à ce genre de dîner. Il se doutait qu’on lui proposerait du vin ou autre truc un peu chic qu’il n’avait pas envie de boire. Mais lorsqu’il prit place dans un fauteuil, celui en face de Mi Ran sans qu’il ne le fasse vraiment exprès, il piocha un verre de jus de fruits sur le plateau qu’on lui tendait. Enfin, ça ressemblait à du jus de fruits…? En passant discrètement le verre sous son nez, il fut soulagé de ne pas sentir l’odeur de l’alcool. Si la boisson sucrée n’était pas sa favorite, c’était déjà mieux que les verres de vin que ses parents s’étaient empressés de lever à l’unisson pour trinquer : « A la première rencontre de nos futurs mariés ! », scanda Wu Zi Qian, bientôt rejoint en chœur par son épouse. Ce qui suffit à faire s’étranger Dan qui n’avait même pas encore trempé les lèvres dans son verre.
Pouvaient-ils vraiment les mettre plus mal à l’aise ?

La conversation porta bientôt sur des banalités de riches plus barbantes que les cours de Dan. Si Dan essayait de poliment suivre et prendre part quand on l’y obligeait, il fut bientôt attaqué par le regard insistant de sa mère. Elle semblait lui faire signe de parler à Mi Ran. « ... » Si le Chinois ne l’ignorait pas, lui glissant par moment quelques regards aussi curieux que gênés, il trouvait la situation beaucoup trop étrange pour entamer une discussion naturelle. Mais parce que sa génitrice allait finir par le percer littéralement du regard, il finit par s’éclaircir la gorge et articula : « Et donc, Mi Ran-ssi… qu’est-ce que tu étudies ? » Evidemment. Une conversation initiée par Wu Yu Dan ne pouvait pas porter sur autre chose que les études. Au moins, Mi Ran savait qu’elle aurait droit à un fiancé aussi barbant que le reste de ses invités.
Mais pour tout dire, cette question intéressait vraiment l’étudiant en droit. « Je ne crois pas qu’on se soit déjà croisé… » ajouta-t-il d’un ton plus réservé. Ce qui n’était pas si étrange car l’université était immense et il était fréquent que des étudiants de branches différentes ne se croisent jamais ailleurs qu’en soirée. Soirées auxquelles Dan ne participait jamais.
D’ailleurs, même s’il l’avait déjà croisé, il était peu probable qu’il s’en souvienne. Non pas que son physique ne marquait pas les esprits - Dan songea une nouvelle fois qu’elle était très belle - mais parce que le Chinois relevait que trop rarement la tête de son bouquin…
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.
Choi Mi Ran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10947-choi-mi-ran-ranmi_da#332832
hwaryeo ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého B5e84c525b9d3fdda0e5d2304d026232
AVATAR :  ⊱ Kim Do Yeon (Weki Meki)
POINTS :  ⊱ 289
MESSAGES :  ⊱ 31
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 03/04/2021
AGE :  ⊱ 19
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyMer 7 Avr - 22:51

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Est-ce qu’il l’était vraiment ? Enchanté ?
Elle s’était posée la question tandis que son regard étudiait les traits de son aîné. Franchement, elle en doutait. Il n’avait pas le profil, et il n’avait pas non plus celui du fiancé qu’elle avait redouté - du moins pas en apparence et pas pour l’instant - il avait un air de gentil qui ne se sentait pas tellement confortable.
« Enchantée moi aussi…. » alors, il était fort probable qu’ils ne soient que deux menteurs forcés de jouer cette vaste comédie. C’était déjà ça… au moins, ce soir, elle ne serait pas la seule à étouffer.
Avant de le faire pour le reste de leur vie ?
C’était bien la question qui était venue effleurer ses pensées. Elle s’était même surprise à espérer qu’au final, il soit celui qui refuse ce truc vieux comme le monde de mariage arrangé.
Mais, ça aussi elle le savait, ce n’était pas aux autres de résoudre les choses pour vous.

Alors quoi ? Elle lançait une alerte à la bombe en plein dîner et après son père l’emmurait vivante parce qu’aucun pensionnat ne serait assez strict pour répondre à ça ? « Merci, c’est très gentil à vous. » ça c’était bien ? Elle avait le droit de le dire ou son père allait préféré la reprendre ? ça sonnait assez cruche et sans vie pour lui ? « On a eu de la chance, on a eu une vraie poupée de Printemps. » ah non, c’est vrai, autant pour elle, sa mère savait toujours faire plus cruche. D’un autre côté, espérer faire pire, c’était comme chercher à devenir khalife à la place du khalife.

Au moins la comédie avançait, et si elle doutait que le dîner soit un de ceux où le temps passait trop vite tant l’ennui serait mortel, elle s’était bien retrouvée avec un verre de jus de fruits dans la main. Dieu comme elle rêvait de sortir pour s’en griller une. Du plus bel effet poupée vraiment.
Alors elle avait préféré étudier la couleur de ce liquide après ce magnifique moment hautement malaisant offert par le père du futur marié. Juste histoire d’offrir l’expression de son “sérieusement ?” à son verre plutôt qu’à son beau-père.
Quelques secondes avant que l’objet de sa curiosité ne devienne son copain de danao - et pardon pour le mauvais jeu de mots - qui ne semblait pas plus faire entendre sa voix qu’elle.

D’accord, peut-être juste un peu plus qu’elle, il fallait rendre à César ce qui était à César. Après tout, il avait fourni les réponses quand on avait pris soin de lui en demander. Est-ce qu’il était aussi sage dans la vraie vie ou est-ce qu’il se forçait comme elle ?
Oui, elle était navrée, mais il fallait bien s’occuper et si elle avait parfois trempé ses lèvres dans son verre- pas trop histoire de s’éviter une remarque gênante de sa mère du type “Chérie, pas trop, c’est bourré de sucre” - elle avait occupé la majeure partie de son temps à étudier le sujet qu’on lui avait à peine donné à réviser jusque là. Elle le savait, ça pouvait être un peu gênant et il devait subir déjà bien assez de pression comme ça ce soir… mais c’était normal de se sentir un peu curieuse non ? Étudier l’adversaire ou l’allié qui… venait de s’adresser directement à elle ?

Sur le coup, elle en aurait presque sursauté. De la pure surprise plus que l’effet du regard brûlant de son père.
Il n’avait sans doute pas vraiment tort. Oh comme l’envie de répondre quelque chose de sarcastique la démangeait, quelque chose de sarcastique sur le fond de l’histoire d’une faible femme ça n’étudie pas vraiment.
Mais elle le savait, elle n’était pas complètement demeurée, si elle embarrassait maintenant son père devant son grand ami golfeur du dimanche, il la tuerait sans doute « Le journalisme. » mais de là à dire que ça ne l’intéressait pas vraiment, il ne fallait pas non plus rêver « Je viens de rentrer en deuxième année. » si la voix de son père avait repris pour se remettre à parler de l’ambassadeur qui avait précédé son futur beau-père à son poste, un ambassadeur bien moins compétent évidemment, elle savait qu’il la surveillait encore et que le premier mot qu’elle sortirait de travers ne tomberait pas dans l’oreille d’un sourd.

Alors elle avait respiré. Respirer pour garder son calme… pour ne pas faire sa Mi Ran… « Non, il ne me semble pas non plus... » elle méritait son cookie non pour être aussi polie et aussi douce ? « Tu es en Corée depuis longtemps ? Tu parles très bien coréen... » et un dialogue passionnant sur commande ! ça c’était une bonne fille à papa ! Où était son cookie ?
Et un petit terme ?
Pour ça, elle l’avouait, elle ne savait pas trop comment elle devait s’adresser à lui.
“Grand Maître” c’était un peu trop et le rôle était pris par son père.
Sunbae probablement, s’essayer au chinois et c’était la mort assuré « … sunbaenim. » alors elle avait finalement décidé de ne pas prendre de risques. Et de deux cookies !
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.


I want to break free
“I've got to break free. God knows, God knows I want to break free.”
Wu Yu Dan
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ bip bip bop bop
AVATAR :  ⊱ Qian Kun - WayV
POINTS :  ⊱ 411
MESSAGES :  ⊱ 49
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 02/04/2021
AGE :  ⊱ 23
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyJeu 8 Avr - 14:44

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Deux bêtes curieuses dans un cirque. Voilà ce qu’ils étaient tous les deux, les futurs mariés comme l’avait si subtilement annoncé son père, au milieu de cette soirée qui lui paraissait déjà interminable alors qu’ils venaient tout juste de prendre place.
A vrai, Dan s’en voulait plus à lui-même qu’à ses parents. Il avait toujours été trop sage. Trop docile. Trop habitué à ce que leur fils aîné adoré fasse tout ce qu’ils lui demande sans broncher. Le non était inconnu dans sa bouche. Le genre de fréquence qu’ils ne pouvaient pas capter. Si seulement il avait été un peu moins lui...
Mais à quoi bon maintenant ? Il était là. Coincé en face de sa fiancée qui avait l’air tout aussi ravie que lui. Ses réponses sonnaient tout autant comme des automatismes. Et en même temps, comment lui en vouloir ? Dan était certain maintenant : Choi Mi Ran ne pouvait pas se réjouir de ce mariage arrangé. Une fille aussi jolie qu’elle… comment pourrait-elle être heureuse de devenir la femme d’un type aussi ennuyant que lui ?
Le genre de type qui ne savait parler que d’études quand il aurait pu poser 1000 autres questions…

Le journalisme. Voilà un domaine d’étude bien plus attrayant que le droit. Dan eut un léger sourire - à moins qu’il en fut le seul conscient vu comme il était crispé. « Ça te plait ? » Question piège. Autant pour elle que pour lui certainement. Lui parce qu’il aurait eu l’air bien bête devant ses parents si on lui retournait la question. Elle parce que visiblement, ce n’était pas un domaine d’études que ses parents lui avaient soigneusement choisi. Pour un politicien, avoir un journaliste dans son entourage pouvait avoir ses avantages… mais uniquement si le journaliste n’était pas très à cheval sur sa déontologie.
Toutefois, Dan ne s’occupait plus vraiment de la discussion qui se tenait en parallèle. Entendre son père rire et se faire assez flatter pour qu’il retourne des compliments plus mielleux encore était suffisamment angoissant. Il était toutefois plus difficile d’ignorer le regard de sa mère qui coulait par instant dans son dos, si insistant qu’il arrivait à en sentir son contact glaçant.

Faire la conversation à Mi Ran, faire connaissance avec elle… il s’efforçait de le faire. Il s’efforçait même de ne pas avoir l’air trop de s’efforcer !
« C’est probablement parce qu’on est pas dans le même bâtiment. » Ou parce que tu ne lèves jamais le nez de ses livres. Et que tu ne vas jamais aux soirées. Et que tu restes tellement dans ta chambre que tu vas finir par oublier le visage de tes colocataires !
Une réponse passionnante pour une conversation passionnante. Si bien que la question de la jeune femme le surprit tant elle lui semblait étrange… alors qu’elle était parfaitement légitime. S’il rencontrait plus souvent des nouvelles têtes, il aurait probablement eu droit à cette interrogation plus souvent… « Oh… euh… merci... » Confus, et légèrement troublé par le rajout poli de son interlocutrice, il passa une main dans sa nuque avant de hocher la tête. « Oui, presque dix ans et… j’ai eu des cours de coréen assez tôt. » Un élève aussi appliqué et intelligent que Wu Yu Dan n’avait donc éprouvé aucune difficulté à s'accommoder à la langue coréenne. A dire vrai, s’il avait effectivement eu des bases solides très rapide, débarqué à 14 ans au milieu d’une nouvelle classe et d’élève qui vous dévisageaient parce que vous étiez chinois et dont l’accent coréen demeurait très scolaire et imparfait, n’avait pas été un début d’expérience très agréable. Mais ça remontait et aujourd’hui, Dan avait un peu oublié.  

Et le silence s’installa de nouveau entre eux. De son index, Dan tapotait nerveusement le verre qu’il avait à peine bu. Son regard balayait la pièce comme s’il se sentait désormais trop gêné de retrouver le contact visuel avec Mi Ran, incapable de trouver un meilleur sujet de conversation et ce, même si sa bouche s’ouvrait et se fermait à la manière d’un mérou pour trouver des mots qui ne venaient pas. Des mots qui sortirent finalement plus fort de la bouche de sa mère qui, serrant à son tour l’épaule de son fils, claironna à l’intention de l’épouse Choi - et à tout ceux qui pouvaient l’entendre : « … Et évidemment notre cher Yu Dan a fini major de sa promotion ! Quel honneur d’avoir un futur avocat si brillant dans la famille ! » Elle gloussa. Dan eut envie de disparaître sous le sol brillant de la demeure des Choi.
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.
Choi Mi Ran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10947-choi-mi-ran-ranmi_da#332832
hwaryeo ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého B5e84c525b9d3fdda0e5d2304d026232
AVATAR :  ⊱ Kim Do Yeon (Weki Meki)
POINTS :  ⊱ 289
MESSAGES :  ⊱ 31
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 03/04/2021
AGE :  ⊱ 19
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyVen 9 Avr - 21:11

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Partis comme ils étaient, ils allaient sans doute reproduire ce genre de cirque régulièrement.
La prochaine fois, ils iraient manger chez eux. La fois suivante sa mère proposerait un chef italien. Un dimanche ce serait un brunch, le suivant tout le monde serait invité dans leur résidence secondaire à Jeju. Et ainsi se ferait le balai incessant de leurs petites comédies que deux pères prévoieraient sur un terrain de golf.
Jusqu’au mariage ?
C’était plus fort qu’elle, même si elle se rendait bien compte que la menace qui pesait sur ses épaules depuis un moment maintenant était bel et bien en train de se réaliser, elle ne pouvait pas s’empêcher de se poser la question…. Est-ce que tout ça était vraiment en train de se faire ? Avec un peu de chance, le portrait de la jolie poupée ferait que Yu Dan et ses parents l’auraient trouvé trop cruche s’ils n’étaient pas à fond dans la mode des petits mannequins dociles….
Yu Dan avait l’air… gentil… et correct… et très inconnu pour l’instant, oui, elle le savait.

Est-ce qu’ils devraient sortir ensemble en dehors de la comédie ?
Peut-être qu’ils pourraient au moins s’arranger là-dessus…
Ou qu’il était préférable qu’elle s’arrange toute seule….
Le pas qui la séparait de la frontière bien trop mince de la limite de son père n’était sans doute pas si loin.
Oui, elle devait réfléchir mieux que ça avant de déclencher une guerre qu’elle avait de fortes chances de perdre d’avance. Choisir un plan. Se lancer. Ne rien lâcher. C’était un peu plus compliqué que ça
Peut-être qu’elle devrait prendre le temps de remercier son père pour faire marcher ses neurones…
Et pour un premier fiancé pas si terrible que ça ?

Il avait l’air presque trop gentil… jusqu’au drame.
Jusqu’à l’alerte rouge. Celle qui avait fait sonner l’alarme dans la tête de son père et dans la sienne.
La bonne réponse, elle la connaissait sans avoir besoin de la demander.
Elle devait dire qu’elle s’y était inscrite en attendant - elle ne savait toujours pas trop quoi - peut-être parce qu’elle aimait beaucoup les mots mais que, dans le fond, elle ne se voyait pas faire ça plus tard.
La première mauvaise c’était de dire : “ça ne me plait pas vraiment mais je ne savais pas trop comment m’occuper en attendant de pouvoir porter tes merveilleux enfants pendant que tu ramèneras de l’argent à la maison et de bonnes relations. Et puis le dimanche, quand tu iras jouer au golf avec ton père et le mien, je t’attendrais avec patience en enseignant à nos enfants qu’ils peuvent faire comme papa, ou alors travailler dans la politique. Et puis, si jamais ils sont médecins, c’est pas grave, on les aimera quand même à condition qu’ils soient de grands chirurgiens. Ceux qui ne conviendront pas à notre portrait de famille parfait, on les donnera à manger aux chiens. On en aura deux et on les appellera “ennui” et “mortel”. J’ai tellement hâte chéri si tu savais !”
Sa préférée. Mais définitivement celle qui lui vaudrait les foudres de son père.
Et enfin, il y avait la troisième réponse. Mauvaise elle aussi et…  « Oui, beaucoup. Je t’avoue que je n’ai pas vraiment hésité avec d’autres cursus… ou peut-être un peu littérature. » … voyons le côté positif, c’était toujours moins pire que le choix numéro un et pourtant  « Oui, Mi Ran a toujours adoré écrire, c’est un bon passe-temps chérie. » un passe-temps… belle reprise. Et si son regard en avait croisé un qui lui soufflait de s’éviter d’avoir à se faire reprendre encore, elle n’avait pas cherché à redorer son blason « Et pour toi ? Le droit ? » elle n’avait même pas conscience qu’il s’agissait là d’une belle revanche.

« Oui, sans doute et puis, il y a beaucoup de monde... » ce qu’ils étaient mignons tous les deux ! Deux inconnus qui papotaient chiffons. A ce rythme, ils n’allaient pas tarder à devoir se rabattre sur la météo. Remarque, avec la pluie qui tombait trop fréquemment ces derniers jours en dehors de ceux comme aujourd’hui qui passait pour du répit, ça leur ferait un sujet un peu plus animé qu’en temps normal.
« D’accord, tu as de la chance. » d’avoir une mère qui scande ensuite ses brillantes études ?
Oh ça… les mères et l’embarras, elle pouvait connaître. Et si son regard s’était relevé un instant vers elle avant que son père ne se perde en compliments pour Yu Dan auprès de ses parents, elle s’était permise au moins de préciser sa pensée « Pouvoir parler aussi bien deux langues. J’avoue que j’aimerais beaucoup en apprendre une autre que l’anglais et avoir ton niveau. C’est autre chose si on veut voyager et découvrir un pays. »
… Alerte rouge déclenchée contre sa propre personne ?
C’était quoi ça Mi Ran ? Un suicide ?
A priori, oui. Félicite le pour ses bonnes études. Ne parle pas d’aventures à travers le Monde. Flatte l’homme comme ton père sait si bien le faire avec les autres. Mais qu’importe ce qu’elle allait dire ensuite, son père avait préféré couper court
« Passons à table. »
Manière polie de lui dire de fermer sa bouche.
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.


I want to break free
“I've got to break free. God knows, God knows I want to break free.”
Wu Yu Dan
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ bip bip bop bop
AVATAR :  ⊱ Qian Kun - WayV
POINTS :  ⊱ 411
MESSAGES :  ⊱ 49
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 02/04/2021
AGE :  ⊱ 23
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyLun 12 Avr - 22:08

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no

- OOTD -
Naif idiot qui fonçait droit dans son propre piège… involontaire. Car la réponse l’intéressait vraiment. Il avait même esquissé un début de sourire en apprenant que le journalisme lui plaisait vraiment. Ça n'avait pas l’air d’être un mensonge. Et ça ne lui déplaisait pas de savoir que Mi Ran était une fille cultivée, loin de ce qu’on aurait pu attendre d’elle. Elle aimait les mots, la littérature, elle avait quelque chose dans la tête.
Ce qui semblait moins convenir à ses parents qui avaient l’air de s'efforcer à minimiser les études de leur fille. Dan avait du mal à comprendre cela quand il n’avait, lui au contraire, de valeur que par ceux-ci. Toutefois, et même si la nervosité était loin de l’avoir quitté, parler d’études avait quelque chose de rassurant et l’aider à mener une conversation tant bien que mal avec cette fille dont il ne connaissait rien - ou presque - et qui devrait pourtant, selon leurs parents, partager le reste de sa vie.

Le sujet devenait cependant moins rassurant quand il lui revenait en pleine figure. Son sourire approbateur s’effaça aussitôt et il sentit l’entièreté de son corps se raidir. Véritable intérêt ou simple politesse… il aurait bien aimé qu’elle ne lui retourne pas la question. « Ah euh... » Oui. Bien sûr que oui. Pourquoi hésiter ? … Parce qu’il savait que ça serait mentir. Mais qu’est-ce qu’était un mensonge à cet instant ? Pensait-il vraiment qu’après avoir passé toute sa vie à étudier pour devenir le brillant avocat qu’on voulait qu’il soit, c’était le moment de tout remettre en cause ?  « Oui... » Sa réponse manquait cruellement de conviction. Mais c’était la seule qui convenait. La seule qui pouvait sortir de sa bouche.
Parce qu’il ne s’était jamais vraiment autorisé à remettre en doute ce choix. Ce choix qui n’en avait jamais vraiment été un. Mais, comme l’indiquait un principe stoïcien, accepter l’inévitable c’était s’assurer moins de souffrance. Alors il acceptait et éviter de trop penser au délà de ce qu’on lui demandait.
Ouai… un brave fils docile.

« Bien sûr que ça lui plait ! C’est une véritable vocation ! » Il n’avait pas voulu jeter de coup d’oeil vers ses parents, mais la voix de son paternel lui fit bien comprendre qu’il n’avait pas assez convaincu son audience. Son estomac se noua.  « Oh je me souviens encore du jour où il est venu m’annoncer qu’il souhaitait devenir avocat. Il venait à peine d’entrer au lycée mais il était déjà si mature… Oh, j’étais si fière vous savez ! » Dan essaya de s’enfoncer dans le fauteuil avec l’espoir que celui-ci l’engloutisse mais rien n’y fit. Il demeura figé, accablé par leurs compliments.
Ses parents aimaient embellir les choses. Sa mère ne mentait pas, toutefois. Il avait vraiment fait cette annonce des années plus tôt… mais cela découlait-il vraiment d’un choix quand on lui avait fait comprendre dès son plus jeune âge qu’il n’avait que deux ou trois options ? Hum.

Si c’était la faute du couple Wu ou bien le talent inné de Dan pour la conversation, il n’aurait su dire, toujours est-il que celle-ci finit par s’épuiser et il ne se sentait pas assez à l’aise pour la relancer. Heureusement, Mi Ran avait l’air plus doué que lui à ce jeu là même si le sujet était à nouveau une porte ouverte sur les compliments embarrassants…
Il ne pensait pas que la chance avait à voir avec sa maîtrise du coréen. C’était avant tout du travail. Beaucoup de travail qu’on imposait déjà à un môme de dix ans. Néanmoins, Dan ne la reprit pas. Elle ne disait pas ça avec de mauvaises intentions et…. sa mère ne lui en laissa de toute façon pas l’occasion.
Gêné, il détourna le regard et joignit nerveusement ses mains qu’il serra sous le malaise. S’il tenta bien quelques sourires faussement reconnaissant, il tourna plus volontiers la tête vers une Mi Ran qui l’interpellait de nouveau. Naturellement, son corps se pencha légèrement en avant, comme s’il se sentait déjà plus à l’aise avec elle qu’avec les quatre autres adultes.  « Oh… eh bien ça dépend où tu as envie d’aller… mais avec un peu de volonté et de travail, tout s’apprend…  » répondit-il, tentant de surmonter sa réserve. A vrai dire, chaque mot lui demandait un tel effort qu’il oublia de lui préciser qu’il donnait lui-même des cours de mandarin. Il n’en eut de toute façon pas le temps, encore une fois, car cette fois, ce fut le patriarche Choi qui coupa court à la discussion, les faisant tous passer à table.

Dan n’aurait su dire s’il était soulagé ou non. Probablement que non. Une fois installé, il ne s’en sentit que plus nerveux. Son ventre était si tordu qu’il n’était pas sûr d’arriver à avaler quoique ce soit, et ce même si bientôt des plats sublimes vinrent embellir la table. De nouveaux compliments fusèrent, des remerciements gras et de nouvelles conversations que les pauvres mortels ne pouvaient saisir.
Assis à nouveau face à Mi Ran - il n’avait pas fait attention que les places avaient été réservées ainsi - il lui jetait de bref et timides regards par instant… mais il semblait de nouveau avoir perdu sa langue.

Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.
Choi Mi Ran
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10947-choi-mi-ran-ranmi_da#332832
hwaryeo ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého B5e84c525b9d3fdda0e5d2304d026232
AVATAR :  ⊱ Kim Do Yeon (Weki Meki)
POINTS :  ⊱ 289
MESSAGES :  ⊱ 31
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 03/04/2021
AGE :  ⊱ 19
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého EmptyDim 18 Avr - 21:58

It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes or is it this dancing juice? Who cares, baby, I think I wanna marry you. Don't say no, no, no, no, no
- OOTD -
Et bah… si l’homme parlait toujours du droit avec autant de passion, il devait tout embraser sur son passage. Clairement là, on sentait le feu, l’envie… auxquels elle avait répondu par un sourire poli.
Dan était bavard. Et il l’était bien trop quand on commençait à parler de sa matière préférée.
Voilà le genre d’ironie qu’elle aurait pu lui sortir si elle ne tenait pas à la vie.
Mais oui, elle avait eu ce sourire poli.
Et elle avait fermé sa bouche comme une lady devait le faire.
Pourtant, elle avait regretté de ne pas pouvoir le cuisiner un peu. Elle était comme ça. Elle voulait tirer le filon, déterrer le secret, comprendre si ce n’était qu’un peu de gêne, ou un réel manque d’envie.
Mais voilà, ce soir Loïs Lane était une sage poupée de la Haute Société et ne pouvait pas torturer Clark Kent pour savoir si c’était bien lui qui enfilait le costume de super héros une fois les portes du Daily Planet franchi.

Et puis surtout Loïs, elle avait des réponses de belle-maman.
Et, là encore, elle avait eu un sourire poli.
Encore plus poli même.
C’était fou cette manie qu’ils avaient de répondre pour eux. Dans son cas, comme dans celui de Dan, on leur avait de toute évidence recruté des souffleurs de texte à la naissance.
Au final, si elle voulait lui parler, à qui elle devait s’adresser ?
ça aussi, elle aurait bien aimé le dire tout haut, mais elle avait trempé ses lèvres dans son jus d’orange et elle avait attendu avec patience la fin de toute cette torture.
« Comme je le dis souvent, il n’est jamais trop tôt pour savoir ce qu’on veut dans la vie. »
Bo-ring
Vraiment, elle en venait presque à regretter le sermon des bonnes soeurs. Au moins, là, elle savait qu’il y avait quelque chose de fun au bout. Soit la prochaine fois qu’elle ferait le mur.
Sans rire… est-ce qu’elle pensait vraiment à la prochaine fois qu’elle recommencerait à faire une connerie quand on la sermonnait ?
C’était comme ça, qu’on le voyait le bout du tunnel….

Alors à quoi penser maintenant ?
Certainement pas à leur joli mariage.
Un prochain voyage ?
ça semblait effectivement plus dans le thème actuel. Et si elle aurait bien aimé lui répondre sa liste de pays qu’elle voulait visiter un jour, son père l’avait empêché de passer pour une écervelée avec des projets bien trop farfelus pour eux comme pour les Wu.
Non, c’était tellement mieux de jouer les potiches écervelées.
C’était plus fort qu’elle. Elle avait soupiré. Elle s’était tue et elle avait soupiré. Avant de passer à table sans aucune envie de s’extasier sur les plats du Grand Chef « Nicolas a grandi dans le Sud de la France, un endroit tout à fait charmant que la France. » ça y est, elle allait leur ressortir la biographie du Chef Nicolas. Dans deux minutes, elle se mettrait à parler du shooting qu’elle avait fait dans ce même sud français. Elle évoquerait sa visite de la capitale, les défilés, puis sa rencontre à l’aéroport avec le futur homme de sa vie tandis qu’ils attendaient leurs bagages. Rencontre tu parles ! S’il n’y avait pas de calcul là bas, elle était la réincarnation de Mère Teresa !
Enfin bref, c’était chiant, autant décrocher et fixer le contenu ridicule de son assiette pour alterner parfois avec le visage de son pauvre fiancé à la dérive.

Pauvre Wu Yu Dan. Elle se serait bien excusée de sa visite forcée chez les Choi, mais il n’avait pas l’air franchement mieux loti. C’était vraiment pas de chance. Grâce à tout ça, il allait sans doute se coltiner sa mère au thé. La dindeuh dans toute sa splendeur.
Au bout du bout, elle s’était retenue de bailler quand le sujet en était venu à la passionnante carrière de papa qui n’avait pas manqué d’admirer celle de beau-papa. Le seul côté positif à tout ça, c’était qu’on avait servi le plat.
C’était elle ou il faisait trop chaud dans cette pièce ?
Elle, juste elle, c’était l’air étouffant, toute cette comédie, cette robe de Princesse Barbie, ces conversations si fausses…. L’idée de se faire clairement entuber ? Oui, aussi pas mal.
Il n’y avait même pas de quoi se réjouir d’être dans la même galère que ce pauvre Yu Dan avec lequel elle n’avait pas pris la peine de relancer la conversation. Plus envie. Si c’était pour se voir couper la parole ou dicter ses mots, elle préférait encore devenir ce genre de couple qui ne décrochait pas un mot à part pour demander “meurtre en 10 lettres” devant sa page de mots croisés le soir.
Ouais, ce serait probablement ça. D’un ennui mortel.

« Mi Ran, pourquoi tu ne ferais pas visiter notre demeure à Yu Dan ? Je dirai à Nicolas de vous faire servir le dessert dans la véranda.  »
Ne bondis pas de joie. Lève-toi normalement. Souris poliment. Une petite courbette. Mais surtout ne laisse pas tous les traits de ton visage hurler des “hallelujah” ou des “MERCI MON DIEU” … ouais, presque prête à aller à la messe juste pour ce plan salvateur qu’elle n’avait pas hésité à accepter en se relevant dans un très poli  « Bien sûr. Tu viens sunbaenim ? » “Si tu refuses Wu Yu Dan, sache que tu auras ma mort sur la conscience et que je jure de revenir te hanter tous les jours de ton existence”...

Oui, c’était à peu près le genre de menaces qu’elle aurait pu faire passer dans son regard. Peut-être qu’il avait eu l’air de le supplier un peu, juste un peu, mais son futur mari avait au moins semblé la suivre, signe d’un certain équilibre dans sa tête. Sans rire, fallait être fou pour rester à cette table !
Alors elle l’avait guidé à l’extérieur de la pièce, direction un salon dont elle n’avait pas présenté les tableaux pour… ouvrir les portes fenêtres et sortir ?
C’était comme ça le sens de la visite ?
Et pour l’architecture ? Les voûtes de l’entrée ? Ce magnifique tapis importé dont sa mère vantait les mérites tout le temps. Allez Mi Ran, un effort, la visite version vantarde de dindeuh super pompeuse, tu la connais par coeur !  « Si tu veux vraiment visiter, promis je le fais après. Mais si je ne respire pas d’abord, tu vas regretter de ne pas avoir choisi médecine. » mais elle avait préféré l’avertir de sa mort prochaine en se retournant avant de sortir sur la terrasse arrière.
De l’air, de l’air frais et elle s’en moquait bien… parce que c’était un réel bonheur.
Respire Mi Ran, respire
Enfin, elle avait l’impression de pouvoir le faire un peu mieux.
Alors elle avait inspiré, expiré, juste histoire de vivre un jour de plus en prison.
Images by Tumblr | Code by EXORDIUM.


I want to break free
“I've got to break free. God knows, God knows I want to break free.”
Contenu sponsorisé
The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
(#) Sujet: Re: The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého   The way of fun, the "enjaillement" like french say || ft. Dandandého Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Gangnam :: Résidences
Sauter vers: