▲ up▼ down
1234
— BREATH



 

news MAJ goût pinky milky-way pour te mettre des étoiles dans les mirettes
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  février-mars 2021

classement comme tous les mois : les trois grands classements sont affichés. Notez cependant qu’à partir de cette MAJ, ceux-ci seront mis à jour de façon hebdomadaire !

Kai Bai Bo venez découvrir le jeu du mois : le pierre, papier, ciseaux !

roulette notre roulette rétro va-t-elle parvenir à conquérir ton coeur ?

news MAJ goût pinky milky-way pour te mettre des étoiles dans les mirettes
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX

Partagez

 — BREATH


 :: seoul :: Hyehwa :: Rues Piétonnes
No Ren
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10578-no-ren-renbowling
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ — BREATH Tumblr_py09q4HizR1wu7qrco3_250
AVATAR :  ⊱ cha eunwoo // lee dongmin
POINTS :  ⊱ 0
MESSAGES :  ⊱ 84
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 27/01/2021
AGE :  ⊱ 23
— BREATH Empty
(#) Sujet: — BREATH   — BREATH EmptySam 13 Fév - 23:33
breath — outfit.
feat. @lee mado

Ils laissent des assiettes vides derrière eux avec un sourire aux lèvres rapidement effacée : le froid est mordant aujourd’hui, il les attaque alors que leurs corps se sont habitués à la température chaleureuse du restaurant. Cependant, il ne neige pas et Ren s’assure de ne pas prendre le risque d’être malade, nouant son écharpe sans qu’un filet de vent ne se fraye un quelconque chemin. Son regard se perd vers la femme qui l’accompagne, elle n’est pas aussi couverte que lui, sans doute parce qu’elle souhaitait faire bonne figure lors de cette première rencontre, excluant ainsi les pulls, les longs manteaux hivernales ou encore les collants épais, quitte à mettre sa santé au second plan - il soupire malgré lui et attrape ses mains frêles et tremblantes. Ren les enveloppe dans les siennes, quelques secondes à peine, et les réchauffe dans la mesure du possible. Le parfum des gourmandises chaudes nargue ses narines, mais le ventre ne gargouille pas, déjà rempli grâce aux quelques plats commandés un peu plus tôt alors qu’ils discutaient de leurs centres d’intérêts. Ils n’ont rien en commun : ni le goût prononcé de l’aventure parfois poussée à l'extrême dans des endroits étriqués et fragiles, ni l’affection des livres et leurs effluves anciennes et sacrées, ni l’art théâtral et sa scène humoristique en compagnie de ses plaisanteries presque enfantines. Elle a beaucoup de connaissances néanmoins, mais rien de ce qu’il prétend connaître qu’importe les tentatives abusées d’études et de travail qu’il a pu faire jusqu’ici - tout porte à croire qu’ils n’ont rien à faire ensemble. Elle ne rigole pas vraiment à ses blagues et il se demande parfois si elle ne plaisante pas parce qu’elle est timide et prude ou si elle ne ressent vraiment aucune émotion. Ne fait-elle acte de présence seulement parce qu’elle était incapable de refuser ce rendez-vous arrangé ? Ou est-ce qu’une autre raison la pousse à être debout, sage et vide devant lui ? Il lui laisse une dernière chance — a last chance.

Différents stands ornent la grande allée occupée de séoulites et d’étrangers. On passe de la nourriture abondante à de nombreux choix de boissons chaudes, en passant par les traditionnelles échoppes attrapes-touristes et les incontournables petites boutiques de rue où divers vêtements et accessoires sont accrochés grâce à des porte-manteaux bougeables. L’un d’entre eux arrive à attirer l’attention de Ren : un magnifique bric-à-brac de faits-mains foisonnant de serre-têtes et autres bijoux originaux et parfois même, d'invraisemblables assemblages.

« Que penses-tu de celui-ci ? » demande-t-il.

Elle le regarde avec indifférence après s’être contemplée dans la glace. Il n’y a aucune réaction de sa part, pas plus que lorsqu’il la taquinait au restaurant, essayant désespérément de détendre l’atmosphère étouffante des règles de bienséance. Aucune réaction - rien, pas même l’esquisse d’un sourire imaginé derrière le plissement des yeux bridés. Ses doigts retirent le bandeau bleu ciel aux motifs fleuris posé dans la chevelure de la femme et il soupire à nouveau, ennuyé. Ils ne sont pas complémentaires, pas plus qu’un poisson et le désert du Sahara, pourtant elle reste là devant lui, sans prendre la peine d’extraire sa main accrochée à la sienne et lance un sujet totalement nouveau et inattendu. Son expression change étonnamment mais alors qu’elle se met à sourire, ce sont ses lèvres à lui qui se font plus timides, boudeuses. Il ne sait pas répondre à sa question et le silence s’installe.
Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ — BREATH KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 214
MESSAGES :  ⊱ 1535
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
— BREATH Empty
(#) Sujet: Re: — BREATH   — BREATH EmptySam 20 Fév - 17:04

BREATH

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Fin février et la nuit tombe sur la ville. Un vent vif souffle, dépouillant les arbres de leurs flocons givrés qui tournoient en valse blanche jusqu'au sol. Les passants avancent en regardant leurs pieds de peur de se faire gifler par une bourrasque. Carrefour des rencontres impromptues, doux foyer de l'inconnu qui rassemble, la silhouette se fraye un chemin parmi les indigents parée d'une délicatesse toute feinte, des pseudo-excuses bredouillées dans un râle impatient pour se dégager une place près des échoppes. Les reliures des ouvrages d'occasion sont parcourues avec la précision millimétrée de l'habitude, expertise des bonnes affaires pour une bourse pas si appauvrie que ça - il n'y a pas de petites économies - les minutes, petites étoiles éphémères, se consument avec la lenteur hivernale des jours trop courts, étouffée par l’irrésistible envie d'allonger le temps, d'être happée par la vague des corps qui évoluent, qui se meuvent, elle s'attarde plus que de raison. Jeudi bafoué. Mado n'a pas envie de rentrer dans ce chez eux devenu au fil des mois un chez elle involontaire, trop grand, trop vide, sa chambre restée habitée d'une présence fantôme dont les promesses de délitent avec les vieux démons venant réinvestir l'espace. L'iris se perd sur l'écran du smartphone à la recherche d'un message de dernière minute qui ne vient pas, l'espoir d'une rétractation soudaine, d'une erreur inventée mais aucun signe de lui. Elle hésite, cherche un prétexte quelconque qui se solde par la frustration d'un froncement de sourcils, elle devine d'avance qu'elle sera basculée sur la messagerie vocale et abandonne avant même d'appuyer.

Les badauds glissent entre les étalages et parsèment des éclats de voix qui résonnent et s'accentuent jusqu'à elle, l’œil est distrait de ces duos qui s'enchaînent, de ces couples voguant aux travers de rires sonnant pour beaucoup factices à son oreille. Et pourtant, c'est une chose assez douce, se dit-elle, que de se sentir, à cause de l'autre, d'un autre qui marche à vos côtés, qui vous prend la main, d'un autre qui vous plaît et qui s'accorde bien, de se sentir un peu bête, joyeuse sans raison, puérile. D'éprouver de brusques montées d'allégresse, d'avoir envie de tout donner. Une chose assez douce, ou assez stupide, Mado n'a jamais su clairement trancher la question. D'un mouvement d'humeur elle détourne le regard, amasse la pile de livres sous son bras sans même s'apercevoir qu'à quelques mètres dans la direction opposée une autre paire s'efforce de s'assortir sans plus du succès, une paire dont l'incompatibilité lui arracherait assurément un jugement immédiat.




CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hyehwa :: Rues Piétonnes
Sauter vers: