▲ up▼ down
1234
fondu au noir (toyu)



 

news MAJ des océans, allons chercher l'Atlantide
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX
// tente ta chance
:. À LA FOIRE AUX CHIFFRES

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX

RENTREE une année se termine, quand une nouvelle commence ! viens nous dire ce que tu deviens, sur le
dossier de passage

Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  Avril 2021

classement comme tous les mois : les trois grands classements sont affichés ! découvre si ton personnage ou ton groupe est sur la liste.

Rentrée à la SNU avril marque aussi le début d'une nouvelle année, il est temps de songer à l'avenir de ton personnage juste ici !

Bulletin spécial c’est un véritable déluge qui s’abat sur séoul ! découvre sans plus tarder ce que la météo annonce sur la situation des prochains jours. pluies record sur séoul.

Chiffre porte-bonheur un nouveau jeu fait son apparition, confie ton destin au hasard, si tu oses ! foire aux chiffres

roulette viens tester ta chance à la roulette des abysses

news MAJ des océans, allons chercher l'Atlantide
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX
// tente ta chance
:. À LA FOIRE AUX CHIFFRES

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX

RENTREE une année se termine, quand une nouvelle commence ! viens nous dire ce que tu deviens, sur le
dossier de passage

Le Deal du moment : -27%
Grosse promo sur le stabilisateur DJI Osmo Mobile 3 ...
Voir le deal
79.99 €

Partagez

 fondu au noir (toyu)


 :: seoul :: Hyehwa :: Résidences
Kwon Tora
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8765-kwon-tora-toraya#272846
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ fondu au noir (toyu) 90cff97310ff395e88ef1f74c16de7ce
AVATAR :  ⊱ ( LEE TAEMIN )
POINTS :  ⊱ 236
MESSAGES :  ⊱ 1232
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 30/03/2020
AGE :  ⊱ 26
fondu au noir (toyu) Empty
(#) Sujet: fondu au noir (toyu)   fondu au noir (toyu) EmptyMer 3 Fév - 18:53

FONDU AU NOIR

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Un frisson longe sa colonne vertébrale alors qu'il le découvre silhouette inerte enfoncée dans le divan, il semble l'avoir atteint de peu : le corps à demi-pendu dans le vide, la main traînant sur le sol et le blouson à peine défait. Une trémulation d'inquiétude parcourt son corps, séisme craquelant sous sa chair à la vision pas encore familière, mais pas tout à fait inconnue, qui le laisse entrevoir l'abominable vérité rejetée par sa conscience — en un instant, leur vie se renverse, basculée par la force obscure qui le travaille de l'intérieur. Et alors, il faut avoir le courage de laisser faire cette force nouvelle et de la suivre là où elle veut l'entraîner. Il s'en sait capable, il l'a déjà fait, et pour autant il hésite, le regard figé son cœur accélère encore, l'impression qu'il se met à sonner sous son crâne, très fort, bien plus fort que les nuits de silence où le sommeil peine à apparaître, bien plus fort qu'après la lente dissolution des angoisses en soupape ; le carillon lui brise les tympans, il voudrait se boucher les oreilles, mais bien sûr, ce serait encore pire. Le bruit lui trancherait la gorge.

« Yu... »    

Il entame doucement dans un murmure, craint plus que le tout de briser le silence tout en désirant ardemment son réveil. Les doigts se saisissent du cellulaire sur le point de chuter de sa poche, la batterie demeure faible mais suffisante et malgré lui il découvre ses nombreux appels manqués ignorés, il est trop tard pour se raccrocher à l'espoir d'un simple oubli. Il n'y a pas de remède à ce mystère de l'homme qu'il aime et qui devient soudain un étranger justement parce qu'en l'aimant, il perd le pouvoir de raisonner, se heurte à ce mur douloureux qu'il ne peut briser. « Yuta ? » il réitère, plus sonore, plus insistant, se saisit par la même occasion de quelques mèches sombrant sur son doux visage, il dégage ses traits endormis et le dévoile presque différent. Il n'a pas changé pourtant. C'est cette même bouche qu'il caresse de la pulpe de son pouce, ces mêmes cils qui sursautent sous l'appel de sa voix, et, cependant, rien n'est tout à fait pareil. Comme cette nuit-là, les retrouvailles avaient laissé un goût âpre sur sa langue, la joie de le revoir mêlée à la découverte de son ombre encore jamais effleurée jusqu'alors. Tout le monde a ses cicatrices, certaines sont à l'extérieur et se voient, d'autres sont à l'intérieur et invisibles. Celles de Yuta ressortent de plus en plus, elles gouttent sur son front en transparence, Tora se demande s'il est le seul à les percevoir, le seul à pouvoir les essuyer.

« T'as répondu à aucun de mes appels. »  à quoi bon réclamer pourquoi, il n'a pas besoin de mettre de mots sur l'évidence, « Qu'est-ce qui se passe ? »  il n'y a pas eu ce temps mort, ce silence apaisant qui prépare la confidence, qui permet de changer de ton, de dire avec des tout simples une chose très grave. Il s'abaisse jusqu'à lui, ses jambes alourdies de plomb touchent genoux à terre alors qu'il tente de chasser l'inquiétude zébrant sa ligne d'horizon, il n'a pas besoin de l'entendre parler pour savoir, le retour en arrière n'est plus possible. L'anticipation fige son pouls qui martelait quelques secondes auparavant, « Parle-moi. »

Supplication éventrant la nuit.
Tora reconnait ce moment, s'il se ferme maintenant il le perd pour toujours.




La nuit blanche m'offre ses pensées noires. Et le vide occulté, en plein jour éclairé, en pleine nuit. Insomnie.
Lee Yuta
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10547-lee-yuta-crashtest
heulim ≈ we have art in order not to die from the truth
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ fondu au noir (toyu) Ddbf89fad859ee5da7a3b46827b90cbc
AVATAR :  ⊱ El kookito
POINTS :  ⊱ 386
MESSAGES :  ⊱ 12780
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 09/08/2016
AGE :  ⊱ 23
fondu au noir (toyu) Empty
(#) Sujet: Re: fondu au noir (toyu)   fondu au noir (toyu) EmptyLun 8 Fév - 20:17

FONDU AU NOIR

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il a le regard vitreux, une espèce de patinoire qui met à mal l’équilibre de ceux qui essaient d’y poser les yeux. La patience patine alors que Yuta, à l’abri sous sa vitre de glace, contemple le spectacle foudroyé par une apathie aussi épaisse que du goudron.
La voix de son âme soeur lui fait l’effet d’un écho distordu, un élastique sonore qui se tend jusqu’à se rompre et le replonger dans son silence sous anesthésie.
Elle l’empêche d’entendre la voiture de police qui pourtant a réveillé plusieurs de leurs voisins, ça le rend insensible aux courbatures qui fourmillent dans tout le côté droit de son corps et enfin ça gèle ses sentiments qui hibernent dans le confort du déni.
Sa douceur lui donne envie d’émerger, il lutte avec les endroits de lui-même pas tout à fait endormi pour nager jusqu’à la surface du réveil et trouver un endroit où la glace est assez fine pour être brisée.
Lorsqu’il y parvient, il prend des petites bouffées d’air, pas trop grosses pour rester dans son hiver artificiel. Ses cils papillonnent laborieusement, ses membres sont piqués par l’engourdissement alors qu’il essaie de se redresser mais il perd cette bataille.
« Amour. » Du coton dans la bouche, un sourire déformé que ses yeux peinent à réfléchir. Ils brillent d’une fièvre ivre, des braises factices froides au toucher.
Ses paupières lourdes du sable de Morphée baissent le rideau lorsque les doigts du musicien l’effleurent comme un piano neuf. Des touches qu’on ose à peine faire chanter et en même temps, qu’il nous tarde de parcourir. Une action qui révèle en réalité la crainte fébrile d’essayer une touche, puis une autre et de se rendre compte qu’aucune ne fonctionne.
Son visage suit le mouvement de ses caresses pour en profiter et qu’il s’attarde mais il s’arrête et ça devient de plus en plus difficile d’ouvrir le regard.
Plusieurs de ses questions passent à la trappe, son attention est trop distillée, elle n’arrive qu’à attraper des bribes qu’il essaie de remanier pour en faire quelque chose de compréhensible.
« On peut dormir et voir demain ? Demain, ça sera mieux. » Les mots se mangent les uns les autres, étouffés par une respiration lasse. Il trouve assez d'énergie pour récupérer sa main et la serrer étroitement avant que la panne nocturne coupe court à tout autre échange.
Tora doit capituler, il n’aura aucune réponse cette nuit-là.

Front contre front, il se réveille sans prendre totalement conscience d’hier. Une céphalée vive l’aide à garder sous terre tout ce qu’il a tenté d’ensevelir la veille. Il essaie de grappiller des minutes pour retarder cette confrontation, d’abord de lui à lui-même et ensuite, de lui-même à Tora.
Il plisse ses fines persiennes de peau, soulignées par des cernes, qui rencontrent deux yeux pâles de fatigue exténués par l'inquiétude.
Un poids trouble dans le thorax le fait culpabiliser alors qu’il cueille les lèvres du maître de son pouls dans une atmosphère tendue où l’échange est à peine perceptible.
Yuta comprend alors qu’il attend autre chose qu’un bonjour et des minutes de tendresse comme les autres matins parce que celui-ci est endommagé des silences qui ont semé des cauchemars dans sa nuit blanche.
« J’ai perdu mon job. » Il lui explique après une aspirine et un verre d’eau comment ça s’est passé. Une dispute avec une collègue de travail à l’ambition mal placée, une rancoeur à son égard de l’un de ses supérieurs qui a pris le temps de grandir au fil des mois et son flegme des débuts qui a fini par gangrené tout le reste.
Bref, c’est un raté.
Pas le premier échec et sans doute pas le dernier, il ne sait même pas comment l’annoncer à Mado qui a réussi à le faire embaucher. Ni à ses parents, ni à ses amis qui eux se débrouillent bien mieux que lui. Ses proches du groupe de thérapie qu’il ne voit plus à cause de sa rechute, par honte de ne pas avoir su tenir et par manque d’envie aussi, celui de se confronter à ses vieux démons.
Dans la liste des dégâts en sous-marin qui oeuvrent sans bruit il y'a aussi Mimi qui joue à colin-maillard depuis une éternité avec tout et tout le monde, y compris lui. Et Noam qui lui fait aisément comprendre qu’il doit vivre dans une strate du temps qui n’est pas celle d’aujourd’hui. Malheureusement pour eux, il ne veut pas du faux paradis qu’il leur a fabriqué alors ils ne se voient plus.
Ça et tous les mensonges qui commencent à s’accumuler, ceux qu’il formule à moitié pour se couvrir et ceux franchement assumés à Ren, Mado et Rei.
C’est pas un piano qu’il a au ventre mais un orgue et certaines touches ne fonctionnent déjà plus correctement.




†Drown my sorrows in this bottle. Won't like wakin' up tomorrow, I'm the only one that cares about myself. And you don't need me like I need you. so if i go, maybe i'll free you but I'll be lost to tell the truth, I need your help to you
Kwon Tora
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8765-kwon-tora-toraya#272846
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ fondu au noir (toyu) 90cff97310ff395e88ef1f74c16de7ce
AVATAR :  ⊱ ( LEE TAEMIN )
POINTS :  ⊱ 236
MESSAGES :  ⊱ 1232
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 30/03/2020
AGE :  ⊱ 26
fondu au noir (toyu) Empty
(#) Sujet: Re: fondu au noir (toyu)   fondu au noir (toyu) EmptyMar 16 Fév - 21:35

FONDU AU NOIR

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Et la nuit surgit en plein jour, en pleine gueule, il voudrait s'octroyer une petite pause, respire un grand coup en écoutant les heures défiler, fouille dans ses innombrables poches à espoir ; peut-être n'est-ce pas si grave, peut-être qu'aux premières lueurs de l'aube il lui apparaîtra sous un jour nouveau, rassurant, indolent. Il n'y a eu qu'un verre de trop, un excès oubliable, une excuse qu'il pourrait s'accorder à lui-même dans le réconfort du déni. Réédition d'un encouragement mensonger cédant à l'impression de perdre le fil de tout - de lui - il s'échappe au bord des songes, son halo tremblant au rythme du sien parvient à peine à calmer son tumulte intérieur. Le cœur se serre, l'esprit s'inquiète, patiente alors que les traces de bonheur fluide s'estompent, exquise liqueur courant les veines pour y répondre son fabuleux poison.

Ses iris se dérobent aux siennes craignant les ripostes qui grondent, maintenant qu'il est impossible de chasser les images, et encore moins les brèches invisibles qui se creusent au fond des ventres. On ne chasse pas les résonances ni les souvenirs qui se réveillent au petit matin, on ne chasse pas l'écho des cris et encore moins celui du silence. Ce silence, celui qui résonne juste avant l'implosion, quelque chose de distraitement relâché dans les presque mouvements de son corps logé contre le sien. Les reflets de sa nuit alcoolisées le happent soudain, Tora voit les ombres danser au fond de ses orbes, mirages inaccessibles le tenant à l'écart des trombes à angoisses faisant la queue sur le seuil de ses pensées. Telle une épave remontant à la surface, les contours de ce qu'il a tenté de noyer la veille se précisent, il voit les teintes raviver leurs couleurs sur le visage de Yuta, des teintes de désespoir retraçant les derniers moments d'une soirée vaporeuse, d'aveux qui se préparent à le dépouiller de tout. Tora hésite à stopper ses mots, provoquer un sursit qui ne serait que retard, s'il ne le formule pas, ça n'existe pas. Pas encore.  

La confession tombe. Directe et sans rappel, il fait mine de s'équilibrer sans se crisper mais Tora voit nettement à travers les filets de sécurité que la chute est imminente si ce n'est anticipée. Il l'écoute, calé contre la tête de lit, se laisse envahir par la musique des mots de Yuta, un peu brisée, un peu faussée, et, peu à peu, l'appréhension monte en lui. Yuta délie son récit, l'agrandit, y accroche des lames, des soupirs, des illusions fanées, mauves d'une déception qu'il tente de camoufler, mal. Du noir. Du maux roses comme des hématomes sous la surface, stigmates de doutes parsemant le diaphane de sa peau — tout en chuchotant son drame, il accompagne le lent affaissement du corps, il se tient encore pourtant. Il enferme ses genoux entre ses mains, se retenant à demi de se laisser choir contre lui, mais il tangue doucement, imperceptiblement la chute se dessine, elle est presque visuelle sous l'emprunte d'amour avec laquelle le caresse Tora. Cette emprunte de douceur, de douleur, qui se mue en un geste immédiat de ses doigts effleurant le dos de sa main, glissant entre ses phalanges l'étreinte de la solidité. Il sécurise à travers le brouillard, puisque Yuta y est présentement perdu. C'est qu'un job c'est ça qu'il aimerait lui dire, il n'arrive pas à le formuler, ça sonne faux aux oreilles de son amant de verre, il sait sa structure fragilisée bien qu'il fasse toujours mine de résister aux chocs et aux intempéries.

« Avant de travailler au club, je bossais dans un resto italien à gangnam, en tant que pianiste... c'était quelques soirs par semaine, ça payait mal, mais c'était cool. Et puis un jour, ils ont plus fait appel à moi. Ironiquement quelques semaines plus tard j'ai rebossé pour eux, mais en cuisine, à la plonge. Forcément, au début, j'étais dégoûté, j'ai regretté les soirs où je jouais en salle, même si c'était des morceaux imposés. Et puis, j'ai réalisé que j'avais pas besoin d'eux pour faire de la musique, ni avant, ni maintenant. deux inspirations le coupent, il cherche la suite des esquisses se chevauchant sur sa langue, et toi, t'as pas besoin de ce journal pour écrire. Je sais que tu crois que t'as eu ce job grâce à ta sœur mais moi je pense pas, l'entretien c'est toi qui l'as passé, et la promotion c'est toi qui l'as obtenu. » en ce moment, il se pense tout petit, tout cassé, sans importance, mais quelque part, derrière ce gris, Tora sait qu'une place ailleurs lui est réservée ; peu importe que Yuta ne puisse pas encore le voir, il le verra pour deux. « Tu te souviens, quand t'as commencé à bosser là-bas, tu voulais pas m'en parler, ça te plaisait pas, tu doutais beaucoup. Tu te rappelles ce que jt'ai dit ? que ça ne le définissait pas, pas plus à l'époque qu'aujourd'hui. Perdre un taff fait pas de toi un perdant. T'as été capable de le décrocher, tu seras tout aussi capable d'en trouver un autre. » Tout ce qui ne tue pas rend plus fort. Abîme aussi parfois. Tora le voit dans le miroir de son regard éteint, il peine à le récupérer sur les berges de sa confiance ébranlée, plus encore qu'en l'autre Yuta piétine à croire en lui-même, et ce, depuis le premier mouchoir tendu, le premier compliment formulé.

« Peut-être que, c'est le bon moment pour prendre du temps pour toi ? Réfléchir à ce que t'as envie de faire et... recommencer à aller aux réunions ? » dit-il avec son air de manipulateur de diamants, délicatement, avec la précaution spécialisée d'une grenade qu'on dégoupille, il tente d'accrocher les petites poches de lucidité parmi les décombres. Sous l'échec et le manque Tora détecte le besoin de s'absoudre d'une réalité trop violente, il le reconnait, peut-être même avant lui, il ne le définit pas encore comme tel, s'accroche aux miettes de promesse qu'il pense suffisantes pour le maintenir émergé. Pour autant, les remous de l’élixir à oubli mueront de tentation à nécessité, et l'entraîneront bientôt si loin du rivage qu'il ne pourra plus le distinguer. Pour la première fois, il a peur, peur de le perdre de vue, de cligner des yeux, et le découvrir lui aussi disparu.      




La nuit blanche m'offre ses pensées noires. Et le vide occulté, en plein jour éclairé, en pleine nuit. Insomnie.
Lee Yuta
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t10547-lee-yuta-crashtest
heulim ≈ we have art in order not to die from the truth
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ fondu au noir (toyu) Ddbf89fad859ee5da7a3b46827b90cbc
AVATAR :  ⊱ El kookito
POINTS :  ⊱ 386
MESSAGES :  ⊱ 12780
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 09/08/2016
AGE :  ⊱ 23
fondu au noir (toyu) Empty
(#) Sujet: Re: fondu au noir (toyu)   fondu au noir (toyu) EmptyMar 6 Avr - 22:55

FONDU AU NOIR

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il l’écoute, s’accroche à sa voix comme à un mur d’escalade aussi lisse que du marbre. Ses doigts tâtonnent, cherchent la moindre aspérité pour progresser, atteindre le sommet qu’il lui vend comme un marchand de rêves. Là-haut il y’a l’espoir en firmament et un but en astre central, il aimerait avoir envie d’y croire. Mais la léthargie le cloue au sol, a pris la forme d’une ancre qui lui écrase toute volonté de se relever.
Il n’a pas l’air de comprendre, ni même de voir qu’ils ne sortent pas de la même usine. Tora fonctionne à l’énergie solaire, Yuta lui c’est plutôt un boitier à fusibles. Il disjoncte plus souvent que la moyenne, quand il tombe en panne il impose la pénombre et lorsqu’on le côtoie de trop près on risque de se prendre une décharge qui met hors-service de manière irréversible.
« Tora, tu comprends pas. » L’incrédulité s’étend dans tout le noir de son regard. « J’fais qu’enchaîner les échecs et pour le moment j’ai pas la force dont tu me parles. J’suis fatigué, chaque jour devient de plus en plus pénible et là j’arrive pas à voir le positif. J’suis pas foutu comme toi, ni comme Mad. Et j’dis pas ça à cause du job, c’est pas seulement ça. » Il a comme l'impression d'être prisonnier d'un ring avec lui seul à combattre. Le spectacle est pitoyable et ne déplace aucune foule car il n'a jamais été doué à ça. Donc on l'y pousse, comme maintenant avec Tora qui glisse sur la table l’air de rien une carte face cachée. Yuta le défie de la retourner, son regard est incisif, catégorique. « J’y retournerai pas, j’ai pas de problème. »
Il sort des draps, le contourne lui et le miroir dans lequel il essaie de le forcer à se voir, se voir réellement. L’esquive l’amène jusqu’à la salle de bains où contrarié il se débarrasse de son haut poisseux des dommages de la veille. L’étoffe lui donne raison, son foutu mal de crâne aussi et la soif qui murmure à son anxiété qu’elle est une solution conclut le tout.
Et pourtant.
« Pourquoi j’devrais aller me taper la thérapie pour un foutu dérapage ? » Il retourne sur ses pas avec ses morceaux de miroir dans la main, obstiné à ne pas y jeter un regard. « J’ai pas le droit de craquer un soir sans qu’on veuille m’enfermer avec tous les déglingués de la ville ?! Tu veux entendre quoi ? Bonjour moi c’est Yuta. Là c’est le moment où tu dis « bonjour Yuta » et ensuite j’tape mon meilleur solo de violon sur l’alcoolisme que j’ai pas pendant un quart d’heure avant qu’un autre assisté vomisse sa sad life et ça again and again jusqu’à la fin de l’heure. Voilà, content ? J’suis guéri, y’a que l’eau plate qui m’fait vibrer maintenant. » Il enfile un t-shirt propre à l’envers, referme la porte du placard si violemment qu’elle lui reste dans la main. Il essaie de la remettre en place mais l’énervement consume sa patience. Tora s’en charge pour lui avec une facilité telle qu’elle rend ridicule tous ses essais infructueux. Ça le pousse à retrouver un semblant de calme, il le puise dans la présence même de l’autre moitié de lui-même.
« J’ai pas besoin de ça, j’ai besoin de temps pour digérer tout le bordel qui m’est tombé dessus. Tu peux comprendre non ? J’me remettrai pas dans cet état-là alors te prend pas la tête pour moi à ce sujet, ok ? »
Là sincérité luit dans ses orbes, rembourrée par la volonté de l’apaiser. Il s’approche de son corps crispé par la peur et le doute, l’enveloppe de sa chaleur comme une promesse alors que ses paumes saignent des éclats de miroir qu’il rechigne à affronter.




†Drown my sorrows in this bottle. Won't like wakin' up tomorrow, I'm the only one that cares about myself. And you don't need me like I need you. so if i go, maybe i'll free you but I'll be lost to tell the truth, I need your help to you
Kwon Tora
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8765-kwon-tora-toraya#272846
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ fondu au noir (toyu) 90cff97310ff395e88ef1f74c16de7ce
AVATAR :  ⊱ ( LEE TAEMIN )
POINTS :  ⊱ 236
MESSAGES :  ⊱ 1232
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 30/03/2020
AGE :  ⊱ 26
fondu au noir (toyu) Empty
(#) Sujet: Re: fondu au noir (toyu)   fondu au noir (toyu) EmptySam 17 Avr - 20:02

FONDU AU NOIR

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Il voudrait lui dire qu'il comprend mieux qu'il ne le croit, plus on s'enfonce plus c'est difficile de revenir, le spleen s'adoucit et la réalité devient nébuleuse, presque floue avec quelques éclats perlés ici ou là. Il le pense aux aurores, flottant dans les cumulus de combativité alors qu'il subsiste côte-à-côte des abysses qu'il persiste à repousser — on oublie si on peut, on ne décide pas d’oublier. Et plus il veut oublier, plus il se souvient, et plus il désespère. Parfois, les souvenirs déferlent sans crier gare. Ils surgissent en petites séquences tels des bouts de pellicule qu'il aurait coupé par-ci, par-là. Mais ce n'est pas ce que Yuta veut entendre, la vérité encombre, déborde partout de ses paumes trop étroites pour contenir les illusions qu'il tente de maintenir entre eux, mais surtout pour lui-même. Il remarque le regard fuyant, la précipitation de la contradiction, la course immédiate qui l'entraîne un peu plus loin dans le déni.

Il voudrait lui dire que ce n'est pas « qu'un dérapage », que c'est le deuxième, ou le troisième, et peut-être bien le quatrième depuis de longues semaines ; ce soir-là il a vu émerger une ombre qui ne l'a plus quitté, discrète elle s'est cachée derrière les retours d'un bonheur partagé après l'agonie de la séparation, elle a pris le visage insidieux d'une exquise compagne colmatant les pertes sans jamais les combler tout à fait. Plaisir nocturne qui deviendra journalier, diversion sociale qui bientôt ne sera plus béquille, prétexte à euphorie à laquelle son âme malade se greffe pour mieux supporter la déception de son présent. Il ne parvient qu'à le regarder exploser aux quatre coins de la chambre en miasmes de mensonges - you say that you're ok but you're not -  encore Yuta, encore des mots d'imposture et de colère, Tora l'écoute et tout son être est aspiré par lui, non pour le soumettre mais pour assimiler, le voilà qui fond sous ses yeux, il se dissout si vite en une bouffée furie que Tora n'ose l'interrompre, il sait que son courroux n'est pas dirigé vers lui. Yuta s'affronte dans une partie perdue d'avance, il se précipite alors qu'a contrario lui s'enfonce dans le silence, et l'attente. Il voit se profiler l'issue cul-de-sac qui les guette, n'a pas le cœur de le manifester, il se dessine des faux-semblants de maîtrise. Comme toujours : panne-sèche à lucidité tandis que dans sa carcasse tout frémit à l'unisson.  

Il voudrait lui dire qu'il n'a pas la force de rester là, à le regarder se détruire, comme il l'a fait avec elle. Mais il ne parvient qu'à déglutir avec incertitude, ses doigts épousant la porte du placard qu'il remet en place avec dextérité, une certaine forme de lassitude s'éprend de tous ses membres, le poids des regrets qui s'abat d'un coup sec et strident, Yuta ne l'entend pas, cette enclume, il la porte avec lui. La mine grave il se cache à sa vue, fourrant son nez dans le creux de son cou ses bras s'enroulent à sa taille et il disparaît dans cette étreinte, il choisit de lui faire confiance, il lui doit bien cela — son amour l'a tiré de l'anonymat, déposant des couleurs aux quatre coins de son enfer monochrome. Yuta l'a révélé. Éveillé. Construit un bonheur qui jusqu'ici lui avait toujours été inconnu : et Tora se persuade que ce n'est pas grave, ce n'est pas grave si leur bonheur s'arrête parfois, pour monter et descendre, esquisser des trous d'air dans lesquels ils trébuchent. Ce n'est pas grave si alors il s'interroge, doute, se ronge les sangs, s'il se fait des étranglements, des souffles au cœur, des aigreurs. Peut-être est-ce simplement son tour, de prendre le relais, il a tellement envie d'y croire, se dit que s'il y croit assez fort, ça deviendra leur réalité. « D'accord Yu... D'accord, on a le temps. » il opine de la tête contre sa peau mais aucun soulagement n'étreint sa poitrine, le sourire qu'il s'efforce d'imiter reste doux-amère, l'angoisse tisse sa toile au fond de sa gorge et l'empêche d'ajouter quoi que ce soit.

L''espoir est un poison violent.



La nuit blanche m'offre ses pensées noires. Et le vide occulté, en plein jour éclairé, en pleine nuit. Insomnie.
Contenu sponsorisé
fondu au noir (toyu) Empty
(#) Sujet: Re: fondu au noir (toyu)   fondu au noir (toyu) Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] L'éclair noir [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo III [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hyehwa :: Résidences
Sauter vers: